Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

L'activité magmatique subaérienne de Vulcano a débuté il y a environ 120.000 ans, à la fin de la dernière période d'oscillation du niveau des mers.

Selon les auteurs, on distingue entre 3 et 6 grandes étapes ; j'ai favorisé l'explication de la GNV correspondant le mieux aux cartes géologiques simplifiées. - Documents INGV/GNV/DPC.

 

Sicile-08-931-copie.jpg

 

Phase 1 : formation du volcan "primordial".

La partie la plus ancienne de l'île s'est formée entre il y a moins 120.000 et 100.000 ans, dans une période interglaciaire. Le cône avait à l'origine un diamètre approximatif de 5 km au niveau de la mer et une élévation de 800 à 1.000 m. Plusieurs stratovolcans trachybasaltiques s'édifièrent en fait dans la partie sud de l'actuelle Vulcano : les Monte Aria, Luccia et Saraceno en sont des témoins bien conservés.

 

Phase 2 : Il Piano caldera.

Cet ensemble s'est effondré il y a environ 97.000 ans, pour former la caldeira del Piano, vaste dépression entourée d'une couronne de reliefs : diamètre 2,5 km. - parois subverticales de 300 m.

(Ndlr : coquille dans le schéma GNV )

La dépression s'est peu à peu remplie par des coulées de lave et des produits pyroclastiques générés par des éruptions qui ont eu lieu il y a 99.000 à 50.000 ans.

Puis le volcan s'est endormi pendant plus de 30.000 ans.

 

Sicile-08-931-copie-3.jpg

Phase 3 : Lentia.

A la fin de la glaciation Würmienne, entre moins 24.000 et moins 15.000 ans, de nouvelles activités se produisent dans les zones périphériques de l'île, l'ensemble le plus important étant le Monte Lentia, complexe de coulées et dômes rhyolitiques à trachitiques.

Des éruptions de tufs ignimbritiques, d'origine non élucidée, comblent en partie la caldeira del Piano.

Le nord de l'île s'effondre pour former une caldeira de 3 km. de diamètre et 500 m. de profondeur : la caldeira della Fossa.

 

Phase 4 : La caldera della Fossa.

Des fissures concentriques et radiales à la caldeira facilitent la montée du magma.

Une partie de la caldeira est envahie par le mer causant des éruptions hydromagmatiques.

Un édifice sort dans la partie nord de l'effondrement : le Faraglione.

Une période d'activité, datée de moins 6.000 ans à aujourd'hui, débute : de nombreux cycles éruptifs  sont identifiés. Au 6°siècle après JC., le cratère actuel Fossa II commence à s'ériger, à 400. m. au sud-ouest de Fossa I.

 

Lazzaro-Spallanzani---Vulcano.jpgGravure parue dans le livre de Lazzaro Spallanzani (1729-1799) - il descendit dans le cratère du volcan, notant des colonnes basaltiques, attachées aux côtés intérieurs de celui-ci.

Dans son livre "Viaggi alle due Sicilie e in alcune parti dell'Appennino" - 1797.


En 1739, la coulée d'obsidienne "Pietre Cotte", de 2,5 millions de m³, se met en place.

La dernière éruption a lieu de 1888 à 1890. Cette dernière éruption a permis à Giuseppe Mercalli de définir le type "vulcanien".

 

Vulcano_-Mercalli1889-14.02.jpgVulcano - éruption de 1889 - photo G.Mercalli / à noter les belles bombes émises par le volcan.

 

Giuseppe Mercalli, abbé, sismologue et volcanologue  (1850-1914),enseigna la géologie et la minéralogie à l'Université de Catane, puis la volcanologie et la sismologie à celle de Naples. En 1911, il a pris la direction de l'Osservatorio Vésuviano. Il a crée une échelle, subjective, de mesure de l'intensité des séismes sur base des effets produits, et classifié les types d'éruptions volcaniques.

 

 Vulcano in 1889

                       Vulcano - éruption du 21.09.1889 - archives photo G.Mercalli.

 

Elle ne fit pas de victimes, l'île n'étant peuplé que de bagnards extrayant le minerai.

Guy de Maupassant relate sa visite à Vulcano, en 1890, dans son livre "La vie errante" ; en voici un extrait :

 

"Je commence à monter par un étroit sentier qui serpente dans la cendre et dans la lave, escarpé, glissant et dur. On aperçoit une immobile cascade de soufre qui s’est épanchée par une crevasse. On dirait des ruisseaux de féerie, de la lumière figée, des coulées de soleil. J’atteins enfin, sur le faîte, une large plate-forme autour du grand cratère. Le sol tremble, et, devant moi, par un trou gros comme la tête d’un homme, s’échappe avec violence un immense jet de flamme et de vapeur, tandis qu’on voit s’épandre des lèvres de ce trou le soufre liquide, doré par le feu. Il forme autour de cette source fantastique, un lac jaune bien vite durci. Plus loin, d’autre crevasses crachent aussi des vapeurs blanches qui montent lourdement dans l’air bleu. J’avance avec crainte sur la cendre chaude et la lave jusqu’au bord du grand cratère.

Au fond de cette cuve immense appelée la Fossa, large de cinq cents mètres et profonde de deux cents mètres environ, une dizaine de fissures géantes et de vastes trous ronds vomissant du feu, de la fumée et du soufre, avec un bruit formidable de chaudières. On descend le long des parois de cet abîme, et on se promène jusqu’au bord des bouches furieuses du volcan. Tout est jaune autour de moi, sous mes pieds et sur moi, d’un jaune aveuglant, d’un jaune affolant."

 

Phase 5 : Vulcanello.

Actu-5-6176-copie.jpg

Carte géologique simplifiée - photo prise au centre GNV "Marcello Carapezza à Vulcano.

 

 

Tandis que se construit le cratère de Fossa I, Vulcanello naît sur la faille N-S. L'activité de ce volcan à trachyandésite, trachyte et téphrite à leucite, commence selon plusieurs historiens en 183 avant JC., et se poursuit en 126 et 91 av.JC. Il s'agit d'abord d'une île.

Vulcanello---Keller-1980.jpgTrois cratères partiellement imbriqués sont responsables de l'activité volcanique, qui durera jusqu'en 1550 après JC; à cette date, Vulcanello est reliée à l'île principale par une accumulation de dépôts pyroclastiques, qui va former un isthme entre les ports de Vulcano levante et V. ponente.

Carte schématique des cratères de Vulcanello - Keller 1980.

 

P1000498.JPG

Les cratères de Vulcanello, vus du haut de La Fossa - avec à gauche, Lipari et à droite, Panarea - © Frédéric & Carole Hardy


Un lieu de l'île s'appelle la « Vallée des Monstres » - la Valle dei Mostri, située non loin du volcan. En fait ce sont de très vieilles projections de bombes qui ont formé des silhouettes naturelles torturées.

 

Actu-5-6260-copie.jpg                                   Vulcanello - Valle dei Mostri - © B.Duyck


Actu-5-6266-copie.jpg  Les « rochers errants » évoqués par Circé, dans le chant XII de l'Odyssée d'Homère, seraient les faraglioni situés entre Lipari et Vulcanello. - © B.Duyck

 


 

Sources :

  - Guide des volcans d'Europe et des Canaries - M.Krafft & de Larouzière.

- Documents INGV - Instituto Nazionale di Geofisica e Vulcanologia & GNV - Gruppo Nazionale per la Vulcanologia, reçus au Centro GNV "Marcello Carapezza"  de Vulcano.

 

- Lazzaro Spallanzani, “Viaggi alle due Sicilie e in alcune parti dell'Apennino”, 1797 (Voyages dans les deux Siciles et dans quelques parties des Apennins).

- Guy de Maupassant - "La vie errante".

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog