Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Alicudi, appelée autrefois Ericusa du nom grec désignant une éricacea qui y poussait, est l'île située le plus à l'ouest de l'arc volcanique éolien; c'est aussi une des plus complexe géologiquement.

La structure de ce volcan subaérien est faussement simple : un seul cône, présentant les signes d'un seul centre éruptif sommital.

On ne lui connait pas d'éruptions historiques.

 

Isola_Alicudi_by_Figiu.jpgAlicudi, vue de la mer, présente quelques habitations accrochée au volcan - photo Figiu

 

Evolution géologique :

Alicudi est, avec ses cinq kilomètres carrés, la plus petite île de l'archipel; ses mensurations : 675 m. au dessus du niveau de la mer et 1.500 m. en dessous.

 

De forme ronde, tout semble indiquer une activité passée, principalement alimentée par un système axisymétrique.


De études géologiques récentes indiquent que l'île s'est construite au cours de quatre périodes d'activité, séparées de période de stagnation de l'activité. (Nappi 1975 - Manett & al. 1995). Un système de dykes atteste que l'activité n'a pas été uniquement liée à un système central d'alimentation. Les dépôts volcaniques ont eu un angle de plongée qui suggère une activité au niveau de cônes de cendres situés le long de la côte ouest, et qui sont aujourd'hui érodés.

 

alicudi_big.gif

 

800px-Alicudi_-_Porto.jpgLe petit port, Alicudi Porto, accroché à son volcan ... pas de plages, quelques cultures en terasse, un hôtel, des centres de plongée sous-marine, l'île est peu touristique.  - Doc.wikipedia.

 

Les quatre grandes périodes d'activité :


1° période : les produits associés au centre éruptif "paléo-Alicudi" affleurent à l'ouest et ce sont principalement des dépôts de fontaines de lave et des retombées entrecoupées de rares coulées pyroclastiques. Des scories noires sont parsemées de blocs de lave de teintes grise à noirs; de l'olivine est présente dans les coulées basaltiques; la séquence est traversée de dykes diversement orientés, et se termine vers le sommet par des dépôts hydromagmatiques laminés contenant des lapilli accrétionnés.

 

2°période : les produits du centre éruptif "Malopasso" diffèrent de ceux de la 1°période par l'angle que forment leurs dépôts : une alternance de retombées pyroclastiques et de lave provenant de coulées minces ou de fontaines. Au sommet de la séquence éruptive, on trouve des cendres laminées, contenant des lapilli accrétionnés et des débris grossiers de coulées.

Les laves produites sont de type basaltique à andésito-basaltique.

 

3° période : les produits retrouvés au centre, au sud et à l'ouest de l'île, sont principalement issus de coulées massives de lave dans le centre de Bazzini et des dômes de Dirittusu-Angone.

 

4° période : des coulées de lave visqueuse ont colmaté le dépression sommitale (centro di Filo dell'Arpa) et sont présentes le long d'une fissure orientée NNO-SSE, datée de 28.000 ans.

 

Comparée à d'autres îles, l'évolution structurale du volcan est relativement simple parce qu'il n'y a pas eu migration au cours du temps de la source d'alimentation, mais seulement un positionnement vers le sud-est du conduit éruptif (souligné par l'emplacement des différentes coulées pyroclastiques et l'orientation des dykes d'âges différents).

On soupçonne donc la présence d'un édifice volcanique primordial aujourd'hui complètement démantelé, le Paléo-Alicudi, constitué d'une série de cônes de scories basaltiques alignés sur une fracture d'alimentation orientée nord-sud, sur lequel s'est surimposé l'édifice constituant l'actuel Alicudi.

 

Before-the-sunset--Alicudi-vista-da-Filicudi--portaleole.jpg                Vu de Filicudi, coucher de soleil sur Alicudi  -  photo Portaleeolie.

 

Sources :

INGV - Catania - Alicudi , Isole Eolie

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog