Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques

Surtsey, protégée depuis sa naissance de toute intervention humaine, constitue un laboratoire naturel.

Elle produit une information sur les processus de colonisation d’une terre nouvelle par les plantes et les animaux, sur le long terme.

 

Surtsey---Unesco-world-heritage.jpg                   Surtsey, un univers minéral neuf ... à peupler ! - photo Unesco World's heritage.


Les pionniers :

Dès le début de 1964, les scientifiques, seuls humains autorisés à y poser le pied, ont pu observer l’apparition de pionniers.

Les premiers colonisateurs sont des diatomées, retrouvées sur les plages de sable en août 1964, suivies par les moisissures, les bactéries et les champignons. Les organismes marins ont usé de nombreux moyens pour atteindre l’île.

 Les courants marins ont dispersé les spores des algues, et les larves du plancton. Les animaux qui avaient un stade larvaire sessiles et a vécu sur le fond de la mer à proximité lorsque l'éruption a commencé ont eu un avantage par rapport à d'autres espèces benthiques … ils furent capables de coloniser cette terre dès que les phénomènes éruptifs se sont apaiser et que la cendre ne la recouvrait plus.

Des  oiseaux marins, vivant dans les zones littorales proches, ont pu apporter dans leur plumage spores et larves animales.


L’arrivée des premiers organismes : Leurs mécanismes de débarquement sont variés : dispersion par la mer, par le vent, par les oiseaux.


Au printemps 1965, des graines et des parties de plantes furent dropés par les flots sur le nouveau rivage. La première espèce fut Cakile artica, Caquillier arctique, une crucifère de la famille des moutardes, suivie de Honckenya peploides, le pourpier de mer – Leymus arenarius, le seigle de mer – Martensia maritima, la mertensie maritime. Ces graines, supportant les eaux de mer, sont vraisemblablement originaires d’Heimaey ou de la côte sud de l’Islande, respectivement à 18 et 32 km.

Des matériaux dérivants ont pu contribuer à l’apport de graines, de petites plantes ou d’animaux.

 

Cakile-arctica.jpg                    Cakile artica, Caquillier arctique, une moutarde pionnière - photo Dick Vuijk

 

pourpier-de-mer--Honckenya-peploides---Ivan-Bilek.jpg                  Honckenya peploides, le pourpier de mer- Photo Ivan Bilek / naturfoto.cz


Outre cette dispersion marine, on relève la dispersion éolienne des graines et fruits. Les premieres plantes utilisant ce moyen furent le séneçon vulgaire – Senecio vulgaris et la linaigrette – Eriophorum species, divers saules – Salix herbacea, lanata,et phylicifolia, les pissenlits – Taraxacum sp.

Les mousses, les lichens, les champignons et les algues ont également profiter des vents …

 

Surtsey-vegetation-pionniere-2012---Olafsson-E-jpg             Surtsey - végétation pionnière sur les champs de lave - 2012 - photo E. Olafsson


La dispersion par les oiseaux migrateurs ou pélagiques, transportés sur leurs pattes ou dans leur plumage, ou par l’entremise de leurs fientes se fait dans un premier temps lors de leur passage, dans un second lors des premières installations.

 

Black_Guillemot_Cepphus_grylle---Boaworm.jpg                                Guillemot à miroir sur une falaise - photo Boaworm


Les premiers oiseaux ont commencé à nicher sur Surtsey trois ans après la cessation de l’activité volcanique. En 1970, les nids de deux guillemots à miroir – Cepphus grylle et d’un pétrel fulmar – Fulmarus glacialis sont découverts. Puis c’est au tour d’autres espèces pélagiques et/ou nordiques. Le premier passereau à nicher est le bruant des neiges – Plectrophenax nivalis (maintenant appelé Plectrophane des neiges) en 1996.


Bruant-des-neiges-juv.-1--ois.-nicheur-1996---D.Bergman-20.jpg

                    Bruant des neiges juvéniles en 1996 - photo Surtsey research center


Depuis, 89 espèces d’oiseaux y ont été dénombrées, dont 57 espèces nicheuses en Islande. Surtsey abrite 60 espèces de plantes, 75 de bryophytes, 71 de lichens et 24 de champignons ; 335 espèces d’invertébrés ont été relevées.

 

Sources :

- The Surtsey Research society - link

- Surtsey - Unesco World's Heritage center - link

 

Commenter cet article

circuit sud maroc 26/02/2013 16:07


Manififique il n'y a pas plus beau que la nature

Articles récents

Hébergé par Overblog