Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Dossiers

Dans l’Archipel des Nouvelles Hébrides, la tradition orale relate, depuis plus de 500 ans, dans une légende la disparition, au cours d’un cataclysme volcanique, d’une terre nommée Kuwae qui englobait les îles actuelles d’Epi et Tongoa / Vanuatu.

 

514px-ShepherdIslandsMap.png

Cartes des iles sheperd dans la mer de Corail - situation de Kuwae en haut de la carte - doc. wikipedia.

 

De violents séismes et des glissements de terrain ayant précédé l’éruption, une partie des habitants ont pu gagner les îles voisines. Des dépôts épais de cendres et ponces —caractéristiques d’éruptions explosives de grande magnitude — recouvrent en effet ces îles. D’autre part, la découpe concave et l’abrupt des côtes se faisant face soulignent la présence d’une large caldeira sous-marine entre les deux îles. Des relevés bathymétriques ont permis de voir les limites de la caldeira et sa profondeur ; sa datation au radiocarbone, sur base de bois carbonisé, la fixe au 15° siècle.

 

Kuwae-brd-de-la-caldeira---Karoly-Nemeth-Massey-univ-jpgL'actuel rebord de la caldeira en partie sous-marine de Kuwae - photo Karoly Nemeth / Massey university


L’éruption de 1452 :


Au cours de l’année 1452, une éruption de VEI 6, initiallement phréatomagmatique, a détruit l’île de Kuwae – coordonnées 16,83°S – 168,54°E – en créant une caldeira sous-marine de 12 km. sur 6, formée de deux bassins adjacents. Sur base des dimensions de la caldeira et de l’amplitude de l’effondrement, entre 800 et 1.100 m., le volume de magma dacitique éjecté est de 30 à 39 km³ . La magnitude de l’éruption est comparable à celles de Théra / Santorin en 1628 avant JC et de Tambora en 1815.

La formation de la caldeira est caractérisée par un passage du stade initial hydromagmatique à un stade magmatique, avec l'émission d'un  grand volume d'ignimbrite. Elle se résume en trois phases :

- une activité hydromagmatique modérée et une activité magmatique au départ d'un évent central, étalée sur une période de quelques mois à quelques années et affectant une zone plus importante que celle de la présente caldeira.

- une activité hydromagmatique, avec production de dacite, suivie de deux coulées pyroclastiques et élargissement de l'évent. Un début d'effondrement de la caldeira marque le secteur sud-est de la caldeira.

- émission d'ignimbrites dacitiques soudées et extension de l'effondrement à la partie nord de la caldeira.

 

Cette éruption est enregistrée dans les glaces du Groenland et de l’Antarctique, sous forme d’un pic d’acidité correspondant aux années 1452-1457. Il reflète les retombées dues à la sédimentation des aérosols sulfuriques. Les calculs récents indiquent une quantité dépassant les 100 Tg.  d’H2SO4, la plus grande part des gaz relâchés au cours de l’éruption étant probablement contenue dans une phase fluide, séparée et riche en substances volatiles. Ces émissions sulfuriques dépassent celles produites par léruption du Tambora (1815) et du Laki (1783).


 

Kuwae2727.jpgComparaison des taux de sulfates émis par le Kuwae et le Tambora, dans les carottes glaciaires de l'antarctique (en haut) et du Groenland (en bas)  - doc. Gao-Robock-Self & al.


Les changements climatiques provoqués furent perceptibles à l’échelle planétaire pendant plusieurs années, comme le montrent de nombreux écrits relatant un climat anormalement froid en Asie et en Europe, et les études dendrochronologiques réalisées par le Jet Propulsion Laboratory.


- En Chine, les récits historiques du temps de la dynastie Ming rapportent , qu’en 1453,«  des chutes de neige incessantes qui ont endommagé les champ de blé au printemps » . Plus tard dans l’année, avec l’obscurcissement du soleil par la poussière volcanique, « plusieurs pieds de neige sont tombés sur six provinces, et des dizaines de milliers de personnes sont mortes de froid ». Au début 1954, « il neige durant 40 jours au sud de la rivière Yangtze et un nombre incalculables de personnes sont mortes de froid et de faim » . Lacs et rivières sont gelés , ainsi que la mer jaune jusqu’à 20 kilomètres de la côte.


- En Asie Mineure, l’éruption coïncide avec la chute de Constantinople ; les Ottomans, conduit par le sultan Mehmed II, commencent à assiéger la ville en avril 1453 , pour la conquérir le 29 mai.

Divers évènements étranges précédent la chute de Constantinople.

Les chroniques racontent que dans la nuit du 22 mai, la lune, symbôle de la ville, s’éclipse, accomplissant une prophétie sur la réddition de la ville. Le 25 mai, un orage s’abbat sur la cité … « il est impossible de se tenir debout sous la grêle, et la pluie tombe à torrents , inondant toutes les rues ». Le 26, tout Constantinople est noyée dans un épais brouillard … du jamais vu en mai dans cette partie du monde. Et le soir, quand le brouillard se dissipe, « des flammes s’engouffrent dans le dôme de Sainte Sophie, et leur lueur peut être vu des murailles »… d’après une interprétation moderne, il s’agit d’une comet_halley---08.03.1986-Ile-de-Paques--W.Liller-Nasa-gal.jpgillusion d’optique, due à l’intense réflexion de la teinte rouge des nuages au crépuscule, causée par la présence de cendres volcaniques.


- L’éruption du Kuwae, début 1453, magnifie l’apparition de la comète de Halley, en juin 1456: les astronomes de l’époque relatent la vision apocalyptique d’une comète rouge avec une queue dorée. 

Photo de la comète de Halley lors de son passage au dessus de l'île de Pâques le 08.06.1986, par W. Liller / Nasa gallery

 

Après l’éruption :


Le volcan sous-marin de Karua s’est installé et développé dans l’immense caldeira (60 km²) qui résulta du cataclysme de Kuwae . Ce volcan, dont l’ancrage sous-marin se situe vers 400 mètres de profondeur, affleure en 1897 et 1900/1901 suivi par de nouvelles manifestations en 1923 et 1925 ; il émerge en 1948 avec la construction d’une île d’environ 1,5 km de diamètre et 100 mètres de hauteur et disparaît en 1950. Il réémerge en 1959 et en 1971 et forme une île jusqu’en 1975. Entre ces périodes, des bouillonnements et des colorations sont assez régulièrement observés.

 

karua1---02.0971-IRD--Nat-Geo-New-Hebrides.jpg                   Karua, l'île yoyo, en 1971 - © National Geographic Society, New Hebrides / IRD


En 1997 à l’occasion d’une campagne d’observation de l’IRD dans le cadre du programme "d’étude et de surveillance des volcans du Vanuatu", le sommet du Karua, qui forme un large plateau au relief peu important, a été photographié et filmé par le sous-marin Pluto. Le dégazage du volcan sous-marin sous une douzaine de mètres d’eau confirme le maintien de son activité. Les plongeurs n’ont remarqué que la présence de quelques algues et de nombreux petits invertébrés (alcyonaires, ascidies, astéries) fixés sur des roches de quelques dizaines de centimètres de diamètre posés sur des cendres grises ou rougeâtres.

 

karua2---IRD-G.Bargibnt.jpg              Chapelet de bulles émises depuis la zone sommitale du Karua -  © IRD/ G. Bargibant 1997


Sources:

- Global Volcanism Program - Kuwae

- IRD - Kuwae - link

- Futura-Environnement : Karua, le volcan né d'un cataclysme - link

- The 1452 or 153 A.D. Kuwae eruption signal derived from multiple ice core records : greatest volcanic sulfate event of the past 700 years -  by C.Gao, A.Robock, S.Self & al. / Rutgers univ.

- Formation of the mid-fifteenth century Kuwae caldera b an initial hydroclastic ans subsequent ignimbritic erupion - by C.Robin, M.Monzier et JP.Eissen.

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog