Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

La Limagne est bordée à l’est et à l’ouest par des massifs cristallins d’âge primaire, la chaîne des Puys et le Forez ; ce graben, de 90 km. de long et de 15 à 40 km. de large, a été le siège d’une activité tectonique et volcanique intense, essentiellement basaltique, sur une période étalée de l’oligocène au Quaternaire … 30 millions d’années.

 

formation-Limagne-Clermontoise4---1.jpgformation-Limagne-Clermontoise4-leg-jpg             La Limagne Clermontoise - Doc. Dossier SVT la formation de la Limagne Clermontoise


Contexte géologique :

 

A partir de 35 millions d'années, la montée des Alpes, consécutive à une poussée de la plaque africaine sous la plaque eurasiatique, entraîne des effondrements ; l'érosion accumule des sédiments au fond de ces fossés d'effondrement transformés en lacs.  

 Le nom de Limagne vient du latin "lac magnus ", le grand lac. Peu à peu ce dernier s'est asséché, prenant la forme d'un immense marais.

 

excursion-limagne-fig01.gif                              Position des grabens ouest-européens - doc. ENS-Lyon / éduscol


De 25 millions à 6700 ans, la Limagne devient le siège d'une importante activité tectonique; des alternances d'étirements et de compression soulèvent le massif et le font basculer. 


Plus particulièrement, M. Krafft classe l’activité volcanique en trois grandes périodes :

1. première période : dès l’oligocène, on assiste à une montée de magma basaltique en milieu lacustre : des explosions phréatomagmatiques violentes pulvérisent le sédiment marno-calcaire qui se mélange au basalte, pour donner des pépérites ; ce matériau est ainsi nommé en raison de son aspect en grains de poivres.

 

Note sur le volcanisme pépéritique :

Les pépérites sont des roches caractérisées par la présence, en abondance variable, de granules de lave basaltique vitreuse dans une matrice essentiellement sédimentaire. Leur formation est liée à l'augmentation de volume qui se produit lors de la rencontre de magma mis en contact d'eaux souterraines. L'explosion qui en résulte disperse le magma en granules et pulvérise les sédiments. La répétition de ce phénomène produit de grands diatrèmes remplis de pépérites autour desquels s'édifient des cônes de tufs lités pépéritiques. En fin d'éruptions phréatomagmatiques, le magma peut s'insinuer dans le remplissage du diatrème et alimenter un cône de scories, le remplir d'un lac de laves et alimenter une coulée basaltique. Dans le cas contraire, le diatrème est rempli d'un lac et se comble de sédiments.

 

peperiteMODIFIE                          Coupe d'un diatrème pépéritique à remplissage lacustre - doc. BRGM

 

Dans le cas où l'eau s'est totalement évaporée, ou n'a plus accès au magma, celui-ci peut parvenir à la surface, former un lac de lave, déborder et donner naissance à des coulées, ou construire un cône strombolien (partie droite de la coupe ci-dessus).

La plupart du temps, l'activité s'arrête avant : le cratère se remplit progressivement d'eau et une sédimentation lacustre suit.


2. deuxième période : il y a 21 Ma, une activité disséminée et ponctuelle met en place des dômes-coulées de trachyphonolites et autres roches différenciées au sud-est de Clermont-Ferrand ; des coulées basaltiques vont s’installer dans les fonds de vallées et constituer par après, suite au phénomène d’inversion de relief, des plateaux principalement le long des marges du Fossé de Limagne.

De 20 à 15 Ma, des remontées de magma basaltiques continuent dans un contexte de lacs résiduels et nappes aquifères, formant des pépérites dont les formations, maars et diatrèmes, sont bien conservés : Puy de Crouel, puy Giroux, Puys de St-Sandoux, de Mur, plateau de Gergovie…

De vastes épanchements recouvrent enfin ces pépérites pour les préserver de l’érosion.


3. Le pliocène est marqué par l’apparition d’appareils ponctuels :

- La montagne de la Serre (3,5-3 Ma)

– la Roche Noire (1 Ma)

- le maar de Clermont (156.000 ans)

- le maar de St Hyppolite (90.000 ans) et autres découvertes plus récentes sur la ville de Clermont-Ferrand.

 

Sources :

- Guide des volcans d'Europe et des Canaries - par M. Krafft et de Larouzière - éd. Delachaux & Niestlé

- BRGM - La Limagne - link

- Eduscol / ENS Lyon : Découvrir et comprendre le rift de la Limagne - par O. Merle & L. Michon / Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand - link

- Eduscol - Pépérites de Limagne à escargots - link

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog