Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

L'éruption de La Somma, en 79 après JC, est resté célèbre pour avoir été la première à être décrite de façon presque scientifique par un observateur, et pour avoir détruit les cités de Pompéi et d'Herculanum, retrouvées des siècles plus tard.

 

Les prémices de l'éruption ne furent pas reconnues :

En 79, la région est densément peuplée, avec des villages et de petites cités, et les pentes de "la montagne de Bacchus" recouvertes de fermes et de vignobles, comme en témoigne une fresque de la Casa del Centenario, à Pompéi.

 

Pompei--casa-del-centenario-copie.jpg                              Pompéi - Casa del Centenario - le volcan avant 79


Pourtant en l’an 30 avant JC, l’historien grec Strabon décrit  la montagne comme "ayant un sommet plat et stérile, recouvert de suie et de roches couleur cendre, et suggère qu’il a pu un jour posséder des cratères de feu". Il suppose également que la fertilité de ses versants pourrait être due, comme pour l’Etna, à l’activité volcanique.

Diodore de Sicile appelait la plaine Campanienne "ardente" (flegrei) en raison de la montagne, qui montrait "des signes de feu ayant brûlé dans les temps anciens ".


Vesuve - séisme de 62 ap JC- Robert Decker - oregonstateEn février 62, un puissant séisme cause d’importants dégâts autour de la Baie de Naples et à Pompéi et Herculanum ;

Bas-relief d'une maison de Pompéi - photo R.Decker / Oregonstate univ.

 

Un autre séisme, plus petit, eu lieu en 64, et fut rapporté par Suétone, dans sa biographie de Néron ; il y raconte que le théatre s’est effondré peu de temps après avoir été évacué.


Le 20 août 79, de nouveaux séismes secouent la région … leur intensité et leur fréquence augmentent jusqu’au 24 août (ou le 24 octobre d’après d’autres constatations), signe d’une remontée magmatique. Les sources se tarissent autour de la montagne, mais à l’époque aucun lien n’est fait entre ces signes et une éventuelle éruption. Les Romains se sont habitués aux secousses mineures et n’ont d’ailleurs pas de mot pour désigner un volcan, seulement une vague notion des autres montagnes similaires, comme l’Etna, appelée demeure de Vulcain.

Le lendemain du festival du dieu romain du feu, le Vulcanalia, l’éruption va débuter !

 

Le récit de l’éruption par Pline le Jeune :

Deux lettres écrites par Pline le Jeune à son ami l’historien Tacite constituent le premier témoignage historique concernant une éruption volcanique. Le jeune homme assiste à la catastrophe depuis le Cap Misène, où il réside avec son père adoptif, son oncle Pline l’ancien,qui commande la flotte romaine de Misènum.

Quelques extraits significatifs :

"Mon oncle était à Misène où il commandait la flotte. Le 24 octobre vers midi, ma mère l'avertit qu'il paraissait un nuage d'une grandeur et d'une figure extraordinaire ... il était difficile de discerner de quelle montagne ce nuage sortait. sa figure approchait celle d'un arbre et d'un pin (parasol) plus que d'aucune autre. On le voyait se dilater et se répandre. Il paraissait tantôt blanc, tantôt noirâtre et tantôt de diverses couleurs ... en même temps, la cendre commençait à retomber sur nous." - description du panache plinien -

"Je tourne la tête et j'aperçois une épaisse fumée qui nous suivait en se répandant sur la terre comme un torrent.  - description d'une coulée pyroclastique - Quittons la route, dis-je à ma mère, tant que nous voyons encore, de peur d'être renversés et écrasés dans les ténèbres par la foule de nos compagnons. A peine étions-nous écartés, qu'elles augmentèrent de telle sorte qu'on eut cru être, non pas dans une de ces nuits noires et sans lune, mais dans une chambre dont toutes les lumières auraient été éteintes... Bientôt parut une lueur qui nous annonçait, non pas e retour du jour, mais l'approche du feu qui nous menaçait. Il s'arrêta pourtant loin de nous. L'obscurité revint et la cendre se remit à tomber plus épaisse et plus lourde..."

 

L’analyse des dépôts mène à la compréhension des phases de l’éruption :

 

Dépôts éruption de 79 - IPGPVision d'ensemble des dépôts de l'éruption de 79 à Terzino. La personne a la main posée sur le paléosol, dans la trace d'un tronc d'arbre. Le premier lit marron clair fait environ cinq centimètres et correspond à l'épisode phréatomagmatique par lequel débuta l'éruption. Cliché Sigurdsson et al, 1985 / IPGP


1. Selon un premier et fin dépôt déposé sur le sol, et limité aux flancs du volcan et l’est de celui-ci, la phase initiale fut phréatomagmatique ;

l’explosion débouche le conduit et ouvre la voie aux phases suivantes.

2. Le second dépôt que l'on peut identifier est bien plus épais que le précédent et montre des caractéristiques assez différentes. Il coïncide avec la phase plinienne de l’éruption.
Plinien-.gif

 

  Schéma d'une éruption plinienne.

 

Il est trié, c’est-à-dire que les gros fragments sont majoritaires à la base des lits alors que les cendres le sont au sommet (parfois on observe aussi une stratification inverse). De plus, la taille moyenne des particules dans le dépôt diminue en fonction de l'éloignement à la bouche volcanique (l'épaisseur maximale est cependant atteinte 10 km avant le conduit lui-même). On note également que le dépôt n'est pas symétrique autour du volcan, mais montre un allongement très net dans la direction sud-est, ce qui traduit l'effet des vents dominants dans l'atmosphère. Ce dépôt a, notamment à Pompéi, entraîné l'effondrement du toit de certaines maisons, mais sans les déplacer, ce qui indique une mise en place verticale, en pluie.


NapoliMap600.jpg

Zones affectées par les coulées pyroclastiques et direction de celles-ci, en rouge - zones de retombées de cendres et lapilli, avec les isopaques d'épaisseur, en gris-bleu.

 

Ces caractéristiques sont typiques d'une sédimentation aérienne (fall-out en anglais). Ce dépôt correspond à une pluie de cendres et de ponces depuis le panache volcanique. On note également une évolution progressive de la couleur des ponces qui passe de blanc au milieu du dépôt à gris au sommet. Cette évolution correspond à des laves de chimie différente remontées progressivement du fond de la chambre magmatique (les ponces blanches sont relativement plus riches en silicium, elles sont plus différenciées, alors que les ponces grises sont moins riches en silicium, plus primitives ou basiques, c’est-à-dire plus proches du matériel issu de la fusion).

3. Au dessus des dépôts Pliniens, on trouve des dépôts beaucoup plus hétérogènes, presque chaotiques , souvent très épais, et qui ne sont pas répartis de façon régulière autour du volcan, et entrecoupés de dépôts pliniens : ce sont des avalanches de nuées ardentes (coulées pyroclastiques) . Dans les dépôts de l'éruption de 79, on peut compter jusqu'à six avalanches.

 

vesuve-eruption--depots-de-nuees-ardentes-79.jpg Dépôt chaotique formé par les coulées pyroclastiques à Pozelle au sud du Vésuve (la personne au centre du dépôt donne l'échelle). On y trouve des blocs de lave de plus de 3mètres de diamètre ainsi que des blocs de calcaire arrachés par l'avalanche ardente. Cliché Sigurdsson et al, 1985 / IPGP

 

La quatrième fut la plus forte et frappa Pompei de plein fouet. Dans la ville d'Herculanum, c'est plus de 20 mètres de dépôt que l'on trouve, la ville ayant été affectée par quasiment l'ensemble des nuées ardentes en raison de sa proximité avec le volcan.
De plus il semble que les avalanches qui ont enseveli la ville aient été particulièrement chaudes comme le prouve la transformation de tout le bois de la ville en charbon, à une température de plus de 400 degrés.

 

L'éruption dura trois jours. Le 26, le temps est à nouveau clair. Pompéi est recouverte de 7 mètres de cendres et lapilli ; Herculanum a disparu sous 17 à 25 mètres de dépôts pyroclastiques.

On estime que seulement un dixième de la population fut tué par les nuées car de nombreux habitants avaient fui pendant la phase Plinienne.
Pline le jeune eut la chance de s'enfuir assez tôt pour se trouver à la périphérie de la zone détruite par les avalanches ardentes; Pline l'ancien n'eut pas cette chance et mourut d'avoir voulu faire son devoir et observer l'éruption de trop près.

 

Sources :

- Guide des volcans d'Europe et des Canaries - par M. Krafft et de Larouzière - éd. Delachaux & Niestlé.

- IPGP - L'éruption du Vésuve en l"an 79 de notre ère - par E. Kaminski, PhD, Labo. de dynamique des systèmes géologiques / d'après Sigurdsson & al.

- Global Volcanism Program - Vesuvius

Commenter cet article

lecouteur Michel 20/12/2011 08:49


Bernard,


La dernière image sur le dépôt de l'avalanche pyroclastique me fait penser à celui laissait par l'éruption du Katmai en juin 1912. Bravo pour tout ce travail de rechercher. j'indique ton blog à
un ami de LAVE.


Michel

Bernard Duyck 21/12/2011 10:14



Merci Michel !



Articles récents

Hébergé par Overblog