Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

La zone de subduction Makran caractérisée par du volcanisme et des volcans de boue en Iran se poursuit aussi au Pakistan voisin où on dénombre 18 volcans de boue, en deux groupes : le complexe Chandragup (7 volcans de boue au NE d’Aghor / Hungol river) et le Jabl-ul-Ghurab ( 11 volcans de boue entre Kutch et Gwadar).

 

chandragup_ali_2010042.jpgLe complexe Chandragup - photo Nasa earth Observatory / EO-1 Ali 02.2010

 

Le complexe Chandragup est composé de deux structures : le Chandragup I, haut de 100 mètres, possède un cratère de 15 mètres de large ; il déborde régulièrement et ses coulées boueuses ont noirci les flancs nord-ouest. Le flanc sud est ponctué par un cratère inactif aujourd’hui.

Le Chandragup II a un cratère empli par un lac de boue en forme de huit, probablement le résultat de volcans jumeaux dont les cratères se sont effondrés pour n’en former qu’un seul.

Près du groupe Chandragup, se trouve un temple hindouiste appelé Hinhlaj temple ou Nani temple.

 

chandragup-2005---Offroaders-club-karachi.jpg

     Le complexe Chandragup - les véhicules 4x4 donnent l'échelle - photo OffroadersClub Karachi

 

Pakistan---Chandragup-volc.jayshah27.jpg                                             Le Chandragup I - photo Jayash

 

Pakistan---Rani-mud-volcano---jayshah28.jpg            Le Chandragup II (Rani volcano) - dégazage actif dans ce volcan de boue - photo Jayash


En novembre 1945, un séisme de magnitude 7,8 en mer Arabique au large de la côte de Makran a provoque un tsunami tuant 4.000 personnes  et détruisant villages et infrastructures pétrolières. Il secoua les volcans de boues d’Hungol faisant ressortir les gaz de ces structures ... ils s’enflammèrent, laissant croire à une éruption.

 

Le “volcan Tor Zawar” : différent des volcans de boue communs au Pakistan.

Plus au nord, dans un contexte géologique tout à fait différent, une petite éruption basaltique (moins de 5 m³) se produit, le 27 janvier 2010, à 75 km. au NE de Quetta sur le site de Tor Zawar.

D’après des témoignages locaux, de la vapeur s’est échappée en continu de six fissures. Le matériel émis, ressemblant à de la lave, des scories et du verre volcanique, fut retrouvé froid et solidifié en surface, mais toujours chaud en subsurface. La coulée couvre une surface de 15 m²et une épaisseur de 15 à 60 cm., solidifiée en couches concentriques en atteignant la surface.

 

Tor-Zawar-eruption-2010.jpgSite de Tor Zawar - A. le cône d'éjecta sur site - B. le même déplacé au Musée des sciences de la Terre, et montrant quelques zone de déplacements / cassures - photos : A. Rana & Akhtar 2010 - B. Kahar 2010 / in GVP

 

Deux échantillons furent analysés par le Geoscience advance research laboratories, l’un décrit comme spongieux, l’autre comme vitreux. La composition révélée donne un taux de SiO2 de 48,02 – 48,27 wt% et  5,18 – 5,23 wt% de Na2O+K2O , qualifiant du basalte alcalin.

 

Tor-Zawar-eruption-site2010.jpgLocalisation du site de Tor Zawar - compris entre les failles Gogai et Bibai, dans la zone de collision entre la plaque indienne et la plaque eurasienne. - From Kerr, Khan, and McDonald (2010), modified from Khan, Kassi, and Khan (2000).

 

Les volcanologues considère la tectonique régionale et l’origine de ce volcan comme "spéciale ".

Le site est localisé dans la formation volcanique Bibai, datée du Crétacé; la chimie a indiqué que des basaltes alcalins similaires ont été trouvé dans les roches volcaniques Bibai. Ces roches sont très anciennes et proviennent d'éruption sous-marine il y a 72 Ma, au sud de l'équateur, et ont dérivé ensuite vers le nord avec le sous-continent indien qui est venu emboutir la plaque eurasienne. Divers séismes dans la zone pourraient avoir développé de nouvelles fissures, ou modifié des fissures pré-existantes, facilitant la remontée de matériaux fondus.

 

Une explication est proposée : une fusion asthénosphérique localisée entrainerait un mélange appauvri, contaminé par des matériaux fusibles du manteau, durant le trajet vers la surface.

 

 

Alternativement, il a été proposé que cette lave a été produite de la même manière que de la fulgurite.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Tor Zawar - Peculiar, unprecedented eruption emitted <5 m3 of frothy basalt

- Mud volcanoes of Balochistan

- Panic in Ziarat - by Asif Nazeer Rana, Deputy Director in Geolabs, Geological Survey of Pakistan, Islamabad.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog