Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

189327 1921995010948 1274264879 2351910 3332701 n (1) Vision aérienne du Poyauhtecatl, "celui qui habite dans la broiullard" en mars 2011 - photo René Goad / Volcanoplanet.

 

Le Pico de Orizaba, le plus haut pic du Mexique et le volcan nord-américain le plus élevé, avec 5.675 mètres, est connu sous plusieurs noms.

Connu en Nahuatl comme le Citlaltepetl, "le mont de l’étoile", en référence à la planète Vénus et Quetzalcoatl, il porte en Sahagun, le nom de Poyauhtecatl, "celui qui habite dans le brouillard".

Il tire son nom actuel de la ville d’Orizaba, mot d’origine Nahuatl : Ahuilizapan, déformé en espagnol en Aulizaba, puis Orizaba.

 

Pico_Orizaba---ph.-M.Kluber.jpg                                             Le Pico de Orizaba - photo M.Klüber.

 

L’Orizaba se dresse sur un socle volcanique ancien de 1,5 millions d’années, aux énormes proportions ; il s’est formé, selon Carrasco-Núñez, en trois grandes étapes, au milieu du Pléistocène.

- La première étape, datée de 650.000 ans, est marquée par l’effondrement d’un grand stratovolcan, dont il reste le massif de Torrecillas et une avalanche de débris sur le flanc nord.

- La seconde étape est la construction de la crête de l’Espelon de Oro (l’éperon d’or), liée à un volcanisme plus explosif. Cette période s’est terminée par l’effondrement de la structure il y a 20.000 ans, et la formation d’une caldeira ; celle-ci et l’avalanche de débris sont orientées vers l’est.

- La troisième étape a modelé le cône actuel, avec l’émission entre la fin du Pléistocène et l’holocène, de laves visqueuses andésitiques à dacitiques.

Plus récemment, sept phases explosives, accompagnées de croissance de dômes et de coulées pyroclastiques sont datées d’avant notre ère.

Notre ère a été marquée par quelques 15 éruptions de VEI souvent comprise entre 2 et 3 et l’émission de dacite; la dernière éruption a eu lieu en 1.846. (GVP).

 

montaOrizaba - montero.orgLe Pico de Orizaba et le Sierra Negra - les points rouges indiquent la position de quelques sites archéologiques - photo Montero.org

 

Pico-Orizaba--cratere---G.Carrasco-Nunez.jpg           Pico de Orizaba, cratère sommital - photo Gerardo Carrasco-Núñez / UNAM.

 

Le sommet actuel est tronqué par un cratère ovale de 400 à 500 m. de large et profond de 300 mètres.

Une coulée impressionnante de lave en blocs, de nature dacitique, émise au cours des temps historiques couvre une partie du flanc sud-ouest du volcan : épaisse de 110 mètres, elle s'étale en fin de parcours, à 5.500 m. du cratère, en un front large de 1..300 m.


 

Orizaba-coulee-dacitiqueSO.---G.Carraso-Nunez.jpg

 Pico de Orizaba, coulée dacitique du flanc SO. - à gauche de la coulée, le dôme de dacite Cerro Colorado, daté de moins de 90.000 ans -  Photo Gerardo Carrasco-Núñez, 2002 (Universidad Nacional Autónoma de México).

 

Une vallée au NE de l’Orizaba abrite une coulée de lave présentant des orgues volcaniques, appelée coulée Calcahualco : elle est datée de 530.000 ans, durant la première période de formation Torecillas, et originaire vraisemblablement d’un évent situé sur le flanc de ce premier édifice.

 

Pico-Orizaba---orgues---Lee-Siebert.jpg            Les orgues de la coulée Calcahualco - photo Lee Siebert / Smithsonian Institute.


Neuf glaciers différents le chapeautent, descendant sur tous ses flancs .

 

Il est fait mention de ce volcan dans les écrits anciens : le codex Vindononensis, les cartes Cuauhtinchan 1 et 2, et l’histoire Toltèque - Chichimèque.

On retrouve des traces archéologiques réparties en divers sites, quinze sont répertoriés pour l’instant : le flanc nord présente une abondance d’éclats d’obsidienne exploitée ici à la période pré-hispanique. La disposition des sites permet de retrouver les itinéraires suivis par le mineurs d’obsidienne.

Au sud, la présence de poteries marque un chemin processionnel vers les hauteurs jusqu’à plus de 4.500 m., et confirme l’ascension du volcan dès l’antiquité.

 

Le Sierra Negra, ou Cerro La Negra, est un voisin de l'Orizaba. Il culmine à 4.640 mètres.

Son nom prête à confusion ... le terme "sierra" est d'une part attribué en principe à une chaîne de montagne et non à un pic; ensuite, il existe une sierra Negra au sud de cette situation. Les noms Nahuatl conviendraient mieux : Tliltepetl ou Atlitzin.

Le sommet du Sierra Negra est le premier site au monde où fut installé le grand "Millimeter Télescope", construit pour l'observation par ondes radio de longueur d'one comprise entre 0,85 et 4 mm. Le LMT - large millimeter telescope - permet de voir des régions obscurcies par le brouillard interstellaire et de mieux comprendre la formation des étoiles.

Sa route d'accès, bien visible sut la troisième photo, est la plus haute d'amérique du nord.

 

CerroLaNegra-et-Pico-rizana---david-Tuggy.jpgLe Sierra Negra, coiffé du LMT, à gauche - Le Pico de Orizaba à droite - photo David Tuggy


Sources :

- Global Volcanism Program - Pico de Orizaba

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog