Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Une tectonique compliquée liée à une sismicité particulière :

Trois plaques sont impliquées dans la subduction sous la plaque Pacifique : la plaque océanique Salomon, la plaque Woodlark et la plaque Australienne, qui se déplacent avec un ratio de 90-105 mm/an. Cette subduction se complique avec la présence d’un centre d’expansion entre les plaques Woodlark et australienne.

 

tectonic_big---epicentre-04.2007.gifTectonique des îles Salomon - le point rouge désigne l'épicentre du séisme de 2007 - Doc. USGS


Cette tectonique implique une activité sismique de haut niveau et particulière au niveau de cette zone de subduction : elle produit des " doublets ", deux séismes de magnitude similaire se produisant dans l’espace et le temps à proximité l’un de l’autre.  On ne connaît pas clairement le mécanisme responsable de l’apparition de ces doublets, bien que le stress du premier séisme du doublet soit un facteur important.

Quelques doublets historiques :

- au nord du centre sismique de 2007 : en 1919 et 1920, 1945 et 1946, en 1971 : M 8,0 et M 8,1 à 12 jours d’intervalle, eux en 1975

- dans la partie sud de la zone de subduction : en 1931, en 1939 et un triplet en 1977.


Le séisme du 1 avril 2007 et le tsunami  qui a suivi :

A 7h 39 locale, s’est produit un séisme de M 8,1, suivi de répliques dont la plus forte de M 6,2, avec son épicentre à 10 km. de profondeur et une distance de 40 km au SSE de Gizo .

Un tsunami consécutif a tué 52 personnes et causé la disparition de 60 autres, effaçant de la carte plus de 13 villages et créant des milliers de sans-abris. Les plus grosses vagues, de 12 m. de hauteur, ont été repérées à la pointe nord de Simbo. A Choiseul, des vagues de 10 m. de haut ont balayé 7 villages et un hôpital. 900 maisons furent détruites.

L’île de Rannonga – Groupe Nouvelle Georgie – a été surhaussée de 3 m. par le séisme , causant le recul des plages de plus de 70 m. et découvrant de nombreux récifs coralliens.

 

sbcolor.gif

 L’arc volcanique des Salomon :

Une double chaîne d’îles volcaniques s’aligne sur 1300 km. direction NO-SE, un premier comprenant Vella Lavella, New Georgia, Guadalcanal and Makira, et un second avec Choiseul, Santa Isabel and Malaita. Ces îles sont bordées de fosses océaniques profondesau sud et au NE ; au N, elles côtoient le plateau sous-marin d’Ontong Java.


Vella Lavella est une ile formée de plusieurs centres volcaniques coalescents, datés du Pliocène au Pléistocène ; la structure la plus récente est un dôme de lave dans un cratère situé dans la partie nord de l’île : le volcan Nonda. Il fut incorporé au catalogue des volcans actifs en 1957 (Fish) sur base de son activité géothermale. L’aire thermale Paraso est constituée de solfatares, sources chaudes et mares de boue bouillantes.

 

Vella-Lavella-isl.---nonda-volc.-Nasa-sp.shuttle-ISS002-727.jpg

Vella Lavella - volcan Nondo et aire géothermale Paraso (tache claire au centre gauche) doc. NASA Space Shuttle image ISS002-727A-2, 2001 (http://eol.jsc.nasa.gov/).

 

Simbo est une petite île abritant trois centres volcaniques andésitiques tronqués.  La partie sud de Simbo est thermalement active : des zones de fumerolles et des sources chaudes, en relation avec une faille, sont situées près du lac salé Ove, proche du mont Patukio. Les indigènes utilsent l’eau chaude pour cuire les œufs de mégapodes.

 

Simbo-isl.---Chris-Lyne-2005.jpgIle de Simbo - le lac salé Ove à l'avant-plan, vu du bord du cratère Ngusuna, et en arrière -plan, la côte ouest de Simbo - photo Chris Lyne 2005

 

Découverte lors d’une expédition espagnole, sous le commandement de Álvaro de Mendeña de Neira, en 1568, on lui attribua le nom d’une ville Andalouse :Guadalcanal, originaire lui-même de l’arabe Wādî al-Khānāt, « vallée des buvettes » en référence aux établissements construits durant l’occupation islamique.

L’île de Guadalcanal, illustrée lors de la bataille du Pacifique, contient un champ volcanique couvrant une large zone au nord-ouest : le Gallego.

Le mt. Roundhead est un petit volcan bien conservé ; des traditions locales lui attribuent une éruption historique, devant être produite par le volcan Savo (Coleman 1991) D’autres sources considèrent que le mt. Esperance a eu une activité au cours des derniers 2000 ans.

 

August7-1942_Landing_GDA.JPG                         Débarquement américain à Guadalcanal le 7 août 1942 - US Archives


L’île de Savo est un stratovolcan andésito-dacitique de 6 km. sur 7 , surmonté d’un cratère elliptique de 1 km. sur 1,5, abritant divers dômes de lave. Des dômes ponctuent aussi les flancs du volcan. L’activité thermale se manifeste dans le cratère sommital , sur les flancs et en mer.Les dernières éruptions datent de 1830-40.

 

honiara-savo-island---imagicity.jpg                              Salomon islands - Savo depuis Guadalcanal - photo Imagicity

 

Les iles Santa Cruz :

La province la plus orientale des Salomon, la province de Temotu,  regroupe les îles Santa Cruz, Anuta, Fatutaka, Duff, Tikopia, Tinakula et Reef.


Parmi ces îles, Vanikoro reste liée au mystère de la disparition du plus célèbre des navigateurs français, Jean François de Galaup, comte de La Pérouse. Les navires de l'expédition, La Boussole et L'Astrolabe, firent naufrage au large de cette île inhospitalière, balayée par les tempêtes. Diverses recherches effectuées depuis 1981 par une association de passionnés a permis de retrouver ses traces.

 

La petite île de Tinakula est en fait le sommet d'un stratovolcan massif posé tinakula---GVP.pngà plus de 3.000 mètres sur le fond de la mer à l'extrémité nord-ouest des îles Santa Cruz. Large de 3,5 km., elle culmine à 851 m.


Carte simplifiée Eissen and others (1991)  / GVP

 

L'île ressemble à s'y méprendre à notre Stromboli; elle présente un cratère sommital échancré s'étendant du sommet jusqu'au niveau marin, qui s'est élargi suite à un glissement de terrain en 1965, qui fait penser à La Sciara del Fuoco. En activité presque continue, sa dernière éruption a commencée en septembre 2008 et est toujours considérée "comme en cours".

 

Tinakula---Bill-Yeaton-2006.jpg Tinakula - 21.02.2006 - le panache éruptif dépasse des nuages - photo Bill Yeaton

 

tinakula_ali---14.02.2012.jpgTinakula - image satellite Nasa EO-1 / Ali le 14.02.2012 - l'éruption est confirmée par la signature thermique relevée par Terra Modis en absence d'bservations visuelles.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Bougainville and Solomon islands

 -                 "                      Tinakula    

- Etienne Ruellan et Yves Lagabrielle, « Subductions et ouvertures océaniques dans le Sud-Ouest Pacifique », Géomorphologie : relief, processus, environnement

- Guadalcanal naval battles - link

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog