Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Je vous invite à une revue des observatoires volcanologiques et de leurs logos – abréviation de logotype, une représentation graphique servant  à identifier de manière unique et immédiate les sociétés, associations, institutions, produits, services, événements, ou toute autre sorte d'organisations dans le but de différencier le propriétaire du logotype des autres entités.

 

Pour commencer la série, les observatoires dépendant de l’IPGP :

L'institut de physique du globe de Paris est un grand établissement d'enseignement supérieur et de recherche associé au CNRS et membre du PRES Sorbonne Paris Cité. À ses missions de création et de transmission du savoir dans les champs des géosciences s'ajoute une mission d'observation des phénomènes naturels. L'étude des risques naturels comporte la responsabilité de la surveillance des trois volcans actifs Français : La Soufrière de Guadeloupe, La montagne Pelée en Martinique et Le Piton de la Fournaise à la Réunion.

 

19_obs.jpg

 

L'Observatoire de la Guadeloupe – OVSG :

OVSG-Observatoire-Volcanologique-Guadeloupe - EsspeL’Institut de Physique du Globe de Paris a acquis en 1950 la propriété du Parnasse dans les hauts de St-Claude, au pied de la Soufrière, pour y créer l’observatoire. François Beauducel en est l’actuel responsable de l'équipe.

L'OVSG - photo Esspe


ovsg.gif

La Soufrière de la Guadeloupe occupe la partie sud de " l’île-papillon ". La construction du volcan de La Grande découverte est datée de 200.000 ans. Une éruption plinienne, il y a 100.000 ans, est responsable de la formation de la caldeira, suivie de l’établissement du volcan Carmichaël. Deux épisodes d’effondrement associés à des avalanches de débris ont formé les cratères Carmichaël et Amic respectivement il y a 11.500 et 3.100 ans. L’activité actuelle est liée au dôme du cratère Amic et au système de fissures coupant le sommet et les flancs supérieurs du volcan. Les dernières éruptions sont datées de 1956, au cratère Napoléon (côté ESE) et de 1976-77, où une éruption phréatique mineure a provoqué l’évacuation des habitants de Basse-Terre et de sérieuses implications économiques, cette dernière illustrée par la polémique entre Tazieff et Allègre. 

1976-09-22_MF_eruption-1.jpg             La Soufrière de la Guadeloupe -  éruption phréatique 1976 - photo M.Feuillard / IPGP


La soufrière de la Guadeloupe, sur ce blog.


L'Observatoire de la Martinique – OVSM  

 

Obs.-Montagne-Pelee---Morne-des-Cadets---ac-martinique.JPGAprès l'éruption de 1902, A. Lacroix fit construire un observatoire qui fonctionna jusqu'en 1925. Le volcan ne donnant plus de signes d'activité, on décida d'arrêter les observations quatre ans avant la grande éruption de 1929-1932 ! L’actuel observatoire ne fut construit qu’après cette éruption dramatique.

Responsable : Valérie Clouard.

 

L'OVSM, au Morne des Cadets - photo ac-martiniqueimages.jpg


La célèbre Montagne Pelée, qui forme la partie nord de l’île de La Martinique, a connue plus de 20 éruptions majeures au cours des dernières 5.000 années. Ses flancs sont couverts de dépôts de coulées pyroclastiques, entaillés de profondes ravines. Le cratère sommital de l’Etang sec est rempli par les deux dômes de lave mis en place pendant les éruptions de 1902 et 1929.

L’éruption de 1902, qui a détruit le cité de Saint-Pierre, est devenue le modèle type de l’éruption peléenne, et a marqué le début des études volcanologiques modernes sur le comportement des coulées pyroclastiques.

 

Pelee 1902 - Angelo Heilprin                           La Montagne Pelée - coulée pyroclastique - 1902 - photo Angelo Heilprin


Sur ce blog, La Martinique et la Montagne Pelée.

 

L'observatoire de la Réunion – OVPF


observatoire-Fournaise.jpgAlfred Lacroix exprime, en 1936, le souhait de l’installation d’un observatoire volcanologique pour l’étude du Piton de la Fournaise.
Seulement une quarantaine d’années plus tard, l’éruption hors enclos de 1977, qui détruit partiellement Piton Sainte Rose fait avancer les choses.

OVPF_20080921_01_bullexcep.jpgLes autorités, le département, le CNRS décident de la construction d’un observatoire volcanologique et confient sa gestion à l’Institut de Physique du Globe de Paris.
L'observatoire est opérationnel fin 1979. Il est situé à la Plaine des Cafres, à 15 km à vol d’oiseau du sommet du volcan, mais la transmission par radio des données permet une surveillance en temps réel ; l’actuel responsable est Nicolas Villeneuve.


Le Piton de LaFournaise, un massif volcan-bouclier, forme la partie est  de l’île de La Réunion. Son histoire commencée il ya plus de 530.000 ans est en partie occultée par les éruptions de son voisin, le Piton des Neiges. Trois caldeiras se sont formées il y a 250.000, 65.000, et moins de 5.000 ans, par son affaissement progressif vers l’est. Une grande part des éruptions historiques est originaire du sommet et des flancs du Dolomieu qui s’est établi dans la caldeira la plus récente. Depuis le 17° siècle, on compte plus de 150 éruptions, qui ont pour la plupart produit des coulées de lave basaltique. Seules six éruptions sont originaires de fissures sur les flancs extérieurs de la caldeira depuis le 18° siècle. La dernière activité date de 2010.

 

02.01.2010---Dolomieu----OVPF.jpg              LA Réunion - Piton de La Fournaise - cratère Dolomieu - 02.01.2010 - photo OVPF

 

La Réunion : historique de La Fournaise, sur ce blog.

 

Sources :

- IPGP - L'institut de physique du globe de Paris - link

- Global Volcanism Program - Soufrière Guadeloupe

- Global Volcanism Program - Pelée

- Global Volcanism Program - Piton de La Fournaise

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog