Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Paricutin---ph.-Sparksmex.jpg

Vue partielle du champ volcanique Michoacán-Guanajuato et de ses nombreux cinder cones, dont le Paricutin à gauche  - photo Sparksmex.

Le champ volcanique Michoacan-Guanajuato, connu aussi sous le nom de Malpais, couvre une surface étendue de 200 km. sur 250, sur la Meseta Tarasca, et abrite 1.400 évents, dont les cinder cones actifs au cours des temps historiques, le Jorullo et le Paricutin.

Les cônes de cendres forment la forme volcanique prédominante, mais le volcanisme a formé ici des petits volcans-boucliers, pour la plupart datés du Pléistocène, des dômes de lave, des maars et des anneaux de tuff (dans la vallée de Santiago).

Le cône du Jorullo s’est formé au cours du 18°siècle et le Paricutin entre 1943 et 1952.

 

El Jorullo est né le 29 septembre 1759; après une série de séismes, le cône s'est développé jusqu'à atteindre 250 mètres au cours des six premières semaines d'activité principalement phréatique à phréatomagmatique au début, qui a couvert la région de coulées de boue, inondations et retombées de cendres. La suite de l'éruption fut magmatique. Elle se poursuivit durant 15 ans, ce qui est un record pour ce type de cône.

Le GVP l'a classée de VEI 4 - vol. de laves émis : 500 Mm³ - vol. tephra émis : 1.300 Mm³.

 

Jorullo-et-coulee-1759-74---Jim-Luhr-Smithso-jpgLe cône du Jorullo, à droite - à l'avant-plan, des coulées de lave émises entre 1759 et 1774 - photo Jim Luhr / Smithsonian Institute.

 

L’éruption du Paricutin a marqué les annales de la volcanologie, comme la première à être observée durant son cycle complet par les scientifiques. Outre les notes et peintures du Dr. Atl, la description la plus récente de cette éruption désormais classique figure dans le livre de Jim Luhr et Tom simkin (Smithsonian institution) « Paricutin, the volcano born in a Mexican cornfield » . Ce cône de scories figure parmi les volcans les plus récents de la planète, avec le Surtsey (né en 1963) et l’Ardoukoba (né en 1978).

 

Paricutin-1946---Dr-Atl-Modern-art-museum-INBA.jpg

Dr. Atl , Gerardo Murillo - Paricutín, 1946 (Atlcolor over masonite) - Collection of the Modern Art Museum , INBA


Trois semaines avant l’éruption, la population locale a été marquée par des grondements ressemblant au tonnerre, alors que le ciel était clair … bruits associés au séismes en profondeur sous le futur Paricutin.

Dionisio_pulido.jpgLe 20 février 1943, Dionisio Pulido et sa femme Paula, des fermiers, sont occupés à brûler des branches d’arbustes sur leurs champs, lorsqu’ils aperçoivent une fissure profonde de 50 cm, large de 5 cm. sur plus de cinquante mètres de longueur.

Il le raconte ainsi : " vers 16 heures,je suis occupé à mettre le feu aux branchages, lorsque je ressens un coup de tonnerre, les arbres tremblent et je me retourne pour parler à ma femme ; c’est alors que je vois, dans le trou, la terre se bomber et être projetée à une hauteur de 2 à 2,5 mètres, et une sorte de fumée ou de poussière grise, comme de la cendre, sortir d’une partie de la crevasse que je n’avais pas aperçu jusque là…. De suite plus de fumée commence à sortir, accompagnée d’un sifflement, bruant et continu, et d’une odeur de soufre ".

Après un premier instant de panique, comme il le dit : " je ne vois plus ma femme, ni mon fils, ni mes animaux … je regarde dans la fissure d’où sort la fumée et ma peur disparaît pour la première fois. Je cours pour essayer de sauver ma famille, mes compagnons et mes bœufs, mais je ne vois personne et je pense qu’ils doivent avoir amené les bêtes à la source. Mais je ne vois plus d’eau dans celle-ci … et je pense que l’eau doit être partie à cause de la fissure. Je suis vraiment effrayé, et j’enfourche mon cheval pour galoper  vers Paricutin, où je retrouve ma femme, mon fils et mes amis qui m’attendent. Ils ont craint ma mort et pensé qu’il ne me verrait plus jamais ".

 

Paricutin-01.08.1943---Carl-Fries-USGS.jpg

               Paricutin - activité strombolienne du 01.08.1943 - photo Carl Fries / USGS.


L’activité strombolienne produit en 24 heures un cône de scories haut de 50 mètres ; en une semaine, il a atteint 100 mètres sous l’accumulation de bombes et lapilli, et de fines poussières retombent sur le village de Paricutin. En mars, l’éruption gagne en puissance, générant un panache de plusieurs kilomètres de hauteur. Occasionnellement, l’activité devient vulcanienne, avec des explosions en « coup de canon » séparées par de courtes périodes de silence. Le 12 juin, une langue de lave s’avance en direction du village de Paricutin et la population évacue le jour suivant. Le village de San Juan Parangaricutiro est évacué quelques mois plus tard.

 

Paricutin-1943--2----archives-NOAA.jpg                          Paricutin - activité vulcanienne en 1943 - photo archives NOAA.

 

 

Paricutin 1943 - US Nat. archives Arno Brehme

Des indiens Tarascan observent l'éruption en mars 1944 depuis le Cerro de Equijuata - on peut voir le cône parasite Sapichu à la base du Paricutin (sur la gauche) et la coulée de lave de juin 1943 (au centre) - photo Arno Brehme / U.S.National Archives.

 

Paricutin---Taqui-lava-flow-44-45---Ken-Segerstrom-USGS.jpg                Paricutin - la coulée Taqui (1944-45) - photo Ken Segerstrom / USGS.


La coulée de lave Taqui commence le 8 janvier 1944, à la base sud-ouest du volcan, au niveau de la bouche latérale Nueva Juatita.. En avril, des langues de lave menacent San juan et l’envahissent le 17 juin … en juillet, l’église est entourée par la lave. En début août 1944, lorsque cesse la coulée, elle a atteint une longueur de 10 km. et seules les tours de l’église de San Juan dépasse d’une mer de lave « aa ».

 

ParangaricutiroParicutin.jpgparicutin-church.jpg

 

 

 

 

 

 

 

L'église de San Juan Parangaricutiro avant et après son ensevelissement - doc. archives

 

san-juan-parangaricutrio.5989.large_slideshow.jpg              San Juan Parangaricutiro dans son cocon de lave  - photo James A. Garner


A la fin de cette première phase qui a duré environ un an, le volcan a atteint la hauteur de 336 mètres. L’éruption du Paricutin a été particulièrement longue pour une éruption strombolienne monogénique, avec plusieurs phases éruptives couvrant au total une période de neuf années. La phase pyroclastique a duré deux ans, avant de passer à une phase plus effusive caractérisée par la sortie de la lave à la base du cône.

L’activité volcanique décline doucement,  jusque dans les derniers six mois, marqués par des explosions violentes. Elle cesse en 1952, après avoir couvert de lave 25 km². Le cône culmine maintenant à 424 mètres au dessus des champs de céréales.

 

Progression-du-Paricutin---Luhr-et-Simkin.jpg

Profil séquentiel montrant la croissance progressive du Paricutin - en rouge, les profils de la première année d'activité - les pointillés montre le profil avant l'effondrement du 09.06.1943- Notez la position du cône parasite Sapichu sur la gauche - doc. Luhr et Simkin 1993.

 

Paricu22-2--11.jpgSituation des évents du Paricutin, des villages recouverts et des coulées de lave avec dates - d'après doc. Pedro Corona Chavez

 

Paricutin---Jim-Luhr-1997-Smithso-jpg

Le cône du Paricutin et à l'avant-plan, le cône parasite Nuevo Juatita dont le sommet est blanchi par les sublimés fumerolliens ; le Nuevo Juatita est la principale source des coulées de lave entre 1944 et 1952.

 

La lave émise par le Paricutín est typique du volcanisme calco-alcalin d'un arc volcanique continental avec contamination crustale granitique donnant des laves basaltiques à andésitiques.

L’éruption du Paricutin est classifiée de VEI 4 par le GVP, qui mentionne un volume de laves émises de 700 Mm³ et de tephra de 1300 Mm³.

 

Paricu22-2--22-copie.jpg                      Schéma de la "plomberie" du  Paricutin - doc. Pedro Corona Chavez

 

 

 Sources :

- Global Volcanism Program - Michoacán-Guanajuato

- Liste des structures volcaniques du champ volcanique Michoacan-Guanajuato - link 

- El Paricutin - Una de las Doce Maravillas Naturales del Mundo by Pedro Corona Chávez , Universidad michoacana de San Nicolás de Hidalgo Instituto de Investigaciones Metalúrgicas, Departamento de Geología.

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog