Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Iztaccihuatl---jakub-Hejtmanek.jpg

    Les pentes supérieures de l'Iztaccihuatl, "la femme blanche" - photo Jakub Hejtmanek.

 

L’Iztaccihuatl, ou Ixtaccihuatl, en nahuatl « la femme blanche », voisine le Popocatépetl dont il est séparé par le « passage de Cortès » ; le conquistador espagnol et ses troupes empruntèrent ce col, en route pour la capitale Aztèque, Tenochtitlan.   

Ce massif, la troisième plus haute montagne du Mexique, présente le profil d’une femme endormie, vu de Mexico City.

 

Izta-legende---jesus-Helguera.jpg

Les courbes du volcan suivent celles de "la femme blanche" allongée - dessin Jesus Helguera.


iztaccihuatl-partes

           Les différents pics de l'Iztaccihuatl - à 180° par rapport au dessin ci-dessus !

 

Une série de cônes qui se recouvrent le long d’un axe NNO-SSE forme l’épine dorsale de se massif de 450 km³., et ses pics représentent, selon la légende la tête (la cabeza), la poitrine (el pecho), les genoux (las rodillas) et les pieds (los pies) de la princesse Aztèque endormie là pour toujours. (voir la légende sur la page du Popocatépetl).

Les émissions andésitiques et dacitiques du Pléistocène, de même que le volcanisme récent, ont pour origine des évents proches du sommet. Les parois de la vallée à proximité de l’évent sommital El Pecho sont tapissées de coulées et nappes de tuff datés de 11.000 ans avant la dernière glaciation.

 

Izta---the-belly---summitpost.jpgIztaccihuatl - El Pecho et sa couverture blanche ; en arrière-plan, le Popocatépetl fumant - photo summitpost.

 

Iztaccihuatl---Cenapred---Alejandro-Boneta.jpg                                   L'Iztaccihuatl - photo Alejandro Boneta / CENAPRED.


Les évents plus jeunes sont localisés au sommet et dans une dépression entre El Pecho et Los Pies.

Un cône dacitique d’âge postglaciaire est situé sur le flanc sud de l’Iztaccihuatl, au nord de l’ensellement entre ce volcan et le Popo.

L’ensemble est marqué par une forte érosion glaciaire.

La première ascension répertoriée date de 1889, mais les toltèques doivent l’avoir escaladé beaucoup plus tôt, comme en témoignent des restes archéologiques trouvés juste sous le sommet : pierres gravées, poteries, jade et artefacts d’obsidienne.

Ces sommets sont devenus un point d’observation privilégié pour les volcanophiles, depuis l’interdiction qui frappe le Popocatepetl.

 

lamalinche-pastizales.jpg                           Le Matlalcueyetl - La Malinche - vu de Pastizales

 

Le stratovolcan Matlalcuéyetl, Matlalcueitl ou Malintzin, haut de 4.503 m, est situé au nord du groupe Iztaccihuatl-Popocatépetl , et au nord-est de la ville de Puebla; son nom, en langage Tlaxcaltèque, signifie « la dame à la jupe verte », une déesse de la pluie et des chants.


La-Malinche-et-Cortes.jpg                La Malinche, servant d'interprète à Cortès - d'après un ancien codex.


Son nom fut changé par les Espagnols en « Malintzin » , ou Malinche, nom d’une indienne, probablement de l’ethnie Nahua, qui les a aidé en tant que traductrice, conseillère et même maîtresse de Cortès, dont elle eut un fils. De nos jours, La Malinche est une figure populaire au Mexique, bien que présentant des aspects contradictoires : symbole à la fois de victime consentante, de trahison, on la considère aussi comme la mère symbolique du peuple mexicain. Dans les chroniques de Diaz del Castillo, on affirme qu’elle est la fille aînée du seigneur de Paynala, à la frontière entre l’empire Aztèque et celui des Mayas du Yucatan. A la mort de son père, elle est vendue à des marchands d’esclaves, puis aux espagnols.

 

malinche-sommet---Renato-Castro.jpg    Le sommet érodé de La Malinche (le personnage donne l'échelle ) - Photo Renato Castro

 

Ce volcan andésito-dacitique a commence à s’établir il y a 30 à 35 millions d’années ; il est fortement érodé par les glaciers et se pentes sont coupées de canyons profonds. Les flancs sont ponctués de cônes de tuff , dont le proéminent Xalapaxco, et de cratères d’explosion.

Le Xalapaxco tuff cone complex a été formé de 10 cratères se recouvrant, formés par des changements dans les apports aquatique et magmatique durant le déroulement de l’éruption, qui s’est produite dans des dépôts alluvionnaires sur les flancs bas de La Malinche.

Sa dernière éruption du volcan date de 1.170 avant JC, et a affecté par ses lahars le bassin de Puebla et les établissements précolombiens.

Bien que d’aspect tranquille, on rapporte d’étranges bruits en provenance du volcan.

Ses pentes basses sont couverts de terres agricoles qui cèdent le pas, avec l'altitude, aux chênes et aux oyamels (*), les sapins sacrés du Mexique (Abies religiosa). Les pentes supérieures sont constituées de prairies, ; le sommet est couvert de neiges durant une partie de l’année. De la base du massif, sourdent des sources d’eau potable et d’autres d’eau thermale, chauffée par le volcan.

 

(*) Anecdote concernant les oyamels : ils sont Monarques---ushuiaa-tv.jpgparticulièrement apprécié des papillons monarques - Danaus plexippus. Ces grands papillons migrateurs passent l'hiver (de mi-novembre à mars) à plus de 3.000 mètres dans les forêts de l'est-Michoacan, à 200 km. de Mexico. - vol nuptial des monarques / Ushuaia tv

 


 

Sources :

- Global Volcanism Program - Iztaccihuatl

- Global volcanism Program - La Malinche

- Les papillons monarques - Mexique-voyage.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog