Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

A l'ouest des Mascareignes, Madagascar, la Grande île, faisait initiallement partie du Gondwana, immense continent austral  regroupant l’Afrique, l’Amérique du sud, L’Antarctique, l'australie, l’Inde et Madagascar.

L’éclatement du Gondwana est lié au rifting et à l’ouverture d’océans.

 

gondwana

               Le Gondwana, avec au centre Madagascar, le Sri Lanka et l'Inde.

 

Entre 170 et 110 Ma, la séparation en deux grands blocs s’opère :

- Un bloc avec l’Amérique du sud et l’Afrique

- Un autre avec l’Antarctique, l’Australie, l’Inde et Madagascar. Madagascar était accolée à l’Afrique au niveau du Kenya/Somalie ; le rift afro-malgache sépare les deux structures, et la Grande île dérive vers le sud jusqu’à sa place actuelle.

 

la-zone-au-Cretace-moyen.gif

                       La zone au Crétacé moyen : dissociation du bloc Africain - 1° rifting.

 

Vers 100 Ma, le processus se poursuit avec le rifting indo-malgache et l’ouverture de l’océan indien.

Pendant et après cette période, d’importants épisodes de magmatisme, de véritables trapps appelés CFB – Continental Flood Basalt – recouvrent l’île de laves ; il en reste des témoins : le massif de l’Androy au sud, les bassins de Morondava et Tulear (en bleu sur la carte ci-dessous).

 

Tectonique--ocean-indien-copie.jpg                                                     Le rifting indo-malgache.

 

Vers 20 Ma, l’extension reprend avec des activités volcaniques plus alcalines (en rouge sur la carte ci-dessous). Au nord, avec la Montagne d’Ambre et Nosy Be ; au centre, les massifs d’Itasy et d’Ankaratra ; au sud, le massif d’Ankilioka.

 

Vulkanismus3.jpg                          Le volcanisme crétacé en bleu, le volcanisme récent en rouge.

 

Le massif de l’Androy :

Les 4.000 km² du massif de l’Androy sont constitués d’une épaisse séquence (plus de 2.000 m. d’épaisseur) de basalte et rhyolite intercalés ; elles ont été produites au Crétacé supérieur. Tant les basaltes que les rhyolites semblent être issus de sources nourricières proches, en relation avec un point chaud (Marion) . Des systèmes d’alimentation (plumbing system) semblent avoir plus ou moins coexistés dans l’Androy.

 

Massif-de-l-Androy.gif                                           Massif de l'Androy - Doc. JJ.Mahoney & al.

 

Le champ volcanique Ambre-Bobaomby , situé à la pointe nord de Madagascar, est constitué de structures datant du Miocène, recouvertes par de récents cônes. Le volcanisme primaire a produit un large massif basaltique, et des coulées pyroclastiques mineures. Les roches volcaniques produites du Tertiaire au Quaternaire présente un échantillonnage géochimique vaste : basalte, andésite, rhyolite, trachyte, phonolite, foidite. Le volcanisme jeune est caractérisé par une morphologie bien préservée.

 

Montagne-d-Ambre---Allibert-trekking.jpg   Trek dans la Montagne d'Ambre - maisons traditionnelles malgaches - doc. Allibert

 

Montagne-d-Ambre---Landsat-7.jpg               Le site de la Montagne d'Ambre au nord de Madagascar - doc. Landsat 7

 

L’île de Nosy-Be a connu deux périodes d’activité : des éruptions initiales de laves fluides du côté ouest du massif furent suivies de la construction de nombreux cônes de scories stromboliens. De nombreux lacs de cratère sont situés dans le centre de l’île.

 

Le champ volcanique de l’Itasy, au centre de Madagascar, contient diverses structures : des dômes de lave (en noir sur la carte), des cônes de scories et des maars. L’activité, qui a débuté au Pliocène, s’est poursuivie à l’Holocène.

 

geo_0003-4010_1962_num_71_384_T1_0169_0000-copie.jpg

geo_0003-4010_1962_num_71_384_T1_0169_0000-copie-2.jpg

 

Les premières éruptions ont produit des dômes de lave trachytique et des coulées basanitiques. Elles furent suivies par des coulées de lave trachytiques et des éruptions vulcaniennes. Au début de l’Holocène, un maar trachytique est né près de Saovinandriana , où sont présents divers lacs de cratères. L’activité se manifeste toujours par une activité hydrothermale, sous forme de sources chaudes, et une sismicité « moyenne ».

 

 

293_ampefy-chutes-Lily---emede.jpg                                Les chutes de la rivière Lily - photo emede.com


Le lac Itasy, 45 km², doit son origine à une coulée de lave qui a barré la vallée, créant un barrage naturel aux eaux de la Lily et de la Mazy. La dernière éruption s'y est produite il y a seulement 8.000 ans.

 

 

geysers_analavory.jpg        Ampéfy, près du lac Itasy -  un des geysers, coloré par des thermophiles  -  photo analavory

 

Le site d'Andranomandroatra, près du village d'Ampéfy, présente quelques geysers, calmes de nos jours, mais jaillissant jadis à 20 m. de hauteur; leur cône d'aragonite est habillé de teintes jaune, orangée à rouge grâce aux bactéries thermophiles vivant dans ses eaux chaudes.

 

Le champ volcanique de l’Ankaratra est le plus diversifié de la Grande île, situé entre Avivonimano et Antsirabe, couvrant une aire longue de 100 km. La période d’activité va du Miocène au Quaternaire récent. Au début, des éruptions fissurales massives ont créé une série de lacs tectoniques et de dômes de lave trachytique. L’activité la plus récente concerne la partie sud du massif, avec des cônes de cendres stromboliens basanitiques bien préservés. Des éruptions vulcaniennes ont produit des cratères remplis par des lacs. Ranomafana est le siège de sources chaudes.

 cendresvolcaniques---Pouzzolanes-de-Befato.jpg

De beaux affleurements de lapillis (pouzzolanes) sont visibles en bordure du Iavoko sur la route de Betafo et aux environs de Tritriva.

 

Les environs d'Antsirabe-Betafo montrent de beaux types volcaniques avec puys stromboliens intacts ou légèrement égueulés. Il faut citer les cônes du Vohitra, ceux d'Amboniloha et d'Ambohitsitorika bordant le lac Andranobe, le beau complexe de l'Iavoko à l'Est de Betafo au pied duquel partent des coulées tritriva.0303.w428h640d'une fraîcheur parfaite.

Le lac de cratère Tritriva correspond à une cheminée traversant à l'emporte-pièce les migmatites du socle et le cône de projection.

Il a été créé par une forte explosion phréatomagmatique; situé à une altitude de 1881 m., ce lac aux eaux émeraudes verrait curieusement baisser son niveau durant la saison des pluies et monter en période sèche.

 

Lake_Tritriva_01---B.Gagnon.jpg                                             Le lac Tritiva - photo B.Gagnon.


Ce lieu est "fady" , "tabou" : il est par exemple interdit d'y nager après avoir mangé du porc.

Selon la légende, un couple d'amoureux, qui ne voyaient pas leur projet d'union béni par leurs parents, décidèrent de s'y noyer afin de rester unis pour toujours. Leur amour est vivant dans deux buissons d'aubépine entrelacés au dessus des eaux.

La piste qui y menait, en 2000, est mauvaise et à moins d'avoir un 4x4, la fin se fait à pied en marchant dans les ravines ... mais l'accueil des enfants en guenilles fait vite oublier la fin du trajet : ils vendent des chapeaux de paille et des oeufs en pierre semi-précieuse, avec un sourire à faire fondre le plus endurci !

 

Le lac Andraikiba remplit un vaste cratère vulcanien sur les bords duquel affleurent des basanitoïdes.   


Sources :

- Le volcanisme Malgache -  Sciences, vie, terre

- Geochemistry of the volcan de l’Androy basalt-rhyolite complex, Madagascar Cretaceous igneous province. Par J.J.Mahoney, Saunders, Storey and Randriamanantenasoa.

- Stage de géologie - Lycée français de Tananarive - département de géologie

- Revue LAVE n°146 septembre 2010 - divers articles.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog