Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Après les splendeurs retrouvées à Pompéi, revenons au volcan qui les a préservées sous ses dépôts : la Somma du Vésuve.

 

Region-du-Vesuve--STS104-710-60.jpgLe complexe Somma-Vésuve est situé en bordure de la baie de Naples et adossé aux Appenins -

Photo Space Shuttle. - mission STS-104  


En bordure de la baie de Naples, un impressionnant cône tronqué à sa partie supérieure, d’une superficie de 480 km² à sa base, est caractérisé par deux sommets : côté nord, la Somma haute de 1.132 mètres, côté sud, le Vésuve, haut de 1.281 mètres. C’est le complexe somma-Vésuve.

Ces deux édifices sont imbriqués l’un dans l’autre et séparés par une vallée en arc de cercle de 5 km. de long, la Valle del Gigante. Cette dépression est appelée Atrio del Cavallo au nord et Valle dell’Inferno au sud.

 

ring_vesuv-copie.jpgA l'avant-plan, le complexe Somma-Vésuve - à droite, les Champs Phlégréens et en prolongement, à gauche, l'île Ischia.

 

La Somma, dont il ne reste que la paroi NE., présente une falaise de 200 mètres sur cette vallée  et descend en pente douce vers l’extérieur.

Le secteur SO. a été enseveli par le Vésuve proprement dit, et plus jeune. Osservatorio-Vesuviano-Napoli.jpgLe seul témoin de cette partie ouest de La Somma, la colline de Eremo, abritait l’Osservatorio Vesuviano, avant qu’il ne soir déplacé à Naples (photo INGV)

Cet observatoire, fondé en 1841 sous Ferdinand II de Bourbon roi des Deux-Siciles, a en charge les trois volcans Campaniens, le Vésuve, les Champs Phlégréens et Ischia, ainsi que le Stromboli, dans les îles Eoliennes.

 

Sur le flanc sud, un petit cône s’est formé lors d’une éruption excentrique préhistorique, le Camaldoli di Torre. Deux dômes, Colle Margherita et Colle Umberto, se sont formés récemment en 1891 et 1895.

 

Le volcan ne repose pas sur les sédiments du tertiaire, mais bien sur l’épaisse couche de tufs de Campanie.


Karte Vesuv MK1888

          Carte historique du Vésuve - from the 4th edition of Meyers Konversationslexikon (1885–90)

 

L'activité volcanique du Vésuve, et plus généralement la majorité des phénomènes sismiques et volcaniques en Italie du Sud, peuvent être attribuées à la convergence entre les plaques Africaine et Eurasienne.
La plaque Africaine remonte en effet actuellement de 2.3 cm par an vers le Nord-Ouest et plonge sous l'Europe, entraînant la fermeture du bassin de la Méditerranée.
206.jpgLa plongée de la plaque est marqué par les séismes produits par le frottement entre la plaque chevauchante et la plaque subductée.

 

 Plongée de la plaque africaine sous la plaque eurasienne. Les courbes donnent la profondeur des séismes en km. Schéma Sigurdsson et al, 1985


Sous le Vésuve, la plaque atteint une profondeur de près de 300 km.
À ces profondeurs, la température et la pression sont telles qu'elles induisent la déshydratation de la plaque plongeante. Les minéraux riches en eau se transforment par métamorphisme de haute pression et basse température en minéraux plus denses qui ne contiennent quasiment pas d'eau dans leur architecture cristalline.
L'eau ainsi libérée induit alors une fusion hydratée du manteau en dessus de la plaque plongeante, et produit des laves que l'on retrouvera dans les émissions du Vésuve ou des champs Phlégréens

 

Evolution de La Somma :

La Somma a commencé sa formation au Pléistocène moyen. Un forage pratiqué à une profondeur de 1.125 m. montre que l’activité existait déjà voici 300.000 à 500.000 ans.


Le Professeur Alfred Rittmann définit quatre stades d’activité importants :

- 1. La Somma primitive : La première phase d'activité du volcan se situe avant la venue des tufs jaunes napolitains des Champs Phlégréens datés d'il y a 10.000 ans. La Somma primitive naît d'une formidable explosion au Pléistocène supérieur, plus exactement au Würm terminal, il y a 12.000 ans. Un magma phonolitique à néphéline et sodalite se fraye un passage dans les fractures tyrrhéniennes; il vient de 6 kilomètres de profondeur. Une grande quantité de cendres phonolitiques mêlées à des scories, des ponces et des blocs de roches sédimentaires métamorphisés par contact se met en place. Plus tard, des coulées de laves visqueuses sont vomies par l'édifice.

Une longue période de repos, qui dure 2.000 ans, suit. Un effondrement du toit de la chambre magmatique entraîne une transgression locale de la mer. Le magma monte légèrement, le réservoir s'installe à 5,5 kilomètres de profondeur dans les dolomies du Trias. L'assimilation des roches encaissantes (dolomies et calcaires) enrichit progressivement le magma en calcium et en magnésium. La cheminée étant bouchée, un volume de gaz énorme s'accumule.

 

- 2. La Somma ancienne : Il y a 8.000 ans, une éruption paroxysmale ébranle le volcan, la Somma ancienne se forme. Des explosions et des effusions de laves édifient un strato-volcan de 1.000 mètres de haut. Pétrographiquement les roches sont des téphrites phonolitiques à leucite et des latites à leucite et olivine. Cette période d'activité dure 2.500 ans, puis la cheminée s'effondre, le volcan se bouche pour un laps de temps assez long. Les gaz, une fois de plus, s'accumulent et préparent une nouvelle éruption. La lente assimilation des dolomies se poursuit.

 

crono-vesuvio.pngRésumé de l'activité de LaSomma avant notre ère - type d'activité et VEI - doc. INGV / Osservatorio Vesuviano.


- 3. La Somma récente : Il y a 5.000 ans, une très forte éruption paroxysmale pulvérise la partie supérieure du contenu du foyer magmatique. Des ponces, des scories et des morceaux de marnes du Tertiaire sont éjectés en grande quantité, la Somma récente se forme. Le chimisme des roches de cette phase a évolué durant le temps, passant des phonolites téphritiques à leucite aux téphrites phonolitiques à leucite. Cette grosse éruption passée, de petits dynamismes éruptifs éjectent cendres et scories.

Après une période de repos assez longue, une deuxième éruption paroxysmale, avec la même évolution de chimisme que la précédente, se déclenche. Puis une troisième qui est de loin la plus intense. Cette dernière date du 12° siècle avant J. C.. A ce moment-là, le strato-volcan de la Somma atteint 2.000 mètres de haut.

L'activité du sommet diminue, le magma s'injecte en dykes, en sills de téphrites phonolitiques à leucite. Des coulées de lave s'épanchent sur les flancs de l'édifice.

Une longue période de repos commence, le magma subit lentement sa différenciation par assimilation des carbonates.

 

 

Mont_Somma_Vesuve.jpg                            Le Monte Somma avant le dernier paroxysme de 79 - doc. INGV


Cela dure jusqu'au quatrième et dernier paroxysme de la Somma récente, en 79 après J. C. C'est la fameuse éruption qui détruit Pompéi, Herculanum et Stabies (en détail dans l'article suivant).

Des cendres tombent sur tous les alentours du Vésuve, sur Pompéi en particulier, des coulées de boue chaude ensevelissent Herculanum et un épanchement de lave de téphrite à leucite de 5 kilomètres de long, celui de Castello di Cisterna, se met en place. Les produits pyroclastiques sont surtout des téphrites phonolitiques à leucite. L'activité de la Somma est terminée.

 

- 4. Le Vésuve sensu stricto , sur lequel nous reviendrons plus tard.

 

Selon l'intensité, les éruptions sont qualifiées de

- modestes et souvent mixtes, explosives et effusives, avec éjection de 1 à 10 millions de mètres cubes de produits volcaniques.

- sub-pliniennes, explosives, et plus volumineuses : de l'ordre de 0,1 km³

- pliniennes, très violentes et émettant des volumes de matériaux d'au moins 1 km³.

Depuis 18.000 ans, le volcan a connu six éruptions pliniennes, dont trois furent suivies de la formation d'une caldeira (éruptions de Pompéi, Avellino et Mercato) et au moins une dizaine d'éruptions sub-pliniennes.

Chaque cycle est précédé d'une période de sommeil, qui semble d'autant plus longue que le réveil du volcan est violent.

 

Sources :

- INGV -Osservatorio Vesuviano - link

- Global Volcanism Program - Vesuvius - eruptive history

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog