Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Dossiers

Une avalanche de débris est un phénomène catastrophique qui affecte un volcan, qu’il soit en éruption ou non.

Il s'agit de l'effondrement d'un flanc entier d'un édifice volcanique qui peut avoir plusieurs origines distinctes :

- l'effondrement d'une partie de l'édifice est peut être liée à la remontée d'un volume de magma qui, une fois à l'intérieur du volcan, se stocke et forme une poche qui déforme et déstabilise l'édifice. Lorsque l'instabilité est trop grande, le morceau de volcan déformé se détache et glisse, libérant la poche qui "explose". Le souffle de cette explosion, chargé de cendres, est nommé "blast" . Il peut détruire des surfaces assez vastes (600 km² environ pour le Mont St Helens en 1980, et environ 500 km² pour le Bezymianny en 1956).

- l'effondrement peut se faire de manière passive, sans la moindre intrusion magmatique et sans la moindre activité volcanique.

 

crateres-sommitaux-et-Valle-del-bove-copie-2.jpg                                Etna : cratères sommitaux et Valle del Bove - image ASTER.


De nombreux volcans dissymétriques présentent une instabilité sectorielle et des marques de glissements de terrain : La Valle del Bove sur l’Etna, la Sciarra del Fuoco sur l’île de Stromboli, le Piton de La Fournaise et le Kilauea sur Hawaii .

Toutes choses étant égales, un volcan présente une instabilité supérieure à une montagne de même gabarit ; différentes fractures et des niveaux hydrothermalisés constituent des niveaux de glissements privilégiés, favorisés par les micro-séismes.

L’établissement des cartes de risques nécessite de prendre en compte différents facteurs : la pente et le dénivelé, l’orientation, la lithologie et les discontinuités, le climat, la végétation.

 

08.1980-USGS.jpgMt St Helens , l'avalanche de débris ponctuée de petits lacs colorés différemment selon la composition chimique des eaux - photo Lyn Topinka /USGS - 08.08.1981

 

L’éruption du mont St Helens illustre bien le cas d’un effondrement consécutif à une intrusion magmatique :

msh_N-S_1980_xsec.gif

                                          Coupe du Mont St Helens - doc. USGS Lyn Topinka.

 

Depuis le mois d’avril, les géologues avaient averti du danger de ce bombement et des risques de glissements de terrain pouvant générer une éruption.


250px-StHelen eruption sequence 1-2

Déroulement de la séquence éruptive - doc. J.Dréo

S : dôme sommital - G: Goat dome - C: cryptodôme (intrusion) - L: Glissement de terrain (Landslide) - E : phase primaire de l'éruption.

 

Le 18 mai, à 8 h 32, sans crier gare, un tremblement de terre de magnitude 5,1 fait s'effondrer, environ 10 secondes après (entre 7 et 20 secondes)  , la face nord de la montagne. C'est l'un des plus grands glissements de terrain connus de l'histoire. Il progresse à vive allure, entre 175 et 250 km/h, et traverse le bras ouest du lac Spirit ; une partie du glissement atteint une crête de 350 m de haut à quelque 9,5 km au nord. Une partie du glissement passe par dessus la crête, mais la majeure partie s'écoule 21 km en contrebas, le long de la North Fork Toutle river, recouvrant la vallée d'une couche de débris épaisse de plus de 180 m. Une surface de près de 62 km² est recouverte et le volume total des dépôts atteint 2,9 km³.

La majeure partie de l'ancienne face nord du mont Saint Helens n'est plus qu'un amas de gravats de 27 km de long, pour une épaisseur moyenne de 46 m. L'effondrement, épais de 1,6 km au niveau du lac Spirit, s'affine dans son extrémité occidentale. L'eau du lac Spirit, temporairement déplacée par le glissement de terrain, génère une vague de 180 m de haut qui va s'écraser contre la crête au nord du lac et ajoute 90 m de gravats à l’ancien lit du lac, élevant sa surface de près de 60 m.

 

may18_devastmap.gifCarte des dévastations liées à l'éruption de 1980 - importance relative de la zone de blast (jaune) par rapport à la zone d'avalanche de débris (brun hachuré) - doc. USGS

 

S.W.Kieffer-USGS.jpg                             Un arbre déchiqueté par la puissance du blast - photo S.W.Kieffer / USGS

 

Sources :

- Volcanologie - J-M.Bardintzeff - éd.Dunod

- USGS / CVO - Cascades Volcano Observatory - St Helens

- USGS special report : eruptions of mount St Helens, past, present, and future.

- USGS Mount St Helens may 18, 1980 eruption

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog