Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Au sud-ouest du volcan, une zone de source chaude porte le doux nom "d’enfer de l’Unzen", l'Unzen Jigoku.


unzen-Jigoku-hpt-springs----5---AVE.jpg

Les eaux sont très chaudes, environ 90°C, sulfureuses et acides, d’un pH 2,0-2,2. Ses propriétés sont utilisées pour soigner les maladies de la peau, telles qu’eczéma, engelures, coupures, ou les rhumatismes chroniques, le diabète, les névralgies ou encore la fatigue. Toute la zone est parfumée aux odeurs de soufre.

Autour de ces sources chaudes, s’est développée une petite ville d’où s’échappent des fumées blanches, et où barbotent des mares de boues. Certaines sources sont capturées et dirigées vers les "bains ryokan ". Cet enfer est situé en bordure de pentes arborées, dont les couleurs automnales viennent contraster avec les roches dénudées et la vapeur des évents.

 

unzen-Jigoku-hpt-springs----2---AVE.jpg

 

unzen-Jigoku-hpt-springs----3---AVE.jpg

 

unzen-Jigoku-hpt-springs----4---AVE.jpg                       Unzen Jigoku -  l'enfer de l'Unzen - photos © Antony Van Eeten 2012

 

Une croix rappelle que cet endroit a été un lieu de supplice … au 17° siècle, au cours de l’ère Edo, des prêtres et des chrétiens japonais ne voulant pas abjurer leur foi furent jetés dans les eaux bouillantes de ces enfers, après l’épisode raté de "la Rébellion Shimabara".

 

Unzen-jigoku---croix---zoomingjapan.jpg                                   Unzen Jigoku - la croix des martyrs - photo Zoomingjapan


A cette époque, de nombreux missionnaires s’étaient installés dans la région de Kyushu, mais en 1614, le shogunat Tokugawa édita un décret ordonnant aux missionnaires de partir. De violentes persécutions envers les chrétiens de la région suivirent, sans compter les nouveaux impôts imposés sur le bétail, le foyer, les naissances.  Depuis 1634, les récoltes devinrent maigres et culmina lors des grandes famines de 1636-37. En décembre 1637, suite à de nouvelles exactions, les chefs de plusieurs villages se soulevèrent et se rassemblèrent dans la forteresse désaffectée de Hara. Ils y furent massacrés le 12 avril 1638.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog