Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Le risque nucléaire se précise à Fukushima Daiichi, après l'explosion samedi au réacteur 1 : aujourd'hui, deux explosions dues à l'hydrogène ont eu lieu au réacteur n°3.

La compagnie Tokyo Electric Power, n'a pas exclu lundi 14 mars que le combustible du réacteur n°2 soit entré en fusion, à cause d'une panne du système de refroidissement.
La station de pompage qui permet de maintenir immergées les barres de combustible ne fonctionnant plus, le niveau d'au a baissé dans le réacteur, et il est possible qu'elles aient été hors d'eau.
Toutefois, comme elle l'avait fait pour les réacteurs 1 et 3, la compagnie a injecté directement dans l'enceinte du réacteur de l'eau de mer afin d'immerger de nouveau les barres pou r stopper le processus de fusion.

 

 L'IRSN - L'institut de radioprotection et de sûreté nucléaire - précise que de "nouveaux rejets de produits radioactifs" ont eu lieu dans l'environnement en raison d'une "dépressurisation de l'enceinte de confinement (...) après le début de la fusion du coeur". Concernant les réacteurs 1,2,3,4 de Fukushima II (Daini), "il semble que les installations soient actuellement dépourvues de systèmes de refroidissement", précise l'Institut. A la centrale d'Onagawa, au nord de Fukushima, l'Institut indique que des mesures élevées de radioactivité ayant déclenché l'état d'urgence "pourraient résulter du rejet de la centrale de Fukushima Daiichi".

Le réacteur n°2 est "en surchauffe"

 

Enfin, s'agissant de la centrale de Tokai (120 km au nord-est de Tokyo), l'IRSN confirme que le réacteur nucléaire de ce site connaît une défaillance du système de refroidissement" mais "le circuit de secours fonctionnerait normalement".

(Nouvel Obs.)

 

Le gouvernement nippon semble minimiser le problème !

Concernant la contamination, les chiffres sont variables : entre 37 et 160 personnes contaminées.

Pour fixer les idées, à deux kilomètres de la centrale de Fukushima, la quantité de radiations reçue en une heure correspond à la quantité maximale admise sur un an, en normes européennes.

Dans le cas où une fuite radioactive importante était à redouter, la situation pourrait se compliquer dans les prochains jours : les vents, favorables pour le moment, éloignent les éventuelles émissions vers l'est. Un changement de direction de ces vents dans les prochains jours risque de rabattre ces émissions vers le Japon.


 

image-191449-galleryV9-zeiy.jpg                   Simulation de la dispersion d'un nuage radioactif, valable le 13.03.2011

                                                                 - doc. Der Spiegel.

 

Une campagne d' échange des doses d'Iodure de potassium commence en Belgique aujourd'hui. Hasard du calendrier, puisque pas moins de quatre millions de doses viennent d'être fabriquées et seront distribuées aux populations proches des centrales atomiques de Tihange (Huy) et de Chooz, centrale française enclavée dans notre pays.

 

belgique-iode.gif

Il convient de rappeler que ces "comprimés d'iode" ne sont à prendre que sur décision gouvernementale. Ils sont destinés, en cas de nécessité, à saturer en iode la glande thyroïde, et à empêcher ainsi une captation par celle-ci d'iode radioactif émis. Des mesures de confinement et d'éloignement sont à prendre concernant les autres isotopes relargués par un éventuel problème dans une centrale.


Demain, une rencontre des experts au niveau européen doit avoir lieu à Bruxelles concernant la politique à tenir sur l'avenir des centrales nucléaires en Europe : faut-il les prolonger ou sortir du nucléaire ? A suivre ...

 

Sources :

- Agence fédérale de contrôle nucléaire - lien

- Mesures de la radioactivité et protection civile - lien

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog