Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck

Le mont Adams est un volcan situé dans le Sud de l'État de Washington, aux Etat-Unis. Il fait partie de l'arc volcanique des Cascades, un arc volcanique regroupant plusieurs volcans dont le mont Saint Helens et le mont Rainier.

La gorge de la Columbia river, qui forme la frontière de l'État avec celui de l'Oregon, entaille la chaîne des Cascades, dont fait partie le sommet, à 50 kilomètres au sud. Le mont Saint Helens s'élève à 55 kilomètres à l'ouest, le mont Rainier à 75 kilomètres au nord-nord-ouest et le mont Hood à 90 kilomètres au sud-sud-ouest.

 

Mount_Adams_US99---Benjamin-Zingg.jpg                              Le mont Adams - photo Benjamin Zingg / USGS

 

Le mont Adams forme un léger ovale dont la base est allongée, dans le sens nord/sud, sur une trentaine de kilomètres et couvre environ 650 km². Il culmine à 3.742 mètres et plusieurs promontoires rocheux l'entourent de près : The Pinacle, The Castle, Piker’s Peak. Ils sont le résultat de l'érosion glaciaire et de l'emboîtement de plusieurs anciens cratères qui rendent la zone sommitale relativement plate. Le cratère central est entièrement comblé par la neige et s'ouvre vers l'ouest.

Les différentes crêtes (du Rempart, des Miracles, du Nord, Suksdorf, Stagman, Crotton), qui descendent de manière radiale et surplombent des gorges fortement érodées, sont dominées par quelques cônes volcaniques remarquables : Red Butte, Goat Butte, South Butte, le Petit mont Adams ou encore Burnt Rock.

De nombreux tunnels de lave sont présents au pied du mont Adams, souvent proches de la surface. Près du Trout Lake, les Ice Caves (littéralement « grottes de glace ») sont ainsi nommées en raison de la neige accumulée à leur entrée et de leurs stalactites.


Son activité volcanique :

Le Mont Adams fut actif au cours de l’Holocène, avec la production de plus de vingt petites éruptions explosives marquant le sommet et les évents de flancs. On compte six coulées de lave importante sur les flancs entre 2100 et 2600 mètres d’altitude.

 

Contrairement aux autres stratovolcans de l'État de Washington, composés d'andésite, le mont Adams est de nature complexe : de la brèche constitue son cœur, des coulées de lave andésitique et basaltique ont comblé les dépressions et les vallées sur les versants tandis que le sommet et les cônes satellites sont formés d'andésite et de dacite. L'activité géothermale combinant chaleur et émissions de gaz a provoqué l'altération d'une grande partie des roches en argile kaolinite, en oxyde de fer, en composés sulfurés et en quartz … un complexe instable !

 

notable_events-Mt-Adams.gifEvènements marquants le Mont adams au cours des derniers 15.000 ans - les avalanches de débris sont signalées par un logo rouge - doc. CVO / USGS.

 

 Vers 4.550 avant JC, une éruption de VEI 2 marqua son flanc à 2.200 Trout-lake.jpg-2.400 m. induisant un puissant lahar qui parcouru 52 km et inonda 15 km², accompagné d’une avalanche de débris mobilisant 70 millions de m³ de matériaux. Celle-ci descendit en direction de la White Salmon river et forma un barrage sur la Trout Lake Creek, créant le Trout lake (le lac à la truite).

 

Le Trout Lake et le Mont Adams - photo Trout Lake area business association.


Sa dernière éruption est datée de l’an 950.

 

adams_map_locale.gifLes environs du Mont adams et les zones touchés par les avalanches de débris, dont le Trout Lake - carte CVO / USGS.


En 1921, trois petits lahars et avalanches de débris s’étendirent sur une distance comprise entre 5 et 15 km. du volcan.

 

En 1997, plusieurs avalanches de débris sont signalées entre août et fin d’année.

Le 30 août, les premiers signes d’une avalanche sont repérés par les sismographes à proximité du St Helens, peu après minuit. Peu importante en valeur absolue, elle a mobilisé environ 5 millions de m³, dont 90% de neige et glace, donc peu de débris d’avalanche ; elle concernait les parties supérieures d’un glacier et une part de roches sous-jacentes altérées hydrothermalement.

 

Le 20 octobre 1997, une avalanche de débris se produisit sur le flanc est du Mont adams, sans aucun signe sismique précurseur. Elle laissa une cicatrice triangulaire longue de 300 mètres, et descendit la vallée de Big Muddy sur cinq kilomètres et par places, un kilomètre de large. L’épaisseur maximale des dépôts dépasse les 20 mètres, pour un volume estimé de 1-5 millions de m³. Elle bloqua temporairement les écoulements dans la Big Muddy Creek, et créa un petit lac d’avalanche très éphémère.

 

adams_usfs_oct97_debris_aval2.gifMont Adams - avalanche de débris d'octobre 1997 et le petit lac d'avalanche éphémère - photo USFS / CVO.


Le 24 au matin, une autre avalanche, beaucoup plus petite a laissé des traces sur les dépôts en place, accompagnée d’un signal sismique moins important que celui du 20.10.

Ces épisodes se produisirent dans une zone non peuplée et furent peu relatés.

 

-MountAdamsWashington - USGS 2006Mont Adams en 2006 - les cicatrices des avalanches de débris sont visibles à l'avant-plan gauche - photo CVO / USGS.

 

Risques actuels :

Des anomalies thermiques et des émissions de gaz, y compris du sulfure d'hydrogène, sont toujours détectées, ce qui prouve son activité potentielle. Si une éruption devait survenir, elle formerait des coulées basaltique à andésitique et des cônes de scories, ce qui limite la zone à risques à 20 km. de rayon. Les risques de lahars et d’inondations dans les vallées serait plus important en cas d’éruption sommitale, où de grandes quantités de neige et glace sont présentes.

 

522px-Mount_Adams_Hazard_map-fr.svg.pngMont Adams - carte des zones à risques touchant principalement la zone au sud du volcan - doc CVO / USGS.


En raison de l'instabilité des roches constituant le cœur du volcan, il existe un risque élevé d'avalanche de débris. Sur le versant sud-ouest du volcan, la période entre deux phénomènes de ce type est de 1.500 ans au cours des 6.000 dernières années, sans qu'aucune preuve d'éruption simultanée n'ait été démontrée. Le risque est également important sur le versant est. Un événement d'ampleur exceptionnelle, plus volumineux que ceux connus depuis la fin de la dernière glaciation, a une probabilité plus faible mais pas nulle, d'autant que la quantité de roches altérées est mal connue en raison de la calotte glaciaire qui recouvre le sommet. S'il devait se produire sur les versants sud ou est, les lahars pourraient atteindre la Columbia river mais seraient retenus en aval par le barrage de Bonneville ; sur les versants nord et nord-ouest, ils pourraient aboutir dans les rivières Lewis, Cispus et Cowlitz, des barrages situés cinquante à soixante kilomètres en aval pourraient là aussi contenir la boue et les inondations, à condition qu'ils soient préalablement vidés. Le suivi de la déformation des terrains du volcan peut permettre d'anticiper des avalanches de débris mais elles restent beaucoup plus imprévisibles que les éruptions et la prévention est plus difficile.

Les plans d'aménagement peuvent éviter les zones à risques, s'y adapter ou prévoir des installations pour réduire le danger. Cependant, la plus grande partie des zones potentiellement impactées sont situées en forêt nationale Gifford Pinchotou dans la réserve indienne de Yakama , faiblement peuplées. Des campagnes de communication et des exercices d'évacuation sont régulièrement menés afin d'éduquer les habitants en cas de risque imminent.

 

800px-Adams04_mount_adams_from_st_helens_12-28-04---USGS-CV.jpg                     Le Mont Adams, vu de son voisin, le St Helens - photo CVO / USGS

 

Les volcans voisins et la légende des Klickitat:

Parmi les légendes fondées autour du Pont des Dieux, un glissement de terrain dont la datation est incertaine, la plus célèbre est celle des Klickitat. Elle raconte que Tyhee Saghalie, le chef de tous les dieux, et ses deux fils Pahto (aussi nommé Klickitat) et Wy'east voyagèrent jusqu'à la région de la Columbia river en provenance du nord à la recherche d'un lieu pour vivre. Émerveillés par la beauté du paysage, les enfants se querellèrent pour ce lieu. Pour résoudre la dispute, le père tira deux flèches avec son arc puissant : une vers le nord et une autre vers le sud. Pahto suivit la première alors que Wy'east suivit la seconde. Tyhee Saghalie construisit alors le Tanmahawis (« Pont des Dieux ») pour que sa famille puisse se revoir plus facilement. Lorsque les deux fils tombèrent amoureux de la même femme portant le nom de Loowit, celle-ci ne put choisir entre les deux. Les fils se battirent pour obtenir son cœur en détruisant à coup de feu et de pierres les forêts et les villages où se déroula le combat. Toute la zone fut ainsi détruite et la terre trembla si fort que le pont tomba dans le fleuve Columbia. Pour les punir, Tyhee Saghalie les transforma en grandes montagnes. Wy'east devint le volcan mont Hood, avec sa tête relevée en signe d'orgueil, et Pahto le volcan mont Adams, avec sa tête penchée vers son amour perdu. Loowit fut transformée en mont Saint Helens, alors d'apparence gracieuse, connu chez les Klickitats sous le nom de Louwala-Clough qui signifie « montagne fumante », alors qu'il est connu chez les Sahaptins en tant que mont Loowit.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Adams

- CVO / USGS - Mount Adams volcano

- CVO / USGS - Mount Adams, debris avalanches 1921 - 1997

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog