Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le désert d'Atacama occupe 105.000 km² dans le nord du Chili. Une bande longue de 1.000 km. borde la côte Pacifique, à l'ouest de la Cordillère des Andes. Ce désert n'est pas plat ou parsemé de petites dunes, c'est au contraire une succession de hauts-plateaux rocailleux, de lacs asséchés, de roches érodées, de dunes ... le tout à une altitude comprise entre 1.000 et 3.500 mètres.

 

C'est le désert le plus sec et le plus stérile de la planète !

La raison est double : coincé entre les Andes et la chaîne côtière chilienne, elle voit son climat influencé par l'inversion créée par le courant froid de Humboldt et l'anticyclone du Pacifique ... c'est ainsi que la région d'Antofagasta ne reçoit qu'un millimètre de pluie par an, et que certaines stations météo situées dans l'Atacama n'ont jamais reçu une goutte d'eau.

Des scientifiques britanniques affirment que certains lits de rivière sont restés "secs" depuis 120.000 ans.

Cette région se compose de différents biotopes : bassins endoréïques salés,  salars, étendues de sable et de lave.

 

Dossier-26-2857-copie-JMM.jpg                                       El salar de Atacama  -  ©Jean-Michel Mestdagh

 

Certains endroits de l'Atacama bénéficient d'un "fog marin", connu localement sous le nom de Camanchaca, qui apporte suffisamment d'humidité pour permettre la vie d'algues, de lichens ... et de cactus.

 

 

carte_atacama_g.jpg

                            Le Salar de Atacama est entouré d'autres salars plus petits.


Situé à 70 km au sud de San Pedro, le Salar de Atacama est une immense dépression saline de 320.000 ha : elle représente le plus grand désert de sel du Chili et le troisième plus grand au monde ; il s’étire sur plus de 90 km. de long et a une largeur moyenne d’environ 40 km.. Entre les lagunes, le sol est constitué d’un enchevêtrement chaotique de concrétions salines de 20 à 50 cm. de haut et forme un relief unique qui, sous l’effet des vents de sable, prend des teintes ocre, rose et beige.

 

Dossier-26-2809-atacama-JMM.jpg

                 El Salar de Atacama - lagunes et concrétions salines -  ©Jean-Michel Mestdagh


Dossier-26-2855-copie-JMM.jpg

                                             Dentelles de sel  -  ©Jean-Michel Mestdagh 

 

Dossier-26-2811-copie-JMM.jpg    Sur ces étendues salées, la vie se résume à des espèces halophiles, ressemblant à notre salicorne -  ©Jean-Michel Mestdagh


Un salar est un désert de sel, généralement un lac asséché présentant une grande surface plate recouverte d’une épaisse couche de sels divers, principalement du chlorure de soude , mais aussi des sels de lithium (27% des réserves mondiales de lithium) … ressource minérale de premier ordre - pensez à vos batteries -, et exploitée par la Societad Quimica Minera de Chile s.a.

 

Dossier-26 3191 atacama JMMLe sel du Salar provient de la dissolution du sel présent dans le sol et qui découle des eaux de pluies, du dégel et des rivières qui sont entraînés depuis les volcans environnants jusqu’au Salar.  L’eau s’évapore ensuite et le sel transporté alors par ces eaux s’accumule pour former le Salar.

 

ISS022-E-12224-Atacama.jpgSalar de Atacama - les bassins d'évaporation et, à gauche de la photo, la cordillera de la Sal - cliché de la Station spatiale internationale / Nasa. (correspond à la zone centrale du schéma ci-dessus)

 

En 2008, la SQM a augmenté sa production de carbonate de lithium, la passant à 48.000 tonnes/an, ce qui implique l’accession à des zones du Salar où la concentration en lithium est plus faible et qui accroît la quantité de ressources nécessaires pour une production de lithium moins importante. Le passage de la production à 100.000 t/an impliquerait une augmentation de la zone d’exploitation incluant de nouveaux puits de pompage, tuyaux et bassins d’évaporation. En effet, creuser plus profond ne sert à rien car la concentration en lithium chute de manière exponentielle avec la profondeur. Au delà de 35 m de profondeur dans le Salar de Atacama, il n’y a plus de lithium et la seule manière d'accroître la production est d’étendre la surface d’exploitation. Les atteintes subies par cet écosystème unique seraient importantes.

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog