Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Les éruptions historiques majeures qui ont marqué le Sakura-jima sont datées de 1471-76 (Bunmei), de 1779 (An-ei), de 1914-15 (Taisho) et de 1946 (Showa).


Chaque éruption est responsable de grandes coulées de lave andésitique qui ont atteint et modifié les contours de l’île volcanique. Elles sont le résultat d’un mélange entre deux magmas dans une chambre située à une profondeur de 3-6 km. sous la partie sud-ouest de la caldeira Aira. L’actuelle source dacitique est estimé se trouver sous le centre de la caldeira, tandis que la source basaltique git beaucoup plus profondément. Le volcanologue Arakawa relève une progressive réduction du niveau de silice des laves : de 66% pour les laves Bunmei (1471) à 59% pour les laves Showa (1946).

 

L’éruption de 1779 - éruption An-ei - fut précédée de plusieurs jours de violent trémor. Le 8 novembre à 11h., les premières émissions gazeuses sont repérées au sommet du Minami-dake. Une éruption violente débute à 14 h. sur le flanc sud ; aux environs de  16h., des évents sur le flanc nord-est entrent en éruption. Après une journée d’éruptions intenses, une phase effusive commence avec des coulées qui atteignent les eaux de la baie.

Cette éruption sera suivie au cours des 20 ans qui suivent d’une dizaine d’explosions ; l’une d’entre elles s’est passé sous le niveau marin et a causé un tsunami dévastateur.

 

Sakurajima-eruption-01.1914---coll-R.Wilson.jpg                   Eruption du Sakura-jima en janvier 1914 - photo archives R. Wilson collection

 

L’éruption de 1914-1915 - éruption Taisho - : Elle est considérée comme la plus importante éruption historique du Japon.

Du trémor volcanique se fait sentir dès le 10 janvier 1914, avec une fréquence et une intensité qui augmentent les jours suivants. Ce signe d’une éruption imminente fut bien interprété par les 22.000 habitants de l’île, fermiers et pêcheurs, qui l’évacuent spontanément. Le 11 janvier vers 14h., les premières émissions gazeuses sont remarquées.

Le 12, à 10h10, le premier d’un groupe de cinq évents s’ouvre sur le flanc ouest. Dix minutes plus tard, c’est au tour du  premier d’un groupe de six évents localisés sur le flanc est, d’entrer en action. Des éruptions puissantes produisent des colonnes incandescentes sur les deux sites, les panaches atteignant 10.000 mètres, parcourus d’éclairs. Des coulées pyroclastiques dues à l’effondrement de la colonne éruptive sont observés. De fortes chutes de cendres marquent une zone à l’est du volcan, la couche atteignant 1 mètres à 20 km. du volcan.

 

Sakura---er.-12.01.1914-du-port-de-Kagoshima---ph.S.Shashi.JPG         Eruption du Sakura-jima - Vue le 12.01.1914 du port de Kagoshima - photo S. Shashinkan

 

Eruption-Sakura-1914---Hamasaki---Jour.Sci.coll.-Imperial-u.JPGEruption du Sakura-jima en 1914 - l'intérêt du dessin de ce point de vue est de montrer quatre panaches éruptifs touchant deux côtés du volcan - doc. Hamasaki / Journ. Sci. coll. Imperial University of Tokyo. - in Geological Survey of Japan.


Suite à la poursuite du trémor, la plupart des 70.000 habitants de Kagoshima évacuent aussi la zone … seuls 35 morts sont attribués au séisme de magnitude 6-7 du 12 janvier, qui provoque des effondrement de bâtiments et des glissement de terrain. Un petit tsunami endommage des bateaux dans le port.

 

-kagoshima_1914---NYPL-picture-collection-Illustrated-Londo.jpgKagoshima sous les cendres de l'éruption du Sakura-jima en 1914 -  doc. NYPL Pictures collection / Illustrated London news.


Le 13 janvier, vers 20h., une secousse forte marque le début de l’activité effusive, et deux coulées importantes se développent au cours des 20 jours suivants. Une activité explosive moins forte que durant le climax accompagne les effusions. Le 20 janvier, l’activité cesse sur le flanc ouest, tandis que six cratères alimentent les coulées côté est.. La lave s’écoule à une vitesse de 30 mètres à l’heure près des évents, ce qui est remarquablement rapide pour une lave andésitique. Les coulées est s’étendent jusqu’à 3 km. des évents, larges de 2 km. par places.

Le 1° février 1914, elles remplissent le chenal large de 400 mètres qui sépare l’île de la péninsule Oosumi … le Sakura-jima n’est plus une île !

Les effusions cessent pour un temps, relayées par une activité explosive variable, puis reprennent le 22 mars 1914 au départ des évents situés à l’est, pour continuer de façon sporadique jusqu’en début 1915.

 

sakura---9---AVE-2012.jpgLe Torii du temple Shinto de Kurokami-cho, situé à 5 km. à l'est du volcan, haut de trois mètres, a été enseveli presqu'entièrement sous les dépôts pyroclastiques de l'éruption - ce lieu commémoratif est préservé par des chaînes et un portique. - photo © Antony Van Eeten 2012

Cette éruption a engloutit sept des 18 villages de Sakura-jima sous sa lave, et en a enterré sous ses cendres beaucoup d’autres ainsi que les champs qui les entourent. Au total, 2500 habitations ont été détruites. Des radeaux de ponces flottantes ont entravé la navigation sur la baie. Le gouvernement a initié la première opération de secours d’envergure après une éruption volcanique.


Le Global Volcanism Program qualifie cette éruption d’un index d’explosivité sakura---21---AVE-2012.jpg4 ; le volume de lave émis est estimé à 1,6 milliards de m³ pour 570 Mm³ de téphra.

 

Pancarte locale schématisant la position d'une chambre magmatique principale sous la caldeira, en communication par des failles avec une autre plus superficielle sous le Sakyra-jima -


Suite à l’éruption, on a constaté une déflation importante, avec perte de 70 cm. à différentes places du bord de la caldeira et de plus de 2 m. sur le rivage nord et sud de Sakura-jima. Ceci suggère une source magmatique située, au moins partiellement, sous le centre de la caldeira Aira. Elle fut suivie d’une inflation précédant l’éruption à venir.

 

Quelques éruptions explosives de courte durée émaillent les années 1935, 1938 et 1939, puis le calme revient jusqu’en 1946.

En 1946 - éruption Showa -, le volcan entre en éruption au cratère Showa, qui s’est créé en 1939, sur le flanc est du Minami-dake ; l’éruption fut essentiellement effusive , 180 Mm³ de lave émis, sans production de ponces. Les dommages ont été limités aux terres agricoles englouties sous la lave. Une coulée bifide sakurajima---09.09.1985---Tom-Pierson-USGS.jpga entouré celle de 1914, vers les côtes est et sud de "l’île perdue" de Sakura-jima.

Le panache du Sakura-jima le 09.09.1985 - photo Tom Pierson / USGS

 


A dater de 1955, l'activité reprend et diverses éruptions explosives plus petites vont marquer le cratère sommital Minami-dake, jusqu'en 2006 ... où après in intervalle de 58 ans, on observe une éruption hors cratère sommital. (détails sur GVP Montly report)


 

Quelques belles photos des éruptions en tout début d'année 2010 par Thorsten Boeckel et Martin Rietze :

 

 

Astronomical-picture-of-the-day-MR-01.2010.jpg       Sakura-jima - 25.12.2009 /09.01. 2010 /  Astronomical picture of the day  - by Martin Rietze.


Dossier-41 1847 - Th B 2010

   Sakura-jima - 25.12.2009 /09.01. 2010 / by Thorsten Boeckel : " New Year eruption around 00:05:23 at 01.01.2010, two minutes later the next fontain. "

 

Il demeure toujours bien actif comme en témoignent les photos prises en 2012.

 

sakura---10---AVE-2012.jpg

 

sakura---13---AVE-2012.jpg 

sakura---28---AVE-2012.jpg

           Sakura-jima en octobre 2012 -trois photos  © Antony Van Eeten 2012 


Sources :

- Global Volcanism Program - Sakura-jima 

- Geological Survey of Japan - Sakura-jima

- Photos de Martin Rietze / A.L.P.E. - link 2010 - link 2012

- Photos de Thorsten Boeckel / from Etna to Stromboli - link 201010

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog