Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

mt_cameroon---wordpress.jpgVue satellite du massif volcanique du Mont Cameroun - notez en bas à droite, la coulée atteignant la côte - doc.Wordpress.

 
Le mont Cameroun domine de ses 4.095 mètres la côte du Golfe de Guinée. Ce massif volcanique , à dominante basaltique à trachybasaltique, est installé Mt Cameroon -eosnapsur un horst qui s’est construit sur un sous-bassement de roches métamorphiques daté du Précambrien, couvert de sédiments allant du crétacé au quaternaire.


Le Mt. Cameroun - doc. Eosnap 26.01.2009

 

Il constitue un énorme volume de 1.400 km³, de forme allongée selon un axe SSO-NNE et mesure 70km. de long sur 40 km. de large. Plus d’une centaine de petits cônes de cendres sont parallèles à l’axe du volcan ; ils sont responsables de coulées de lave qui trouent le couvert forestier du massif. Le point culminant est le pic Fako.
Un volcan-satellite, le Mont Etinde, connu aussi comme le petit Cameroun, est situé sur son flanc sud , à proximité de la côte.

 

 

Mont-Cameroun-little--2003---Norman-roy.jpg

                   Le mont Etinde, ou Little Cameroon, en 2003 - photo Norman Roy.

 

Son activité historique fut observée pour la première fois en l’an 450 et relatée par Hannon, général et navigateur Carthaginois : « Nous côtoyâmes une terre odoriférante et embrasée, d’où sortaient les torrents de feu qui se précipitaient dans la mer. Le sol était si brûlant que les pieds ne pouvaient en supporter la chaleur. Nous nous éloignâmes au plus vite de ces lieux, et nous continuâmes notre voyage. Pendant quatre nuits, la terre nous paru couverte de feux, du milieu desquels s’en élevait un qui semblait atteindre jusqu’aux astres. Au jour nous reconnûmes que c’était une haute montagne nommée "Char des Dieux" ».


Son activité fréquente est de type explosif modéré, strombolien, ou effusif de type hawaiien, au départ du sommet ou des évents situés sur ses flancs.

L’éruption de 1922, qui marqua son flanc S.O. (cratères Waldau), a produit une coulée de lave qui a atteint la côte atlantique.

 

Cameroun---16.10.1982---Tom-humphrey.jpg Mt. Cameroun - 16.10.1982 - réactivation d'un ancien cinder cone - - Photo courtesy of Tom Humphrey (Gulf Oil). / GVP 

 

Cameroun-1982---Tom-Humphrey.jpg   Coulées de l'éruption d'octobre 1982 - Photo courtesy of Tom Humphrey, 1982 (Gulf Oil). / GVP

 

En 1982, une éruption réactive un ancien cône situé sur une fissure à 2700 m d’altitude, avec émission d’une coulée qui parcourt 11 km.
Le premier réseau de surveillance sismique ne fut installé qu’en 1984, par l’unité de géophysique et de recherches volcanologiques de l’IRGM – Institute for Mining and Geological Research. 


En 1999, une éruption débute le 28 mars, après un essaim sismique, sur le flanc sud à une altitude de 2.650 m. Le 30 mars, un second point d’émission situé plus bas, vers 1.400 m., produit une volumineuse coulée aa qui se divise en plusieurs branches et présente, début avril, un front de coulée impressionnant : 3 km de large et une hauteur de 15-25 mètres. La coulée aura parcouru 12 km. à la fin de l’éruption, le 22 avril. Elle se compose de basanite avec des cristaux d’olivine et de clinopyroxène, des plagioclases et des titanomagnétites.

 

couleeMtCameroun---99---JP-Tchankoue.jpg

                     Mt. Cameroun 1999 - le front de la coulée aa - photo J.P. Tchankoue

 

Cameroon---coulee-99---uml.edu.jpg

                     Mt. Cameroun - une piste coupée par la coulée de 1999 - photo uml.edu.

 

Sa dernière manifestation a lieu entre le 28 mai et le 19 juin 2000, sur deux sites séparés de 3 km : le premier est constitué de deux cratères alignés N.E.-S.O., à 4.000 m d’altitude, marqués par des explosions sporadiques de gaz et pyroclastes, incluant du matériel juvénile. Le second évent est situé à 3.300 m. d’altitude : une large fissure alimente deux lacs de lave, entourés de spatter cones, et des coulées de lave.


Mount Cameroon craters 2000 - ph.Amcaja

                   Mt. Cameroun - les cratères de l'éruption 2000 - photo amcaja

 

Cameroun---geolmag-copie.jpg

                   Carte du Mt. Cameroun et de ses coulées de 1909 à 2000 - doc. geolmag

 

Le mont Cameroun émet des basaltes alcalins, des hawaiites et des mugéarites. Ce volcanisme de la série alcaline ainsi que les autres volcans de la "ligne du Cameroun", correspond à un volcanisme intra-plaque.

 

CVL---colonnes---uml.edu.jpg

                                     CVL - colonnades basaltiques - photo uml.edu.


Le nom Cameroun derive de la dénomination portuguaise de l’embouchure du fleuve Wouri : "rio dos Cameros " , ainsi baptisé à sa découverte en 1472, pour son abondance de crevettes. Le mont Cameroun est appelé Mount Cameroon ou Cameroon Mountain en anglais et Mongo-mo-Ndemi en bakweri, ce qui signifie en français "montagne des Dieux". Le volcan était appelé Gotterberg, Kamerungebirge ou encore Victoriaberg du temps de la colonisation allemande.

 

L'ascension du Mt. Cameroun se fait en deux à trois jours par des sentiers de randonnée, avec l'aide de porteurs tarifés ... à moins de faire partie de la race des champions et de la tenter en un peu plus de 4h30, lors de la "Mount Cameroon Race of Hope", qui a lieu chaque année en février.

 


Sources :

- Global Volcanism Program - Cameroon

- Earth snapshot - Mt. Cameroon

- Pheniciens.com - le périple de Hannon

Commenter cet article

ANCELIN Grégory 26/12/2014 10:07

Bonjour Bernard,
J'ai eu le bonheur de trouver votre article... j'ai juste adoré... Je vis au Cameroun depuis 15 ans... Je grimpe le Mont Cameroun quasiment tous les Week-End...
J'ai récemment remonté la coulée de lave de 1999 de Semé New Beach ( Bakingili )... C'est un fleuve de basalte de 3 kilomètres de large a certain endroit... Nous avons mis 15 heures... a gravir 15 kilomètres et 2000m de dénivelé... sur cette coulée de lave, des crètes et des crevasses... des pierres de basalte qui roulent qui cassent qui moussent... une épreuve bien difficile sur une terrain à la fois désolant et magnifique changeant et évoluant a chaque kilomètres....
Je vais bientôt tenté celle de Ekona et de Idenau. Votre carte m'est bien utile car hormis celle de 1999 et 2000, les coulées sont invisibles sont Google Earth...
Merci pour ce bel Article.
Grégory

Mathieu 29/01/2012 16:06


Une petite correction sur la légende de la première image, la coulée n'a pas atteint l'océan, elle s'est arreté 10 m après la nationale, au grand dam des habitants

Bernard Duyck 30/01/2012 09:13



Merci Mathieu pour cette précision ! 



Christian GERARD 26/01/2012 12:49


"une masse de 1400 km3"


Désolé de taquiner, mais j'enseigne les sciences physiques depuis 38 ans, alors je ne peux résister : le km3 est une unité de volume, pas de masse !!!


Mais c'est juste pour taquiner : votre site est remarquable par le sérieux de sa documentation, et par le travail quotidien effectué.

Bernard Duyck 26/01/2012 14:51



Merci Christian, une faute d'inattention que je corrige de suite.


Restez connecté



Articles récents

Hébergé par Overblog