Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

Les grandes éruptions volcaniques, qui ont eu lieu en Italie et dans le Caucase, ont-elles donné le "coup de pouce" final au processus d'extinction de l'homme de Néanderthal, il y a environ 40.000 ans ?

 

723px-Ferrassie_skull-copie.jpg          Crâne d'un homme de Néanderthal - La Ferrassie - France - doc.wikimedia


L'examen des couches de sédiments dans la grotte russe Meznaiskaya, fréquentée à l'époque par l'homme de Néanderthal (*), montre une accumulation de cendres volcaniques, à une époque précédant leur extinction.

Parmi les couches analysées, la plus riche en cendres volcaniques , et correspondante aux « ignimbrites Campaniennes » (**) est dépourvue de pollens d’arbres, attestant que la majorité des plantes importantes pour la vie avait été détruite par les énormes éruptions volcaniques à cette époque … cette couche était « stérile, non adaptée à la vie ». Ce déficit en plantes a été suivi d’une baisse importante des populations de mammifères herbivores, source de nourriture essentielle pour les Néanderthaliens, chasseurs de grands mammifères. Privés de nourriture dans un environnement glacial nécessitant un apport calorique substantiel (estimé jusqu’à 5.000 calories par jour !) pour espérer survivre, les Néanderthaliens étaient condamnés à mourir de façon lente et assurée.


Selon l’équipe de Naomi Cleghorn, l’homme de Néanderthal, qui avait affronté avec succès différents âges glaciaires et de nombreuses catastrophes naturelles, n’aurait pas pu survivre à cette conjonction d’énormes éruptions survenant dans un laps de temps court.

 

800px-Carte_Neandertaliens.jpg

 

De plus, leur petit nombre et la dispersion des groupes de population à travers l’europe, ne leur a pas permis une reconstitution des populations après le cataclysme. Affaiblis et en mauvaise posture par rapport à l’homo sapiens, pour diverses raisons, ils auraient été supplantés par celui-ci. Parmi ces causes, relevons

- une moindre diversification dans le choix de la nourriture, les Néanderthaliens étant plus inféodés aux grands mammifères touchés par le manque de végétaux consécutif aux éruptions,

- une natalité plus faible – à mettre en relation avec le type peu différencié de nourriture -,

- une mortalité accentuée due aux rapports conflictuels avec l’homo sapiens, beaucoup plus belliqueux.

 

 

C’est certainement des causes multiples qui ont réussi à décimer l’homme de Néanderthal : les éruptions volcaniques majeures et rapprochées ayant engendré des modifications climatiques puis « en boule de neige » des perturbations dans la flore et la faune, font partie de l’explication globale.

 

Les volcans seraient-ils de grands destructeurs d'espèces et de civilisations ? ... pas uniquement, nous verrons demain qu'ils ont permis des évolutions positives pour l'espèce humaine !

 

Lexique :

(*) - Les néanderthaliens sont les premiers hommes préhistoriques qui aient été découverts et étudiés. Leur nom provient du lieu de leur découverte : la vallée de Neander (en allemand : Neanderthal).

Les hommes mesurent environ 1,70m et les femmes 1,60m. Ils sont très musclés, avec des os très épais et solides. Les hommes pèsent environ 100kg et sont très forts.

Ils ont une tête un peu différente de la nôtre : un crâne plus allongé (chignon vers l'arrière), des arcades sourcilières proéminentes, un menton fuyant.

 

(**) - les Ignimbrites Campaniennes :

L’ignimbrite campanienne est le plus vaste recouvrement pyroclastique de l’aire méditerranéenne avec 30.000 km2 de superficie supposée et un volume de matériaux émis estimé de 80 km3 à 500 km3 (Fisher et al., 1993).

Elle résulte d’une phase éruptive majeure initialement supposée dans les Champs Phlégréens (Rosi et al., 1987 ; Fisher et al. 1993) mais également localisée au Nord de Naples (Scandone et al., 1991 ; Rossano et al., 1996)
L’extension jusqu’alors reconnue est déjà considérable. Cet écoulement pyroclastique a franchi des reliefs de mille mètres d’altitude vers le Nord-Est, traversé sur 25 km l’emplacement actuel du golfe de Naples jusqu’à Sorrento avant de franchir les crêtes de la péninsule sorrentine et de napper les dépressions du littoral amalfitain au Sud-Est.
Dans l’hypothèse d’un point éruptif localisé au Nord de Naples ,
l’ignimbrite aurait parcouru radialement au moins 80 km. Sa vitesse minimum à 50 km. du point éruptif a été estimée à 100 m/s (Sparks et al., 1978) et sa vitesse initiale à 160 m/s (Rossano et al., 1996).
Plusieurs datations obtenues par différentes méthodes sur cette formation la situent aux environs de 35.000 ans BP mais la dispersion des âges suggère qu’elle se place dans une période éruptive marquée par plusieurs événements ("Campanian Ignimbrite Series) .

À l'échelle des plaques, les causes de ce volcanisme s'apprécient dans le cadre du rapprochement entre l'Europe et l'Afrique. Le contexte tectonique de la formation des champs Phlégréens est complexe et lié à la subduction de la lithosphère adriatique sous l'Italie vers l'Ouest. Cette ancienne zone de subduction, maintenant bloquée, est visible sous les Appenins par les méthodes géophysiques. (voir ci-dessous : Kieffer & al.)

 


Sources :

- Volcanoes killed off neanderthals - National Geographic daily news

- Pourquoi l'homme de Néandertal a disparu ? - Hominidés.com

- Reconstitution de l'homme de Néanderthal - National Geographic.

- Global Volcanism Program - Campi Flegrei

- Les champs Phlégréens

- Reconnaissance de l'ignimbrite Campanienne près du golfe de Policastro .. - implications volcanologiques et paléoenvironnementales - par Kieffer, Vernet et Raynal.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog