Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Le centre du Salvador est occupé par divers types de volcans : deux stratovolcans complexes, le San Salvador et le San Vicente, la caldeira de l'Ilopango et un groupe de diverses structures regroupées sous la dénomination de "champ volcanique d'Apastepeque.

 

 

Le volcan San Salvador, aussi connu comme Quetzaltepec, est un volcan complexe situé au nord-ouest de la capitale, San Salvador.

Cette cité est collée au volcan et sa partie ouest se développe même sur ses flancs, faisant fit des risques potentiels.

L'édifice antique, formé il y a plus de 70.000 ans, mesure 10 sur 14 km. et culminait jadis à 3.000 m.; Un épisode éruptif explosif, appelé "G-1" a formé, il y a 40 à 50.000 ans, un cratère de 4,5 km sur 6. Les pics Picacho et Jabali constituent les restes de ce cratère.

 

 

San-Salvador---C.Pullinger.jpgLe volcan San Salvador - à gauche, le cratère du Boqueron, au centre El Picacho peak, 

à droite, la cité de San Salvador - photo Carlos Pulliger SNET/GVP.


Ce cratère a été pratiquement rempli par un nouvel édifice, le volcan Boqueron, qui s'est formé entre 40.000 et 1.580 ans. Les laves émises par le Boqueron contiennent plus d'éléments alcalins et d'oxydes de fer que les laves du San Salvador; cette différence de composition a permis de faire une distinction chimique entre les deux édifices. Il y a environ 800 ans, une explosion violente a formé le cratère visible actuellement et lui a donné son nom : Boqueron peut se traduire comme "grande gueule" en espagnol ... 1,5 km. de diamètre et 500 m. de profondeur , il contient même des cultures de céréales.

 

800px-Boquerón crater

 

Le cratère du Boqueron, avec le Boqueroncito, cinder cone datant de 1917. - Wikipedia.

 

Dans le contexte général de stratovolcans issus de la subduction de la plaque Cocos sous la Caraïbe, apparait une variante : le champ volcanique d'Apastepeque, au nord de la ville de San Vicente.

 

Une douzaine de formations différentes, incluant des dômes de lave, des cônes de cendres et des maars, forment ce champ volcanique dans une chronologie éruptive précise : les dômes andésitique à dacitique suivent les éruptions de ponces dacitiques; ensuite une série de cônes basaltiques se forment et, enfin, certaines éruptions basaltiques se concluent avec la Laguna de Apasteque - C.Pullinger SNETformation de maars, profonds pour certains de plus de 100 mètres, d'autres occupés par des lacs comme la laguna de Apastepeque et la laguna Chalchuapan.

La Laguna de Apastepeque ( 800 m large, 50 m profondeur, élévation des parois 5 m.) - photo C.Pulliger / GVP

 

Hoyo de Calderas - G.Kysar Smithson.Hoyo de Calderas, aussi connu comme El Ollo, est un cratère d'éruption phréatique de 700 m de large pour 140 m. de profondeur, dont le fond est occupé par des cultures.

Photo by Giuseppina Kysar, 1999 (Smithsonian Institution).

 

Le volcan San Vicente, aussi appelé Chichontepec, est né au Pleistocène; une paire de volcans-jumeaux se sont ensuite formés dans la caldeira La Carbonera, avec leurs cratères orientés OSO-ENE. Diverses coulées de lave habillent les flancs du volcan, les dernières recouvertes par des dépôts en provenance d'une éruption majeure de l'Ilopango voisin.

De nombreuses sources chaudes et fumerolles sont présentes sur les flancs N. et O.

 

San-Vicente---Kristal-Dorion-USGS.jpgLas Chiches, les volcans jumeaux qui surmontent le San Vicente - photo Kristal Dorion USGS - les flots de lave lobés à l'avant-plan, sont antérieurs au 5° siècle.

 

Ilopango - Tierra Blanca JovenLa formation TBJ - Tierra Blanca Joven - exposée dans une carrière près de Cojutepeque, à 9 km. de la caldera émettrice, est datée du 5°siècle

Photo G.Kysar Smithsonian.

 


La caldeira de l'Ilopango, aujourd'hui remplie par un lac, mesure 8 km. sur 11, avec des rives hautes de 150 à 500 m.

Quatre éruptions explosives de nature dacito-rhyolitiques couvrirent le pays de dépôts pyroclastiques à la fin du Pleistocène et à l'Holocène.

Le dernier effondrement de la caldera est la résultante de l'éruption massive TBJ (Terra Blanca Joven) au 5° siècle, qui dévasta des cités Mayas sous les coulées pyroclastiques.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - San Salvador

                                        - Apastepeque field

                                        - San Vicente

                                        - Ilopango

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog