Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Ce riche archipel, composé de trois groupes d'îles, révèle encore quelques superbes sites volcaniques dans le groupe le plus proche de l'europe, avec Sao miguel, Santa Maria et les Formigas.

Sao Miguel présente une structure variée : un massif ancien à l'est de l'île, le complexe de Povoçao; trois stratovolcans à caldeira, Sete Cidades, Agua de Pau et Furnas. Ces massifs volcaniques sont reliés entre eux par des alignements récents de cônes de scories : la région des Pics.

Sete Cidades, ce stratovolcan est connu pour sa grande caldeira (5 km. de diamètre et 350 m. de profondeur moyenne) qui abrite deux lacs de cratère, Lagao Verde au sud et Lagoa Azul au nord. Des dômes trachytiques habillent ses flancs.
Cette caldeira se serait formée en trois phases, datées de 36.000, 29.000 et 16.000 ans. Le volcan a connu 22 éruptions post-caldeira, et des éruptions surtseyennes à faible distance des côtes, la dernière datant de 1880.

Sete_cidades_twin_lakes---U.Sverdrug.JPG          Sao Miguel - Caldeira de Sete Cidades - le ciel couvert ne permet pas de différencier les
          couleurs verte et bleu des Lagoa Verde et Azul - photo U.Sverdrug.

Agua de Pau est un stratovolcan central, doté de deux caldeiras imbriquées : l'externe, de 4 km. sur 7, s'est formé il y a 30 à 45.000 ans. Elle abrite une caldeira interne, de 2,5 km. sur 3, formée il y a 15.000 ans et emplie partiellement par un lac de cratère : le Lagoa do Fogo - "le lac de feu". Des dômes post-caldeira habillent les flancs nord et ouest.
Au cours de 5 000 dernières années, sept éruptions très explosives se sont produites dans la zone sommitale, dont la célèbre éruption dite du "Fogo A" datée de 4 640 av. J.-C.  Cette éruption plinienne fut la plus importante connue dans l'archipel des Açores produisit 3,2 km3 de ponces et fut à l'origine de coulées pyroclastiques et de lahars.
La dernière éruption trachytique date de 1563. Quelques sources chaudes sont situées sur le flanc NO. du volcan, témoignant de son potentiel.

Sao-Miguel---Agua-de-Pau-lago-do-fogo---R.wunderman-smith.jpg

                Sao Miguel - Agua de Pau, Lagoa do Fogo  -  photo R.Winderman - Smithsonian inst.

 

 

Lagoa_das_Furnas-_ilha_de_Sao_Miguel-_Arquipelago_dos_Ac.JPG

                                                    Sao Miguel - Lagoa das Furnas  - photo wikipédia.

 

Le volcan Furnas est situé à l'extrémité est de Sao Miguel, ce stratovolcan est actif depuis 100.000 ans. Deux caldeiras caractérisent sa structure actuelle; elles sont emboitées, la plus vaste date de 30.000 ans, et s'est constituée à partir de l'émission d'une nappe d'ignimbrite, dite de Povoaçao.

Les ignimbrites (de ignis, feu et imber, pluie) sont le produit d'éruptions extrêmement violentes, qui s'expriment par l'émission de coulées pyroclastiques (coulées riches en gaz, chargées de particules chaudes, progressant à très vive allure) issues pour la plupart d'édifices volcaniques à base très large qualifiés de strato-volcans.

Les ignimbrites du Furnas sont des ignimbrites fiammées, où des éléments vitreux ont été étirés.

L'autre caldeira date de 12.000 ans environ et abrite le Lagoa das Furnas.

Ce volcan très actif a connu au cours des 5.000 dernières années dix éruptions subplinienne à caractère phréatomagmatique marqué, dont deux lorsque l'île était peuplée. La première s'achevait en 1440, au moment  de l'installation des premiers colons, la dernière provoqua la mort de 200 personnes en 1630. Il est considéré comme dangereux.

Il existe une zone de fumerolles et de mares de boue bouillonnantes à l'extrémité nord du lac. Un secon champ fumerollien est situé dans le village de Furnas auquel il donne un atmosphère particulière... vapeurs, odeurs, bruits, tout participe à rendre ce lieu étrange. Une trentaine de sources,  avec des propriétés et températures propres à chacune d'elles - entre 15 et 60°C -, avoisinent des vasques bouillantes et quelques geysers; les eaux sont riches en bicarbonate sodique, en bore et fluor, et dégazent du gaz carbonique à raison de 50 tonnes par jour.

 

800px-Caldeira_fervendo-_Vale_das_Furnas-_Povoacao-_ilha_.JPG                   Sao Miguel - Vale das Furnas , caldeira fervendo - photo Luis da Silveira.


Ces zones géothermales sont utilisées par les locaux pour cuisiner leur ragoût : le Cozido, servi dans les restaurants. Choux, carottes, pommes de terre et patates douces, boeuf, poulet, boudin noir et chorizo mijotent dans un faitout enveloppé de liges et plongé à 60 cm. de profondeur ... le volcan et le temps font le reste ! Bon appétit !


Santa Maria : morphologiquement, l'île est constituée à l'ouest d'un plateau uniforme, érodé et dénudé dont l'altitude n'excède pas 200 mètres. Sa partie orientale, séparée de la précédente par une chaîne montagneuse - la Serra Verde -, est plus accidentée et relativement boisée ; ce contraste se manifeste par un habitat différent, de type villages-rue à l'ouest et dispersé à l'est.

L'île est d'origine volcanique mais son histoire géologique est complexe: c'est l'île la plus ancienne de l'archipel des Açores et elle a connu plusieurs phases d'édification et d'érosion intense depuis la fin du Miocène. Elle a également connu des phases d'immersion liées à d'importantes transgressions marines. Ce contexte explique la présence de quelques formations sédimentaires intercalées dans des formations volcaniques subaériennes ou sous-marines.

Son volcanisme s'est vraisemblablement exprimé entre 8 et 2 millions d'années et il est considéré comme éteint aujourd'hui. L'île de Santa Maria est épargnée de l'activité sismique intense qui caractérise sa voisine São Miguel ; toutefois elle a connu quelques rares tremblements de terre au cours de son histoire.

 

Formigas_Islets_-_no_watermark.jpg                                 Les Formigas - Wikipédia.

Les îles Formigas, connues aussi sous le nom "banc des Formigas", sont les sommets d'un vaste banc rocheux situé au NE. de Santa Maria. Composés par des coulées basaltiques, ces rochers parsèment une vaste zone de 9.000 m²; seul un phare dépasse des rochers, signalant ce piège parcouru de dangereux courants. Leur intérêt réside dans la riche faune marine que ces rochers abritent.

Prochaine destination : Madère.


Sources :
- Global Volcanism Program - Sete Cidades
                                         - Furnas
                                         - Agua de Pau
- The Formigas bank - WWF - lien

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog