Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

arc-eolien-sicile.jpg                 L'arc volcanique Eolien et le bassin de Marsili - doc.îles Eoliennes / Sicile.net


L'arc volcanique Eolien émergé est complété de part et d'autre par des volcans sous-marins (volcanic seamount), dont l'Eolo, l'Enarete, le Sisifo, la Glauco, le Lamethini, l'Alcione, le Glabro et le Palinuro.


Cet arc volcanique enserre un bassin d'arrière-arc : le bassin du Marsili.

 

Formation schématique d'un bassin d'arrière-arc:

 

Tectonique-et-volcanisme-32.jpg

1° étape: subduction et formation d'un arc volcanique : voir détails dans l'article sur la tectonique des îles Eoliennes - lien Les Eoliennes - situations géographique et tectonique.

 

2° étape : formation du bassin d'arrière-arc :

A cause de la subduction, les courants de convection dans le manteau terrestre sont bloqués par la croûte plongeante, en subduction. La chaleur s'accumule sous la plaque surmontante, jusqu'à se que s'initie un nouveau courant de convection qui va étirer la croûte - phénomène d'accrétion -  et provoquer la formation d'une croûte océanique et du bassin d'arrière-arc.

Effet cumulatif : si la pente de la plaque en subduction augmente, cela entraîne un effet de succion sur l'autre plaque, qui sera ainsi étirée.

 

Pour le bassin du Marsili, cette situation a été corroborée par des profils de réfraction sismique. La distribution des vitesses des ondes P avec la profondeur déduite des sismogrammes synthétiques est sur la plupart des profils comparable à celle que l'on trouve pour les zones océaniques, plus particulièrement dans les zones d'expansion telles que la dorsale Atlantique, la dorsale est-indienne, la ride de Reykjanes, etc.: augmentation progressive de la vitesse avec la profondeur, inversions de vitesse dans la croûte, profondeur du Moho voisine de 10–11 km, faible vitesse des ondes Pn, 7,73 km s−1, attribuée à l'existence d'un manteau anormal. Ces données sont en accord avec l'hypothèse d'une accrétion récente sous le bassin central de la Mer Tyrrhénienne. Sur une coupe au niveau de la latitude 40°N entre la marge sarde et le pied de la marge apenninique, la profondeur du Moho passe rapidement de 27 km à 11 km sous la partie centrale du bassin.

 

Le bassin du Marsili :
Il s'est développé dans les deux derniers millions d'années et présente toutes les caractéristiques d'un bassin d'arrière-arc en expansion, avec de hautes valeurs de flux calorifique et de basses valeurs au niveau des isobathes du Moho.
La partie centrale de ce jeune bassin est occupée par le volcan sous-marin Marsili, découvert dans les années 1920; cette énorme formation, de 65 km. sur 40, allongée NNE-SSO., a un volume de 1.400 km³; elle s'élève à 3.000 mètres au dessus du plancher marin et son sommet n'est qu'à 500 mètres sous la surface. Tout ceci en fait un des plus grand volcan européen sous-marin daté du Plio-Pleistocène; son étude permettra de comprendre les mécanismes régissant la formation de la lithosphère et la dynamique de la mer Tyrrhénienne.

Marsili---earthweek.jpg                                Reconstitution sonar du volcan Marsili - doc. Earthweek.


Actuellement, on débat sur l'état d'activité du Marsili : en mars dernier, une interview du Dr Enzo Boschi, directeur de l'INGV,  auprès du Corriere della Sera, courrait sur le web au sujet du danger que ferait peser le volcan sous-marin Marsili : le Dr Boschi y faisait remarquer que le volcan Marsili est actif et qu'il existe un danger potentiel qu'une éruption, associée éventuellement à un collapsus généralisé, puisse générer un tsunami touchant l'Italie du sud. - lien vers cet article.
En 2003, l'INGV - Istituto Nazionale di Geofisica e Vulcanologia - a largué l'observatoire Geostar (GEophysical and Oceanographic STation for Abyssal Research) à 3300 mètres de profondeur dans la mer Tyrrhénienne au large du volcan Marsili. Pendant 17 mois, ce labo permanent et autonome a transmis des mesures sismiques, géophysiques et océanographiques.
Des cônes satellites d'origine récente ont été détectés.


 

 

Sources :

- Amincissement de la croûte et accrétion au centre du bassin Tyrrhénien d'apres la réfraction sismique- par Maurice Recq, J-P. Rehault, L.Steimetz et A.Fabri.

- Multiparametric seafloor exploration: the Marsili Basin and Volcanic Seamount case (Tyrrhenian Sea, Italy) - par L.Beranzoli (INGV) & al.

- Submarine hydrothermal activity on the aeolian arc - lien    

- The new broad band OBS/H of the INGV - http://legacy.ingv.it/primopiano/OBS_H_eng/OBS_H_eng.html


Commenter cet article

(Clovis Simard,phD) 11/03/2011 23:20



Bonjour,


Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.
      
Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.


La Page No-16: CANA ! 


THÉORÈME HARMONIE SPHÉRIQUE !


Le changement de l'eau en vin ! Modifications d'un fluide quantique ?


Cordialement


Clovis Simard



Articles récents

Hébergé par Overblog