Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Les-glorieuses---grd.---Lys-ISS002-E-6913.JPG

Les îles Glorieuses, vues de l'ISS : à gauche, la Grande glorieuse - à droite, l'île du Lys - photo ISS002E6913 / Nasa.


Situées à l'ouest de Madagascar, entre la grande île et le continent africain, les îles Eparses du canal du Mozambique ont, malgré leur éloignement, des caractéristiques communes : période de découverte, utilisation ancienne par les pirates, importance actuelle pour la souveraineté sur les zones de pêche, géologie et formation. Elles ne sont pas visitables ; seuls des militaires ou des scientifiques les occupent.

 


 

erudit-erudit.cgq70.cgq1666.014890arf002n.pngLes zones économiques exclusives des îles de l'ouest de l'océan Indien et leurs frontières virtuelles - doc. l'Erudit.

 

grd.-glorieuse---B.Gysenbergh.jpg                     Les Glorieuses -  Grande Glorieuse - photo Benoît Gysembergh / Match

 

 

Les Glorieuses ont été découvertes tout au début du 16° siècle par un navigateur espagnol, le capitaine Juan de Nova, qui était au service de don Manuel 1er du Portugal. Utilisées occasionnellement comme refuge par les pirates, les Glorieuses sont restées inhabitées.

En 1879 un Français, Monsieur Caltaux, y fait escale. De retour à Nossy Bé, il demande au Ministre de la Marine et des Colonies de bien vouloir lui accorder la concession des Glorieuses. Ce dernier accède verbalement à sa requête en lui précisant toutefois que ce sera "à ses risques et périls..." et en avril 1882, Mr Caltaux fait flotter le drapeau de la France sur les Glorieuses. Il y revient trois années plus tard pour mettre en oeuvre son projet de plantation de cocotiers afin d'exploiter le coprah. C'est à cette époque que Mr Caltaux doit faire face aux revendications des Anglais, mais sûr de son bon droit il refuse de quitter l'île. Informé des prétentions britanniques, le gouvernement français affrète un navire de guerre "Le Primauguet" qui arrive sur zone et hisse le drapeau national sur l'île le 23 août 1892. Le 6 août 1896, le gouvernement français promulgue une loi notifiant aux puissances étrangères que "Madagascar et dépendances" sont une colonie française. Le 31 octobre 1897, la France par un acte officiel prend possession des Glorieuses, d'Europa et de Juan de Nova.

 

Ile-du-Lys---B.Gysenbergh.jpg                                Les Glorieuses - l'île du Lys - photo B.Gysembergh / Match


iles-glorieuses.gif

L’archipel des Glorieuses est formé d'un atoll allongé orienté dans le sens nord-est-sud-ouest. Il est composé d'un lagon intégralement fermé par une barrière de corail à l'exception de quelques passes et dans lequel se trouvent deux îles de sable corallien :
- l'île Grande Glorieuse de forme circulaire avec trois kilomètres de diamètre et située dans le sud-ouest du lagon.
- l'île du Lys de forme triangulaire avec 600 mètres de diamètre et située dans le nord-est du lagon.
La barrière de corail émerge en trois points :
- le Rocher du Sud, au sud de l'île Grande Glorieuse ;
- les Roches Vertes, entre l'île Grande Glorieuse et l'île du Lys ; et
- l'île aux Crabes (ou l’île aux Épaves), au nord de l'île du Lys.


Photographie-d-un-recif-corallien-fossile-affleurant-aux-il.png

                   Les Glorieuses - affleurement d'un récif corallien fossile - St Jorry / Ifremer.

 

Toutes ces terres émergées sont plus ou moins reliées entre elles à marée basse par un banc de sable.
Les îles cumulant une superficie de 7 km2 sont formées de dunes de sable calcaire d'origine corallienne et sont très basses, le point culminant de l'archipel étant constitué par une de ces dunes située dans le nord-est ou l'est de l'île Grande Glorieuse et culminant à douze mètres d'altitude. Le littoral des deux îles, qui totalise 35,2 kilomètres de longueur, est intégralement formé par une plage de sable.

 

Les timbres en provenance de ces îles reculées sont toujours appréciés des philatélistes ...

 

carnet_eparses_p4.jpgEn vedettes, le Noddi brun, le veloutier blanc et deux formations géologiques des Glorieuses: une vasque de rétention sur le platier, et un bout du récif corallien fossile à marée haute (voir photo ci-dessus).


Vue_aerienne_europa---Roger-Kerjouan-copie-1.jpg                                       Les îles Eparses - Europa - photo Roger Kerjouan

Europa :
Comme les autres îles du Canal, Europa a vraisemblablement été découverte par les marins de la Compagnie des Indes, dès le début du 16éme siècle, mais compte-tenu de son inhospitalité est restée longtemps délaissée, servant seulement semble-t-il, de repère pour les pirates fuyant la Marine Royale.
Souvent confondue avec Bassas da India, elle fut reconnue avec certitude en 1774, par le bâtiment anglais ‘’Europa’’ qui lui donna son nom.
Son rattachement à la France date du 9 août 1896, mais c’est un acte officiel du 31 octobre 1897, qui déclare expressément Europa, possession française après que le drapeau y eut été planté.
De 1903 à 1923, de petites colonies y ont vécu, notamment des familles réunionnaises, puis sans doute des seychellois. A cette époque, des tentatives d’exploitation de sisal et de tortues de mer pour leur écaille, ont semble-t-il été entreprises.

Total_internal_reflection_of_Chelonia_mydas_.jpgChélonia mydas, la tortue franche, appelée aussi tortue verte (du nom de la teinte verdâtre de sa graisse, et non de sa carapace acajou) a une espérance de vie comprise entre 60 et 100 ans. Son poids varie entre 90 Kg et 190 Kg pour une longueur qui va de 82 cm à 115 cm. Les jeunes tortues franches sont surtout carnivores (invertébrés, oeufs de poisson). Adultes, elles changent de régime alimentaire et passent de longues heures à brouter les herbiers sous-marins. photo FNPSA

 

L'île fut ensuite souvent visitée par des naturalistes de passage ou des bâtiments de la Marine Française qui en affirmaient la souveraineté. De nombreux naufrages ont eu lieu durant cette période.
Dès 1948, les météorologistes installent leur station d’observations, qui fonctionne de façon continue depuis.
Après avoir été attachée successivement aux provinces de Tananarive en 1921, Morombé en 1930, Nossy-Be en 1932 et Tulear en 1949, Europa dépend directement du Gouverneur de la république Française depuis 1960.
 

Juan-de-Nova---Nasa.jpg

                        Iles Eparses - l'île Juan de Nova - photo Nasa / meretmarine.

 

Juan de Nova :
En plein centre du Canal de Mozambique, Juan de Nova se situe par 17°03’ de latitude Sud et 42°42’ de longitude Est.
La forme de l’île rappelle vaguement celle d’une enclume, dont la largeur mesurerait environ six kilomètres et la hauteur deux kilomètres.
Située à cent cinquante kilomètres de la côte Ouest de Madagascar (Tambohoramo), soit à deux cents kilomètres dans l’Ouest-Sud-Ouest du Juan-de-Nova.gifCap Saint-André, cette île corallienne est recouverte d’une pellicule de sable blanc très fin.
Un vaste lagon, peu profond, entoure l’îlot, dont le point le plus élevé culmine à une douzaine de mètres.
Juan de Nova fut reconnue par le Capitaine du même nom dès 1501, mais fut longtemps délaissée en raison de son exiguïté, ne servant guère que de refuge aux pirates.
L’histoire rapporte la révolte ayant éclaté en 1870, alors qu’un bateau français y était mouillé dans le but de ramener à Port-Louis de l’huile de poisson. 
Juan de Nova fit partie des dépendances de Madagascar et successivement rattachée administrativement à la province de Tananarive (21 novembre 1921), puis au district de Maintirano (14 mars 1930) et à celui de Nossy-Be ( 16 juin 1932).
Le phosphate a été exploité à partir du guano dès la fin du 19ème siècle par des seychellois et en 1923, on estimait que cinquante trois mille tonnes de phosphate avaient été exportées depuis le début. L’exploitation par les Seychellois pris fin durant la dernière guerre mondiale, en 1940- 1941.

-Bassas da india - Nasa 2002                               Les îles Eparses - l'atoll Bassas da India - photo Nasa 2002.

 
Bassas da India :
Situé par 21°27’ Sud et 39°45’ Est, à cent cinquante kilomètres dans le Nord-Nord-Ouest d’Europa, l’atoll corallien de Bassas da India est en forme de couronne très régulière, découverte à marée basse et isolant alors un lac intérieur peu profond d’une dizaine de kilomètres de diamètre.
D’après une carte ancienne du géographe italien Coronelli, cette île aurait été découverte par le pilote portugais Gasparos Gonsalues. Particulièrement traître pour les navires faisant route, le récif de Bassas da India est à l’origine de nombreux naufrages, notamment de vaisseaux portugais du 17° siècle.
Comme Europa et Juan de Nova, la loi du 6 août 1896 attache l’île à la France, mais c’est l’acte officiel du 31 octobre 1897 qui fait foi du dépôt officiel du pavillon français; le 1° avril 1960, elles dépendent directement du gouvernement de la France.


 

Sources :

- TAAF- Les terres australes et antarctiques Françaises.

- Iles Eparses, les cailloux oubliés de la République - Match.

- Les îles Glorieuses - Légion étrangère.

Commenter cet article

anonyme 02/08/2014 16:06

les iles éparses sont très belle se serait dommage de les donner a Madagascar a cause de leur revendication car si on leur donne elles seront piller et il ne restera rien de ce jolis écosystème qui est encore vierge

Articles récents

Hébergé par Overblog