Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Los-sombreros-del-Teide---Naturaleza.jpg

                               "Los sombreros del Teide" - photo Naturaleza.


Les îles les plus jeunes de l’archipel des Canaries montrent avec evidence une activité de glissements.

 

Slope-failures-o-the-flanks-of-the-W-Canary-isl.---D.G.jpgLes différentes avalanches de débris marquant les îles les plus jeunes de l'archipel des Canaries - doc. Slope failures on the flanks of the western Canary Islands - D.G. Masson & al.


Les recherches concernant le sous-sol de l´île de Ténérife ainsi que les études des fonds marins et du relief sous-marin, ces dernières effectuées au cours des dernières années du 20ème siècle, ont confirmé l´hypothèse émise par le géologue et géographe de Tenerife Telesforo Bravo dès 1962, qui se montrait contraire à l´opinion scientifique prédominante à cette époque-là : aussi bien Las Cañadas del Teide que les vallées de La Orotava et de Güimar seraient des dépressions formées par d´énormes glissements gravitationnels, de plus de 100 km cubes, d´une partie de l´île.

Selon les datations correspondantes, l´épisode de la vallée de Güimar aurait eu lieu il y a 800.000 ans, celui de la vallée de La Orotava il y en a 500.000 ans, et celui de Las Cañadas il y a 170.000 ans.

 

Teide-et--caldera-Canada---2002-Nasa.jpg

                 Le Teide et le Pico Viejo, dans la caldeira Las Cañadas - photo Nasa / ISS 2002


La destruction partielle de l´édifice Cañadas aurait donc été provoquée par un processus soudain de glissement gravitationnel d´une grande partie de l´ancien édifice volcanique en direction du Nord de l´île. Lors de cet événement, plus de 100 km3 de la zone des sommets de l´île auraient, pour ainsi dire, disparu de façon instantanée.
Cette théorie du glissement massif pu être corroborée grâce à la découverte, en 1995, de considérables dépôts de matériaux sous-marins, ou dépôts d´avalanche, en provenance de l´édifice Cañadas original, sur les fonds marins du Nord de Tenerife. Les premières données à ce sujet furent apportées par le groupe britannique de Watts et Masson.


Par la suite, en 1997, l´équipe espagnole Teide Group confirma les renseignements fournis au sujet des fonds marins du Nord de Tenerife, et entreprit des recherches portant sur ceux du Sud. Elle y trouva des dépôts similaires en relation avec la vallée de Güimar, dont l´origine est analogue à ceux liés à la vallée de La Orotava.

 

Tenerife---Nasa-space-radar-image.png                        Ténérife et ses structures subaérienne - image Nasa Space radar.

 

Teide-06.12---Fotoaerasdecanarias.jpg         Le Pico de Teide, point culminant de Ténérife et des Canaries - doc. fotoaereasdecanarias.

 

Quelques détails :

L’avalanche de débris Icod présente, à des profondeurs inférieures à 3 km., des dépôts logés dans une dépression linéaire large de 10 km. et présentant, jusqu’à 400 m. de profondeur, un fond relativement plat et des bords abrupts. La tête de la vallée Icod semble s’étendre dans la caldeira Cañadas, mais la relation entre les deux structures est masquée par les produits volcaniques du Teide et du Pico Viejo.

 

 

L’avalanche de débris Orotava est cartographiée comme un lobe indépendant, caractérisée par un faciès en blocs. La vallée Orotava est la vallée en relation avec un glissement de terrain la plus distincte. Elle est datée par la méthode Kr/Ar entre 540.000 et 690.000 ans. On peut la considérer comme un produit de l’effondrement du volcan Cañadas, qui a précédé le complexe Teide - Pico Viejo.

Pris ensemble, les dépôts d’avalanche de débris marquant la partie centrale du flanc nord de Ténérife sont estimés à 1.000 km², dont 50% attribués à la seule avalanche Orotava.

 

Orotava-vallee---wikimedia.jpg                            Ténérife - Vallée de Orotava - photo wikimedia.

 

Plus à l’ouest, deux avalanches se côtoient de façon moins distincte : Roques de Garcia et Teno. Le caractère de l’avalanche Roque de Garcia est similaire à celui de l’avalanche Orotava ; elle est datée de 600.000 ans à 1 Ma. L’avalanche Teno est datée entre 500.000 et 600.000 ans.

A l’est, l’avalanche Atava est considérée comme la plus ancienne, datée autour d’un million d’années.

 

Sur le flanc sud-est, une zone à la topographie en hummocks est interprétée comme l’avalanche Güimar , seul glissement décrit comme s’étant produit sur un flanc étayé, par la présence de l’île Gran Canaria, qui aurait dévié légèrement l’avalanche vers le nord-est. La vallée de Güimar est large de 10 km. en subaérien, bien définie par des parois hautes de 300-600 mètres, et s’étend depuis une crête dorsale la séparant de la vallée d’Orotava. Elle est datée de 780.000 à 830.000 ans.

 

Malpais-de-Guimar---Jose-Mesa-Flickr.jpg                         Ténérife- Malpais de Güimar - photo José Mesa / Flickr.

 

Sources :

- Slope failures on the flanks of the western Canary Islands - by D.G. Masson, A.B. Watts & al. - 2001.

- The Canary debris flow :  source area morphology and failure mechanisms - by D.G. Masson & al.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog