Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Le Tungurahua est toujours actif depuis le 28 avril 2013.


Les webcams permettent de voir une émission régulière de panaches plus ou moins chargés en cendres.

 

2013.04.30-13h01-IG.jpg                              Tungurahua - 30.04.2013 / 13h01 - webcam IGEPN

 

Mon ami équatorien José Luis Espinosa-Naranjo m'a envoyé quelques superbes photos prises le 1° mai, vers 17 h. :

 

2013.05.01---17h00-JLEN-4-.jpg

                                                                                                    photo ©Jose Luis Espinosa Naranjo.

2013.05.01-Tungu-2---JLEN.jpg

                                                                                                      photo ©Jose Luis Espinosa Naranjo.

2013.05.01-JLEN-copie.jpg

                                                                                                                  photo ©Jose Luis Espinosa Naranjo.

2013.05.01-Tungu-6---JLEN.jpg                           Tungurahua 01.05.2013. / 17h - photos  ©Jose Luis Espinosa Naranjo.

 

Dans son rapport du 3 avril, l'IGEPN rapporte des explosions accompagnées de panaches de cendres, montant à 3.000 mètres avant de dériver vers le nord. Cette activité est bruyante, agrémentée de "coups de canon et divers rugissements".

Des chutes de cendres ont été enregistrées sur Baños de Agua Santa, Runtún, Juive, Pondoa, Guadalupe, Pelileo, Patate et Ambato.

 

2013.05.03-6h40--IG.jpg                                             Tungurahua - 03.05.2013 / 6h40 - photo IGEPN

 

2013.05.03-8h30---Jorge-Patricio-Ordonez.jpg                        Tungurahua - 03.05.2013 / 8h30 - photo Jorge Patricio Ordonez / IGEPN

Une "bouffée" puissante ... le champigneon se développe en hauteur sur une "colonne" bien droite.

 

2013.05.03-13h53-IG.jpg                           Tungurahua - 03.05.2013 / 13h53 - webcam IGEPN

 

Sources :

- IGEPN

- photos de José Luis Espinosa-Naranjo

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Découvert en 1515 par le navigateur espagnol Juan de Bermúdez, qui lui a donné son nom, l’archipel des Bermudes se compose d’une centaines de petites îles, faisant partie des Territoires Britanniques d’Outre-mer.

 

Bermudes---Astwood-park-plages-roses---JG-Howes.jpg       Archipel des Bermudes - les plages de sable coralien rose d'Astwood Park - photo J.G. Howes

 

Ces îles sont situées sur un volcan sous-marin depuis longtemps éteint, localisé à 1000 km de la Caroline dans l’Atlantique nord, et plus particulièrement dans la Mer des Sargasses.

La croûte océanique entourant la base de ce volcan sous-marin s’est formée sur la dorsale médio-Atlantique, il y a 123-124 Ma environ. (voir carte de la fin du Jurassique, avant la fermeture de Téthys)

 

Quatre sommets volcaniques sont situés sur une ligne NE-SO, sur la "Bermuda rise" : la plate-forme des Bermudes, émergeant, et Challenger, Argus et Bowditch, submergés. L’archipel des Bermudes occupe une partie du bord SE du piédestal des Bermudes.

 

Geology-of-Bermuda.jpgCarte bathymétrique de la région des Bermudes - les terres émergées sont en gris foncé - doc. Geology of Bermuda / Smith & Sandwell 1997.

 

bermudes.jpgBermuda-island-and-reef-platform---Bermuda-zoological-socie.jpg

 

Carte de l'archipel des Bermudes et de son plateau coralien -à droite, vue aérienne /
Photo courtesy of Bermuda Zoological Society.


Ces quatre sommets volcaniques résultent d’une activité extensive dates approximativement de 33 Ma - 45 Ma.

Deux théories s’affrontent pour expliquer cette localisation et la datation.

La première lie le volcanisme à la présence d’un point chaud, ou un panache.

La seconde lie l’activité volcanique à une réorganisation mondiale des plaques tectoniques lors de la fermeture de l’océan Téthys, lors de la collision entre la plaque Arabique et la plaque Eurasienne au Cénozoïque, il y a 35 à 40 Ma.

 

late-jurassic---152-Ma.jpgConfiguration des continents à la fin du Jurassique, avant la fermeture de l'océan Téthys, et position de la dorsale médio-atlantique à l'époque - doc. histoire du temps.

 

Coupe---geoogy-of-Bermuda.pngCoupe du plateau coralien et des iles des Bermudes - l'ensemble repose sur le sommet érodé du volcan sous-marin, en vert - doc. Geology of Bermuda

 


Le volcan des Bermudes est estimé avoir eu une hauteur de 1.000 mètres, réduite en 3 à 10 millions d’années par l’érosion au niveau de la mer. Lors de cette érosion marine, des récifs coralliens se sont formés et du calcaire s’est déposé au début du Pleistocène – environ 1,8 Ma – constituant une couche d’épaisseur variable de 15 à 100 mètres qui recouvre les roches volcaniques. Au Pléistocène, une alternance de périodes glaciaires et interglaciaires, accompagnée de variations fortes du niveau marin, résulte en dépôts de séries de couches calcaires composées principalement d’éolanites carbonatées (roches formées par la solidification de particules sédimentaires déposées par le vent), et de calcaires marins, datés de périodes de submersion de la plate-forme, et de paléosols terra-rossa (sols fossiles composés de poussières du Sahara), datés de périodes de bas niveau marin.

 

La seule évidence d'un passé volcanique est la forme esquissée de deux caldeira, qui correspondent à deux grandes baies, Great sound et Castle Harbour.

 

Calderas-Bermuda---Bernews.jpg                   Emplacement de deux caldeira de l'archipel des Bermudes - photo Bernews


La surface des Bermudes est caractérisée par un terrain karstique. Plus de 150 grottes sont connues, certaines très grandes ont des portions peu profondes submergées communiquant avec l’océan en fonction des marées.

 

bermuda-origin-4-Crystal-cave-----Bermuda--Search-for-deep-.jpgArchipel des Bermudes - deux plongeurs évoluent entre les stalagmites de Crystal cave, grotte en eaux profondes - photo NOAA - Bermuda : search for deep water caves 2009.

 

bermuda-origin-5-inland-tidal-cave-pools-----Bermuda--Searc.jpgArchipel des Bermudes - piscine d'eau saumâtre dans une grotte à l'intérieur des terres -
photo NOAA - Bermuda : search for deep water caves 2009.

 


Toutes ces découvertes ont été rendues possible grâce à divers forages (années 1970-1980) et à l'expédition du NOAA Ocean Explorer / Bermuda 2009, dont l'objectif était l'exploration et la caractérisation de la partie supérieure du plateau des Bermudes et des volcans sous-marins adjacents, et la confirmation de l'existence de grottes en eaux profondes (60 à 200 m. de profondeur).

 

Sources :

- NOAA - Bermuda : search for deep water caves 2009 - link

- The geology of Bermuda - link

- Bernews - NOAA on the volcanic origins of Bermuda.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

2013.02.25-Tolba---Gorely----Lusika33.jpg Tolbachik - photo publiée par le Dailymail le 22 avril 2013 - lusika33.livejournal.com/ The Siberian times

 

Des coulées de lave étaient encore actives le 26 avril à l'Est et au Sud du cône, selon les images satellites.

 

2013.04.26---RGB-image-Ali-bands-10-9---8-file1.jpg                     Tolbachik - RGB image from ALI Bands 10, 9 and 8 from April 26, 2013. / Via P.Webley

 

Le 29 avril, une équipe chargée d'observations et de prélèvements de lave pour analyse, (compte-rendu sur Volkstat par Y.Demyanchuk), indique que la couche supérieure des champs de lave s'est refroidie au point de pouvoir y marcher. L'activité est en déclin, et l'effusion de lave a cessé.

 

2013-04-29_11_Proriv.jpg                                             Tolbachik - 29.04.2013 - photo Volkstat.ru


Cependant les données sismiques indiquent qu'il est trop tôt pour considérer que l'éruption est terminée. Selon le KVERT / VONA, l'amplitude du trémor est supérieure à 3,56 mcm/s. et le code aviation reste à l'orange.

 

Sources:

- Volkstat.ru - news 29.04.2013 - link vers de belles photos récentes

- KVERT / VONA - rapport 29.04.2013 - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Les armoiries de la ville d’Arequipa, au Pérou, comportent en fond une rivière, un cône volcanique enneigé et fumant, entouré des deux côtés par des arbres verts et des lions dorés, sur fond rouge ; cet écu est entouré d’un tour bleu fleurdelisé, surmonté d’un casque fermé  et d’un fanion rouge marqué Karlos.

Le roi Charles I d’Espagne a élevé Arequipa au rang de ville en 1540 et lui a donné ses armoiries, qui portent son nom en signe de privilège, et non de domination.

 

Arequipa---armoiries---volcan-enneige---fumant.jpg                                          Les armoiries de la ville d'Aréquipa au Pérou.

 chachani-and-misti---decouverteperoubolivie.jpg

A gauche, le complexe Chachani et à doite, le volcan Misti, qui dominent la région d'Arequipa et ses cultures.- photo découvertePérouBolivie.

 

Arequipa est située au pied de deux volcans élevés, le Misti et le Nevado Chachani, séparés par le canyon de la rivière Chili.


Le Nevado Chachani est un complexe s’étendant sur 360 km² et composé de trois entités structurelles principales :

- le Cerro Nocarane (CN) daté du pré-holocène, et le Cerro Los Peñones (CP) au nord

– le Nevado Chachani (C), au centre

– la Pampa de Palacio (PP), au sud.

Les deux derniers éléments érodé par les glaciers.

 

Massif du chachani - oregonstate                              Pérou- le massif du Chachani - doument Oregonstate Univ.

C : Nevado Chachani - CN : Cerro Nocarane - P : Cerro Los Peñones- PP : Pampa de Palacio


La plus grande période d’activité se rapporte au néogène et au quaternaire, incluant trois émissions d’ignimbrites :

- l’Ignimbrite La Joya – 20 km³ , 4,87 Ma  

 - l’ignimbrite de l’aéroport d’Arequipa – 18 km³, 1,6 Ma    

- les dépôts de ponces Yura – 1,5 km³ , 1,02 Ma .

 

Chachani_summit-copie.jpg                             La zone sommitale du Nevado Chachani - photo Summitpost

 

Ces dépôts ignimbritiques éruptifs du Chachani, appelés localement sillar, ont été exploités comme pierres pour la construction et la décoration des édifices d’Arequipa, connue comme la ville blanche en raison de la prévalence de ces matériaux de teinte claire. L’utilisation de ce sillar pour les constructions traditionnelles d’Arequipa, dont les parois ont parfois un mètre d’épaisseur,  lui ont permis de bien résister à de nombreux séismes. Autrefois la pierre était recouverte d’enduits colorés, ce qui est aujourd’hui interdit … pour préserver cette appellation.

 

Anashuayco---Scribd-copie.jpg                   Arequipa - les ignimbrites exploitées du canyon d'Añashuayco - photo Scribd

 

Arequipa_Yanahuara-mirador-et-Misti---Joel-Takv.jpgAréquipa - le Mirador de Yanahuara, en "sillar" - on aperçoit, entre les arches, un des flancs du Misti - photo Joël Tekv

 

La coulée d’ Añashuayco, longue de 18 km., a été érodée par les eaux et présente cette ignimbrite blanche extraite avec des outils rudimentaires dans différentes carrières. La carrière d’Huayco est célèbre pour son sillar rose, rare et par conséquent de prix plus conséquent. 

 

sillar---elbuho.pe.jpg

                                  Aréquipa - utilisation décorative du sillar - photo elbuho.pe

 

Canteras_Anashuayco_sillar---estudiosdelturismo.jpgLes-ignimbrites-de-Anashuayco---Carlos-Trujillo-Vera.JPGCoulée d'Añashuayco - 

à gauche, photo estudiosdelturismo - à droite, les ignimbrites blanches et roses, surmontées d'une couche de débris - photo Carlos Trujillo Vera.

 

Sources:

- Chachani volcano- Oregonstate univ.

- Entidades del geosistema de las canteras de sillar de
Añashuayco, en Arequipa - Geosystem Entities of the Seat of the Quarry Añashuayco, in Arequipa - by Héctor Palza Arias-Barahona, Carlos César Trujillo Vera,Jenny Zenteno Machaca.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Quelques précisions concernant le 13° paroxysme du 27 avril :

 

Entre 19h45 et 19h48, une propagation rapide de la fissure éruptive ouverte une heure plus tôt a provoqué l’effondrement d’une partie du bas flanc est du NSEC et une coulée pyroclastique qui a parcouru environ 1.000 mètres sur la paroi ouest de la Valle del Bove. Un nuage de gaz et pyroclastes a été poussé vers le nord-est et entraîné des chutes de cendres et lapilli sur Linguaglossa, Taormina et Messina.

 

2013.04.27 19h51 schiena000M          Etna SEC - 27.04.2013 / 19h51 : une nuée se dégage de la base du cône - webcam Etnatrekking

2013.04.27---19h53-schiena000M.jpgEtna SEC - 27.04.2013 / 19h53 - développement de la coulée pyroclastique - Webcam Etnatrekking Schienna del Asino.

 

Concernant les coulées de lave : l’émission de coulées sur les flancs SE et NE du cône SEC et la selle entre les deux cônes SE a formé de petites coulées vers le sud et vers le nord ; après la phase paroxystique, qui a duré environ deux heures, l’émission de lave et les coulées vers le sud-est se sont poursuivies durant plusieurs heures le 28 en matinée. (voir vidéo ci-dessous)

 

Sources :

INGV Catania : Rapport préliminaire

EtnaWalk - link

Vidéo de Turi Caggegi :

 

 

Vidéo de kdEtna :

 

 

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Après quelques semaines d’une activité qualifiée de faible, deux petits séismes volcano-tectoniques, liés à la fracturation de roches, ont été le préliminaire ce 27 avril à une nouvelle augmentation de l’activité au Tungurahua.

2013.04.27-7h41-Tungu-C.Virucha-IGEPN-ash1.jpg

 Émission de vapeur et de cendres provenant du volcan Tungurahua, à 07h41, le samedi 27 Avril 2013. Source: C. Viracucha - OVT / IGEPN


A 7h41 locale, le 27.04, un panache moyennement chargé en cendres a atteint une hauteur de 2.000 mètres, suivi dans la journée d‘émissions de vapeurs et cendres. Une augmentation de la sismicité a été enregistrée dans l’après-midi.

 

2013.04.28-Tungu---JLEN.jpg

              Tungurahua - panache et petite coulée le 28.04.2013 - photo José Luis Espinosa-Naranjo.


Le 28.04 à 5h30, une colonne de vapeur moyennement chargée en cendres est montée à environ 4.000 mètres au dessus du cratère. Le nuage émis s’est dispersé sur tous les flancs du volcan et des cendres sont tombées sur Banos, Pillate, Chacauco, Bilbabo, Pondoa, et Juive Grande.

Ce panache s’est maintenu ensuite durant 30 minutes à une hauteur de 2.500 mètres, puis plus bas vers environ 1.000 mètres, avec une dispersion vers l’ouest.

 

2013.04.28-Tungu-emission-de-vapeur-IG.jpgTungurahua - 2013.04.28 - émissions de vapeurs (peu de charge en cendres) - photo IGEPN / Vía Pelileo-Baños

 

Sources:

- IGEPN rapports du 28.04.13

- photo de José Luis Espinosa-Naranjo, sur place.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Après le paroxysme des 20-21 avril, une activité strombolienne s’est poursuivie au NSEC.

Dans la nuit du 21 au 22, les explosions se sont succédées à l’intervalle de 10-15 minutes, accompagnées de projections de matériaux incandescents jusqu’à une centaine de mètres au dessus du cratère et d’émissions de cendres sur le sommet. L’activité effusive es resté faible.

Les mauvaises conditions météo n’ont pas permis de suivre l’évolution ensuite.

Le 23 dans l’après-midi, des panaches de cendres se sont élevés au dessus de la couverture nuageuse masquant partiellement le sommet, à intervalles courts de 2-3 minutes.

 

2013.04.23-22h47-lave.jpg

L’activité strombolienne a été plus intense dans la nuit du 23 au 24 avril ; les intervalles entre les explosions est passé à 1-2 minutes et les matériaux projetés sont montés jusqu’à 150-200 mètres de hauteur. En fin d’après-midi, une émission pulsatile, de type « locomotive à vapeur » est observable.

 

2013.04.24-18h23-etnatrekking-linguaglossa.jpg                            Etna 24.04.2013 / 18h23 - webcam Etnatrekking Linguaglossa


Durant la nuit du 24 au 25, l’activité strombolienne s’est poursuivie, les explosions se succédant à l’intervalle de 1-2 par minute, accompagnées d’émissions de cendres. Par contre, l’activité effusive a cessé complètement.

 

2013.04.25-12h42-Emot.jpg2013.04.25-15h12-Emov0304.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etna -

Activité du 25.04.2013.

Webcams INGV Catania heures locales

 

2013.04.25-23h23-lave.jpg                  Etna - NSEC - activité strombolienne nocturne 25.04.2013 / 23h23 - webcam LAVE

 

2013.04.26-12h23-schiena000M.jpg                        Etna - NSEC - 26.04.2013 / 12h23 - webcam Etnatrekking Schiena

 

Le 26 avril, entre 14h30 et 15h, les émissions de cendres ont cessées en même temps que l’intensité et la fréquence des explosions augmentaient.

 

2013.04.26-20h33-webcam2_25.jpg

                                    Etna NSEC - 26.04.2013. / 20h33 - webcam LAVE

 

20013.04.27---12h-ESLN_hhz.jpg                         Etna ESLN - trémor du 21 au 27.04.13 vers 12h - doc. INGV Catania


Le niveau de trémor a subitement augmenté pour baisser ensuite, avant de remonter en fin de matinée le 27... mais rien n’est visible, étant donné la couverture nuageuse.

Vers 18h.55, le sommet se dégage pour le 13° paroxysme 2013 !

Sur base des webcams, le fountaining se renforce vers 19h09; à 19h12, on aperçoit une coulée de lave.


2013.04.27-18h56-schiena000M.jpg

Etna - SEC - 27.04.2013 - le sommet se dégage vers 18h 55, laissant apercevoir une fontaine de lave - webcam Etnatrekking

 

2013.04.27-19h-33-schiena000M.jpg                         Etna SEC - 27.04.2013 / 19h33 - webcam Etnatrekking

 

2013.04.27-19h37-schiena000M.jpg                 Etna SEC - 27.04.2013 / 19h37 : de belles fontaines - webcam Etnatrekking

 

2013.04.27-19h51-schiena000M.jpg       Etna SEC - 27.04.2013 / 19h51 : une nuée se dégage de la base du cône - webcam Etnatrekking

 

A 19h.50-51, un épais nuage noir se dégage de la base du cône ... nuée pyroclastique et/ou effondrement partiel du cône, à préciser !.

 

2013.04.27-19h-57-schiena000M.jpg                           Etna SEC - 27.04.2013 / 19h57 - webcam Etnatrekking

 

2013.04.27 20h 02 schiena000M                     Etna SEC - 27.04.2013 / 20h02  - webcam Etnatrekking

 

2013.04.27-20h21-Emov0367.jpg                     Etna SEC - 27.04.2013 / 18h21 locale / 20h21  - webcam INGV Catania

 

2013.04.27---13-paroxysme-tremor-ESLN_hhz.jpg                  Etna - 27.04.2013 - trémor du 13°paroxysme, sur la doite du diagramme INGV.

 

D'autres précisions sur ce paroxysme et les coulées, dès que possible grâce aux observations de terrain.

 

Sources:

Webcams INGV - LAVE - Etnatrekking

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

La péninsule du Kamchatka compte, parmi environ 300 volcans répertoriés, 114 volcans datés de l’Holocène (d’après le G.V.P.) dont 29 actifs, et de nombreuses sources chaudes et geysers.

 

holocene                      La péninsule du Kamchatka et les volcans actifs à l'holocène - doc. KVERT

 

Depuis la capitale Petropavlosk, trois volcans sont visibles : le Koryaksky, l’Avatchinsky et le Kozelsky. La ville fut fondée en octobre 1740 lorsque les vaisseaux Saint-Pierre et Saint-Paul pénétrèrent dans la baie ; ils étaient commandés par Vitus Béring et Aleksei Tchirikov.

 

Petropavlovsk_Kamcatskij_Volcan_Koriacky_in_background.jpg  Kamchatka - le port de Petropavlosk et le volcan Koryaksky, vus de la baie d'Avacha -photo Vfp15

 

Avachinsky---ISS027-E-020395.jpg  Kamchatka - les volcans Avachinsky et Kozelsky dans une trouée nuageuse - photo ISS027-E-020395 / Nasa


ecusson-de-petropavlosk---Maxxk.jpgOn retrouve cette symbolique sur les armoiries de Petropavlosk, la plus ancienne ville de l’extrême-orient Russe : les ancres pour sa situation maritime et portuaire, les deux saints, Pierre et Paul, et les volcans en activité.

 

Armoiries de Petropavlosk - doc. Maxxk


Ces trois volcans actifs se retrouvent aussi sur le drapeau et les armoiries du Kamchatka.

 

gerbe-778x800.jpg                                              Armoiries du Kamchatka - doc. kamchatka.ru


drapeau-Kamchatka.jpgLe drapeau du Kamtchatka est constitué d’un rectangle supérieur blanc et d’un rectangle inférieur bleu. On remarque les armoiries du Kamtchatka dans le coin supérieur gauche du drapeau. 

 

Drapeau du Kamchatka - doc. kamchatka.ru


Les armoiries de la péninsule se composent de trois volcans de couleur noire aux sommets argentés, desquels jaillissent des flammes rouges, qui se découpent sur un soleil levant, symbôle de l’orient. L’astre du jour est entouré d’une frise de triangles rouges côté intérieur et bleus côté extérieur, ornement national. Le fond blanc et bleu est repris sous une forme héraldique.

 

Avachinsky---Petropavlosk---02.02.2013-Michael-glagolev-pho.jpg                           L'Avachinsky domine Petropavlosk - photo Michael Glagolev 2013

 

Sources:

- Global Volcanism Program - Kamchatka peninsula

- KVERT - Kamchatka and the northern Kuriles volcanoes - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le drapeau du Costa Rica, hissé lors des cérémonies protocolaires, comporte, outre les trois couleurs en bandes horizontales, un écusson qui donne une  représentation idéologique du pays.

 

8_ecusson_Costa_Rica_Grand.jpg
Ecusson modifié par la loi du 27 novembre 1906, sous le mandat de don Cleto González Víquez.

 

 

Coat_of_arms_of_Costa_Rica.svg-1998.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ecusson de 1995, souscrit par l’ancien Président José María Figueres Olsen, énonce comme suit :
« Article 1 : est adopté comme modèle officiel de l’Ecusson National, le dessin joint au présent décret. Les couleurs de l’Ecusson sont : vert clair pour la vallée, bleu vert pour les volcans, comme le sont les montagnes du Costa Rica. Les volcans ont été dessinés fumant afin de les différencier. Le soleil levant est de couleur vieil or et les palmes de myrte de couleur vert foncé. Les cinq étoiles qui devinrent ensuite sept seront argentées et le listel bleu sera de couleur bleu clair. La mer est de couleur bleue ».

 

Tout d'abord sa forme représente le tronc d'une fougère arborescente en coupe transversale, vestige de la végétation préhistorique de l'ère secondaire encore présente dans les forêts de nuages du pays. Trois volcans sont dessinés sur l'écusson, chacun d'eux représentant les trois principales cordillères du pays : celle de Talamanca au sud, la cordillère centrale et celle de Tilaràn au nord (celle, plus au nord du Guanacaste n'est pas présente, car cette partie du territoire était encore Nicaraguayenne au moment de la formation de l'écusson).

 

Costa_Rica_relief_location_map-copie.jpg                           Costa Rica - les trois cordillera reprise dans la symbolique de l'écusson

 

Les 3 volcans sont bordés par l'océan Pacifique et la mer des Caraïbes, sur lesquels naviguent deux goélettes abordant les deux principaux ports du pays. Le soleil levant symbolise la jeunesse de la République du Costa Rica. Les sept étoiles du firmament sont les sept provinces du pays : San José, Alajuela, Cartago, Heredia, Limon, Puntarenas et Guanacaste. Le tout est bordé de grains de café, les éléments belliqueux ayant été supprimés dès 1906. L'ensemble est surmonté de deux palmes de myrte unies par un listel blanc, portant en lettres d’or la légende : "Republica de Costa Rica". Un listel bleu, enroulé en forme de couronne, achève l’écusson avec en lettres d’argent : "America Central". 

 

04.2012---2---Red-sism-nac.jpgCosta Rica - Cordillera Central - Massif du Volcan Poas - à l'avant-plan, la caldera et la laguna Caliente (lac acide) - en arrière-plan, la laguna Botos (lac d'eau douce) - photo aérienne R.S.N.

 

Arenal-Volcano-2008---Ovsicori.jpgCosta Rica - Cordillera de Tilaràn - le volcan arenal en 2008, bordé du lac du même nom - photo OVSICORI

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Costa Rica

- Imagines Tropicales - Costa Rica

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Parmi les représentations stylisées de volcans, quelques-unes concernent les figures héraldiques.

Selon des codes précis définis à la période féodale, on retrouve la silhouette des volcans sur les drapeaux et blasons de contrées lointaines qui les abritent. Parmi celles-ci, l’île de la Réunion, le Costa-Rica ou encore le Kamchatka.

 

Reunion_Piton_des_Neiges---B.Navez-0ct.2008.JPG                   La Réunion - le Piton des Neiges, son point culminant - photo B.Navez

 

La Réunion, département Français d’outre-mer, n’a jamais possédé d’autre drapeau officiel que celui de La France, cependant un blason a été créé pour l’île à l’occasion de l’exposition coloniale de 1925. L’ancien gouverneur Merwart a voulu y rassembler toute l’histoire de l’ancienne île Bourbon.

Il est ainsi défini dans le langage particulier de cette science : " Écartelé, au premier de sinople à deux volcans d'argent, celui de dextre en éruption, celui de senestre surmonté de trois lettres "M" le tout sur une mer du même; au deuxième parti d'azur et de gueules à la nef d'argent voguant sur une mer du même brochant sur le tout; au troisième, d'azur à trois fleurs de lys d'or; au quatrième, de gueules semé d'abeilles d'or; à l'écusson tiercé en pal d'azur, d'argent chargé des lettres entrelacées R et F d'or et de gueules, en abîme. "

 

N.B. : Parmi les « émaux héraldiques », le sinople est de couleur verte, et le gueules est de couleur rouge, l’azur de couleur bleue.

L’abyme (ou abîme) est la partie centrale de l’écu( support matériel du blason) – lorsqu’un écu est représenté à l’intérieur de l’écu principal, on dit qu’il est mis en abyme.

 

545px-Blason_Reunion_DOM.svg.png                                                                               Blason de l'île de La Réunion


L’écusson, découpé en quatres parties, lisibles de gauche à droite et de haut en bas, comporte en :

1.      Les MMM , pour 3.000 en chiffres romains, indiquant la hauteur approximative du Piton des Neiges (3.070 mètres) 

2.     la nef d’argent représente le navire Saint-Alexis, arrivé sur l’île en 1638.  

3.    Les trois fleurs de lys rappellent que La Réunion est une possession de l’ancienne monarchie française.

4.    Les abeilles, symbôles Bonapartiste, symbolisent la période historique de domination du Premier Empire.

5.    L’écu, mis en abyme, représente le drapeau tricolore, chargé des initiales RF, République Française.

 

Piton-des-neiges-La-Reunion---Reuters.jpg                             La Réunion - le Piton des Neiges - photo Reuters

 545px-Blason St-Denis Réunion DOM.svg

                                                      Blason de Saint-Denis de La Réunion

 

Sur le blason de St Denis, commune de l'île de La Réunion, on retrouve trois volcans, dont celui du centre surmonté d’un panache rouge … en termes héraldiques :

« Parti au premier, d'azur à la galère d'argent voguant sur des ondes du même mouvant de la pointe. Au second, d'or à deux palmiers de sinople posés sur une île soutenue à senestre d'un îlot du même, au chef de sinople chargé d'une chaîne de trois volcans d'argent : celui du centre, sommé d'une nuée fumante de gueules, ladite chaîne soutenue d'une autre chaîne de cinq monts de sinople. »

 

Le blason est agrémenté d’une devis : " Praeter omnes angulus ridet " , ce qui signifie : " Entre tous, ce coin de terre me sourit ".

 

saint_denis_barachois_02.jpg                    St-Denis de La Réunion et les canons du Barachois - photo mi-aime-a-ou.com

 

Pour les volcano-philatélistes :

Timbre blason
Dessiné par Robert Louis
Gravé par André Frères
Premier jour le 16 mai 1964

Retiré de la vente le 20 mars 1970

Couleur : bleu, vert, rouge et orange
Imprimé en typographie rotative à 100 timbres par feuille
Vendu à 273 millions d´exemplaires.
A noter : Différence avec la blason ci-dessus, la présence de rames à la galère.


Lire la suite

Articles récents

Hébergé par Overblog