Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Les régions volcaniques ont toujours constitué des pôles d'attraction, du fait de l'existence de fumerolles et de sources chaudes que l'on pouvait utiliser pour se chauffer, cuire des aliments ou tout simplement se baigner. Les premiers témoignages d’utilisation d’eau chaude pour des thermes nous viennent d’Italie, dès de 2.000 avant JC.

 

Dès 1330, les archives font mention en Auvergne d’un réseau de distribution d’eau chaude, à une époque ou les tuyaux étaient encore en bois ; le seigneur local prélevait une taxe pour l’entretien de ce réseau de distribution, qui servait déjà à des "usages industriels", comme le lavage de la laine et des peaux.

 

Chaudes-Aigues-Lavoir-d-eau-chaude---ph.Ji-Elle.JPG                              Chaudes-Aigues, le lavoir d'eau chaude - photo Ji-Elle

 

A Chaudes-Aigues, située à la confluence de deux systèmes de fractures, trente sources chaudes sont répertoriées, dont la température est comprise entre 45 et 80°C.

Elles sont réparties en deux aires d'émergence : le Par, au centre-ville et le Moulin du Ban, au sud. Elles sont alimentées par des eaux superficielles infiltrées dans le système fracturé du socle, réchauffées à plusieurs milliers de mètres de profondeur, puis drainées vers la surface par un réseau de fractures très localisé ... ce réseau permet, en l'absence de volcan à proximité, un transfert thermique. Les eaux hyperthermales, portées à plus de 200°C, plus légères et aidées par la détente du CO2, s'élèvent en se refroidissant durant l'ascension, par baisse de pression et/ou mélange avec des eaux superficielles froides.


Déjà, les romains goûtaient les bienfaits des " calidas aquae " (les eaux chaudes) et au Moyen-âge, paralytiques et lépreux venaient s'y baigner.
Au Moyen-âge encore, on mit au point un système de chauffage central d’une simplicité biblique, qui perdure depuis : il consiste en un réseau de canaux qui distribuent l’eau chaude à plus de 300 maisons, lesquelles dissimulent, sous les dalles de lauze du rez-de-chaussée, un réservoir où l’eau s’accumule, réglée par une vanne.

Ce système fait ses preuves depuis plus de six cent ans, même si aujourd'hui, le PVC a remplacé les conduites en bois de pin et que certains habitants, heureux possesseurs de sources privées, disposent d'échangeurs thermiques qui alimentent les robinets en eau chaude.
En sorte que, du 24 octobre au 31 avril, les Caldaguès se chauffent à peu de frais, tandis que le reste de l'année, l'eau chaude est réservée au lavoir, à la piscine et à l'établissement thermal.

niches-vitrees-Chaudes-Aigues-jpgSur chacun des quartiers de la ville, veille un saint, enfermé dans une niche accrochée au mur d'une maison : ces statues, dorées, polychromes et dont l'origine remonte pour la plupart au 18° siècle, font la fierté des Caldaguès, qui les honorent une fois l'an. Ainsi sacralisée, l'eau de Chaudes-Aigues, nonobstant son odeur de soufre et sa couleur rouille, concourt depuis toujours à la vie de la cité.

 

chaudes-aigues---IRD.jpg                                Chaudes-Aigues, la source du Par - photo IRD

 

La source du Par, une des plus chaudes d’Europe,  tire son nom du fait que le cochon y était "paré ", c'est-à-dire nettoyé et épilé grâce à l’eau très chaude.

Elle est immédiatement repérable , en plein cœur du village, par son nuage de vapeur ; elle débite moyennement 320 litres à la minute.

 

Ces eaux sont exploitées tout au long de l’année par le centre thermal Caleden, pour leur température exceptionnelle et leur composition chlorurée sodique riche en oligo-éléments ; cette composition physico-chimique particulière confère aux eaux locales des propriétés antalgiques et myorelaxantes intéressantes pour le traitement des affections rhumatismales. Des soins thermaux – bains, douches, étuves, application de boue, rééducation en piscine d’eau thermale – sont proposés en cures.

 

Chaudes-Aigues-Source-Musee---ph.OT.JPG   Chaudes-Aigues, le musée  Geothermia ... et une fontaine d'eau chaude - photo Office du Tourisme.

 

Chaudes-Aigues accueille aussi aujourd’hui Geothermia, le musée européen de la géothermie et du thermalisme ; sous les dalles de schiste du rez-de-chaussée, circule l'eau thermale attestant que c'est bien ici qu'est né, en 1332, le premier réseau de chauffage urbain au monde. Sur dix salles, le musée passe en revue les diverses utilisations de la géothermie : chauffage, aquaculture,thermalisme, production d’électricité, avec un focus sur … " la ville chauffe-eau ".

 

Sources :

- Chaudes-Aigues – modèle géothermique d’un site historique / Cerimes – JP.Gibert & R.Brousse.- link

- Inventaire du patrimoine thermal de Chaudes-Aigues  - link

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog