Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le Vésuve, sensu stricto, nait après l'éruption de La Somma en 79. Son activité est marquée par 22 épisodes éruptifs entre 172 et l'an 1500.

 

La plus importante éruption depuis celle de Pompéi survient en 1631-32. Elles sont classifiées toutes deux par le GVP d'un indice d'explosivité volcanique identique : "5 ?".

Maurice Krafft nous la relate :

" Après 130 ans de calme, alors que la végétation s'est installée jusqu'au sommet et que l'Atrio del Cavallo est habité et cultivé, le Vésuve se réveille.

 

Entre juillet et décembre 1631, des tremblements de terre ébranlent le volcan. En décembre, l'eau manque dans les puits, les animaux domestiques hurlent la nuit.

Le 16 décembre au matin, des cultivateurs voient un nuage étrange, traversé d'éclairs au-dessus du cratère. Brusquement des explosions fortes expulsent les lambeaux de lave en fusion et des nuages de cendres forment comme des pins parasols au-dessus du volcan. Tout autour de la montagne de feu, l'obscurité s'installe. Vers 11 heures du matin, des fissures s'ouvrent au pied nord du cône, des laves sont vomies qui envahissent l'Atrio del Cavallo. Des nappes de gaz toxiques se répandent, 40.000 habitants pris de panique cherchent refuge à Naples.

 

  1631-gravure-de-Battista-Passaro-Simkin---Siebert.jpg

Gravure de l'éruption du Vésuve en 1631 par Battista Passaro / collection des Krafft, in Simkin & Siebert 1994.

Elle nous montre une colonne éruptive verticale et une toute première représentation de coulées pyroclastiques atteignant la mer.

 

Dans la nuit du 16 au 17 décembre des secousses fortes mettent les habitations en péril. Le lendemain matin, à 7 heures, le sommet du volcan est décapité par une formidable explosion. Des blocs gigantesques sont projetés à plusieurs centaines de mètres de hauteur. A 9 heures, une coulée de boue impressionnante descend sur le côté ouest du Vésuve; elle détruit plusieurs villages et se jette dans la mer. Au même moment un fort tremblement de terre donne naissance à trois lames de fond. A 10 et 11 heures, des coulées de laves jaillissent de deux fissures radiales sur le flanc ouest et sud-ouest du volcan, elles atteignent une vitesse de 3 kilomètres à l'heure; très vite Portici et Pugliano sont ensevelis de même que la Scala et la partie ouest de Torre del Greco. Une coulée issue du sud-ouest se divise en deux, elle engloutit la zone entre Camaldoli della Torre et Torre Annunziata pour s'arrêter dans la mer. A midi, à Naples, il fait nuit, tellement il y a de cendres dans l'air.

Le 18 décembre, les explosions et les effusions s’arrêtent. Quand le nuage de cendres et de vapeurs se dissipe, les habitants constatent que le Vésuve est décapité de 168 mètres ; pourtant l'activité se poursuit jusqu'aux premiers jours de 1632 par quelques petits tremblements de terre et des éjections de cendres.

L'éruption a entraîné la mort de 4.000 personnes et de 6.000 animaux domestiques. Boscotrecase, Torre Annunziata, Torre del Greco, Pugliano, Portici et Resina ont été détruits ou endommagés par les laves. Les chutes de cendres ont causé des dégâts à S. Anastasia, Somma et Ottaviano. Les coulées de boue ont plus ou moins englouti Massa, Pollena, Ottaviano et quelques autres villages. A Naples, la couche de cendres atteint 30 centimètres d'épaisseur. Les poussières volcaniques sont allées jusqu'à Constantinople.

En plus du sommet décapité, le diamètre du cratère passe de 600 à 1600 mètres. La végétation au pourtour du volcan a disparu. La topographie entre Naples et Castella Mare a subi de très grands changements. Après un repos de quatre ans, des jets de lave édifient un cône de scories dans le cratère." 

 

Ce sera ensuite les années fastes, avec les représentations napolitaines de Lord William Hamilton, qui fut ambassadeur à Naples entre 1764 et 1800. Fasciné par le Vésuve, il relate avec force notes de terrain et croquis l'activité du volcan; il interroge les fermiers locaux et les personnes qui grimpent le volcan, collecte des roches pour les envoyer en Angleterre.

 

Lord Hamilton, utilise le registre de sorties des processions pour dater les éruptions passées du volcan; c'est ainsi qu'il nous raconte que lors de la grande éruption du Vésuve en octobre 1767, les cendres tombent sur la ville de Naples durant deux jours, recouvrant maisons et bateaux en mer de scories.

 

Il édite, en 1776, un livre qui fera date : "Campi Phlaegraei, Observations on the volcanoes of the two Sicilies". Ce livre, abondamment illustré, rappelle les éruptions du Vésuve en 1756, 1760, 1767 et 1771, ainsi que l'évolution du cratère lors de l'éruption de 1767.

 

lavafountain.jpgplinian.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vésuve - éruption plinienne de 1779 - à gauche, le 8 août : une énorme fontaine de lave atteint la hauteur de 4.000 mètres au dessus du cratère; le panache est rempli d'éclairs et  des retombées de tephra se font hors de l'enceinte de La Somma. -  à droite, le 9 août au matin, le panache éruptif est plus clair et des bombes retombent dans la Valle dell'Inferno, entre le cône et la paroi de La Somma.

doc. : "Les Fureurs du Vésuve"  Découvertes Gallimard - Albums GT 10037 (ZB Zürich); Originals in: Hamilton, William: "Campi Flegrei. Observations on the volcanoes of the two Sicilies as they have been communicated to the Royal Society of London", Naples 1776. - Avec l'aimable autorisation de M. Fulle / Stromboli on line.

 

1794-P.Alessandro-D-Anna---SOL--.jpg

Vésuve - éruption de 1794 - par P. Alessandro D'Anna in: P. Gasparini S. 234: Un Viaggio al Vesuvio, Liguori Editore - - Avec l'aimable autorisation de M. Fulle / Stromboli on line.

 

Après de forts tremblements de terre, le 15juin 1794,  une puissante explosion de cendres a lieu dans le cratère sommital, puis une fissure large de 50 mètres s'ouvre sur le flanc sud ouest, quatre bouches la couronnent D'une cinquième bouche un fleuve de lave prend naissance et à 6 heures le lendemain matin, il atteint Torre del Greco qui est engloutie. La quantité de lave émise est de 27 millions de mètres cubes.

 

Sources :

- Guide des volcans d'Europe et des Canaries - par M. Krafft et de Larouzière - éd. Delachaux & Niestlé

- Global Volcanism Program - Vesuvius

- Stromboli on line - Vesuvius and Campi Phlegrei - paintings - historic eruptions - link

 

 
   

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog