Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Je vous emmène en Afrique de l'est à la rencontre de ses plus hauts sommets et de volcans intéressants : Le Kilimandjaro, le mont Kenya, le mont Méru, le mythique Ol Doinyo Lengaï, l'Empakaï, le Ngorongoro, le Niyragongo et le Nyamuragira pour ne citer que les plus connus.

Le rifting Africain est une des merveilles géologiques de notre monde, un endroit où les forces tectoniques créent de nouvelles plaques aux dépens d'anciennes. Le processus concerne plusieurs pays : l'Ethiopie, le Kenya, l'Ouganda et la Tanzanie, et plusieurs plaques tectoniques : la plaque Arabique, la plaque Nubienne (ou Africaine) et la plaque Somalienne, se rencontrant à un point de triple jonction, dans l'Afar.


             Colored Digital Elevation Model showing tectonic plate boundaries,outlines of the elevation
             highs demonstrating the thermal bulges and large lakes of East Africa.
             The basemap is a Space Shuttle radartopography image by NASA.


Le rift Ethiopien, au nord, se poursuit par une série d'autres rifts :
la branche Ouest, connu sous la dénomination de "Albertine rift", contient les grands lacs africains de l'ouest; la branche Est coupe le Kenya du nord au sud. Des parts de cette branche Est sont dénommées "Rift Kenyan" ou "Gregory rift" du nom du géologue qui l'a cartographié au début du 20° siècle.
L'ensemble s'étend sur plus de 1.000 km.

                   Rift segment names for the East African Rift System. Smaller segments are sometimes
                    given their own names, and the names given to the main rift segments change depending
                    on the source. The basemap is a Space Shuttle radar topography image by NASA.

               Les escarpements du rift Gregory vus du sommet de l'Ol Doinyo Lengai - © B.Duyck


Comment se sont formés ces rifts ?

Le modèle le plus communément admis à l'heure actuelle, est la présence d'anomalie thermique, remontée de l'asthénosphère avec un volcanisme fissural en Afar et au centre du Kenya (les dômes Ethiopiens et Kenyans - voir carte du dessus). La poursuite du "bombement" continue ensuite associé à un effondrement, créant un rift et formant la structure caractéristique "horst et graben" .





Ces zones où la croûte terrestre est amincie, sont constituées d'un mélange de roches continentales et basaltiques... si les phénomènes d'étirement perdurent, ils peuvent mener à la naissance d'un futur océan et à la séparation de la plaque somalienne du continent.



Le rifting de l'Afrique de l'Est est compliqué par le fait du développement de deux branches. Le grand lac Victoria est situé entre ces deux branches. Il est admis que les rifts ont suivi les anciennes cicatrices entre les masses continentales qui sont entrées en collisions, il y a des milliards d'années en formant le craton (*) africain ... les rifts est et ouest se séparent autour du lac Victoria à cause de la présence de ce "coeur" de roches métamorphiques anciennes - le craton Tanzanien.


* CRATON : Les boucliers continentaux sont apparus par remontées de matériaux profonds du manteau le long de panaches convectifs. Des sédiments se sont ensuite accumulés tout autour pour former des plaques quasiment indéformables : les cratons qui forment aujourd'hui les continents.

Sources :
- "East Africa's Great Rift Valley : a complex rift system" par
   James Wood & Alex Guth  - Michigan Technological University.
- "Volcanologie" - chapitre sur Dorsale et ouverture océanique -
  de J.M.Bardintzeff - Dunod.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Ceci n'est pas une analyse du volcan Chaiten et de son histoire éruptive, simplement deux précisions importantes en rapport avec l'actualité du moment.

Données du Global Volcanism Program - Chaiten:


Country: Chile
Subregion Name: Southern Chile
Volcano Number: 1508-041
Volcano Type: Caldera
Volcano Status: Historical
Last Known Eruption: 2009 
Summit Elevation: 1122 m 3,681 feet
Latitude: 42.833°S 42°49'58"S
Longitude: 72.646°W 72°38'45"W



Situation des dômes sommitaux du Chaiten - sept.2009 - photos Nasa E.O.

Un simple rappel de l'éruption spectaculaire du 05.05.2008 avec le cliché du Nasa Earth Observatory - sat. Terra - Modis.




Formation d'un troisième dôme dans la caldeira du Chaiten :


29 de septiembre de 2009 (B, fotografía e interpretación realizada por Jorge Muñoz), demostrando la notable evolución del complejo de domos y los depósitos en su entorno.
The original document is available as a PDF via the informes page of the Observatorio Volcanológico de los Andes del Sur (OVDAS) website.

Le récent rapport hebdomadaire de l'USGS/SI signale un effondrement au niveau d'un des deux dômes de la caldeira du Chaiten. La population vivant aux alentours du volcan a pu voir que le panache de cendres s'était élargi et devenu plus sombre le 29 septembre 2009.
Des observations visuelles ont confirmé ultérieurement le collapsus d'un des dôme et la formation débutante d'un troisième dôme dans la partie S.O. L'éruption continue donc et de la rhyolite nouvellement émise pourrait continuer à combler la caldeira. (Sernageomin)


Les volcans rhyolitiques doivent être surveillés en premier !

Si vous ne savez pas à quoi correspond l'appelation " volcan rhyolitique", vous connaissez par contre le Vésuve, le Krakatau, le St Helens ...et le Chaiten : tous ces volcans sont de type rhyolitique et sont parmi les plus explosifs !

La rhyolite est une roche ignée extrusive; elle se solidifie rapidement lors de son refroidissement en surface et est responsable d'éruptions explosives : sa haute teneur en silice est responsable de sa haute viscosité, qui entrave le dégazage. Lorsque des poches de gaz se forment, elles peuvent causer l'explosion du magma et sa fragmentation en ponces et petites particules de poussière volcanique.
L'adhésivité de ce type de magma suggère que son transit sous-terrain doit être lent, tout au moins plus lent que celui d'un magma basaltique.


Ceci est infirmé par l'étude des docteurs Castro et Dingwell sur le volcan Chaiten (article paru récemment dans le journal "Nature") :

                                                     L'éruption de mai 2008, vue de l'ISS  - B.Watson - Wired Science.

L'éruption du volcan Chaiten, le 1° mai 2008, fut inattendue et hautement explosive; les habitants de la ville proche du volcan ne ressentirent le tremblement de terre que 24 heures avant l'éruption du magma rhyolitique et la formation de la colonne Plinienne. La très courte période d'avertissement pré-éruptif reflète une ascencion fort rapide du magma au travers du système sub-volcanique. L'étude d'échantillons de rhyolite a montré qu'elle provient ici d'une source située à environ 5 km. sous la caldeira ; le Dr. Castro révèle des données pétrologiques et expérimentales qui indiquent que le magma rhyolitique hydraté monte très rapidement au Chaiten, à la vitesse d'un mètre par seconde ... une ascension aussi rapide implique un temps de transit depuis la zone de stockage jusqu'à la surface, égal à +/- 4 heures, ce qui raccourcit considérablement le temps disponible pour alerter les populations sous la menace du volcan.
Suggestion est donné par cette étude de surveiller d'un peu plus près les grands systèmes rhyolitiques - e.a. Medicine Lake et Newberry Caldera aux USA - puisque le temps nécessaire pour une réaction après les premiers signes d'éruption est ultra-court.

Sources :

* Article du Journal "Nature" du 08.10.2009 - Références complètes ci-dessous.

Nature 461, 780-783 (8 October 2009) | doi:10.1038/nature08458; Received 27 April 2009; Accepted 21 August 2009

Rapid ascent of rhyolitic magma at Chaitén volcano, Chile

Jonathan M. Castro1 & Donald B. Dingwell2

  1. Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), Institut National des Sciences de l'Univers (INSU), Université d'Orléans, Université François Rabelais–Tours, Institut des Sciences de la Terre d'Orléans, UMR 6113, Campus Géosciences, 1A Rue de la Férollerie, 45071 Orléans cedex 2, France
  2. Department of Earth and Environmental Sciences, Ludwig-Maximillians Universitaet, 80333 Muenchen, Germany.

* Ovdas - Sernageomin :Observatorio Volcanologico De Los Andes del Sur.

* Global Volcanism Program

* Photos sat. du Nasa Earth Observatory

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

En juin 2009, la "Wildlife conservation society of Tanzania" - section de Birdlife international en Tanzanie - a projeté le film des studios Disney intitulé "Crimson wing" sur les flamants du lac Natron aux membres du parlement Tanzanien.
Devant l'enthousiasme soulevé par cette projection, il ne faut pas douter que la cause du lac Natron compte quelques supporters de plus.
Seulement, le gouvernement n'a pas abandonner son intérêt envers le projet d'exploitation au niveau du lac sodé par la firme indienne TATA Chemicals... la vigilance reste de rigueur.

Ci-dessous, un article de Birdlife sur le film et la protection vitale de ce lac concernant la survie des flamants nains africains.


 
Disneynature
Walt Disney have chosen Lake Natron’s Lesser Flamingos to star in their first wildlife blockbuster in nearly half a century.
Zoom In

Natron's flamingos star in Disney film!

19-12-2008

Walt Disney have chosen Lake Natron’s Lesser Flamingos Phoeniconaias minor to star in their first wildlife blockbuster in nearly half a century. ‘The Crimson Wing - Mystery of the Flamingos’ takes viewers to the isolated shores of Lake Natron, in northern Tanzania, for a birds-eye view of the mysterious and perilous lives of Lesser Flamingos. The film was premiered in Paris this week, and reminds the world of the threats facing one the world’s greatest wildlife spectacles.

 

Walt Disney produced wildlife documentaries called the ‘True-Life Adventure’ series between 1948 and 1960. These Oscar-winning films showed people the beauty of the natural world. The Crimson Wing marks the return of Disney to the genre. “We hope these films will contribute to a greater understanding and appreciation of the beauty and fragility of our natural world”, said Robert A. Iger, president and CEO, The Walt Disney Company.

 

Disney chose Lake Natron’s Lesser Flamingo population to relaunch their new company - Disneynature. For filmmaker Matthew Aeberhard, the extraordinary gathering of one and a half million flamingos on the shores of Lake Natron surpasses all the wonders of the natural world. “What’s fascinating to me is that so few people have been here”, said Aeberhard. “More people have walked on the moon than have been out on the mudflats where the flamingos have their breeding colonies”.

“There are certainly a lot of Lesser Flamingos … it doesn’t mean their future is secure” —Matthew Aeberhard, Filmmaker of ‘The Crimson Wing’

Lake Natron is one of the largest soda lakes in the Rift Valley, its eight saline lagoons covering an area of approximately 80 km2. It’s extremely alkaline; providing ideal environment for the salt-loving micro organisms which support East Africa’s largest population of Lesser Flamingos.

 

The Crimson Wing tells the story of the birth, life and death of a million Lesser Flamingos. Life at Natron is tough for the flamingos, with many predators threatening  their daily survival. According to Aeberhard: “they have a number of predators such as Marabou Stork Leptoptilos crumeniferus, hyenas and jackals... The contrast here between life and death is very stark”.

 

 

 

 

Sadly, this wonder of the natural world is under threat. There is a proposal to construct a plant capable of producing 500,000 tonnes of soda ash at Lake Natron. BirdLife International believes the development and associated infrastructure will displace and scatter the Lesser Flamingos.

 
Disneynature
The Crimson Wing tells the story of the birth, life and death of a million Lesser Flamingos.
Zoom In

“The protection of Lake Natron is vital for the long term survival of the lesser flamingo” —Disneynature, Makers of The Crimson Wing

Speaking about the future of Lesser Flamingo at Lake Natron, Aeberhard warned: “There are certainly a lot of Lesser Flamingos right now, but it doesn’t mean their future is secure”.

 

“They [Natron’s flamingos] could be very heavily impacted by minor developments”, said Aeberhard. He also stressed the fragile nature of Lake Natron’s beautiful pink flocks. A company starts mining here and the water level may change, the salt balance may change”.

The Crimson Wing is on release in France and Switzerland and will be on general release in more than 50 countries around the world during 2009. BirdLife International is leading the "Think Pink" campaign to conserve Lake Natron. Similarly, the Lake Natron Consultative Group - a consortium of 46 concerned institutions in Africa, Europe, Americas and Asia - has called for a halt to the soda ash plant plans. Please click to find out how you can help...

 

 










Voir l'article du mois de septembre sur ce blog.

voir aussi l'article de Birdlife sur
http://www.birdlife.org/datazone/sites                  /index.html?action=SitHTMDetails.asp&sid=6994&m=0

A suivre !









Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques


                                 Ashfall moving past MVO towards Salem.Photo courtesy of Tine Bretton, Isles Bay.

L'activité à Soufrière Hills - Montserrat a augmenté ces dernières heures, avec une sismicité montrant des chutes de pierres et de petits flux pyroclastiques sur le côté sud du dôme de lave, dans la White river valley.
Ceci a été observé également lors d'un survol de la zone en hélicoptère, le 7 octobre.
De petites quantités de cendres sont tombées sur Salem, Friths, Olveston et Woodlands ...d'autres sont attendues dans les prochains jours.
La quantité moyenne de SO² émise cette semaine est de 269 tonnes par jour. Il y a eu une forte diminution du flux de dioxyde de soufre entre  les 2,3 et 4 octobre avec des scores respectifs de 73,45 et 108 tonnes par jour, et ceux du 1°octobre mesurés à 508 tonnes par jour.
Cette diminution des flux de SO² a été observée auparavant en association avec une augmentation de l'activité volcanique (mai et décembre 2008).
LEs flux de dioxyde de soufre augmentèrent ensuite avec des taux de 565, 273 et 313 tonnes/jour les 5,6 et 7.

L'activité de la semaine écoulée semble être centrée sur la portion sud du dôme de lave, avec concentration des chutes de pierre et flux pyroclastiques du même côté sud, canalisés dans la région de la White River.
Cependant de petites aires incandescentes ont été observées sur les flancs nord du dôme les 7 et 8 octobre.


Source : MVO 09.10.2009 - 11.00 h am
rapport de P.Cole , directeur du Montserrat Volcano Observatory.




Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

                Première rencontre dans le désert, avec des enfants curieux ...et "muets" - © B.Duyck

Partagé entre trois pays, le peuple Afar est aujourd'hui un peuple semi-nomade.
Coupés du monde, isolés sur des terres desséchées où les points d'eau sont quasi inexistants, ils survivent avec obstination.

                             Gilé et dromadaire ... les attributs masculins.

                         Palabres avec le chef du village, kalachnikov à l'épaule.
- © B.Duyck

Une grande fierté étincelle dans leur regard. Gilé (ce grand poignard à lame courbée) porté anciennement sur la hanche, aujourd'hui kalachnikov négligemment portée sur l'épaule, ces hommes de légende, dont le seul nom évoque aventure et violence, sont restés indépendants et libres, toujours prompts à sauter les frontières qu'ils ignorent.
La meilleure preuve que pouvait donner un afar de ses droits au respect et à l'honneur était d'avoir massacré un étranger, qui aurait pu leur disputer le peu de nourriture que produit le pays. nul Danakil n'était considéré comme suffisamment sérieux pour les responsabilités du mariage s'il ne pouvait pas se vanter d'au moins un assassinat, et faire parade des organes sexuels de sa victime, qui se portaient comme un ornement autour du cou.


Les guerriers, morts au combat, avaient le droit à une sépulture "spéciale" :ils étaient enterrés debout, avec leurs armes, leur corps entourés de pierres formant d'étranges tours dans le paysage.



La légendaire hostilité des Afars doit être placée dans un contexte culturel : ils ne sont pas plus hostiles envers l'étranger qui traverse leurs terres que nous ne le serions envers un inconnu qui passerait le portail de notre propriété pour traverser le jardin sans autorisation !
Ces moeurs appartiennent au passé...mais on comprend mieux dans un tel contexte, qu'il faille demander - à plusieurs niveaux - des autorisations de passage. Pour faciliter ces démarches, les autorités délèguent des gardes armés avec les groupes s'aventurant dans ces terres reculées.
Cette agressivité "naturelle" est d'ailleurs encore palpable chez les enfants qui nous font le "signe de nous trancher la gorge" ... en gage de bienvenue !

Eleveurs de chèvres, ils assuraient autrefois le transport caravanier du sel et des esclaves... seul reste le transport du sel et quelques activités de brigandage.
S'ils respectent les cinq prières quotidiennes, ils ont réussi un mélange de conceptions païennes et islamiques, où se mèlent puissance divine et croyances surnaturelles.
Leur société, toujours soumise à des structures sultaniques, est construite sur la "tradition" et une hiérarchie tribale, avec un conseil des anciens pour régler litiges et problèmes.
L'hospitalité - une fois admis - est une règle morale dont le manquement est sanctionné par les lois coutumières. Respect et réserve font qu'ils gardent toujours une distance  envers les étrangers.


                  Le toukoul, habitation nomade, et les femmes en habits traditionnels.
                           En fond, à gauche, le volcan Dalafilla.
- © B.Duyck

Dans le désert, ils vivent dans des huttes nomades réalisées avec des armatures de branchages couvertes de nattes, et facilement démontables : les "toukouls". Il y régne la journée une obscurité et une chaleur difficilement supportables.
Les rôles sont aussi répartis selon la tradition : aux hommes, la conduite des troupeaux et caravanes; aux femmes,et aux fillettes, la corvée d'eau et les tâches ménagères.

             Corvée d'eau au dernier puit avant le désert de sel du lac Karoum -  ©JM. Mestdagh


Les femmes sont vêtues d'une jupe ample, et d'un châle qui leur couvre les épaules et la tête; les hommes portent la même jupe et une chemise, remplacée aujourd'hui par un T-shirt.

                                  Plaque funéraire rédigée en amharique - © B.Duyck


Les langues couchitiques (environ 25 millions de locuteurs) sont surtout utilisées dans la région d'Addis-Abeba, dans le Centre, le Sud et tout l'Ouest; ces langues occupent des frontières communes avec l'Érythrée, Djibouti et la Somalie. Les langues couchitiques sont les suivantes: l'afar, l'agaw (awngi), l'alaba, l'arbore, le baiso, le bussa, le daasanach, le dirasha, le gawwada, le gedeo, le haaiyya, le kambatta, le komso, le libido, l'oromo (plus de 17 millions de locuteurs), le saho, le sidamo (près de deux millions de locuteurs), le somali (plus de trois millions de locuteurs), le tsamai et le xamtanga.


Même si l'amharique est une langue minoritaire (30 %), il constitue la langue officielle et administrative du pays. Le gouvernement fédéral l'utilise comme langue de travail. L'amharique sert également de langue véhiculaire entre les différentes ethnies du centre du pays. On estime que l'amharique est parlé par autant de locuteurs comme langue seconde, ce qui fait que 60 % de la population peut s'exprimer d'une manière ou d'une autre dans cette langue.Jetez un oeil à la plaque funéraire ci-dessus et vous aurez compris qu'il est inutile de s'essayer à déchiffrer ce langage.

Sites sur l'ethiopie :

http://www.dear-ethiopia.com/
http://www.toiquiviensdethiopie.com  - suivre : région Afar et photos.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Deux nouveaux séismes de forte magnitude enregistrés par l'USGS :
- 08.10.2009 - 8h.28 UTC - magnitude 7
- 08.10.2099 - 8h.34 UTC - magnitude 6,1.

Ces séismes seraient de nature tectonique, sans relation avec l'activité volcanique au Vanuatu, sauf que tous deux sont produits par de processus liés à une zone de subduction (the volcanism blog)

source :
USGS Earthquake Hazards Program

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
http://jules.unavco.org/Voyager/Earth?e=168.12&n=-16.25&de=6.0&dn=4.5&gmt=2&geo=4&lbl=64&opt=256



De nombreux séismes ont affecté le Vanuatu ces 7 & 8 octobre; de magnitude comprise entre 5,7 et 7,8, ces violents tremblements de terre se sont succédés sur une période assez courte : entre 22h03 le 7 et 2h12 le 8.
(voir tableau de l'USGS ci-dessous)

Une image satellite de la Nasa nous montre le nuage de " VOG " - volcanic fog - couvrant une partie des iles du Vanuatu ; Causé par les émanations de dioxyde de soufre venant de la caldeira d'Ambrym, ce Vog serait en outre responsable de pluies acides causant des dommages à la région.

Ce niveau élevé de SO², les forts séismes et le relèvement du niveau d'alerte sur Gaua ces derniers jours seraient des signes concommittants annoncant un regain d'activité au Vanuatu.
A suivre dans les prochains jours ...

Sources :
 - Nasa Earth Observatory
 - USGS Earthquake Hazards Program.

N.B. : un problème de traitement de texte, inhérent au serveur de ce blog m'empêche une mise en page correcte; vous trouverez cette fois les illustrations en fin d'article.



Date
(YYYY-MM-DD)  ↓
Time
(UTC)  ↓
Latitude  ↓ Longitude  ↓ Depth  ↓ Magnitude  ↓ Ref  ↓
2009-10-07 22:03:15 13.052° S 166.187° W 35 km (22 mi) 7.8 (Mw) [3]
2009-10-07 22:18:26 12.554° S 166.320° W 35 km (22 mi) 7.7 (Mw) [4]
2009-10-07 23:13:49 13.145° S 166.297° W 33 km (21 mi) 7.3 (Mw) [5]
2009-10-07 23:48:52 13.489° S 166.408° W 30 km (19 mi) 5.7 (Mw) [6]
2009-10-08 01:59:20 11.923° S 165.892° W 35 km (22 mi) 5.8 (Mw) [7]
2009-10-08 02:12:39 11.650° S 166.170° W 35 km (22 mi) 6.6 (Mw) [8]


The Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer (MODIS) aboard NASA’s Aqua satellite acquired this natural-color image on October 6, 2009.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu
Dans une nouvelle rubrique, "L'art sur les chemins du feu", je vous présenterai un artiste et son oeuvre en relation avec un volcan bien déterminé.

A tout seigneur, tout honneur ... la série débute par l'Etna, le volcan européen le plus turbulent.


Biographie :

Thomas Cole est né en Angleterre, en 1801, dans la ville de Bolton dans le Lancashire. En 1818, sa famille émigre aux Etats-Unis, dans l'Ohio, où Thomas Cole apprend les rudiments de son art avec un portraitiste nommé Stein; devant le peu de succès rencontrés par ses portraits, il s'oriente vers la peinture allégorique et de paysages. Il rejoint la Pennsylvania Academy of the fine arts en 1824, puis se fixe à New York.
Il est considéré comme le fondateur de "l'Hudson River School", mouvement artistique qui fleurit au milieu du 19° siècle, et qui est connu pour ses paysages réalistes et détaillés, alliant des thèmes romantiques et naturalistes.



Thomas Cole. Oil on canvas, 1843, 48 x 32 ½ in. Wadsworth Atheneum Museum of Art, Hartford, CT. Purchased from the artist by Alfred Smith, Daniel Wadsworth, and the original subscribers to the Wadsworth Atheneum, 1844.


"Mount Etna from Taormina" fut peint pour une exposition de ses oeuvres à New York.
Durant ses visites en Italie - 1830/32 et 1841/42 - il fut amené à gravir le volcan et à prendre des croquis; il écrivit dans ses notes :
" quel site magnifique ! L'Etna et ses neiges éternelles tranche sur la vallée romantique ... je n'ai jamais vu rien de tel !"

Le point de vue est conventionnel et utilisé par bien d'autres artistes; la composition l'est tout autant ... et est en relation avec la rapidité avec laquellle il réalisa ce tableau, en seulement cinqs jours, une fois rentré aux Amériques.
La scène est divisée en trois partie: l'avant-scène en ruines représente le passé, la scène pastorale à mi-distance incarne le présent et l'imposant volcan l'éternité. Ce paysage reflète une reflexion sur l'histoire de la civilisation, et sa relative insignifiance et fragilité en comparaison avec les forces éternelles d'une nature régie par l'ordre divin.


Deux versions existent; l'une dans les collections du "Wadsworth Atheneum" - Hartford (1843) et l'autre au "Lyman Allyn Art Museum - New London (1844)
Une autre oeuvre de la même veine:

                             Thomas Cole. Oil and pencil on board, 1842, 12 x 16 1/8 in. Berry-Hill Galleries, Inc., NY.

Sources et renseignements complémentaires :

http://www.explorethomascole.org/

http://hoocher.com/Thomas_Cole/Thomas_Cole.htm

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques




Le Shiveluch continue à être actif de façon intermittante.
Le 03.10, un fin panache de vapeur/cendres était capturé, en couleurs réelles, par le Modis (Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer) embarqué sur le satellite TERRA de la Nasa.
Ce système a détecté un "hotspot" au sommet du volcan, impliquant la continuation de la croissance du dôme dans la caldeira sommitale.
Sur la photo, les flancs sud sont recouverts de dépôts gris, constitués de cendres et rochers, résultat des fréquents effondrements du dôme.

On peut également apercevoir le sommet enneigé du Klyuchevskoy au SO., calme en ce jour.

Pour mémoire, le Shiveluch est un énorme stratovolcan (3283 m.) composé de couches alternées de lave solidifiée, de cendres et rocs provenant des éruptions antérieures. La croissance du dôme actif a débutée en 1980.
La carte ci-dessous situe ce cône parmi les innombrables volcans du Kamchatka. (niveau 57°)



sources:
 - Nasa Earth Observatory - satellite Terra - syst. Modis
 - Svert
 - AVO - Alaska Volcanologic Observatory

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques



Cette vidéo (01.10.2009) du HVO montre la remarquable fluidité d'une coulée digiforme de lave pahoehoe s'écoulant dans un ancien skylight au sommet de royal Garden . Le mouvement resssemble à celui observé lors de la confection d'une ice-cream ... tout en ayant la consistance de certains bonbons caramélisés ... Appétissant !!!


                                                                                      $  $  $  $  $  $  $


Outre cette vidéo "esthétique", quelques nouvelles de l'Halema'uma'u :

Selon le rapport de l'HVO (03.10.09 - 19.10 UTC), un phénomène de déflation suit celui d'inflation qui a marqué les 5 jours précédents.
La lueur émise par le lac de lave varie selon les niveaux atteints par celui-ci; à 2h. am , le lac disparait lorsque la lave atteint son niveau le plus bas.
lien vers une video relatant le retrait du lac - site HVO
http://hvo.wr.usgs.gov/kilauea/update/archive/2009/Jun/HMcam_03Oct2009_web.mov
Ces variations de niveau "up and down" correspondent à des variations de niveau du sol, enregistrées par les tiltmètres du Kilauea.
Les flux de SO² restent élevés
: 480 tonnes/jour , mesurés le 02.10, supérieurs au niveau moyen de 140 tonnes/jour en 2003-2007.
Les flots de lave entrent dans la mer à Waikupahana.

Le 04.10: le lac n'est pas réapparu et le niveau de SO² reste à un niveau élevé.

Situation le 05.10 : à 11 h pm, un lac de lave actif (avec mouvements de convection et éclaboussures) est revenu !

 Le 06.10: le lac de lave est recouvert d'un croûte épaisse et son niveau a baissé.




C'était "les tribulations d'un lac de lave" ...
site de l'HVO/USGS : http://hvo.wr.usgs.gov/kilauea/summary/main.html

Lire la suite

Articles récents

Hébergé par Overblog