Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Commençons par le nord de l'archipel et les îles Banks & Torres, proches des îles Salomon.

Les Torres doivent leur nom au Commandant Luis Vaez de Torres, membre de l’expédition de Queiros, et les Banks au botaniste Joseph Banks qui accompagnait James Cook en 1774.

Les îles principales sont d'origine volcanique, avec deux volcans actifs sur Vanua Lava et Gaua.

On ne peut les atteindre facilement qu'à partir de Santo et par les airs, grâce à des vols d'Air Vanuatu 3 fois par semaine.

ATD : Volcanodiscovery organise un périple de 15 jours sur Tanna et Ambrym, avec une extension possible de 8 jours vers les îles Banks - référence.

 

 

Vanua Lava - volcan Suretamatai : 

                                           Carte archives U.S.Navy 1943     

557px-Vanua_lava.jpgLe Suretamatai occupe la majeure partie de l’île Vanua Lava, une des plus grande des îles Banks. A l’inverse des autres volcans du Vanuatu, ce volcan, aussi appelé Soritimeat, ne présente pas de caldeira sommitale. Une chaîne de petits stratovolcans à dominante basaltique à andésitique, orientés sur une ligne NNE-SSO, lui donne un profil irrégulier. Le cône le plus récent, situé à l’extrémité nord de la chaîne, est aussi le plus grand ; son cratère sommital, large de 900 m. et profond de 100 m.,  contient un lac. Son activité a débuté au 19° siècle, et n’a engendré que des éruptions explosives modérées, les dernières entre 1856 et 1864, puis 1965-1966. En 1965, un panache cendreux a été émis par un nouveau cratère apparus sur le flanc NW du cône, tandis qu’en 1966, de petites explosions (dues à des interactions eau-magma?) se produisaient. L’activité récente est réduite à celle de solfatares. Actuellement, la principale zone géothermale située le long de la rivière du soufre, sur le flanc est du Suretamatai, présente des fumerolles, des sources chaudes et des mares bouillantes.


 

Gaua (Santa Maria) -  le mont Garat ou Garet.

L’île de Gaua, connue aussi sous le nom de Santa Maria, est constituée d’un stratovolcan basaltique à andésitique coiffé d’une large caldeira de 6 km. sur 9.

 

Gaua---nasa-space-shuttle-copie-1.jpg

L'île de Gaua - Caldeira volcanique avec le mont Garet et le lac Letas. - doc. Nasa space shuttle.


La construction du cône actif , le mont Garet ( Garat – Gharat) et d’autres petits cinder cones dans la partie sud-ouest de la caldeira a permis l’installation d’un lac en demi-lune, le lac Letas. Des études bathymétriques ont permis d’estimer son volume à 800 millions de m³ (+/- 10%). Gaua-5-crat.sommit.pngLe mont Garet a un sommet plat troué de trois cratères-puits (pit crater), sur un total de cinq . La reprise de l’activité en 1962, après une longue période de dormance, concerne un évent situé en hauteur sur le flanc sud-est du mont Garet. 

Carte John Seach 1999/ GVP

 

 

3410gau4.jpg

                     Photos courtesy DGMWR (2003) and S. Wallez (2009).

 

Des décolorations du lac Letas témoignent du dégazage : en 2003, les eaux du lac avaient des teintes jaune à verte; en 2009, les eaux viraient à l'orange et de fortes odeurs de soufre étaient perçues par les habitants.

 

Début octobre 2009, une mission du département des mines du Vanuatu, à laquelle participait le vulcanologue Philipson Bani, un Vanuatais, s’est rendue sur place pour des mesures. Le 3 octobre, le mont Garet dégageait un flux de SO2 (dioxyde de soufre) de l’ordre de 3 000 tonnes par jour. « C’est énorme pour un volcan comme celui-ci, qui n’émettait pratiquement rien voici deux ans », expliquait alors Philipson Bani.
Dans les semaines suivantes, les deux sismographes installés sur place témoignaient de très nombreux tremblements, pas forcément perceptibles autrement que par les instruments, et sans que l’on puisse précisément déterminer la part revenant au volcan lui-même de celle liée à l’activité sismique générale de la région.


Gaua-2009.10--GVP.jpg

Panaches émis par trois évents actifs, dont un panache de cendres vigoureux, le 03.11.2009 - photo S.Todman / GVP.

 

Le 18 novembre enfin est survenue une explosion plus intense que les précédentes. Elle a été suivie cette fois d’émissions de cendres qui sont retombées sur la partie ouest-nord-ouest de Gaua. Les quelque 300 habitants de trois villages situés directement sous le vent du mont Garet, qui commençaient à souffrir de troubles respiratoires et constataient la destruction progressive de leurs cultures et de leurs sources d’eau potable, ont été évacués par des bateaux de pêche vers l’est de l’île. Début décembre, trois tonnes de matériel avaient mêmes été livrées sur place par la Glorieuse, dans le cadre d’une opération Croix-Rouge.

 

gaua_ali_2010.04.24.jpg                 Gaua - panache du 24.04.2010  Nasa Earth Observatory.


A partir de début avril 2010, l'activité augmente, avec émission de panaches plus importants et montant à plus haute altitude : 2.100 à 3.000 mètres. Entre mi-avril et fin juin, des panaches à 3.000 m. sont fréquemment observés.

L'éruption est toujours en cours.

 

Sources :

- Vanuatu Geohazards Observatory - VGOW.

- Global Volcanism Program - Gaua

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog