Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Avant d'aborder les volcans du Nord Chili et de Bolivie, il convient de replacer ceux-ci dans le contexte général andin ; ils font partie de la zone volcanique centrale.

 

img01-03.jpg

 

 

Ce volcanisme est causé par la subduction de la plaque Nazca sous la plaque sud-américaine, caractérisée par une vitesse rapide de 7à 9 cm. par an. Le pendage de la plaque Nazca est faible et la fosse Pérou-Chili relativement peu profonde, en comparaison avec la situation tectonique des Iles Mariannes.

 

subduction.JPG

 

En remontant du sud de la CVZ vers le nord, on ne peut louper le volcan Llullaillaco, situé dans la Puna de Atacama à la frontière entre le Chili et l'Argentine.

 llullaillaco2---photoway-.com.jpg

         Le Llullaillaco - l'échelle est donnée par les voitures à gache du lac - photo photoway.com


Bien que restant inaccessible à la plupart d'entre nous, il mérite d'être cité comme le plus haut volcan historiquement actif au monde : 6.739 mètres.

Le Llullaillaco s'est formé en deux grandes étapes :

- le vieux volcan - Llullaillaco I - est formé d'un large cône, fait de différentes coulées dacitiques épaisses. Sa partie supérieure s'est effondrée, il y a 150.000 ans, en produisant une avalanche de débris majeure vers l'est, s'étendant jusqu'en Argentine et entourant le cône du Cerro Rosado distant de 17 km.

Ces dépôts d'avalanche couvrent 165 km²; en raison d'un climat extrêmement aride et la quasi absence d'érosion, ils sont bien préservés.

- l'actuel volcan - le Llullaillaco II - commence à s'établir, il y a 10.000 ans au sommet de l'ancien édifice, constitué principalement de dômes de dacite et de coulées de lave.

Son activité historique se résume en petites éruptions explosives et une petite coulée de lave courant 19° siècle.

 

Llullailluco--09.12.2009-ISS022-E-008285.jpgAstronaut photograph ISS022-E-8285 was acquired on December 9, 2009, with a Nikon D2Xs digital camera using an 800mm lens, and is provided by the ISS Crew Earth Observations experiment and Image Science & Analysis Laboratory, Johnson Space Center. The image was taken by the Expedition 22 crew.

 

Une photo, prise par l'équipage 22 de la station spatiale internationale en 2009, permet d'analyser ces importantes coulées :

- on trouve d'une part des structures en soufflet d'accordéon : les laves fortement visqueuses se sont écoulées lentement , et  le dessus de la coulée s'est refroidi en formant une série de crêtes parallèles, orientées à 90° par rapport à la direction de la coulée.

- D'autre part, on retrouve des "digues de flux" (flow levees) formées lorsque les côtés de al coulée sont plus rapides que le centre de celle-ci, formant une structure avec des parois.

 

L'autre centre d'intérêt du Llullaillaco vient des momies retrouvées à proximité du sommet !

En 1983-85, l'archéologue américain J.Reinhard découvre des restes incas sur les pentes supérieures du volcan; en 1999,  une équipe internationale financée par le National Geographic, composée de quatorze chercheurs, aguerris aux techniques d'escalade et de résistance à l'altitude, se déploie sur les flancs et découvre trois momies et une centaine d'objets, textiles, statues d'or et d'argent, poteries. Les "enfants du Llullaillaco", un garçon et deux fillettes, âgés entre 6 et 14 ans, sont retrouvés dans un état exceptionnel de conservation du au froid extrême, conjugué à l'hypoxie et un environnement aride. Ces momies constituent un témoignage unique au monde d'un empire disparu il y a moins de cinq siècles. Entourées de glace, les corps sont transportés dans la proche ville argentine de Salta.

 

surrounded-by-three-scientists.jpg              "La Doncella" entourée et soignée par trois spécialistes - doc. MAAM lab. Museum


"Victimes" du rite de la Capacocha, qui s'accomplissait de façon cyclique, pour obtenir les faveurs des dieux, en leur offrant la vie d'enfants. Sélectionnés pour leur perfection physique parmi les classes dominantes, ceux-ci étaient amenés jusqu'à Cuzco et reçus par l'Inca, puis acheminés jusqu'au lieu du sacrifice. L'anthropologue G. Recagno explique : " Dans les régions assujetties se déplaçait un représentant de l'Inca avec un enfant qui allait se transformer en un dieu : il ne mourrait pas et allait pouvoir surveiller tout ce territoire du haut de la montagne. Il devenait un gardien du territoire, un être divinisé. Un système très bien rodé pour, à travers la religion, et la peur, exercer une politique de domination à travers les sacrifices . Au sommet, on endormait les enfants, par ailleurs épuisés par une marche de 1.600 kilomètres, avec de “la chicha”, un alcool de maïs et sous l'effet du froid, de la basse pression, ils s'endormaient jusqu'à mourir d'hypothermie."

Les corps seront préservés au MAAM - le musée d'archéologie de haute montagne - par un système avancé de cryogénie , en étant maintenus dans des capsules de verre avec un contrôle permanent de l'atmosphère qui les entoure : température, humidité, pression, composition de l'air.


llullaillaco1.jpg"La Doncella" est présentée au MAAM, dans un environnement adéquat -  doc. MAAM lab. Museum/ AP


Comme on pouvait l’imaginer, l’enthousiasme des chercheurs est bien loin de faire l’unanimité. Dans cette région andine où une bonne partie de la population a des ascendants indigènes, la nouvelle suscite de vives protestations, notamment de la communauté Kolla.

Miguel Siares, dirigeant de la communauté indienne Kollas Unidos, précise ces critiques :

« En tant que Kollas, nous avons été très meurtris. Nous considérions ces enfants comme vivants, protégés dans le ventre de notre Pachamama (nom inca de la Mère Terre). Notre demande est qu’ils reviennent sur la Puna, là où ils reposaient depuis des siècles et non en centre-ville. »

Les « enfants du LLullaillaco » devraient-ils continuer de reposer à la cime du volcan ou leur valeur pour la recherche scientifique justifie-t-elle amplement leur exposition aujourd’hui à Salta ?

Cette polémique s'ajoute à une autre concernant la conservation des momies, qui se dégradent lentement.

 

Sources :

- Global volcanism Program - Llullaillaco

- Rue89 - Sur le volcan, les corps intacts de trois enfants incas - link

- MAAM - Musée archéologique de haute montagne - link

Commenter cet article

Fred 25/10/2011 06:25



C'est vrai que regarder un "mort" enfermée dans une boite en verre à travers une petite fenêtre, n'est pas une image très agréable à voir. Pas tant pour le respect envers la personne défunte, car
cette culpabilité appartient aux gens vivants, mais pour laisser intact le message des gens de l'époque, dans son contexte réel.


Il en va de même pour les momies d'Egypte.



Bernard Duyck 25/10/2011 11:43



Reste la question du pillage inévitable des sites archéologiques "laissés en place" ... connaissances et destructions.



Articles récents

Hébergé par Overblog