Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Selon le bulletin de ce mardi - 8 h.30, l'IPGP nous signale la fin de l'éruption débutée hier soir au Piton de La Fournaise :
 « l'éruption sommitale qui avait débuté hier soir vers 18h45 (heure locale) s'est terminée dans la nuit à 00h40 après une diminution progressive de l'alimentation en magma à partir de minuit (heure locale). Ce matin, un dégazage visible au niveau des fractures sud et sud-est est associé à du tremor éruptif de faible intensité. La progression des coulées de lave s'est limitée à la zone haute de l'édifice volcanique et plus précisément aux flancs sud et sud-est du Piton de la Fournaise. »

Une vidéo - webcam (pas très bonne, mais documentaire) illustre l'éruption vue du Piton de Bert sur :
http://www.ipgp.fr/pages/03030807.php

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le volcan sous-marin Kick'em Jenny est situé dans la partie sud des îles Grenadines, elles-mêmes dans la partie sud de l'arc insulaire des petites
Antilles.
kej_3-copie-1.gif



kej_4.gif












Au nord de l'île de Grenade (Grenada), un groupe de rochers appelés "the sisters" est situé 3 km. à l'ouest del'île de Ronde ... le volcan est situé 3 km. à l'ouest des "Sisters".

La présence du volcan fut revélée par une éruption, le 23-24 juillet 1939. Rapportée par un historien local, elle dura 24 heures; le colonne éruptive atteint 300 m. de hauteur et une série de vagues hautes de 2 m. fut remarquée aun nord de l'ile de Grenade et sur le sud des Grenadines. Depuis 1939, pas moins de 12 éruptions ont eu lieu, détectées par les sismographes. La dernière eu lieu en décembre 2001.

  Résumé de l'activité récente :

Date

Description

Evidence for eruption

24 July 1939

Eruption cloud up to 270m above sea level: local felt earthquakes; large sea waves generated (1m in open water); largest known historical eruption

Witnessed

5 Oct. 1943

Submarine eruption; local felt earthquakes.

T-phase recorded in Martinique.

30 Oct. 1953

Submarine eruption; earthquakes felt in north Grenada

T-phase recorded throughout Eastern Caribbean.

24 Oct. 1965

Submarine eruption; earthquakes of intensity V felt on Isle de Ronde

T-phase recorded throughout the Eastern Caribbean (and traced to KeJ)

5-7 May 1966

Submarine eruptions; earthquakes in north Grenada

T-phase recorded throughout the Eastern Caribbean (and traced to KeJ)

3-6 Aug. 1966

Submarine eruption, 168 free T-phase recorded, shocks with intensities less than or equal to IV felt in Grenada

T-phase

5 July 1972

Submarine eruption about 5 hours long

T-phase recorded throughout the Eastern Caribbean

6 Sept. 1974

Material ejected into the air; sea above the volcano bubbling turbulently and spouting steam

Witnessed; T-phase recorded throughout the Eastern Caribbean

14 Jan. 1977

Submarine eruption.

T-phase recorded throughout the Eastern Caribbean

29-30 Dec. 1988

Submarine eruption; turbulent discoloured water; earthquakes felt in north Grenada

T-phase

26 March to 5 April 1990

Earthquakes felt in north Grenada

T-phase recorded throughout Eastern Caribbean

4 Dec. 2001

Submarine eruption, earthquakes felt in north Grenada

T-phase recorded throughout Eastern Caribbean (and traced to KeJ). More than 600 volcanic earthquakes recorded on proximal stations.

 

Le volcan est en alerte "jaune" de façon courante et une zone d'exclusion de 1,5 km. autour du volcan est à respecter ! (voir la cause plus loin).

L'image du volcan a été prise par le NOAA en mars 2003; on peut observer un cratère parfaitement circulaire, d'un diamètre de 350 m., au sommet d'un cône symétrique. Le point culminant est situé à 180 m. sous le niveau de la mer. Le cratère est profond de 80 m.

Entre 1976 et 1978, un dôme a cru jusqu'à remplir le cratère, avant de disparaitre complètement. Le cratère s'est ouvert vers le NE. et contient un nouveau cratère de 30 m. de profondeur. Le sommet est compris dans une dépression en fer à cheval s'étendant 20 km. vers l'est, qui comprend des dépôts de coulées. L'interprétation totale des relévés n'est pas terminée.

 


Kick-em-Jenny----Jack-volcanoes-NOAA.jpg

 

 

SeaBeam image of Kick 'em Jenny showing new craters and domes (March, 2003). During a research cruise in March 2003 scientists discovered three craters (C1, C2 and Kick 'em Jack) and two domes (D1 and D2) near Kick 'em Jenny. Further investigations are needed to confirm whether these are separate 'live' volcanoes. - Photo NOAA.

 

Kick'em Jenny illustre bien comment les îles volcaniques de la région se sont formées : à chaque éruption sous-marine, des dépôts de matériel volcanique se sont accumulés autour du sommet faisant croitre peu à peu le volcan jusqu'à former une île. La formation de l'île de Surtsey, en Islande, confirme le mécanisme de formation.


Islearc.gif

 

 

Les risques liés au volcan :

La tragédie de l'Island Queen :

Le 5 août 1944, le navire "Island Queen", avec 60 personnes à bord, disparait entre Grenade et St Vincent. Dans un premier temps, on a cru que le navire avait été torpillé par un sous-marin allemand ... mais on n'a pu expliquer l'absence de débris après sa disparition.
En réalité, elle a été causée indirectement par le volcan sous-marin.
Le Kick'em Jenny est entré en éruption l'année précédent le drame et il est fort probable que le volcan dégazait toujours activement en 1944, bien qu'aucun signe ne soit visible en surface.

kejhazard_2-copie-1.gif
Ce dégazage peut diminuer la densité de l'eau de mer au dessus du sommet, ce qui rend la navigation dangereuse ... lorsqu'un bateau pénètre dans une telle zone de faible densité, il perd sa flotabilité et peut sombrer.


Le risque de tsunami :

Bien qu'une éruption importante ou un glissement de terrain puisse générer un tsunami, le risque de tsunami dans la région est largement exagéré : toute éruption ne génère pas un tsunami, et chaque tsunami n'est pas important.
Des vagues d'une amplitude de 10 mètres, à distance de 10 km. du l'évent, ne peuvent être engendrée  que si le volcan entre en éruption dans des hauteurs d'eau inférieures à 130 mètres.
Pour l'instant, la profondeur des évents est située à 268 m. Si le volcan continue de grandir vers cette altitude critique
- et seulement dans ce cas - , les éruptions risquent de devenir explosives avec la probabilité de provoquer un tsunami comme corollaire.


Kick-em-Jenny-volcano-2--univ.west-indies-seismic-reearch-c.jpg


 

 

Sources :


- GVP Global volcanism Program

- NOAA  - National Oceanic and Atmospheric Administration.

   diverses missions "Ocean explorer".

- The University of West Indies : Grenada - Kick'em Jenny hazards

 

 

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Entre le 1° et le 11 décembre, les sismographes de l'OVPF ont enregistré une moyenne de 26 séismes sommitaux journaliers. Le foyer se trouvait à l'aplomb du cratère Dolomieu, à une profondeur variant entre 1,6 et 2,9 km. sous le sommet.

La présence d'un petit nombre de séismes profonds et forts et les faibles déformations en surface indiquent que le réservoir magmatique situé au niveau de la mer continu à se recharger depuis l'éruption du 5 novembre 2009.

Un communiqué du 14 décembre - 21 h.50 GMT+4 - signale le démarrage d'une éruption sommitale sur le bord du Dolomieu à 18 h.45 faisant suite à une crise sismique et une déformation du sommet. Du trémor éruptif a débuté à 18 h.30.
Des coulées se répandent sur la pente sud du Piton de la Fournaise, et sur le flanc est.
Le niveau d'alerte 2-2 est décrété.

Source :
IPGP - Institut de Physique du Globe Paris
http://www.ipgp.fr/pages/03030807.php





Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Deux communiqués de presse - Associeted Press et Agence France Presse - signalent que des matériaux incandescents sont descendus sur les pentes du volcan sur 3 km., après expulsion d'un panache de cendres, ce 14 décembre à 18 h. locale.
Le Phivolcs a augmenté le niveau d'alerte à un niveau 3, état "critique" et éruption possible. (le site web du Phivolcs ne fonctionne pas comme d'habitude !)
Les autorités ont ordonné, pour demain mardi, l'évacuation de 9.000 personnes vivant dans un rayon de 6 à 8 km.

Cette situation suit une montée en puissance du volcan :
- le 10.12, pas moins de 29 séismes, incluant du trémor sont signalés,
  signifiant la montée du magma dans le volcan.
- le 11.12 : 50 seismes sont signalés et ressentis par les habitants proches.
  Un panache de cendres a été émis, montant à 500 m. de hauteur.

Mayon-02.2000---Cafettera-info.jpg                              Le Mayon en éruption en février 2000 - photo Cafettera.info.

sources : AFP & AP

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
L'examen des volcans des Cyclades et en particulier du volcan sous-marin Kolumbo (Columbo) ont aiguillé mon intérêt vers le volcanisme sous-marin.

Dans un premier temps, le bassin Méditerranéen avec d'autres formations sous-marines : Empédocle, Marsili et ses collatéraux Palinuro, Vavilev et Magnaghi.
Ensuite le Kick'em Jenny dans l'arc des Caraïbes.
Le Loihi à Hawaï et le NW Rota-1 dans l'arc des Mariannes.

Commençons par le bassin Méditerranéen .

1. Empédocle et ses voisins :

sicilia-copie-3.jpg 
C'est en effectuant des repérages aux environs de l'île engloutie de Ferdinandea, entre Pantelleria et Lampedusa, que Giovanni Lanzafame et son équipe de l'INGV ont remarqué la présence de longues colonnes de bulles sous-marines. En les suivant, ils ont découvert des sources de fumée appartenant à une structure volcanique en fer à cheval de 30 km. sur 25.
Le volcan fut nommé Empédocle du nom du philosophe grec qui serait mort en se jetant dans l'Etna. A peine baptisé, Empédocle est déjà devenu le plus grand volcan sous-marin d'Italie.
Empédocle fait partie des "Champs Phlégréens de la Mer de Sicile" dont les éruptions sont sous-marines, à l'exception de celles d'Empédocle ayant donné naissance à trois reprises à l'île de Ferdinandea (1701, 1831, 1863) qui se trouve pour le moment à 8 m. sous le niveau de la mer.
Treize volcans sont inclus dans une dépression profonde de 1.000 mètres : Anfitrite, Cimotoe, Empédocle, Galatea, Madrepore, Banc Narita, Banc de Pantelleria, Pinne, Banc Smyt I & II, Banc Terrible et Tetide.
Quatre éruptions de Pinne sont connues : 253 av. JC, 1846, 1867, et peut-être 1911.

2. Le bassin Tyrrhénien :

Image3-copie-4.gif
Le bassinTyrrhénien - en rouge, les formations émergées - les formations immergées en noir.
                                                             Document ING

Les volcans sous-marins situés au sud du Vésuve, Palinuro, Vavilev, Marsili et Magnaghi, endormis ou éteints, portent les noms des géologues qui les ont révélés (dans les années 1950, pour les trois derniers).
Actuellement, on débat sur l'état d'activité du Marsili, énorme formation de 65 km. sur 40 km., haute de 3.000 mètres et dont le sommet se trouve à 500 m. sous la surface.
Dans les années 2000, l'INGV - Istituto Nazionale di Geifisica e Vulcanologia - a largué l'observatoire Geostar (GEophysical and Oceanographic STation for Abyssal Research) à 3300 mètres de profondeur dans la mer Tyrrhénienne au large du volcan Marsili. Pendant 17 mois, ce labo permanent et autonome a transmis des mesures sismiques, géophysiques et océanographiques.
Des cônes satellites d'origine récente ont été détectés. L'hypothèse d'une accrétion récente sous le bassin central de la mer Tyrrhénienne est en accord avec les données reçues : sur une coupe faite au niveau de latitude nord 40°, entre les marges Sarde et Apenninique, la profondeur du Moho passe rapidement de 27 km. à 11 km. sous la partie centrale du bassin.
La "couche granitique" de vitesse 6,0 klm s-1 sous la marge Sarde disparait à l'Est de la faille centrale pour réapparaitre au pied de la marge Apennine.

Une curieuse découverte au large du Marsili révèle une pollution au plomb:

L'eau de mer chauffée dans les évents hydrothermaux extrait naturellement les métaux des roches volcaniques à mesure qu'elle s'écoule en dessous de la surface océanique. Les sédiments des évents sont ainsi habituellement chargés de zinc, de fer, de plomb, de cuivre et d'autres métaux. La surprise ne vient pas du plomb en lui- même, mais de l'origine de ce plomb. À l'analyse il se trouve que nous sommes face à un plomb venu d'une mine située à Broken Hill, en Australie. Comment ce plomb est-il arrivé en méditerranée ? L'explication la plus vraisemblable est que ce plomb, importé en Europe, a été ajouté à l'essence utilisée dans les moteurs des voitures et rejeté à l'air libre. De là, il a regagné la mer via la pluie et les cours d'eau où il a cheminé jusqu'au Marsili Seamount pour réémerger via les évents hydrothermaux.

Pour les géologues, cette histoire singulière constitue le premier exemple flagrant d'une pollution des dépôts hydrothermaux due à l'activité humaine.

 

L'activité volcanique sosu-marine se manifeste aussi à Panarea, où des fumerolles sous-marines, connues depuis des lustres, ont repris vigueur en novembre 2002, data à laquelle des émanations gazeuses, odorantes pour certaines, furent observées à proximité d'ilots contigus, générés sans doute par une explosion phréatique mineure. Elles ont ensuite diminué d'intensité pour se renforcer de nouveau en 2004.


Panarea-2002.jpg                     Les émanations gazeuses au large de Panaréa en 2002 - INGV in GVP.

2003_64_27-PAnarea-B.Behncke.jpg
                                 Panarea 2003 - avec l'aimable autorisation de Boris Behncke.


.Glossaire :
MOHO :

La discontinuité de Mohorovičić, abrégée Moho, est la limite entre la croûte terrestre et le manteau supérieur de la terre. Entre la croûte continentale, ayant une épaisseur moyenne de 35 kilomètres (allant jusqu'à 75 km sous les chaînes montagneuses récentes) et la croûte océanique une épaisseur moyenne de 6 kilomètres, le Moho est en moyenne situé à 43 kilomètres de profondeur, avec d'importantes variations.

Cette discontinuité a été détectée pour la première fois en Croatie en 1909 par Andrija Mohorocicic, qui lui donna son nom. Elle est mise en évidence par une accélération brutale des ondes sismiques, les ondes primaires passant de 7 à 8 km/s. Cette accélération s'explique par un changement du milieu de propagation (en particulier la densité et la minéralogie changent), qui implique une réfraction, la croûte étant constituée majoritairement de basaltes si elle est océanique ou de granites si elle est continentale, alors que le manteau est fait de péridotite. C'est donc une discontinuité physico-chimique.

 

TOMOGRAPHIE SISMIQUE : La tomographie sismique est un outil géophysique utilisant les vitesses des ondes sismiques pour étudier les variations des températures à l’intérieur du globe terrestre. Son utilisation essentielle est la réalisation de la cartographie des hétérogénéités du manteau terrestre, très utile pour établir des liens entre la tectonique lithosphérique et la convection mantellique.



Sources :

- Global volcanism Program : Campi Phlegrei Mar Sicilia
- Science Direct :
Amincissement de la croute et accretion au centre du bassin tyrrhenien d'après la réfraction sismique. par :
Maurice Recq, Jean-pierre Rehault, Leon Steinmetz and A. Fabbri
- "Italy's volcanoes: the cradle of Volcanology " - le site du Dr. Boris Behncke (INGV) sur les volcans italiens
- Panarea : http://boris.vulcanoetna.it/PANAREA.html

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Le volcan GAUA situé sur l'île du même nom, est entré en éruption le 18 novembre 2009 ... explosion suivie d'émissions importantes de cendres et de puies acides qui ont brûlé la végétation  dans l'est et contaminé les ressources en eau potable.
Situation du volcan : voir article du 26.11.2009 sur ce blog.

carte-de-la-situation-et-des-risques-sur-Gaua.gif
Les autorités du Vanuatu ont décrété, le 26 novembre 2009, l'évacuation des populations vivant dans les zones à risques de l'est de l'île. Parallèlement, du matériel et du personnel de la plate-forme d'intervention de la Croix-Rouge Française ont appareillé fin novembre, à bord d'un patrouilleur de la Marine Nationale, La Glorieuse.

Gaua.jpg          La Glorieuse, patrouilleur de la Marine Nationale avec à son bord les stocks de la PIROPS
                        (la Plate-forme d'Intervention Régionale Océan Pacifique Sud)


Les habitants vivant dans la zone dangereuse ont été déplacé de l'autre côté de l'île ... leur vie n'était pas directement menacée, mais ils souffraient d'inflammations des voies respiratoires, d'irritation oculaire, et de problèmes digestifs. Des maladies plus graves et susceptibles d'être provoquées par une plus longue exposition aux pousiières volcaniques ont justifié cette évacuation.

Le matériel est bien arrivé et sera distribué aux 600 personnes déplacées, sous la coordination de la Croix-Rouge du Vanuatu.

Les risques de coulée de boues restent important en cette saison des pluies et des villages situés à l'ouest pourraient subir des dégâts. En cas de recrudescence de l'activité volcanique, peu probable d'après les scientifiques Néo-Zélandais, l'évacuation des 3.000 habitants de l'île reste envisagée; la destination serait l'île de Vanua Lava, dans les iles des Banks.

Affaire à suivre : un correspondant, parti avec les secours Français, doit me donner de plus amples nouvelles dès que possible.

Source : infos et photos Croix-Rouge Française - 11.12.2009



Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques



Le volcan Klyuchevskoy, situé dans la péninsule du Kamchatka :


klyuchevskaya_ast_2009345.jpg
NASA Earth Observatory image by Jesse Allen and Robert Simmon, based on data from the NASA/GSFC/METI/ERSDAC/JAROS, and U.S./Japan ASTER Science Team. Caption by Robert Simmon.

The Advanced Spaceborne Thermal Emission and Reflection Radiometer aboard NASA’s Terra satellite captured this false-color image on December 11, 2009.



Cette photo prise le 11 décembre 2009 par le satellite Terra de la Nasa montre bien l'activité actuelle du Klyuchevskoy : la lave gris foncé - vraisemblablement accompagnée de dépôts de lahars (fonte glaciaire) et de flots pyroclastiques - se détache bien sur les parois enneigées du stratovolcan, tandis qu'il émet un petit panache dérivant vers l'ouest.

Le rapport hebdomadaire du KVERT nous signale que l'éruption explosive-effusive se poursuit au Klyuchevskoy, avec des panaches de poussières volcaniques et gaz pouvant monter jusqu'à plus de 7 km et perturber la trafic aérien; le code aviation est "orange".
L'activité sismique a été supérieure au niveau de base durant toute la semaine. Durant la même période, l'activité strombolienne s'est poursuivie, avec des bouffées de lave éjectées à 200-300 m. au dessus du cratère.

Klyutchevskoy-07.12.09---Y.Demyanchuk.jpg                          Activité strombolienne et coulée de lave sur le flanc est, le 07.12.2009 .
                                                       photo Y.Demyanchuk - KVERT.

Un panache de vapeur et gaz, contenant quelques poussières, est monté le 5 décembre à 6,3 km. Un panache de poussières, s'étendant de 10 km.0 en direction de l'E., est remarqué le 9 décembre.
Une effusion de lave continue sur les flancs ESE. du volcan.
Les satellites ont enregistré une forte anomalie thermique durant la semaine.

D'autres photos du volcan Klyuchevskoy sur le site du KVERT, à la page ...
http://www.kscnet.ru/ivs/kvert/current/klch/index.html

Sources :
- Nasa Earth Observatory
- KVERT - Kamchatka Volcanic Eruption Response Team
  http://www.kscnet.ru/ivs/kvert/updates.shtml

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

La toute récente éruption du volcan Concepcion au Nicaragua m'a remis en mémoire une peinture naïve que j'avais pu observer au petit musée du Masaya.

Elle représente de façon synthétique ce pays pauvre, actuellement sous statut politique de "république parlementaire" et dirigé par l'ancien révolutionnaire sandiniste Daniel Ortégua.


costa-Rica-092-copie.jpg

                           Tableau du musée du Masaya, Nicaragua  -  © B.Duyck



Autour de ces lacs, des rivières qui les alimentent et des fleuves qui les traversent et le long de la côte Pacifique vit la majorité de la population, dans des vallées humides, sur les flancs de montagnes et sur les plaines sèches de brousse. La partie est du pays, exposée aux fortes précipitations, ouragans et cyclones qui traversent régulièrement la mer des Caraïbes, est très peu peuplée, sauf sur quelques ports de la côte atlantique et sur les îles de la mer des Caraïbes.
Le Nicaragua, peuplé en majorité de métis, a une économie essentiellement agricole. Le tourisme se développe, et sera peut-être exploité écologiquement à la manière de son voisin le Costa Rica ... le potentiel nature, faune et flore, est présent en tous cas !
La proximité des animaux et des hommes représentée sur ce condensé naïf veut donner une image de vie paisible, simple, heureuse et en relation proche avec la nature.
De nombreux volcans, faisant partie de la "ceinture de feu du Pacifique" ponctuent le paysage marqué par deux grands lacs, le lac Nicaragua et le lac de Managua.
Ce peuple méso-américain reste, comme ses ancêtres Mayas, attentif aux astres et à leur course : ceci symbolisé ici par l'oiseau mythique Quetzal (*), qui semble unir le soleil et le quartier de lune dans une courbe gracieuse de ses plumes caudales, renforcée par celle de la queue de comète. Ce passage du jour à la nuit est souligné par la courbure des branches de l'arbre fruitier d'une part, et d'autre part par l'arrondi des berges du lac.

2.jpg                        Quetzal resplendissant - Pharomachrus mocinno - photo Oiseaux.net

(*) le Quetzal :

Le nom de Quetzal (ou Couroucou royal) désigne 5 espèces d'oiseaux de la zone néotropicale appartenant au genre Pharomachrus et à la famille des trogonidés.

Son nom est présent dans celui du dieu Quetzalcoatl, qui signifie « serpent à plumes » ou « serpent quetzal », dont il est une des formes. Chaque année, à la fin de la nidification (construction du nid), l'oiseau perd ses plumes qui repousseront l'année suivante. Pour les Mayas et les Aztèques, le quetzal était un oiseau sacré, dont les plumes étaient très prisées. La femelle n'a ni longue queue ni poitrine rouge.

Le quetzal vit difficilement en captivité : c'est pourquoi il est symbole de liberté.

Pour ceux qui veulent se retremper dans les volcans du Nicaragua, consultez les articles du 24.11 au 01.12, sur ce blog.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
D'après l'agence REUTERS, le volcan Concepcion est entré en éruption vendredi émettant un panache de gaz et fumée de 150 m. de hauteur et recouvrant trois villages proches de poussière.
Aucun autre détail pour l'instant, bien que l'INETER ait signalé être en état de vigilance si une éruption survenait.

Concepcion---J.Incer--GVP.jpg                                                  Le Concepcion - photo GVP

Les dernières manifestations du volcan remontent à 2007; des éruptions, de VEI 2 accompagnées de chutes de cendres ont également eu lieu en 2005et 2006 (VEI = Volcanic explosivity index)
Pour de plus amples renseignements sur ce volcan, reportez-vous à un article récent sur ce blog .

Sources :
- Reuters Alert Net : http://www.alertnet.org/thenews/newsdesk/N11200372.htm
- Global Volcanism Program : Concepcion

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages






Dans le contexte de subduction de la plaque Africaine sous l'européenne, et du volcanisme d'arrière-arc, nous avons examiné le groupe Nisyros, ensuite Théra et le volcan sous-marin Kolumbo ... reste un groupe d'îles volcaniques :  MILOS.

Célèbre pour une statue grècque retrouvée près d'un théatre antique (120-80 av.JC) par un paysan, Yorgos Kentrotas, près d'un théatre antique, acquise ensuite par l'ambassadeur de France auprès du gouvernement Turc, offerte au roi Louis XVIII, conservée actyellement au Musée du Louvre :
       
                   Aphrodite,
             ou La Vénus de Milo.


La statue est constituée de deux blocs de marbre de Paros qui se rejoignent au milieu du bourrelet de l'himation, raccordés par des goujons metalliques situés aux hanches et scellés par du plomb.
Les quelques imperfections de la pierre, dues à l'âge, n'entame en rien la beauté et la perfection de la statue.







Musée du Louvre
Salle du Parthénon.






L'archipel, constitué par Milos et les petites îles adjacentes, a son origine dans un volcanisme sous-marin et subaérien. Les plus anciennes roches volcaniques, dépôts pyroclastiques rhyolitiques sous-marins, recouvrent une base sédimentaire et métamorphique.
L'activité à la fin du Pleistocène a été concentrée dans la partie est de l'ile, avec formation de dômes de lave et de cratères d'explosions phréatiques, et sur l'île d'Antimilos, au NO., avec l'édification d'un volcan composite. Les éruptions magmatiques les plus récentes datent de 90.000 ans; elles furent suivies d'explosions phréatiques, avec des cratères dépassant rarement le diamètre de 1 km.
Un lahar suivant une petite explosion phréatique, a enseveli un port romain, dans le SE de Milos, à l'est du tuff ring de Fyriplaka.


                                             Carte géologique 2005 - J.Naden - British Geological Survey

La plupart des roches volcaniques de Milos a été fortement altérée hydrothermalement et l'île est ainsi devenue une source importante de minerais tels que baryte, argent, perlite, kaolin, bentonite et peut-être bientôt l'or avec une exploitation de gisement aurifère (Hontrovuono).

Des études montrent la présence d'un système hydrothermal de haute température - supérieure à 310°C - dans le sous-sol de l'île, responsable d'abondantes fumerolles actives, e.a. dans la région de Kalamos. Ce réservoir, en relation avec une chambre magmatique active, prouve, si besoin était, qu'une future activité volcanique n'est pas à exclure sur l'archipel.


                   Dômes volcaniques sur le côté ouest de l'île de Milos - photo I.Moriya , in GVP.

                   Orgues basaltiques à Filako - photo travel-to-Milos.

                            Erosion sur les falaises de Kleftiko - http://www.bergoiata.org

Outre les structures volcaniques - Profitis Ilias, cratères de Fyriplaka - Trachyla, des carrières de silex sont à découvrir à Nyhia, des mines de fer et manganèse à Vani, des grottes et ravines marines à Papafragas, des paysages érodés à Kleftiko et Sarakiniko, sans compter les sites à activité géothermale.

Milos - Vani beach - galets colorés - photo Tom Pfeiffer Volcano Discovery


De quoi passer une semaine géologiquement chargée (rensignements sur VolcanoDiscovery)



                                               Papafragas - piscines naturelles chaudes


Sources :
- VolcanoDiscovery :
    * voyage sur Milos : http://www.volcanodiscovery.com/fr/voyages/grece/
    * photos de l'île et des minerais:
       http://www.volcanodiscovery.com/fr/photo/greece/milos/milos_photo_gallery.html
- "Correlation of neotectonic structures with the geodynamic activity in     milos during the earthquakes in march 1992"  de Papanikolaou.
- "Active geothermal system ..." de J.Naden & al - British geological survey
- Musée du Louvre.

Lire la suite

Articles récents

Hébergé par Overblog