Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Restent à voir quelques îles, dont Gran Canaria, La Gomera, Hierro et Fuerteventura.

Gran Canaria :

La  Grande Canarie - 1532 km² - en position centrale dans l'archipel, est une île circulaire culminant à 1919 mètres . Les fonds marins sur lesquels elle repose ont une profondeur de plus ou moins 3.000 mètres.
Elle a la forme générale d'un bouclier, entaillé par de profonds ravins, les barrancos

Barranco-de-Los-Laderones---summitpost.jpg           Gran Canaria - Barranco de Los Laderones - Gangolf Haub Summitpost.

Géologie - formation - âge des éruptions:

CHAP_27-24.jpg                                      Schéma de H-U.Schmincke.

Différentes étapes de la formation de l'île Gran Canaria se reflètent dans les différents types de roches remarqués lors des forages effectués.
Selon M.Krafft, on distingue trois périodes :
- Première période : Le stade sous-marin daté de 16 Ma est caractérisé par des hyaloclastites (A) . Avec le stade d'émergence, de nombreuses coulées basaltiques , alimentées par des fissures, se superposent pour former un volcan-bouclier. (C)
Puis se met en place un "complexe trachy-syénitique" (brèches et ignimbrites) qui traduit des différenciations importantes au niveau de la chambre magmatique. Des coulées de phonolites terminent le cycle. (--> D)
- Deuxième période : après une période de calme de plusieurs millions d'années, caractérisée par une érosion active, la formation de Roque Nublo se met en place : des coulées de roches variées surmontées de brèches atteignent 700 m. d'épaisseur. Quelques dômes phonolitiques se forment en fin de cycle. (E)

Gran-Canaria--RoqueNublo---JToledo-flickr.jpg         Gran Canaria - Roque Nublo , caldeira de Tejeda - photo J.Toledo.

- Troisième période : après une nouvelle phase érosive, l'activité volcanique reprend. Surtout importante entre 2,5 et 1,5 Ma, elle se manifeste surtout dans la partie nord-est de l'île, avec la formation de cônes de scories et lapilli et de vastes coulées.

Il existe également des maars (Bandama, Marteles ...) résultants d'activité phréatomagmatique et des caldeiras bien conservées, e.a. la caldeira de Tejeda.

Caldeira-de-Tejeda-hiver--s-summitpost.jpg       Gran Canaria - la Caldeira de Tejeda envahie par des coulées nuageuses hivernales
                                               Gangolf Haub - Summitpost.




Gran-canaria---Marteles-maar---cinder-cones----A.B-copie-1.jpg                  Gran Canria - Marteles maar sur fond de cinder cones - A.Belousov GVP.

Une carte des risques volcaniques éditée récemment par l'AVCAN  nous montre que les zones à risques majeurs coïncident malheureusement avec les zones les plus urbanisées de l'île.

Presentan-un-mapa-de-peligrosidad-volcanica-de-la-isla-de-G
                                   Carte des risques volcaniques sur Gran Canaria - AVCAN 01.2010


La carte a été établie après une étude déterminant la situation géographique des éruptions ayant eu lieu durant les derniers 11.000 ans.
Vingt quatre éruptions ont été répertoriées, toutes dans le nord de l'île, et elles ont produit des cônes monogéniques à activité strombolienne et des maars; les intervalles entre les périodes de calme se réduisent de plus en plus et une éruption aura lieu ... la datation n'est pour le moment pas possible.

El-draguillo----E.-Gran-Canaria---Telde---Avcan.jpg                                 Gran Canaria - la coulée datée de l'Holocène "El Draguillo", situé dans
                         l'est de l'île - AVCAN.

La Gomera :

L'île est constituée de deux unités principales :
- le complexe basal, fortement altéré, et recoupé de nombreux dykes
- une série variée, comportant des trachytes, des phonolites et des coulées basaltiques empilées.

De superbes orguse basaltiques, visibles uniquement par mer, sont situées sur la côte nord de Gomera, près de la plage de Vallehermoso ... des verticales de plus de 80 mètres.

La_Gomera---Los-Organos.JPG                    La Gomera - "Los Organos"  - Edub / wikimedia.

El Hierro :

La plus petite des îles, avec 278 km², est formée d'un grand volcan-bouclier, né d'une succession de coulées basaltiques très épaisses.
Ces coulées ont été surmontées de venues ponctuelles qui ont généré des petits cônes et des coulées de basalte et trachybasalte.
La dernière éruption date de 1793.
Son nom , El Hierro - "l'île de fer", vient de ses spectaculaires falaises de couleur brun-rouille.

El-Hierro---Frontera--YAB.jpg
Les traditionnelles cultures irriguées ( huertas ) sont délaissées au profit d’exploitations éparpillées entre des cônes cendreux, alimentées en eau soit par des réservoirs ( aljibes ), soit par des puits car les précipitations sont rares. Il est difficile de reconnaître ici l’une des Hespérides où Hercule chercha les pommes d’or de l’immortalité, l’une de ces îles fortunées en qui l’on voyait un reste de la fabuleuse Atlantide - mais les îles extrêmes font toujours rêver.        
                        Wallpaper gratuit Yann Arthus Bertrand - photos de son film "Home".


Fuerteventura :


L'île de fuerteventura ne constitue en réalité qu'un seul édifice volcanique avec Lanzarote, dont elle est séparée seulement par un chenal peu profond, moins de 40 mètres.
Aucune activité volcanique historique n'a été répertoriée, mais l'aspect de certains cônes et la morphologie des coulées suggèrent que les dernières périodes d'activité ne datent que de quelques siècles (Krafft).

La désertification de Fuerteventura au cours des dernières années a entrainé l'arrivée d'oiseaux du Sahara.
De manière générale, de nombreux oiseaux des régions chaudes se déplacent au nord dans le contexte du changement climatique, soit pour fuir les conditions plus arides de leur aire d’origine, soit pour trouver les conditions plus chaudes des zones nordiques. Ce phénomène de déplacement de l’aire de répartition d’espèces d’oiseaux vers le nord a été observé récemment sur l’ensemble de la planète.
Fuerteventura deviendra un laboratoire de la biodiversité et de mesure de l'impact sur l'avifaune du réchauffement climatique :
Un état zéro des espèces présentes ici permettra de connaître avec exactitude l’avifaune inféodée à ces îles et mesurer à l'avenir l’amplitude du phénomène de l’invasion d’espèces d’oiseaux exotiques.

Sources :
- Global Volcanism Program - Gran Canaria
                                           Hierro
                                           Fuerteventura
- "Guide des volcans d'Europe et des Canaries" - M.Krafft & F.D. de Larouzière.
- "Volcanism" de H-U.Schmincke
- " Volvanic evolution of Gran Canaria reconstructed from apron sediments
   Vicap project drilling" par H-U.Schmincke et M.Sumita.
- AVCAN - Actualidad volcanica de Canarias
- Avcan - mapa de peligrosidad volcanica de la isla de Gran Canaria   19.01.2010
- photos de Gandgolf Haub - Gran Canaria - on Summitpost.org
- The catalogue of volcanic caves from El Hierro island -Vulcanospeleology

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog