Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Minéralogie

 

L’obsidienne fut utilisée depuis la préhistoire depuis l’antiquité et dans toutes les parties du monde.

 

carnetdevoyage mexique mexico teotihuacan taillerie obsidi

           Teotihuacan - masque réalisé partiellement en obsidienne -

                             photo carnets de voyage.net

 

C’est cependant la Méso-amérique qui nous donne les témoignages les plus complets , les plus illustratifs des conditions et modalités de  son utilisation.


L’obsidienne, le métal des Mayas ?

Lorsque les conquistadors espagnols pénétrèrent le territoire Maya, ils furent à la fois impressionnés par cette civilisation raffinée, mais aussi étonnés que les Mayas et les autres peuples de méso-amérique aient réalisé de merveilleux travaux artistiques et architecturaux sans utiliser le métal.

Les métaux, y compris l’or, n’ont jamais joué de rôle primordial ici ; il ne faut pas considérer pour autant que les Mayas et les Aztèques comme des « peuples de l’âge de pierre » … bien que leur technologie ait été marquée par la plus belle d’entre elles : l’obsidienne.

 

Des filons d’obsidienne sont exposés en certains endroits et l’exploitation localisée fut facile pour ces peuples. Des grands gisements situés dans les hautes-terres du Guatémala, El Chayal à 25 km. de Ciudad Guatemala et San Martin Jilotepeque à l’ouest de celle-ci, cet obsidienne a du être amenée dans tout l’empire. C’est d’ailleurs ce qui explique l’influence et la suprématie de Téotihuacan sur tout le territoire Maya / Aztèque : le monopole du commerce de l’obsidienne.

 

Mesoamerican obsidian sourc         Les sources d'obsidienne en méso-amérique. - carte Wikipedia.

 

Tracabilité :

L’obsidienne, composée majoritairement de silice, contient des traces de nombreux autres minéraux : césium, uranium, hafnium, cobalt en proportions variables selon les endroits. Chaque gisement a donc une « signature » exprimée par les concentrations des éléments traces dans son obsidienne locale. Ceci permet d’attribuer de façon précise certaines obsidiennes à des lieux d’exploitation déterminés et d’en décrire le commerce et ses routes.

 

Différentes utilisations :

La roche vitreuse revêt une grande importance pour les Mayas, car de ses blocs ils peuvent fabriquer tout un éventail d'outils. Les Basses Terres possèdent des ateliers spécialisés où l'on transforme les blocs d'obsidienne bruts en nucléus presque sphériques Une pression adroitement exercée avec un crochet en bois suffit à détacher du nucléus des lames aiguisées comme des rasoirs. Avec des coups bien placés, on parvient aussi à fabriquer en peu de temps toute une quantité d'autres outils, tels que des poignards et de grands couteaux. Dès qu'un outil est usé ou brisé, on le jette ou on en confectionne un autre à moindres frais. La technologie de l'obsidienne est peu coûteuse en argent et en temps, ce qui fait d'elle une véritable alternative au travail trop onéreux et plus laborieux du métal.

 

582px-Aztec Warriors (Florentine Codex)        Guerriers aztèques armés du macuahuitl - Codex Florentin - Doc. Wikipedia


L'obsidienne sert aussi à fabriquer les armes et outils sacrificiels des mésoaméricains. Un bel exemple : le macuahuitl, un objet précieux à plus d'un titre ; le guerrier peut infliger de sévères blessures aux ennemis grâce aux lames d'obsidienne qui garnissent les deux côtés, tandis que le sommet émoussé permet d'assomer un individu en vue de sa capture pour un sacrifice ultérieur.

Cependant, pour les Mayas, toute la valeur des produits en obsidienne ne repose pas, en premier lieu, sur le travail effectif, mais sur son origine exotique. C'est la nécessité d'acheminer la marchandise de régions lointaines qui fait de ce matériau un produit de luxe. L'étude d'habitations mises au jour prouve que les outils en obsidienne n'étaient utilisés que par un petit groupe de privilégiés de la société maya. Les moins fortunés devaient se contenter d'ustensiles en silex plus friable, mais présent dans les Basses Terres.


De cette précieuse obsidienne, on a également réalisé des bijoux et des objets cultuels. Les fragiles figures d'une extrême finesse en forme de lames, mais également d'animaux et d'êtres humains sont des objets spectaculaires et excentriques fabriqués uniquement en guise d'offrandes.

 

vase aztèque 18 cm. roches ornementales.com       Vase aztèque en obsidienne (hauteur : 18 cm) - Doc. Roches ornementales.com

 

Valeur mystique :

Beaucoup d'entre elles dédiées aux dieux ont été trouvées sous les stèles, autels et entrées des maisons. Quand on un prince, on déversait à l'entrée de sa sépulture des milliers de petits éclats d'obsidienne. Même si ce rite n'a toujours pas été interprété, il montre néanmoins toute la signification, symbolique de, ce matériau dans la culture maya. 

L'obsidienne a été fréquemment utilisée pour les rituels d'autosacrifice par prélèvements sanguins; l'obsidienne était considérée comme "le sang de la terre" et dès lors son usage lors de ces sacrifices revêt un caractère symbolique.


D’Amérique du nord, ne nous restent que des pointes de flèches ou de lances/javelots, ainsi que quelques bijoux, considérés bien souvent par les indiens comme des talismans. Là aussi, la localisation des nombreux filons et coulées d’obsidienne, pour la plupart localisés à l’ouest des actuels Etats-Unis et au Yellowstone, a permis de mettre en évidence des échanges commerciaux axés sur l’obsidienne. (on a retrouvé de l’obsidienne provenant du Yellowstone dans la vallée du Mississipi)


En Amérique du sud, et en absence de métallurgie, l’obsidienne a eu la même importance pour les Incas. La plus ancienne civilisation connue sur cette portion de continent, les Mochicas, pratiquait des sacrifices humains pour se concilier les éléments, et maitriser les phénomènes climatiques (El Nino). Des couteaux d’obsidienne étaient utilisés pour ôter le cœur des prisonniers afin de l’offrir encore palpitant aux dieux.

Dans l’île de Pâques, les yeux des Moai "Kavakava" , petites statuettes de bois, ont leurs pupilles façonnées en obsidienne.

(plus de détails sur le site : "Beauté et mystères de l'île de Pâques" , de Jean Hervé Daude - photo)

 

Sources:

- Obsidian use in mésoamerica - Wikipedia

- Beauté et mystères de l'île de Pâques - Jean Hervé Daude

Commenter cet article

JHD 06/04/2010 15:45



Les grandes statues de pierre de l'Île de pâques, les moaï, avaient les pupilles des yeux en pierre de lave rouge. Ce sont les petites statuettes de bois de l'Île de Pâques, dont les moaï
Kavakava, qui avaient des pupilles en obsidienne.


Plus d'informations disponibles sur Beauté et Mystères de l'Île de Pâques.


www.jeanhervedaude.com



Bernard Duyck 06/04/2010 17:10



Merci de me le signaler ! je me suis permis de faire la correction et de mettre un lien vers votre site fort intéressant sur l'île de Pâques.


j'avais tiré ce renseignement de wikipedia ( "Dans leur état final d’origine, les moaïs avaient des yeux blancs fait de coraux et
l’iris rouge (tuf volcanique) ou noir (obsidienne). Certains
moaïs portent une sorte de chapeau (le pukao) fait d’une roche friable plus légère que le reste de la statue.")


A l'occasion d'un futur article sur ce site volcanique, puis-je de plus l'illustrer par une de vos photos , avec références bien entendu .


Dans l'attente de vous lire, encore tous mes remerciements.


Bernard


 



Articles récents

Hébergé par Overblog