Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages


L'archipel de Madère, région autonome du Portugal, est constitué de deux grands groupes d'îles volcaniques.

- le groupe "Madère" : l'île de Madère (727 km²), Porto Santo et qq. îlots (43 km²) et les Desertas (4km²) formés de 3 îlots: Deserta grande, Bugio et Chao.

- le groupe "Selvagens" : Selvagem grande, Selvagem Pequena et Fora. (4 km² en tout)

 

                      Le groupe "Madère" :

690px-Madeira topographic map-fr.svg

Madère, qui constitue 90% des terres de l'archipel, est probablement connue depuis l'antiquité, e.a. par les intrépides navigateurs Phéniciens.

Elle entre dans l'histoire en 1351, avec des documents géographiques arabes et florentins. Des explorateurs portugais, Joao Gonçalves Zarco et Tristao Teixeira, se réfugièrent à Porto Santo, nommé ainsi en reconnaissance de leur sauvetage. La colonisation portugaise démarra l'année suivante. L'archipel devint un point de relâche à l'époque des grandes découvertes ... Christophe Colomb y séjourna et y épousa la fille du gouverneur de Porto Santo, Perestrello, par qui il put connaître des cartes marines qui ont aidé ses découvertes futures.


Géologie et tectonique :

 Comme les autres îles macaronésiennes, elle est d'origine volcanique et surtout basaltique. Elle est formée par la coalescence de quatre grands centres volcaniques qui ont joué un rôle essentiel dans la formation initiale de l'île et constituent l'ossature élevée de sa partie centrale. Le volcanisme de Madère est associé à une fracture océanique et comporte plusieurs épisodes d'activité éruptive, d'abord sous-marine explosive au Miocène supérieur, puis subaérienne au Pliocène et au Quaternaire. S'épanchèrent alors d'abondantes laves basaltiques (basaltes à olivine, hawaïtes, mugéarites, benmoréites et trachytiques en moindre volume), accompagnées de grandes quantités de produits pyroclastiques. L'activité se termine des phonolites trachytiques, des rhyolites et des pantellerites. Les dernières éruptions ne remontent qu'à quelques milliers d'années.

 

La géomorphologie de Madère, avec des falaises au Sud et au Nord, est surprenante pour une île volcanique de « point chaud » que l’on croyait située sur la même dorsale atlantique que l’archipel des Açores. En réalité, son substratum repose sur un plan presque horizontal, rattaché au plancher océanique dans les zones profondes du manteau terrestre, ce qui explique l’uniformité de l’ensemble des falaises et sa stabilité. Aucune secousse sismique importante n’a été enregistrée depuis sa découverte.

 

Des plongées en bathyscaphe au large de Madère ont permis de découvrir par environ 1200 m de profondeur un dispositif morphologique attribuable à un cratère ou une petite caldéra. Entre 900 et 1700 m de profondeur, des formations volcano-sédimentaires interprétées comme des hyaloclastites d'origine explosive ont été observées. Nous sommes conduits à supposer que ces formations ont été déposées initialement à des profondeurs moins importantes et illustrent les phénomènes de subsidence dont a du être le siège l'archipel de Madère par suite de l'importance de l'épaisseur de la série volcano-sédimentaire (plus de 6000 m).

 


Pico-ruivo.jpg   Le Pico Ruivo, second plus haut sommet de l'île.


 Son relief tourmenté, sculpté par l'érosion, est spectaculaire avec des sommets déchiquetés culminant à 1861 mètres au Pico Ruivo. Elle est entaillée de gorges profondes (les ribeiras) qui découpent d'impressionnantes falaises côtières. Les ribeiras et les contreforts montagneux, difficiles d’accès, sont restés sauvages. Les cultures en terrasses s’étagent de la mer jusqu’à 700 mètres d’altitude. De 700 à 1000 mètres, c’est le domaine de la forêt primaire (la laurisylve), et au-dessus, un univers essentiellement minéral de lave et de cendre volcanique.

 

Faune et flore :

 

L'isolement géographique et le peuplement tardif ont favorisé un endémisme important.

L'avifaune dénombre divers endémiques : Roitelet, pétrel, pinson des arbres...de Madère, pigeon Trocaz, sans compter les nombreuses sous-espèces locales : bergeronnette des ruisseaux, moineau soulcie, pipit de Berthelot, faucon crécerelle ... (birds checklist)


Pinson-male-Madere---Fringilla-coelebs-maderensis----Caldei.jpg             Pinson des arbres de Madère 

            Fringilla coelebs madeirensis. - photo Madeira birds.


De par l'humidité atlantique, son relief accidenté, sa latitude subtropicale et l'influence du Gulf stream, Madère possède une flore d'une grande richesse. La Laurisylve, couvre 16% de l'île et 150 km², ce qui en fait la plus grande entité de Macaronésie. Lauriers et bruyères arborescentes côtoient des plantes endémiques telles que l'orchidée, la digitale ou la vipérine de Madère. Amaryllis, agapanthes, fuchsia, hortensias ... toutes ces plantes fleuries se sont échappées des jardins et ont colonisées Madère, lui donnant son surnom "d'île aux fleurs".

 

Orchidees-des-rochers---laurisylve-de-Madere.jpg         Orchidée des rochers - Laurisylve de Madère.

 

Autre particularité de Madère : son vin.

 

Avec des variétés classiques et un goût distinctif dérivé d’un procédé hors du commun, le vin de Madère est devenu célèbre et leader sur le marché mondial.

Le développement du vin de Madère a commencé grâce au riche sol volcanique, au climat propice et à une diversité de cépages importés de nombreux endroits du monde. Le premier étant la vigne Crete Candia Malvasia de Venise, remontant au XIIIe siècle. Ce n’est pas une surprise puisque Venise était le leader en commerce de vin de la Méditerranée avec des opérations menées dans toute l’Europe.


Pipas_de_vinho_Madeira.jpg                 Pipas de vinho Madeira. - Wikipedia.


Le processus de maturation du vin de Madère fut découvert totalement par hasard ; les conditions difficiles d’expédition, la brise maritime et la chaleur des voyages tropicaux ont développé des goûts différents qui ont rendu le vin encore meilleur et plus fort. On dit qu’au XVIe siècle, pour les plus longs voyages, le vin de Madère était renforcé à 20 % d’alcool pour supporter les conditions de navigation. Cependant, le tangage du bateau et le fait de traverser l’équateur faisait accélérer le processus de vieillissement du vin et le faisait chauffer comme dans un sauna. Les longues expéditions étaient de rigueur jusqu’en 1794, période où l’on a commencé à utiliser la science pour le procédé.

Les Madériens, étonnés par la transformation, commencèrent à créer diverses techniques, telles que la méthode de chauffe, estufa “hot sauna”, par laquelle le vin est chauffé jusqu’à une période de 3 mois à une température de 50 °C.  L’autre méthode traditionnelle s’appelle Canteiros, une méthode de vieillissement par laquelle le vin est stocké pendant 20 à 100 ans à la chaleur naturelle. Ces méthodes sont toujours utilisées à l’heure actuelle.

 

Sources :

- Madère, une île volcanique atlantique par G.Kieffer - CNRS.

- Origin and geochemical evolution of the Madeira-Tore Rise (eastern North Atlantic) par J.Geldmacher & al.

 

Origin and geochemical evolution of the Madeira-Tore Rise (eastern North Atlantic)

- Observations en bathyscaphe de formations volcano-sédimentaires aux environs de Madère - par G;Bellaiche et JL.Cheminée - CNRS

- Madeira live - vin de Madère

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog