Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Volcans et climat

Durant les mois d’hiver, entre les vacances d’Halloween et de Thanksgiving, des interruptions des vents dominants sur Big Island / Hawaii font augmenter les concentrations de gaz volcaniques et de particules.

 

Big-Island-VOG-2009-Space-shuttle-S125-E-006569.jpgBig Island / Hawaii noyée dans le VOG le 13.05.2009 - trois panaches sont visibles : au niveau du cratère de l'Halema'uma'u, de celui du Pu'u O'o et de l'entrée des laves dans l'océan -  photo Nasa Space shuttle S125-E-006569


Cette pollution volcanique en provenance du Kilauea est appelée VOG, une contraction de VOlcanic smoG.

Les composants du VOG connus pour affecter la santé sont le dioxyde de soufre et les particules fines appelées PM2,5 (particules de diamètres égal ou inférieur à 2,5 microns) toxiques en tant que tel ; de plus, la réaction du SO2 avec l’oxygène et l’humidité atmosphérique est à la base de pluies acides et corrosives pouvant polluer les eaux potables, et endommager la végétation.

 

Le Kilauea relâche de grandes quantités de gaz potentiellement dangereux depuis près de trois décades, en conjonction avec le début de l’activité sur la zone de rift Est en 1983.

 

map-1983-2000.jpg Carte du Kilauea, zone des cratères sommitaux et East rift zone, avec les coulées de lave entre 1983 et 2000 - carte HVO / USGS

 

En mars 2008, ces émissions ont augmenté avec l’ouverture d’un nouvel évent dans le cratère sommital Halama’uma’u … pour décliner ensuite en 2010, puis reprendre brièvement pendant l’éruption Kamoamoa en mars 2011.

 

hawaii omi 2008.04.26 Aura - OMI

26.04.2008 - Vog sur Big island / taux de SO2 mesurés dans la couche des 5 km. - doc. Nasa Earth Observatory - The OMI instrument is a Dutch-Finnish Instrument, provided to the EOS/Aura mission by the Netherlands and Finland. NASA MODIS image courtesy Jeff Schmaltz, MODIS Rapid Response team.

 

Kilauea---December-3--2008--when-the-Moderate-Resolution-Im.jpgBrouillard volcanique sur l'archipel Hawaiien le 03.12.2008 -  Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer (MODIS) on NASA’s Aqua satellite captured this image

 

kilauea.jpg                     Mesure des gaz sur le Kilauea par les équipes de l'HVO / USGS

 

TradeWinds.gifDurant la période hivernale, lorsque les alizés sont "en panne" la moitié du temps, les zones peuplées de l'est de l'île sont confrontées à de très hautes concentrations en gaz volcaniques et particules fines, en raison de leur proximité avec les évents actifs. Le reste de l'année, les alizés poussent le VOG vers le sud-ouest.


Les alizés soufflants du NE, Trade winds, sont détournés par les hauteurs de Big island - Durant la "panne", un vent venant du SO, appelé Kona winds, peut souffler dans le sens opposé - schéma USGS / Univ. Hawaii

 

La réponse individuelle au VOG varie fortement d’un individu à l’autre, les personnes les plus sensibles étant celles qui soufrent de maladies respiratoires chroniques et d’asthme. Les effets à court terme du VOG sur la santé sont : des difficultés respiratoires, des maux de tête, des irritations oculaires et de la toux sèche. Les effets du mélange gaz/particules fines sur le long terme sont à l’étude.

 

VO-G---Honoluluadvertiser.jpgAffiche montrant les effets du VOG sur la santé et les moyens de s'en protéger - doc. Honolulu advertiser.

 

La pollution des eaux constitue aussi un problème majeur sur Hawaii, où nombre d’habitations ont un système de récolte des eaux pluviales à usage domestique. En 1988, les eaux potables de près de 40% des maisons utilisant ce système de récolte dans le district de Kona ont été polluées par du plomb, provenant du lessivage des toitures et des canalisations par les pluies acides.

 

 

Les agences de santé recommandent des actions de protection durant les périodes de VOG : confinement à l’intérieur durant les pointes, boire de grandes quantités d’eau, garder ses médicaments à portée de la main, et se maintenir informé sur la qualité de l’air.


Les autorités ont développé divers outils, accessibles on line, pour aider la population et les visiteurs à minimiser leur exposition à cette pollution volcanique. L’EPA – U.S. Environmental Protection Agency – met à disposition un tableau d’alerte basé sur des études environnemantales et de santé, à six niveaux matérialisés par des couleurs allant du vert (bon) au brun (dangereux).

 

 

 Good 

 Moderate 

 Unhealthy for Sensitive Groups 

 Unhealthy 

 Very Unhealthy 

 Hazardous 


Quatre sites web sont particulièrements intéressants :

- hiso2index.info : taux de dioxyde de soufre fournis toutes les 15 minutes pour 9 sites allant d’Hilo à Waikoloa par l’ Hawaï state department of Health.

- airnow.gov : le groupe AirNow renseigne sur les conditions courantes en PM2,5

- hawaiiso2network.com : le National Park Service fournit tout le quart d’heure des données sur les taux de gaz et particules dans le Parc National d’Hawaii, en plus des indications sur le terrain.

 

plumemap-2013.11.15.jpgCarte de l'Hawaii Volcanoes National Park  du 15.11.2013 / vers midi - en jaunâtre, la direction approximative et l'étendue des panaches gazeux de l'Halema'uma'u et du Pu'u O'o (dans lesquels les concentrations en dioxyde de soufre et particules fines sont dangereusespour la santé )  - doc. http://www.hawaiiso2network.com/

- weather.hawaii.edu/vmap : l’Université d’Hawaii à Mānoa fournit une carte interactive prévisionnelle, connu comme VMAP, permettant de planifier les activités d’extérieur.


Ces liens peuvent être utilement archivés en vue d’un voyage sur Big island.

 

Sources :

- USGS - Volcanic air pollution, an hazard in Hawaii - link

- Nasa Earth Observatory - Little island, big wake - link

- Hawaii 24/7 - Volcano watch : online tools help Hawaii breathe easier during trade winds time-out

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog