Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Dossiers

Le 18° siècle est marqué par la multiplication des explorations scientifiques et l’étude de nouveaux volcans. Cook découvre Hawaii et ses volcans en 1779, Bougainville effectue son tour du monde et Pallas explore la Sibérie et le Kamchatka … c’est aussi l’ère des premiers volcanologues : Déodat de Dolomieu, Bory Saint-Vincent, Lord William Hamilton.

 

 

Dieudonné Sylvain Guy Tancrède Gratet de Dolomieu, appelé plus familièrement Déodat Gratet de Dolomieu (1750-1801) est un géologue français, chevalier de l’Ordre de Malte, professeur à l’Ecole des Mines de Paris et membre de l’Académie des Sciences.

 

Deodat_de_Dolomieu--portrait-de-M.Cordier-grave-par-A.Tard.jpgdolomieu---croquis-de-Dutertre.jpg

 

Déodat de Gratet de Dolomieu à deux étapes de sa vie :

à gauche, gravure de A. Tardieu -

à droite, caricature de Dutertre.

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout à la fois passionné par les volcans et grand séducteur, le chevalier géologue connut une vie aventureuse et mouvementée.

A 18 ans, il est condamné à la prison à vie pour avoir tué son adversaire lors d’un duel …il sera heureusement gracié. En 1789, presque toute sa famille meurt sur l’échafaud, et son ami et protecteur, le duc de la Rochefoucauld est assassiné sous ses yeux.

Rescapé de la terreur, Dolomieu participe à l’expédition d’Egypte de Bonaparte.

 

Contraint par Bonaparte de négocier en juin 1798 la capitulation de Malte, il ne tardera pas à manifester, après le débarquement à Alexandrie, son ressentiment envers le chef de l'expédition, et sollicitera bientôt l'autorisation de rembarquer, qu'il obtiendra finalement en février 1799. A son retour, il est fait prisonnier à Tarente où son bateau s’est échoué, il croupira ensuite vingt et un mois dans un cachot de Messine… où il rédigera une classification des minéraux. Ses amis les plus influents, l’ambassadeur William Hamilton, l’Amiral Nelson, Joseph Banks, le président de la Royal Society de Londres, tenteront de l’en faire sortir … en vain ! La victoire Française à Marengo va permettre sa libération en mars 1801, huit mois seulement avant sa mort.

 

Dolomieu est l’un des fondateurs de la volcanologie moderne ; son œuvre scientifique est considérable : il a vu couler les laves du Vésuve et de l’Etna, exploser le Stromboli, fumer le cratère de Vulcano, phénomènes qu’il décrit longuement dans ses écrits.

·  Voyage aux îles de Lipari, suivi d'un Mémoire sur une espèce de volcan d'air, et d'un autre sur la température du climat de Malte (1783)

·  Sur le tremblement de terre de la Calabre (1784)

·  Sur les îles Ponces et les produits volcaniques de l'Etna (1788)

·  Mémoire sur la constitution physique de l’Égypte, 1793.

·  Sur un genre de pierres calcaires très peu effervescente avec les acides et phosphorescentes par la collision, article publié dans le « Journal de physique », 1791.

·  Philosophie minéralogique, ouvrage écrit à la prison de Naples (1802)

  

z-Vulcano pano copiePanorama sur le cratère La Fossa de Vulcano et ses fumerolles - photo © Bernard Duyck


Dans son "Voyage aux îles de Lipari fait en 1781, ou notice sur les îles dol1783aMEoliennes pour servir à l'histoire des volcans ", il décrit La Fossa de Vulcano : " Cette montagne représente assez exactement le segment d’un cône dont la base peut avoir deux milles de diamètre, et qui est tronqué par un plan incliné du sud-ouest au nord-est : le cratère n’occupe pas exactement le centre de ce cône, mais il est placé un peu plus dans la partie du sud qui est la plus élevée, mais en même temps la plus mince : de manière qu’en montant ainsi que moi par le côté du nord qui est le plus bas et le plus large ; on trouve avant d’arriver sur les lèvres du cratère un plateau de soixante pas de large, sur lequel on voit beaucoup de trous en forme d’entonnoir, de trois et quatre pieds de profondeur, et une espèce de coupure de vingt pieds de profondeur qui s’ouvre dans le cratère ; toutes ces excavations sont garnies et tapissées de soufre, et il en sort continuellement et de toutes parts une fumée épaisse, blanche, sulfureuse et suffocante, qui permet à peine d’en approcher.

 

z---IMG_6218-copie.jpg           Vulcano - Cratère de La Fossa - fumerolles et dépôts soufrés - photo © Bernard Duyck 


    C’est par cette espèce de tranchée qu’a coulé, il y a peu d’années, une lave noire vitreuse, dont le courant se voit sur le flanc de la montagne et que j’ai toujours côtoyé en y montant ; ce verre fondu est parvenu jusqu’au bas du cône, sans entrer dans la vallée ; il fallait, pour produire une semblable éruption, que toute la coupe du cratère fut pleine d’une matière vitreuse et fluide qui a débordé par la partie la plus basse. Mais qu’est devenu, peut-on demander, l’excédent de la matière qui remplissait le cratère ? Elle a dû, lorsque la grande effervescence a été terminée, rentrer dans les cavités d’où elle était sortie, de la même manière qu’un vase plein d’eau ou de lait versant au-dehors une partie de ce qu’il contient, lorsqu’il reçoit un coup de feu trop fort, n’est plus qu’à moitié plein lorsque le feu, qui avait occasionné la raréfaction du fluide, diminue d’activité.

 

Dossier-39-6186-copie.jpg

                        Vulcano - Obsidienne de la "Coulée Pietre Cotte" - photo © Bernard Duyck 

 

  J’ai recueilli sur les bords de cette tranchée, plusieurs très beaux morceaux de soufre jaune qui s’était sublimé et attaché, de deux pouces d’épaisseur, sur des pierres ou des scories blanchis et pénétrées elles-mêmes par les vapeurs acides sulfureuses. Ce ne fut pas sans risques et sans brûlures, que j’acquit ces soufres ; il me fallut les détacher des trous par où s’exhale continuellement une fumée blanche et épaisse qui, pendant la nuit, paraît une flamme très lumineuse. "

 

1-s2.0-S1251805000001063-fx2.jpg

Il laissera son nom aux Dolomites, dans les Alpes, la roche composant ce massif montagneux étant de la dolomie, un carbonate double de magnésium et calcium.

 

Dolomites---G-Col-Rodella-DSellapass---Paraglider-flyout.jpgPaysage des Dolomites - à gauche, le col de Rodella - à droite, le col de Sella - photo Paraglider Flyout.


A suivre : Bory de Saint-Vincent, élève de Dolomieu.

 

Sources :

- Déodat de Gratet de Dolomieu (1750-1801), vie et oeuvre d'un géologue européen, naturaliste et lithologiste - par Françoise G. Bourrouilh-Le Jan

- Déodat Guy Silvain Tancrède de Dolomieu - annales - link

- Découverte de l'île de Vulcano en 1781 Par Déodat de Gratet de Dolomieu (1750-1801) - in Dom. Decobecq - link 

- Déodat de Dolomieu, père des Dolomites - géologie alpine - link 

Commenter cet article

Mathieu 13/10/2012 13:55


On peut lire son voyage aux iles lipari grace à google

Bernard Duyck 13/10/2012 18:26



Merci Mathieu - je joins le lien : http://books.google.fr/books?id=FUJCAAAAcAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false.



Articles récents

Hébergé par Overblog