Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Le quatrième paroxysme de "la Somma récente" du Vésuve en 79 après JC a détruit les cités de Pompéi, Herculanum et Stabies.

 

Pompeii_the_last_day_1---CryptoDerk.jpg         "Le dernier jour de Pompéi" - reconstitution d'une phase de l'éruption du Vésuve en 79.

Image from CryptoDerk - (From the Discovery Channel's ''Pompeii'', courtesy of Crew Creative, Ltd. {{CopyrightedFreeUse}})


Pompéi, ensevelie sous les ponces et les dépôts pyroclastiques, est restée intacte jusqu’en 1748, date à laquelle les premières fouilles officielles débutèrent, à la demande de Charles III de Bourbon. Depuis cette époque, les travaux archéologiques n’ont pas cessé ; à l’origine, ils consistaient à creuser le sol, à en extraire les biens de valeur et à combler ensuite le vide. A partir de la fin du 18° siècle, les bâtiments furent laissés à découvert ainsi que nombre d’objets … peu à peu, Pompéi devint une ville-musée ouverte aux visiteurs.


Aujourd’hui, le principal souci est devenu, non pas d’ouvrir de nouvelles zones de fouilles, mais de préserver et d’entretenir ce qui a été mis au jour, et qui subit les outrages du temps et des visiteurs.

De plus, il y a une volonté de laisser des zones intactes en vue d’une analyse ultérieure, par les générations à venir, et grâce à des techniques qui s’améliorent chaque jour. C’est ainsi que les travaux récents se reportent sur des zones déjà prospectées : dans les quartiers commerçants, on fouille les boutiques des tanneurs, des parfumeurs.


L’éruption du volcan a préservé le parfum des Romains du 1° siècle :


De précieux témoins, tels que la maison des Vettii découverte en 1894, ont Maison-des-Vetii---Pompei.jpgpermis de mieux comprendre la vie des romains à cette époque, particulièrement celle de la riche aristocratie qui tendait à afficher son train de vie par la construction de magnifiques habitations,  préservées par les dépôts éruptifs. Dans cette demeure, la décoration picturale se compose de scènes mythologiques, et d’une frise représentant de petits amours effectuant divers métiers, e.a les amours vendant des parfums. Ils sont en train de mettre des fleurs sous presse avant de les faire macérer puis de les mélanger. On les voit ensuite tester leurs produits sur une dame élégante. Une sorte de leçon imagée sur l'art du parfum à l’époque romaine.

 

50-79--Les-Amours-parfumeurs--detail-de-la-frise-du-triclin.jpg        "Les Amours parfumeurs" - détail de la frise du triclinium de la Maison des Vettii à Pompéi.


Son jardin a pu être reconstitué à partir d’empreintes de racines laissées dans le sol et d’objets de fouilles. On y cultivait alors des roses, des lys, des violettes et des oliviers, dont les fruits pas encore mûrs rendaient une huile dans laquelle on faisait macérer les pétales.


Les fouilles récentes ont permis de retrouver, en façade d'une maison longue et étroite, une officine aménagée dans le courant du 1° siècle avant J.-C. Elle comportait deux cuves et une chaudière. Il est probable qu'il s'agissait d'une huilerie, les cuves servant à décanter l'huile et la chaudière à chauffer l'eau nécessaire au processus d'extraction. Vu sa localisation, cette huilerie travaillait peut-être préférentiellement pour des parfumeurs, mais elle devait extraire surtout des huiles alimentaires, et des huiles destinées à l'éclairage. Cette hypothèse toutefois demande à être confirmée car la fouille n’a mis au jour aucune trace de pressoir.

Dans une autre boutique, on a découvert une cuve de recueil de l’huile, et une fosse contenant une centaine de flacons à parfum datés du premier siècle avant JC, témoins d’un commerce de parfum dans la cité.

 

Parfum10.jpgParfum8---videotheque-CNRS.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Doc. viéothèque CNRS / Parfums.

 

                       CNRS - la vidéo du vendredi.

 

Les équipes du CNRS / Centre Jean Bérard et du LCMBA - Laboratoire de chimie des molécules bioactives et des arômes -, tentent de reconstituer les fragrances d’un parfum millénaire, le parfum à la rose d’Italie. Aidés de philologues, de jardiniers et de parfumeurs, et grâce au traité de Dioscoride, "De Materia Medica ", elles ont pu identifier les différents ingrédients, reproduire les procédés de fabrication et recréer en laboratoire les senteurs anciennes.


Des différences marquantes sont constatées entre les parfums antiques et modernes :

A l’époque romaine, il n’y avait pas de frontière très nette entre les parfums et les onguents.

Les produits étaient utilisés avant tout pour masquer les mauvaises odeurs (dues à un manque d'hygiène personnelle) mais aussi, par exemple, pour soigner les maladies de peau. C'était le cas, entre autres, du céleri et de l'aneth, tandis que la lavande était utilisée pour ses vertus relaxantes, comme cela se pratique de nos jours en aromathérapie.

Les procédés d’extraction n’utilisaient pas l’alcool, comme en parfumerie moderne.


Les analyses permettront de retrouver les différences d’assemblages, et de nouvelles fragrances toujours recherchées par nos parfumeurs ... et de nous replonger dans la vie des romains du premier siècle.

 

statue-antiquarium-pompei.jpg                         Statue féminine en marbre, à l'élégant drapé - doc. Antiquarium Pompéi.

 

pompei-sensualite-liberte-no-limit-L-p6NpEc.jpegAffiche de l'exposition "Pompéi, un art de vivre" - OEnochoé en forme de tête de jeune femme. Ces vases en bronze, perpétuent une mode déjà en vogue dans les milieux grecs et étrusques. La polychromie des bandeaux de cuivre et des yeux en pâte de verre accentue le raffinement de l’objet.

 

Une exposition au Musée Maillol à Paris, "Pompéi, un art de vivre", magnifie la vie privée dans cette cité au 1° siècle.

Une "domus pompeiana" est évoquée dans ses pièces traditionnelles : atrium, triclinium, culina, péristyle entourant le jardin, balmeum et venereum ... chaque pièce est ornée de fresques et d'objets.


Expo-Pompei---musee-Maillol-Paris.jpgElégante pièce de mobilier, typique de l'atrium - Dossier de Presse de l'expo. "Pompéi, un art de vivre".


Table (cartibulum), avec piètement en forme de griffon - marbre - H. 85 ; L. 141 ; l. 78 cm - Inv. 40683 - Soprintendenza Speciale per i Beni Archeologici di Napoli e Pompei Fouilles de Pompei (Antiquarium Boscoreale) - © Soprintendenza Speciale per i Beni Archeologici di Napoli e Pompei / Photo Pio Foglia.
 

Un rappel des phénomènes éruptifs de 79 - sur une docu-fiction "les derniers jours de Pompéi" - France 5.

 

Sources :

- CNRS vidéothèque - "Le parfum retrouvé" - link

- CNRS - centre Jean Bérard - link

- Pompéi, un art de vivre ... exposition au Musée Maillol, à Paris - link

Commenter cet article

Yvon 21/08/2013 10:00


Bonjour,


Votre article est intéressant. mais je vous contacte par rapport a votre photo de la maison des vettii. Etes vous l'auteur de cette belle photo ? je cherche une photo de ce type pour faire un
panneau d'expo. Pouvez vous me répondre rapidement ?

Bernard Duyck 21/08/2013 11:58



Je constate en effet que j'ai omis de renseigner la provenance de la photo ... voici la référence du site
:http://www.ac-grenoble.fr/lycee/diois/Latin/archives/ico/Ier-IVeme%20Fresques%20de%20la%20Rome%20Antique/Web/thumb.html


et de la photo :
http://www.ac-grenoble.fr/lycee/diois/Latin/archives/ico/Ier-IVeme%20Fresques%20de%20la%20Rome%20Antique/Web/original/50-79%20%20Les%20Amours%20orfevres,%20detail%20de%20la%20frise%20du%20triclinium%20%20IVe%20Style%20%20Pompei,%20Maison%20des%20Vettii.html






Articles récents

Hébergé par Overblog