Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

MSH84_debris_avalanche_coldwater_lake_01-13-84_med.jpg

St Helens - avalanche de débris en hummocks (*), créatrice du Coldwater Lake - photo Lyn Topinka / USGS Cascades Volcano Observatory.

 

Le volcan St Helens est victime cette année d’une éruption  … de chenilles de Bombyx ou Livrée de Californie - Malacosoma Californicum . Elle a commencé l'été dernier, pour exploser en 2012 au cœur de la zone d'explosion près de Coldwater Lake, sur l’Hummock Trail (*).


(*) : Les hummocks sont des monticules arrondis ou coniques situés au sein d'un glissement de terrain volcanique ou un dépôt d'avalanche de débris. Les hummocks contiennent un large éventail de débris de roche, ce qui reflète la variation des dépôts qui ont formés auparavant les flancs du volcan. Certains monticules contiennent d'énormes blocs intacts des dizaines à des centaines de mètres de diamètre. Certains composants des coulées de lave formatrice du volcan et d'autres dépôts peuvent être vu dans ces buttes de grande taille, mais la plupart des gros fragments de roches sont complètement brisés.

 

MSH81_coldwater_lake_outlet_channel_10-17-81.jpgMt St Helens - Coldwater Lake - travaux de creusement d'un canal de sortie 4 ans après l'éruption - la taille du site est donnée par un bulldozer (tache jaune à gauche) -   Photo taken in March1984 by Robert L. Schuster / USGS Cascades Volcano Observatory 


map_may18_affected_lakes.gif

  Situation du Coldwater Lake au nord-ouest du volcan - carte USGS Cascades Volcano Observatory 

 

Coldwater Lake est un lac de 4.050 m², formé par un barrage de débris lors de la dernière grande éruption du volcan, en 1980. Après celle-ci, des travaux furent entrepris aux lacs de barrage Castle Lake et Coldwater Lake ; des canaux de sortie furent creusés  pour stabiliser le niveau des eaux et empêcher un débordement du lac, ce qui causerait des lahars dommageables.

 

800px-Western_tent_caterpillars_Malacosoma_californicum_in_.jpgUn arbre dénudé par une agglomération de chenilles Malacosoma Californicum / Western tent caterpillar - photo Brocken Inaglory

 

C’est dans cette zone, où les plantes pionnières effectuent leur colonisation, que se sont installées ces chenilles. C’est assez flippant de voir des milliards de chenilles qui grouillent, tissent des " tentes " qui habillent la cime des arbres, ou retombent sur le promeneur qui se sera arrêté juste un moment  pour écouter leurs bruits de mastication.

 

Western-tent-caterpillar---Field-guide-ton-insects-and-dise.jpg       Femelle de bombyx de californie et sa ponte - photo Field guide to insects and disease ...

 

Elles décapent de façon presque exclusive des aulnes rouges qui dominent dans la région. Cet arbre pionnier pousse sur les débris volcaniques stériles qui ont enseveli la vallée.

L’aulne est remarquable pour sa relation symbiotique avec une bactérie qui fixe l’azote, un actinomycète Frankia Alni, qui se retrouve dans des nodules sur ses racines. Elles absorbent l’azote de l’air et le rende assimilable par l’arbre … qui en retour, approvisionnent les bactéries en sucres, produits par la photosynthèse. Cette relation arbre-bactérie améliore la fertilité des sols volcaniques et procure un apport azoté aux espèces qui vont succéder.

 

An alder root nodule
Whole root nodule
A sectioned alder root nodule
Sectioned root nodule
  Alder root nodules

 

 

La vie de ces insectes est rythmée par des cycles d’expansion et de récession, qui dépendent de la météo, des disponibilités alimentaires, de prédateurs, et divers autres facteurs. Les cycles durent trois à cinq ans, avec une croissance exponentielle jusqu’à ce que leur approvisionnement alimentaire ne soit plus assuré, ou qu’une maladie, souvent parasitaire, ne provoquent un effondrement des populations.

 

L’attaque préférentielle d’une espèce végétale pionnière va modifier le paysage en reconstruction : en tuant les arbres en difficulté, les chenilles vont donner plus de lumière à d’autres espèces ; leurs déjections, et cadavres, vont agi comme engrais pour des sapins de Douglas, et d’autres espèces de conifères … cette chenille va jouer un rôle déterminant dans la nature de la forêt émergente, et influer sur son peuplement aviaire, prédateur friants de cette abondante manne.

 

 

 

Sources :

- The Examiner / science and technology : Caterpillar eruption near Mt St Helens - link

- CVO / USGS - Mount St Helens Coldwater lake.

Commenter cet article

Fred 11/07/2012 09:02


Bonjour,  ces insectes ravageurs existent aussi en France, et certaines forêts subissent parfois des défoliations complétes. La chenille la plus connue causant ce phénomène est la
procéssionnaire du pin, mais il en existe d'autres. J'ai eu l'occasion de voir une forêt de hêtre défoliée totalement par la géométride. L'année suivante il n'y avait plus aucune chenille, la
réserve en nourriture avait été épuisée avant leur transformation et toute la population avait été décimée. Donc en général, il ne faut rien faire, la nature gérant rès bien ce phénomène.

Bernard Duyck 11/07/2012 09:48



En effet Fred ... c'est d'ailleurs la position du Parc du St Helens qui considère la zone comme un "laboratoire et un observatoire" sur la re-génération de lanature et ses modalités, après
l'éruption qui a dévasté les environs en 80.


Il sera néanmoins intéressant de pouvour comparer la zone infestée par les chenilles, avec d'autres non touchées par celles-ci !



Articles récents

Hébergé par Overblog