Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Les îles Amsterdam et Saint-Paul figurent parmi les îles les plus isolées au monde, situées à plus de 3.000 km. de tout continent, à mi-route entre l’Afrique du sud et l’Australie.

 

Leur climat est un climat océanique tempéré (13,5°C en moyenne) mais très venteux et pluvieux. Situées au-dessus de la zone dite de convergence antarctique, séparation des eaux chaudes de l'Océan Indien et froides de l'Océan Antarctique, les îles ne connaissent pas de neige ou de gelée.

Aucune population résidente ne vit sur ces îles mais une base scientifique permanente, la base Martin-de-Viviès, est installée sur l'île Amsterdam et accueille sans discontinuer depuis 1949 des missions successives qui comptent entre 23 et 35 personnes selon la saison.

 

taf9901b.jpg

               Timbre commémorant le 50° anniversaire de la base scientifique d'Amsterdam - 1999.


Il n'y a en revanche pas de présence humaine permanente sur l'île Saint-Paul, qui n'est visitée que lors de brèves expéditions scientifiques ou écologiques.

 

Dorsale-est-indienne---ac-nancy-metz-copie.jpgSituation des îles Amsterdam et Saint-Paul sur la dorsale est-indienne - doc. ac-Nancy-Metz.

 

Geologie-de-St.jpgCes deux îles sont localisées sur la dorsale étroite est-indienne, entourée de grandes profondeurs (plus de 3.000 m.), séparant les océans Indiens et Antarctique.


Cadre géodynamique des îles St. Paul et Amsterdam
Détail du plateau d’Amsterdam – St. Paul.


Lignes doubles: axe de la ride Est-Indienne.

Lignes pleines: failles transformantes.

Tiretés: lignes de crête de la dorsale océanique. (d'après Nougier, 1982).

 

 

AmsterdamIsl_Map---Varp.png

 

 

 

 

 

 

 

 

Ile Amsterdam - doc. TAAF / Varp.

 

Amsterdam est une île ovale, de 8 km. sur 6, culminant à 881 mètres ; c’est un volcan constitué de laves et scories basaltiques, provenant de la dizaine de cratères rencontrés sur l’île ; les deux principaux sont le Mont de la Dive (867 m.) et La grande Marmite (730 m.). 

A Amsterdam, seulement 5 % du paléo-volcan, le Mont Fernand, est visible. Il occupait le sud-ouest de l'île et la coupe faite dans son flanc à la Pointe d'Entrecasteaux, montre qu'il est constitué de brêches basaltiques injectées de dykes, le tout étant surmonté par des coulées de laves monotones.

Le néo-volcan de la Dives est dû à une migration de deux km vers l'est-nord-est du réservoir magmatique. Son activité a entièrement nappé les flancs du paléo-volcan, colmatant notamment sa caldeira, le plateau des Tourbières. Le cône sommital est caractérisé par une petite caldeira de deux km de diamètre qui s'est vidée vers le nord au cours de trois phases successives. De grandes fractures radiales sont ponctuées d'une vingtaine de cônes scoriacés étagés depuis le sommet (Museau de Tanche) jusqu'à la base de l'île (cratères Dumas) dont l'activité semble très récente (une à deux centaines d'années).

Avant les derniers épanchements du volcan de la Dives, de grands effondrements selon des axes de failles nord-est/sud-ouest et nord-ouest/sud-est ont éventré le paléo-volcan. On peut estimer que malgré l'absence de phénomènes post-volcaniques, Amsterdam est un volcan qui doit être considéré comme potentiellement actif.

Des données paléomagnétiques suggèrent une formation de l’île au cours des derniers 690.000 ans.

 

La partie occidentale de l’île est bordée de hautes falaises, de 400 à 700 mètres de haut, la partie orientale descend de manière plus adoucie vers la mer, mais le seul accès possible se trouve au nord, où s'est installée la base Martin de Viviès.

-Phylica_arborea-s.-Amsterdam---B.Navez.JPG

                               Ile Amsterdam - Phylica arborea - photo B. Navez.

 

La végétation naturelle des îles est de type herbeux, plus ou moins dense. L'île d'Amsterdam est la seule île des TAAF où l'on trouve une espèce d'arbre, le Phylica arborea, plus présent sur le versant Est de l'île. En 1726, la forêt de Phylica couvrait 1.500 ha , dense au point d’être impénétrable … en 1875, elle ne couvrait plus que 250 ha, et en 1980, il ne restait que quelques arbres.

Cette forêt a faillit disparaître, sous l’action combinée de feux générés par la dernière éruption, et surtout la présence de vaches sauvages, descendant d’un élevage tenté au 19°siècle. Jusqu’en 2010, il subsistait 600 têtes, qu’on a supprimé maintenant. Depuis on a replanté 7.000 arbres issus de graines.

Albatros_a_bec_jaune---Vincent-Legendre.JPGLe Philica arborea se retrouve aussi sur l’île Cought, de l’archipel de Tristan da Cunha, fort éloigné … Le transport de ses graines par l'albatros à bec jaune (Diomedea chlororhynchos - Thalassarche chlororhynchos) pourrait expliquer cette parenté à longue distance.

 


St-Paul-et-Amsterdam---Lucia-Simon.jpg

                                                 L'île Saint-Paul - photo Lucia Simon.

 

expe.-SMS-Gazelle---ph.NOAA-Library.jpgL'île Saint-Paul, sur une gravure de l'expédition du S.M.S. Gazelle, un navire Prussien, en 1874-76 - doc. NOAA Library.


L’ile Saint-Paul, de forme triangulaire , est située à 80 km. au sud de l’île Amsterdam.

C’est un ancien cône de tuff, surmonté d’un stratovolcan basaltique, coiffé d’une caldeira de 1,8 km. de diamètre.

StPaul_Map---Varp.pngUne moitié de la partie nord-est du volcan s’est effondrée en mer , suivant une faille orientée N-O. La caldeira centrale ainsi ébréchée, laisse une baie profonde de 80 m. et large de 1.000 m., connectée à l’océan par un chenal d’une profondeur de quelques mètres.

Des zones géothermales sont situées le long du pourtour de la baie, ainsi que sur le bord de la caldeira, à 268 m. de haut.

La seule éruption historique est datée de 1793, originaire d’un évent sur le bas-flanc SO.

 

Ile Saint-Paul - doc. TAAF / Varp.

 

 

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Amsterdam island

- Global volcanism Program - St. Paul

- Les îles Amsterdam et Saint-Paul - par S. Doucet & al.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog