Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Puy Mary - ph. soissons

                                  Paysage Cantalien - le Puy Mary - photo Pierre Soissons.


Les grabens de la Limagne, de la Bresse, du Rhin, de la Ruhr, de la Leine et de l'Eger, se sont formés au début du Cénozoïque pendant l'orogenèse alpine et l'affaissement néogène des bassins méditerranéen et pannonien.

 

 

europetitLes massifs volcaniques, les failles et zones de rift en bordure de l'arc Alpin - le Massif Central Français est sitié au SO., à gauche en bas de la carte - Doc. BRGM


Une immense structure régulière et déchirée par des vallées rayonnantes se distingue, individualisée au cœur du Massif central : le massif volcanique du Cantal.

 

cantal SAT - BRGMLe complexe volcanique du Cantal se distingue du payasage environnant - image ASTER en fausses couleurs


Installé en partie sur un socle granitique et métamorphique et pour une autre sur des sédiments oligocènes, ce stratovolcan complexe est parsemé d’extrusions et de dômes. C’est un des grands stratovolcans Européens : avec une superficie actuelle de 2.500km², et un diamètre de près de 70 km., il culmine à 1.855 m. au Plomb du Cantal, dans la région centrale, et présente de nombreux espaces au-dessus de 1.000 m. d’altitude, ce qui lui confère un caractère montagnard affirmé.

Il diffère des volcans de la Chaîne des Puys, vus précédemment, par sa qualification de stratovolcan .


L’histoire du Cantal s’étend du Miocène au Pliocène, entre -11 Ma et -3 Ma. Sur 8 millions d’années, l’activité éruptive a alterné des phases effusives et explosives ; les matériaux éruptifs – coulées basaltiques, brèches d’explosion et d’effondrement, projections stromboliennes et dômes – se sont emplilées pour constituer le massif du Cantal, qui a été remodelé par l’érosion glaciaire.

 

 

Age des éruptions :

Après l'éruption du St Helens en 1980, et l'étude des dépôts et de leurs structures, l'histoire volcanique du Cantal a pu être réinterprétée totalement.

 

1. Au Miocène, de -11 à -9 Ma :

 

Un volcanisme basaltique et basanitique précurseur est connu seulement au fond des vallées périphériques et aux marges du massif. Il s'agit d'édifices dispersés, très érodés, comportant quelques coulées parfois associées à des projections stromboliennes. Ils sont actuellement en

grande partie masqués par les produits plus récents.


2. Fin du Miocène, de -9 à -7Ma :

Activité centrale, avec une émission massive de pyroclastes trachytique et trachyandésitiques, radialement sur de grandes distances, alternant avec des phases d'effondrements impliquant des volumes de brèches de plusieurs dizaines de kilomètres cubes.


3. Autour de -7 Ma : mise en place, en limites de caldeira, d'épaisses coulées et de dômes de trachyandésite, qui constituent l'essentiel des sommets centraux : Puy Mary, Peyre Arse.

 

Peyre-arse-et-breche-de-Roland----Herbythyme.jpg

Le Puy de Peyre-Arse, à gauche - et les "Fours de Peyre-Arse" coupés par la brêche de Roland - photo Herbythyme.

 

4. De -7 à -6,5 Ma : La partie centrale - au Puy Griou p.ex. - et la périphérie du massif du Cantal sont marqués par des coulées épaisses et des intrusions de phonolites et ordanchites (une téphrite à Haüyne).

 

5. Au Pliocène - de -6 à -4 Ma : mise en place des planèzes, vastes nappes basaltiques périphériques, de forme grossièrement triangulaires, à pendage centrifuge.


les-planezes-du-Cantal.jpg

 Le volcan cantalien : un stratovolcan à planèzes - Doc. CPIE de Haute-Auvergne / Maison des Volcans Aurillac.

 

Ces plateaux sont bordés de vallées, et occupés en parties basses par des zones de cultures céréalières, la partie haute correspondant aux "estives", pâturages d'été des troupeaux de bovins.

Les dernières manifestations éruptives mettent en place des appareils stromboliens de petites tailles, entre 4et 3 Ma, dont le Plomb du Cantal, point culminant et dernier-né de l'ensemble.

    

6. Au quaternaire, les glaciers et l'érosion des cours d'eau vont remodeler le relief et donner aux vallées un profil en auge.


lextension-des-glaciers-dans-le-cantal-desktop-resolution.jpg Extension maximale des glaciers du quaternaire dans le Cantal - doc. repris de Volcanisme du Cantal / L. Besnard -

Le pointillé orange sur la carte indique la limite d’extension de la glaciation du Cantal lors du maximum glaciaire du Würm (-20 000 ans).  -  Les larges bandes en pointillés noirs qui partent en étoile depuis le cœur du massif représentent les grandes vallées en auge (forme en U) qui ont accueilli les glaciers.

 

cirque-glaciaire-de-l-Impradine---ph.R.Besnard.jpg   Cirque glaciaire de l’Impradine entre le Puy de Peyre Arse et le Puy Mary - photo Laurent Besnard

 

Une idée pour une promenade printanière ou estivale : Randonnées accompagnées dans le Cantal - Laurent Besnard, accompagnateur en montagne.

 

 

Sources:

 

- Guide des volcans d'Europe et des Canaries - M. Krafft et de Larouzière, éd. Delachaux & Niestlé

_volcanisme-du-cantal---P.Nehlig.jpg- Les volcans du Massif Central - P. Nehlig & al. / BRGM - link

- Le volcanisme du Cantal / BRGM / link

- Guide du Cantal - promenades géologiques / BRGM - link

- Le volcanisme du Cantal - Laurent Besnard - link

 

 

 


Commenter cet article

Hélios 02/12/2011 08:30


Merci "d'attaquer" les volcans français. Bien de nos congénères ne connaissent pas notre richesse nationale...


 


Note : Il y a deux fois la même phrase au début du texte.


Bonne journée.

Hélios

Bernard Duyck 02/12/2011 08:48



Merci ... je viens de m'en apercevoir en faisant la traduction en anglais.



Articles récents

Hébergé par Overblog