Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 "Augustonemetum ", capitale gallo-romaine des Arvernes sur laquelle a été bâtie la ville de Clermont-Ferrand, n'est pas née à cet endroit par hasard.

Le bassin de Clermont-Ferrand est situé à l'intersection de plusieurs entités géographiques : la chaîne des Dômes à l'ouest et l'escarpement de faille ouvrant sur la plaine de Limagne, délimitée, à l'est des contreforts du Livradois, par le val d'Allier.

Clermont-Ferrand s'est développée au pied de la chaîne des Dômes dans un petit bassin sédimentaire protégé. Cet espace riche en sources thermominérales est composé de zones marécageuses et de nombreuses buttes volcaniques. « Clermont-Ferrand est né de la rencontre de l’eau et du feu de la terre ».

 

Clermont_vu_de_Montjuzet---Fabien1309.JPGUne partie de l'agglomération de Clermont-Ferrand, et sa cathédrale, vues depuis Montjuzet - photo Fabien1309.

 

Limagne---Limites-du-temps.png               Clermont-Ferrand et son environnement tectonique et volcanique - doc. BRGM


Le Fond de Jaude et la Butte de Clermont :

La butte centrale de Clermont-Ferrand est constitué par un « conglomérat » stratifié reposant sur des sables alluviaux. Ce conglomérat a été successivement interprété comme moraines, produit d’un volcanisme pépéritique, cône de déjections torrentielles ou dépôts de pentes périglaciaires, avant que des travaux de terrassement effectués pour la construction de grands immeubles ne livrent d’excellentes coupes atteignant 10 mètres de hauteur. On a pu ainsi observer tous les caractères, sans exception, qui font de cette butte un dépôt de maar. Le magma frais y est représenté par des lapilli et des bombes en choux-fleurs ; les éléments du substratum appartiennent à la série sédimentaire de Limagne.
De nombreux sondages carottés nécessités par les études géotechniques ont apporté la preuve de l’existence dans le substratum, au pied de la butte, d’une fosse composite à parois raides, dont le fond n’aurait été atteint que par un forage ayant traversé auparavant 76 mètres de sédiments lacustres. (Geowiki)

 Le voisinage de ces deux unités (fosse et butte) nous conduit à interpréter la dépression du  "Fond de Jaude", située au-dessus de cette fosse, comme le témoin apparent du maar de Clermont (nommé aussi "maar du Fond de Jaude" ou "maar des Salins").
Ce maar datant d’il y a 150.000 ans environ, est né de la rencontre entre le magma et l’eau de la Tiretaine, et d’éruption phréatomagmatique qui a laissé un cratère de 1500 m. de diamètre

 

Les projections échappées du cratère se sont accumulées en croissant sur son rebord oriental, constituant une épaisseur de tuf de 25 mètres, sur lequel s’est créée la butte de Clermont. Cette roche s’est avérée assez résistante pour supporter des constructions et suffisamment tendre pour y creuser jusqu’à quatre étages de caves.

 

souterrain-ds.-tuf-Clermont-ferrand--L.Falchero.jpg                 Clermont-Ferrand - galerie souterraine dans le tuf - photo L.Fachero


C’est à l’époque gallo-romaine que l’on a vu apparaître les premiers travaux souterrains, liés à l’eau essentiellement : puits et aqueducs. Plus tard, diverses galeries ont été creusées pour servir de refuge, de garde-manger ou de parcs à bestiaux à la population, quelque peu à l’étroit dans son enceinte fortifiée. À la fin du Moyen Âge, la ville a commencé à s’édifier et de belles demeures en pierre se sont construites. Les rez-de-chaussée, particulièrement soignés, longeaient les rues en pentes fortes. Ensuite, des comblements successifs ont adouci le relief afin de faciliter la circulation des voitures… tant et si bien que la partie inférieure des constructions s’est retrouvée en sous-sol. Cela explique les trésors d’architecture trouvés aujourd’hui dans certaines caves : chapiteaux sculptés, piliers en pierre de taille, petites fenêtres trilobées, portes au chambranle mouluré… La conservation du vin fut ensuite la grande affaire des caves clermontoises. Les propriétaires de vignes y ont stocké leur production jusqu’aux attaques du phylloxéra et l’abandon du vignoble vers les années trente. De nombreuses caves furent alors reprises pour le fromage. Achetés sur les marchés, les fromages « à blanc » étaient transportés dans les sous-sols, déposés sur la paille de seigle et affinés à une température idéale de 11° toute l’année. Les caves ont aussi servi de refuge. Ainsi, pendant la Seconde Guerre mondiale, pour protéger les populations contre les bombardements, les services municipaux ont aménagé des abris. Le 6 mai 1943, cinq cent vingt-sept caves furent recensées dans soixante-dix-sept rues, pour abriter 17.096 personnes. Aujourd’hui, de nouvelles activités apparaissent, redonnant une certaine jeunesse à ce patrimoine. Restaurants, salles de réception privées, galeries d’art, salles de musique fleurissent et mettent en valeur ce cadre original.

 

Facade_cathedrale_clermont-ferrand.jpg                                         La cathédrale de Clermont en "pierre de Volvic".

 

La cathédrale gothique de Clermont-Ferrand, commencée en 1248, est construite en " pierre de Volvic" . Cette pierre de couleur grise, caractérisée par la présence de nombreuses bulles et de feldspath, est résistante au gel, aux produits chimiques et possède un faible coefficient de dilatation … et donc intéressante comme matériau de construction, pour les monuments funéraires et autres bacs pour l’industrie chimique

C’est une benmoréite (trachyandésite) provenant des coulées du Puy de la Nugère, datées de plus de 10.000 ans ; elles correspondent à un épisode strombolien effusif qui a marqué l’histoire complexe de la Nugère, situé 20 km. au nord-ouest de la ville..

 

Puy-de-la-Nugere---Volvic.jpg                         Puy de la Nugère - photo Impluvium de Volvic / Soc. Volvic

 

volvic.jpg                                           Coulées de la Nugère et captage des eaux de Volvic.

 

Volvic est connue pour ses eaux qui ont un intérêt diététique : elle favorise l’élimination des déchets métaboliques. En usages externes, elle est utilisée pour les soins journaliers de la peau, les soins esthétiques.

 

Sa composition :     
63.158.jpgCalcium : 11,5 mg/L
Sodium : 11,6 mg/L
Magnésium : 8 mg/L
Potassium : 6,2 mg/L
Bicarbonates : 71 mg/L
Chlorures : 13,5 mg/L
Sulfates : 8,1 mg/L
Nitrates : 6,3 mg/L
Silice : 31,7 mg/L                                  Etiquette des "Eaux de Volvic à Volvic"
Fluor : 0,22 mg/L


Brève historique des eaux de Volvic :

Entrepreneur, sculpteur et carrier volvicois, M. Legay Chevalier découvrit le premier ce trésor, au lieu-dit "la Vallée du Goulet". Malgré des efforts Docteur_Moity---ph.Matthieu-Perona.JPGconstamment renouvelés et les nombreuses difficultés tant techniques que financières, il ne put réaliser son incroyable projet : sa mort, en 1915, laissa en suspens l'idée généreuse d'adduction en eau potable pour la commune et l'installation d'un éclairage public. Quelques années plus tard, au cours des années 1920, le Docteur Moity, maire de Volvic reprit les études de Legay Chevalier en 1922.

1927 : Découverte de la ressource en eau du bassin de Volvic à l’initiative du docteur Moity : le Captage du Goulot.

Pierre commémorative au Docteur Moity - photo Matthieu Perona.

1938 : Première mises en bouteilles par une société locale (eau de sources).

1955 : Production annuelle : 200.000 litres

1958 : Création de la Société des Eaux de Volvic par le groupe Sellier Leblanc.

1965 : Classement « Eau Minéral Naturelle » par le Ministère de la santé de la Sources Claivic mise à jour par la Société des Eaux de Volvic. Mise en bouteilles de 1 litre verre à l’usine du Goulet.

 

limagne_gravenoire--svt-ac-dijon.jpg                                                                  Doc. SVT - ac Lyon.


Le volcan de Gravenoire : 

Il est situé sur la faille qui limite du côté ouest la Limagne. Ses périodes d’activité ont été entrecoupées de périodes d’assoupissement… avec des coulées vers le nord-est et Royat, ou vers le sud-est vers Beaumont.

Les scories du puy de Gravenoire ont été exploitées pour fournir de la pouzzolane rouge ou noire. Cette activité est désormais arrêtée mais a entaillé les flancs du puy, notamment à l'ouest et à l'est. L’accès à la carrière est interdit.

 

-Puy_de_Gravenoire---ph.-Kostia-9.JPG                        Puy de Gravenoire - les scories rouges et noires - photo Kostia9

 

Sources :

- Eduscol - Découvrir et comprendre le rift de la Limagne- link

- Geowiki - les maars du Puy de dôme - link

- Volvic - société des eaux de Volvic.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog