Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
 The plume and the thermal signature ( red box) of the eruption of the Fernandina on 04.09.2017 - image Terra MODIS / NASA.

The plume and the thermal signature ( red box) of the eruption of the Fernandina on 04.09.2017 - image Terra MODIS / NASA.

The IGEPN gives details of the current eruption at Fernandina.
From 11:25 local time, a change in seismicity occurred, with the appearance of LP earthquakes, associated with fluid movements. At 12:25 local, the appearance of the tremor is associated with the onset of the eruption.

Fernandina - eruption of 04.09.2017 - Average Amplitude of the seismic signal - document IGEPN / Jean Battaglia, Universidad Clermont-Auvergne.

Fernandina - eruption of 04.09.2017 - Average Amplitude of the seismic signal - document IGEPN / Jean Battaglia, Universidad Clermont-Auvergne.

Fernandina - eruption of 04.09.2017 - seismogram of the station FER2, with the chrononogy of the seismic events - evening: IGEPN / Escala temporal in UTC / Fuente Jean Battaglia, Universidad Clermont-Auvergne)

Fernandina - eruption of 04.09.2017 - seismogram of the station FER2, with the chrononogy of the seismic events - evening: IGEPN / Escala temporal in UTC / Fuente Jean Battaglia, Universidad Clermont-Auvergne)

The eruption continued, from direct and satellite observations, until the evening of September 5th. The thermal anomaly, declining, remains high according to the Mirova site.

 Fernandina - 05.09.2017 / 18h40 - 86,000 tons SO2 emitted - Nasa NPP Suomi

Fernandina - 05.09.2017 / 18h40 - 86,000 tons SO2 emitted - Nasa NPP Suomi

The eruption seen from the Endeavor II / National Geographic.

 Fernandina - thermal anomaly on 06.09.2017 / 19.15 - doc. Mirova Modis
 Fernandina - thermal anomaly on 06.09.2017 / 19.15 - doc. Mirova Modis

Fernandina - thermal anomaly on 06.09.2017 / 19.15 - doc. Mirova Modis

According to InSAR data, realized by Yu Zhou, univ. Oxford, and Mike Stock, univ. Cambridge, a deformation of 17 cm was observed between March 2015 and September 2017. In the last two months, inflation reached 5 cm. These deformations would be associated with the entry of new magma under the caldera before the eruption.


Various scenarios are possible: stop the eruption, pause followed by a re-increase of activity, collapse of the caldera associated with an explosive activity, or sliding of the walls of the caldera.


Sources: IGEPN & Mirova.

Fernandina - interferogram Sentinel 1 / Comet / univ. Oxford / Univ.Cambridge - deformation of 17 cm between March 2015 and September 2017 .- doc. via IGEPN

Fernandina - interferogram Sentinel 1 / Comet / univ. Oxford / Univ.Cambridge - deformation of 17 cm between March 2015 and September 2017 .- doc. via IGEPN

Lahars marked the drainage of the Santiaguito and Fuego volcanoes on September 6, 2017, Guatemala being impacted by Atlantic cyclonic activity.
 
Moderate lahars are reported at Fuego, in the Santa Teresa and Rio Mineral barrancas, leading to the Pantaleon River. Removing recent deposits, these hot lahars release steam and carry fine sediments, rocks 2 to 3 m and trunks and branches of trees. This type of lahars cause problems for the routes to Santa Sofia, Morelia and San Pedro Yepocapa.
Other drainages may be the theater of such lahars.

A moderate lahar was observed at the Santiaguito, on the Rio Cabello de Angel, 20 m wide. and 1.30 m. of height, carrying many fine and pasty materials, rocks from 50 cm to 1 m in diameter.
The rains on the upper parts of the volcano suggest the possibility of other lahars on other rios.
 
Sources: Special Bulletin Insivumeh 06.09.2017 / 13h45 & 14h15 local & Conred

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
 Le panache et la signature thermique (en rouge) de l'éruption du Fernandina le 04.09.2017 - image Terra MODIS / NASA.

Le panache et la signature thermique (en rouge) de l'éruption du Fernandina le 04.09.2017 - image Terra MODIS / NASA.

L'IGEPN donne des précisions sur l'éruption en cours au Fernandina.

A partir de 11h25 locale, un changement dans la sismicité s'est produit, avec l'apparition de séismes LP, associés aux mouvements de fluides.A 12h25 locale, l'apparition du trémor est associée au début de l'éruption.

Fernandina - éruption du 04.09.2017 - Amplitude moyenne du signal sismique  - document  IGEPN / Jean Battaglia, Universidad Clermont-Auvergne.

Fernandina - éruption du 04.09.2017 - Amplitude moyenne du signal sismique - document IGEPN / Jean Battaglia, Universidad Clermont-Auvergne.

Fernandina - éruption du 04.09.2017  - sismogramme de la station FER2, avec la chrolonogie des évènements sismiques  - soirce : IGEPN / Escala temporal en UTC / Fuente Jean Battaglia, Universidad Clermont-Auvergne)

Fernandina - éruption du 04.09.2017 - sismogramme de la station FER2, avec la chrolonogie des évènements sismiques - soirce : IGEPN / Escala temporal en UTC / Fuente Jean Battaglia, Universidad Clermont-Auvergne)

L'éruption s'est poursuivie d'après les observations directes et par satellites jusqu'au soir du 5 septembre. L'anomalie thermique, en baisse, demeure élevée selon le site Mirova.

 

 Fernandina - 05.09.2017 / 18h40 - 86,000 tons de SO2 émises - Nasa NPP Suomi

Fernandina - 05.09.2017 / 18h40 - 86,000 tons de SO2 émises - Nasa NPP Suomi

L'éruption vue de l'Endeavour II / National Geographic.

Fernandina - anomalie thermique au 06.09.2017 / 19h15 - doc. Mirova Modis
Fernandina - anomalie thermique au 06.09.2017 / 19h15 - doc. Mirova Modis

Fernandina - anomalie thermique au 06.09.2017 / 19h15 - doc. Mirova Modis

Selon les données InSAR, réalisées par Yu Zhou, univ. Oxford, et Mike Stock, univ. Cambridge, une déformation de 17 cm a été observée entre mars 2015 et sptembre 2017.Au cours des deux derniers mois, l'inflation a atteint 5 cm. Ces déformations serait associée à l'entrée de nouveau magma sous la caldeira avant l'éruption.

Divers scénarii restent possibles : arrêt de l'éruption, pause suivie d'une ré-augmentation d'activité, effondrement de la caldeira associé à une activité explosive , ou glissement des parois de la caldeira.

Sources : IGEPN & Mirova.

Fernandina - interférogramme Sentinel 1 / Comet / univ. Oxford / Univ.Cambridge -  déformation de 17 cm entre mars 2015 et septembre 2017 .- doc. via IGEPN

Fernandina - interférogramme Sentinel 1 / Comet / univ. Oxford / Univ.Cambridge - déformation de 17 cm entre mars 2015 et septembre 2017 .- doc. via IGEPN

Des lahars ont marqué les drainages des volcans Santiaguito et Fuego ce 6 septembre 2017, le Guatémala étant impacté par l'activité cyclonique Atlantique.

 

Des lahars modérés sont signalés au Fuego, dans les barrancas Santa Teresa et Rio Mineral, débouchant sur le rio Pantaleon. Remobilisant les dépôts récents, ces lahars chauds dégagent de la vapeur et charrient des sédiments fins, des rochers de 2 à 3 m et des troncs et branches d'arbres. Ce type de lahars occasionnent des problèmes pour les voies de communication vers Santa Sofia, Morelia et San Pedro Yepocapa.

D'autres drainages risquent d'être le théâtre de tels lahars.

Un lahar modéré a été observé au Santiaguito, sur le rio Cabello de Angel, d'une largeur de 20 m. et 1,30 m. de hauteur, charriant beaucoup de matériaux fins et pâteux, des roches de 50 cm à 1 m de diamètre.

Les pluies sur les parties hautes du volcan suggèrent la possibilité d'autres lahars sur d'autres rios.

 

Sources : Bulletin spécial Insivumeh 06.09.2017 / 13h45 & 14h15 locale & Conred

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Fernandina - 05.09.2017 / 19h50 loc Fernandina - photo Galapagos Naciente / Twitter

Fernandina - 05.09.2017 / 19h50 loc Fernandina - photo Galapagos Naciente / Twitter

On Fernandina / Galapagos, the thermal anomaly remains very high on September 6, with 1,359 MW, but has dropped substantially since the eruption began, when Mirova reported 19,697 MW.
According to the Galapagos National Park Directory, a radial fissure on the southwest side of the volcano would be responsible for at least two main lava flows moving towards the ocean.


Sources: Mirova & Galapagos N.P.

Fernandina - Thermal anomaly remains high - 06.09.2017 / 4h loc. - Doc. Mirova Modis

Fernandina - Thermal anomaly remains high - 06.09.2017 / 4h loc. - Doc. Mirova Modis

Pacaya - photo Conred / 13.08.2017

Pacaya - photo Conred / 13.08.2017

 

Seismogram of the Pacaya - doc. Insivumeh - Special Bulletin of 04.09.2017 / 13h local


 
The activity of the Pacaya, which has been on the rise for a few days, is characterized by seismicity associated with the rise of the magma in the conduits and moderate strombolic explosions, which reach 40 to 80 meters above the Mackeney cone. A degassing column is observed at times, not exceeding 100 meters above the crater.


Source: Insivumeh - Special Bulletin of 04.09.2017 / 13h local.

Cauldron in the Vatnajökull Ice Cap - Screenshot from RÚV.

Cauldron in the Vatnajökull Ice Cap - Screenshot from RÚV.

Large holes, more than 400 meters wide, were formed in the Vatnajökull ice cap near the Bárðabunga area. The picture was taken by Ómar Ragnarsson on the Köldukvíslarjökull, a glacier emissary to the NW of the Vatnajökull.
Three years ago, seismic swarms under the Bárðabunga preceded the eruption at Holuhraun.
According to Magnús Tumi Guðmundsson, geologist, the whole landscape of the Bárðabunga changed after the eruption: an increase in geothermal heat melted the ice over a hundred meters and formed these cauldrons. It is the first time in hundreds of years that the ground can be seen under the glacier, and these formations could announce a possible jökulhlaup (a glacial debacle) following an accumulation of meltwater under the ice cap.


Sources:
- RÚV - Gat í gegnum jökulinn
- Iceland Review - Geothermal heat forms giant holes in glacier.

The fissure eruption in Holuhraun in September 2014 - photo Ragnar Og Ásdís

The fissure eruption in Holuhraun in September 2014 - photo Ragnar Og Ásdís

A beautiful winter photo of the Copahue, seen from Caviahue at the border Chilio-Argentina, this morning September 5.


Source: Valecaviahue / Twitter.

Copahue, seen from Caviahue - photo Valecaviahue / Twitter 05.09.2017 - a click to enlarge

Copahue, seen from Caviahue - photo Valecaviahue / Twitter 05.09.2017 - a click to enlarge

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Fernandina - 05.09.2017 / 19h50 loc Fernandina - photo Galapagos Naciente / Twitter

Fernandina - 05.09.2017 / 19h50 loc Fernandina - photo Galapagos Naciente / Twitter

Sur Fernandina / Galapagos, l'anomalie thermique reste très élevée ce 6 septembre, avec 1.359 MW, mais a substantiellement baissée depuis le début de l'éruption, où Mirova indiquait 19.697 MW.

D'après le Galapagos National Park Directory, une fissure radiale sur le côté sud-ouest du volcan serait à l'origine d'au moins deux coulées de lave principales se déplaçant en direction de l'océan.

Sources : Mirova & Galapagos N.P.

Fernandina - L'anomalie thermique reste élevée - 06.09.2017 / 4h loc. - Doc. Mirova Modis

Fernandina - L'anomalie thermique reste élevée - 06.09.2017 / 4h loc. - Doc. Mirova Modis

 Pacaya - photo Conred / 13.08.2017

Pacaya - photo Conred / 13.08.2017

Sismogramme du Pacaya – doc. Insivumeh – Bulletin spécial du 04.09.2017 / 13h locale

 

L'activité du Pacaya, en hausse depuis quelques jours, est caractérisée par une sismicité associée à l'ascension du magma dans les conduits et des explosions stromboliennes modérées, qui atteignent 40 à 80 mètres au dessus du cône Mackeney. Une colonne de dégazage est observée par moments, ne dépassant pas les 100 mètres au dessus du cratère.

Source : Insivumeh – Bulletin spécial du 04.09.2017 / 13h locale.

Chaudron dans la calotte glaciaire du Vatnajökull - Screenshot from RÚV.

Chaudron dans la calotte glaciaire du Vatnajökull - Screenshot from RÚV.

De larges trous, de plus de 400 mètres de large se sont formés dans la calotte glaciaire du Vatnajökull près de la zone abritant le Bárðabunga. La photo a été prise par Ómar Ragnarsson sur le Köldukvíslarjökull, un glacier émissaire au N.O. du Vatnajökull.

Il y a trois ans, des essaims sismiques sous le Bárðabunga ont précédé l'éruption à Holuhraun.

D'après Magnús Tumi Guðmundsson, géologue, l'ensemble du paysage du Bárðabunga s'est modifié après l'éruption : un accroissement de la chaleur géothermique a fait fondre la glace sur une centaine de mètres d'épaisseur et formé ces chaudrons. C'est la première fois depuis des centaines d'années qu'on peut voir le sol sous le glacier, et ces formations pourraient annoncer un possible jökulhlaup (une débâcle glaciaire) suite à une accumulation des eaux de fonte sous la calotte.

Sources :

RÚV - Gat í gegnum jökulinn  

- Iceland Review - Geothermal heat forms giant holes in glacier.

L'éruption fissurale à Holuhraun en septembre 2014 - photo Ragnar Og Ásdís

L'éruption fissurale à Holuhraun en septembre 2014 - photo Ragnar Og Ásdís

Une belle photo hivernale du Copahue, vu de Caviahue à la frontière Chilio-Argentine, ce 5 septembre au matin.

Source : Valecaviahue / Twitter.

Copahue, vu de Caviahue - photo Valecaviahue / Twitter - un clic pour agrandir

Copahue, vu de Caviahue - photo Valecaviahue / Twitter - un clic pour agrandir

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

After 8 years of superficial calm, the La Cumbre volcano on Fernandina / Galapagos Island began a new eruptive phase on September 4, 2017, around 12:25 (Galapagos time).

Eruptive plume of the Fernandina - 04.09.2017 - photo Parque Nacional Galápagos / IGEPN

Eruptive plume of the Fernandina - 04.09.2017 - photo Parque Nacional Galápagos / IGEPN

The seismic network of the Geophysical Institute in Galapagos began to detect activity in the volcano around 9:55 (Galápagos time).

At 14:28 (Galapagos time), satellite images reported the presence of an eruptive column, original in the volcano, directed westward and northwest at an altitude of about 4000 m above the crater .

Image of the satellite Goes in false colors of the eruption of Fernandina the 04.09.2017 with 14:28 local - image goes.higp.hawaii.edu / IGEPN

Image of the satellite Goes in false colors of the eruption of Fernandina the 04.09.2017 with 14:28 local - image goes.higp.hawaii.edu / IGEPN

Fernandina - extreme thermal anomaly - 04.09.2017 / 19h25 / Mirova MODIS_logVRP

Fernandina - extreme thermal anomaly - 04.09.2017 / 19h25 / Mirova MODIS_logVRP

Eruption of Fernandina - Galapagos

The eruption continued this morning from the images of the satellite Goes.


It should be noted that Fernandina Island has no human colonies that could be affected by an eruption. Depending on the direction of the wind, the eruption column should not affect the populations of Puerto Ayora, Pto. Villamil or Pto. Baquerizo, located to the south and south of the volcano.
 
Sources: IGEPN - Goes - MIROVA

Fernandina - 05.09.2017 / 6h27 - image goes.higp.hawaii.edu

Fernandina - 05.09.2017 / 6h27 - image goes.higp.hawaii.edu

Update : photos of Socrates Tomala / naturalist guide Galapagos Park from Endeavor II / evening and night.

Fernandina / LA Cumbre - 04.09.2017 - Socrates Tomala / guide naturaliste Parc galapagos depuis Endeavour II 

Fernandina / LA Cumbre - 04.09.2017 - Socrates Tomala / guide naturaliste Parc galapagos depuis Endeavour II 

Fernandina / LA Cumbre - 04.09.2017 - Socrates Tomala / guide naturaliste Parc galapagos depuis Endeavour II 

Fernandina / LA Cumbre - 04.09.2017 - Socrates Tomala / guide naturaliste Parc galapagos depuis Endeavour II 

Fernandina / LA Cumbre - 04.09.2017 - Socrates Tomala / guide naturaliste Parc galapagos depuis Endeavour II 

Fernandina / LA Cumbre - 04.09.2017 - Socrates Tomala / guide naturaliste Parc galapagos depuis Endeavour II 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Après 8 ans de calme superficiel, le volcan La Cumbre sur l'île Fernandina / Galapagos a commencé une nouvelle phase éruptive le 4 septembre 2017, vers 12h25 (heure des Galapagos).

Panache éruptif du Fernandina - 04.09.2017 - photo  Parque Nacional Galápagos / IGEPN

Panache éruptif du Fernandina - 04.09.2017 - photo Parque Nacional Galápagos / IGEPN

Le réseau sismique de l'Institut géophysique installé à Galapagos a commencé à détecter une activité dans le volcan vers 9h55 (heure de Galápagos). À 14h28 (heure des Galápagos), des images satellites ont signalé la présence d'une colonne éruptive, originale dans le volcan et dirigée vers l'ouest et le nord-ouest à une altitude d'environ 4 000 m au-dessus du cratère.

Image du satellite Goes en fausses couleurs de l'éruption du Fernandina le 04.09.2017 à 14h28 locale  - image goes.higp.hawaii.edu / IGEPN

Image du satellite Goes en fausses couleurs de l'éruption du Fernandina le 04.09.2017 à 14h28 locale - image goes.higp.hawaii.edu / IGEPN

Fernandina - anomalie thermique extrême - 04.09.2017 / 19h25 /  Mirova MODIS_logVRP

Fernandina - anomalie thermique extrême - 04.09.2017 / 19h25 / Mirova MODIS_logVRP

Eruption du Fernandina - Galapagos

L'éruption se poursuivait ce matin d'après les images du satellite Goes.

Il convient de noter que Fernandina Island n'a pas de colonies humaines qui pourraient être affectées par une éruption. Selon la direction du vent, la colonne d'éruption ne devrait pas affecter les populations de Puerto Ayora, Pto. Villamil ou Pto. Baquerizo, situées au sud et au sud du volcan.

 

Sources : IGEPN – Goes - MIROVA

Fernandina  - 05.09.2017 / 6h27 - image goes.higp.hawaii.edu

Fernandina - 05.09.2017 / 6h27 - image goes.higp.hawaii.edu

Update : photos de Socrates Tomala / guide naturaliste Parc galapagos depuis Endeavour II / en soirée et nuit.

Fernandina / LA Cumbre - 04.09.2017 - Socrates Tomala / guide naturaliste Parc galapagos depuis Endeavour II 

Fernandina / LA Cumbre - 04.09.2017 - Socrates Tomala / guide naturaliste Parc galapagos depuis Endeavour II 

Fernandina / LA Cumbre - 04.09.2017 - Socrates Tomala / guide naturaliste Parc galapagos depuis Endeavour II 

Fernandina / LA Cumbre - 04.09.2017 - Socrates Tomala / guide naturaliste Parc galapagos depuis Endeavour II 

Fernandina / LA Cumbre - 04.09.2017 - Socrates Tomala / guide naturaliste Parc galapagos depuis Endeavour II 

Fernandina / LA Cumbre - 04.09.2017 - Socrates Tomala / guide naturaliste Parc galapagos depuis Endeavour II 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Le maar du Bouchet - photo Delphine roux / license CC

Le maar du Bouchet - photo Delphine roux / license CC

The numerous Maars of Devès are basaltic maars. They are located in the south-east / north-west axis of the volcanic plateau, in two main groups separated in the center by large basalt layers, coming from cones.
These craters of explosions, of consequent diameter, are either occupied by a lake, called "gour", or have evolved towards the more or less marshy stage by filling, called "narse".
These craters, formed by phreatomagmatic explosions, punch out the pre-existing substratum, the fragments of which constitute an important part of the products thrown out of the crater. These projections are stratified, depending on the rhythm of the explosions varying from one hour to half a day, and intersected by phenomena of collapse according to curved fractures which participate in the widening of the crater.

Schematic structure of a maar - Geomorphology review

Schematic structure of a maar - Geomorphology review

Some of the materials are ejected at great heights and drop in a parabolic trajectory; the other part is transported horizontally by basal surges, which generate beads concentric to the crater (antidunes, dissymmetry opposite to that of the wind dunes with a steeper slope on the side of the vent).
The filling of the chimney by rocks resulting from the explosion forms the diatreme, composed of debris from the base and volcanic products.

Geological map of the Velay - large units: plateau of Devès in n ° 5 - after Goër de Herve 1971

Geological map of the Velay - large units: plateau of Devès in n ° 5 - after Goër de Herve 1971

In the southeastern group, Lac du Bouchet is an explosion maar dating back 600,000 years; it measures 800 meters in diameter, for an initial depth of a hundred meters, brought down to 28 meters by sedimentary deposits.

The lake is not fed by any river, but its limpid waters show an incessant renewal. It is an excellent natural laboratory for the study of the recent Quaternary climates, for 120,000 years, and for the refinement of the paleomagnetic scale.
Eruptive debris can be observed in rings around the crater.


The Maar of Costaros, 30 meters deep, with a diameter of 800 meters, has been cut in the basaltic table.

Maar de Costaros - photo Tourism in Ht. Loire

Maar de Costaros - photo Tourism in Ht. Loire

In the commune of Landos-Sauvetat, three maars are present: the maar of Praclaux, or Curve of Praclaux (diameter 600 m and depth 20 m); the narse of Landos (1,000 m in diameter and a depth of 30 m) and the narse of La Sauvetat.


The Narse of La Sauvetat forms a depression of 1,500 meters in diameter and a depth of 80 meters. Containing a lake originally, it evolved into peatland, whose exploitation in the 1970s modified the site. Close to the village, on the edge of the depression, quarries exploit the breaches of explosion and structures typical of the deposits of maars are visible: stratification of deposits, where vitreous basalt (quenching with water) appears, fragments and blocks more or less important, blocks impact patterns, basaltic and granite sands, curved faults due to the sliding of the breccia panels in the crater.
This wetland has been rehabilitated and equipped with observation and discovery elements, including a 500 m loop. with a label Tourism and Handicap, accessible to four disabilities.

Career of Landos-La Sauvetat - Section in the projections - An open quarry in the pyroclastic ring of the maar shows the rhythmic character of the explosions, the typically black color of the deposits, the abundance of material sprayed: vitreous basalt (quenching with water) , fragments and blocks (sometimes enormous) of the base (granitic rocks), basaltic and granitic sands. - photo Geowiki

Career of Landos-La Sauvetat - Section in the projections - An open quarry in the pyroclastic ring of the maar shows the rhythmic character of the explosions, the typically black color of the deposits, the abundance of material sprayed: vitreous basalt (quenching with water) , fragments and blocks (sometimes enormous) of the base (granitic rocks), basaltic and granitic sands. - photo Geowiki

Career of Landos-La Sauvetat - Close-up on the projections. We can observe the fragments and blocks (sometimes enormous) of the base (granitic rocks) mixed with the basaltic and granite sands - photo Geowiki

Career of Landos-La Sauvetat - Close-up on the projections. We can observe the fragments and blocks (sometimes enormous) of the base (granitic rocks) mixed with the basaltic and granite sands - photo Geowiki

In the north-west group, the Maars of the egg, of Beyssac, of Laimagne, of Lespitallet, of Vazeilles, and of Chantuzier are less well documented.
 
Sources:
- Guide to volcanoes in Europe and the Canaries - M.Krafft & F.D.de Larouzière - ed. Delachaux and Niestlé
- BRGM - The volcanoes of the Massif Central - by P. Nehlig & al.
- Massif du Mezenc Gerbier, and surrounding areas - by Alexandre Aubry
- Note on the Landos-La-Sauvetat marshes (Canton of Pradelles, Haute-Loire) - R.Bouzigues, JC.Favrot, L.Argeles

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Le maar du Bouchet - photo Delphine roux / license CC

Le maar du Bouchet - photo Delphine roux / license CC

Les nombreux maars du Devès sont des maars basaltiques. Ils sont situés dans l'axe sud-est / nord-ouest du plateau volcanique, en deux groupes principaux séparés au centre par de grandes nappes de basalte, issus de cônes.

Ces cratères d'explosions, de diamètre conséquent, sont soit occupé par un lac, on parle alors de "gour", soit ont évolué vers le stade plus ou moins marécageux par comblement, appelés "narse".

Ces cratères, formés par des explosions phréatomagmatiques, entaillent à l'emporte-pièce le substratum préexistant, dont les fragments constituent une importante part des produits projetés hors du cratère. Ces projection sont stratifiées, fonction du rythme des explosions variant d'une heure à une demi-journée, et entrecoupées de phénomènes d'effondrements selon des fractures courbes qui participent à l'élargissement du cratère.

Structure schématique d'un maar - revue de Géomorphologie

Structure schématique d'un maar - revue de Géomorphologie

Une partie des matériaux est éjectée à de grandes hauteurs et retombent selon une trajectoire parabolique ; l'autre partie est transportée à l'horizontale par des déferlantes basales (base surges) qui engendrent des bourrelets concentriques au cratère (des antidunes, de dissymétrie inverse à celle des dunes éoliennes avec pente plus forte du côté de l'évent).

Le comblement de la cheminée par des roches issues de l'explosion forme le diatrème, composé de débris du socle et de produits volcaniques.

Carte géologique du Velay - grandes unités : plateau du Devès en n°5 - d'après Goër de Herve 1971

Carte géologique du Velay - grandes unités : plateau du Devès en n°5 - d'après Goër de Herve 1971

Dans le groupe du sud-est , le lac du Bouchet est un maar d'explosion daté de 600.000 ans ; il mesure 800 mètres de diamètre, pour une profondeur initiale d'une centaine de mètres, ramenée à 28 mètres par les dépôts sédimentaires. Le lac n'est alimenté par aucune rivière, mais ses eaux limpides montrent un renouvellement incessant. C'est un excellent laboratoire naturel pour l'étude des climats du Quaternaire récent, depuis 120.000 ans, et pour l'affinage de l'échelle paléomagnétique.

Les débris éruptifs peuvent s'observer en anneaux autour du cratère.

Le Maar de Costaros, profond de 30 mètres, et d'un diamètre de 800 mètres, a été taillé dans la nappe basaltique.

Maar de Costaros  - photo Tourisme en Ht. Loire

Maar de Costaros - photo Tourisme en Ht. Loire

Sur la commune de Landos-Sauvetat, trois maars sont présents : le maar de Praclaux, ou Courbe de Praclaux (diamètre 600 m. et profondeur 20 m) ; le narse de Landos (1.000 m de diamètre et une profondeur de 30 m) et le narse de La Sauvetat.

Le Narse de La Sauvetat forme une dépression de 1.500 mètres de diamètre et une profondeur de 80 mètres. Contenant un lac à l'origine, il a évolué en tourbière, dont l'exploitation dans les années 70 ont modifié le site. Près du village, en bord de la dépression, des carrières exploitent les brèches d'explosion et des structures typiques des dépôts de maars sont visibles : stratification des dépôts, où apparaît du basalte vitreux (trempe avec l'eau) des fragments et blocs plus ou moins importants, des figures d'impacts de blocs, des sables basaltiques et granitiques des failles courbes dues au glissement des panneaux de brèches dans le cratère.

Cette zone humide a été réhabilitée et équipée d'éléments d'observation et de découverte, dont une boucle de 500 m. labélisée Tourisme et Handicap, accessible à quatre déficiences.

Carrière de Landos-La Sauvetat - Coupe dans les projections - Une carrière ouverte dans l'anneau pyroclastique du maar montre le caractère rythmique des explosions, la couleur typiquement noire desdépôts, l'abondance de matérielpulvérisé : basalte vitreux (trempe avec l'eau), fragments et blocs (parfois énormes) du socle (roches granitiques),sables basaltiques et granitiques.  - photo Geowiki

Carrière de Landos-La Sauvetat - Coupe dans les projections - Une carrière ouverte dans l'anneau pyroclastique du maar montre le caractère rythmique des explosions, la couleur typiquement noire desdépôts, l'abondance de matérielpulvérisé : basalte vitreux (trempe avec l'eau), fragments et blocs (parfois énormes) du socle (roches granitiques),sables basaltiques et granitiques. - photo Geowiki

Carrière de Landos-La Sauvetat  - Gros plan des projections. On observe bien les fragments et blocs (parfois énormes) du socle (roches granitiques) mélangés aux sables basaltiques et granitiques - photo Geowiki

Carrière de Landos-La Sauvetat - Gros plan des projections. On observe bien les fragments et blocs (parfois énormes) du socle (roches granitiques) mélangés aux sables basaltiques et granitiques - photo Geowiki

Dans le groupe du nord-ouest, figurent les maars de l'Oeuf, de Beyssac, de Laimagne, de Lespitallet, de Vazeilles, et de Chantuzier, moins documentés.

 

Sources :

Guide des volcans d'Europe et des Canaries - M.Krafft & F.D.de Larouzière - éd. Delachaux et Niestlé

- BRGM - Les volcans du Massif Central - par P. Nehlig & al.

- Massif du Mezenc Gerbier, et régions environnantes - par Alexandre Aubry

- Note sur les marais de Landos-La-Sauvetat (Canton de Pradelles, Haute-Loire) - R.Bouzigues, JC.Favrot, L.Argeles

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Arlempdes (pronounced Arlandes), commune of the Haute-Loire, in the Auvergne region / France, is known mainly for its eponymous castle seated on a volcanic dyke ... its village is classified among the prettiest villages of France, cashed at the bottom of the valley of the Loire, about thirty kilometers from its sources, under the Mount Gerbier de Jonc.
The landscape is dominated by basaltic flows, sometimes ornamented with organs, which earned its name: in Celtic, the region is called "valley of the scree", presumably in reference to these collapsed volcanic organs, and fractured in hundreds of pieces.

Arlempdes - prismed formations - click on the picture to enlarge it - picture © Michel Lecouteur / 2017

Arlempdes - prismed formations - click on the picture to enlarge it - picture © Michel Lecouteur / 2017

 Arlempdes - on the left, overlooking the basaltic wall, the ruins of the castle; on the right, the chapel of Saint-Jacques, in red tuff - photo © Michel Lecouteur / 2017

Arlempdes - on the left, overlooking the basaltic wall, the ruins of the castle; on the right, the chapel of Saint-Jacques, in red tuff - photo © Michel Lecouteur / 2017

Dyke-producing volcanism should be related to that of the Puy basin and to the basaltic volcanoes of Devès, which affected the area between the Loire and the Allier, from the upper Pliocene (around 3 Ma) to the beginning of the Middle Pleistocene , 6 Ma).

Age in Ma of the main volcanic complexes of the French Massif Central - Modified after Maury and Varet, 1980

Age in Ma of the main volcanic complexes of the French Massif Central - Modified after Maury and Varet, 1980

Plio-quaternary evolution of the Puy basin - the location of Arlempdes: red star. - according to A. de Goër

Plio-quaternary evolution of the Puy basin - the location of Arlempdes: red star. - according to A. de Goër

Cross section of the Devès - sketch in "The volcanism in Auvergne" - Ed Chamina

Cross section of the Devès - sketch in "The volcanism in Auvergne" - Ed Chamina

The basaltic plateau of Devès covers 600 square kilometers. Volcanism is basically fissural and strombolian, with more than 230 slag cones, or remains of former eruptive mouths called "guards" in the region, and 58 maars, craters of phreatomagmatic explosions. The slag cones are formed of olivine basalt and ankaramite with numerous spinel lherzolite nodules, torn from the upper mantle, 40-50 kilometers deep.
The northeastern margin of this plateau covers the sedimentary filling of the Puy-en-Velay graben; filling which consists of two very different sequences: a lower sequence, sandstone then marno-limestone, paleogene and a higher sequence, fluvio-lacustre, villafranchienne. The latter recorded the beginning of the basaltic eruptions of Devès.
The spreading of the castings forming the plateau hides the structuring of the substrate; nevertheless, the alignments formed by the slag cones, the orientations of the dykes (N140 to N160) and the evidences of eruptive cracks, show the synchronous distension and fracturing of volcanism. The numerous geochronological datations on the whole plateau show statistically two net eruptive paroxysms at 1 and 2 Ma; the duration of the eruptive events in this set does not exceed 3 Ma.
(Volcanoes of the Massif Central, Pierre NEHLIG et al., August 2003)

Arlempdes - the castle - photos © Michel Lecouteur / 2017
Arlempdes - the castle - photos © Michel Lecouteur / 2017

Arlempdes - the castle - photos © Michel Lecouteur / 2017

The site dominates a loop of the Loire and serves as a "lock" between several valleys. This is what has earned it its choice, since antiquity, as a military and religious site.
The Romans set up a camp on a nearby hill in the time of the Gaulish War, in the 1st century BC : le Camp d'Antoune, partially bordered by basaltic cliffs.
In the Middle Ages, the Arlempdes dyke is inhabited. The chapel of Saint-Jacques, built in red tuff, dates from the 12th century, but was built on an older building. The castle is built from the 13th to the 16th century, with many modifications, adapting to the morphology of the dyke; its ramparts are naturally extended by the volcanic rock, and its ascent is almost impossible.
Until the 16th century, it was possessed by various local lords, including the family of Monlaur, powerful in the south of Auvergne. He passed through marriage to Diane de Poitiers, who had the seigniorial dwelling built. The fortress then served as a garrison for the royal troops, under the direction of local lords, among whom are found in the 18th century the family Goÿs de Mézeyrac.

Arlempdes - Wall made up of pieces of prismatic basaltic columns - photo © Michel Lecouteur / 2017

Arlempdes - Wall made up of pieces of prismatic basaltic columns - photo © Michel Lecouteur / 2017

Lost its strategic interest, it is abandoned, falls into ruins and serves as a career to the locals.
In 1963, an association, gathering descendants of Goÿs de Mézeyrac and enthusiasts, redeemed the ruin and began to restore it.
 


Sources:
- Thanks to Michel Lecouteur for sharing his recent photos.
- The Plio-Quaternary evolution of the Puy basin (Massif Central, France) morphosedimentary rhythms and volcanism - by E. Defive, A. Gauthier and JF. Pastre.
- Guide to volcanoes in Europe and the Canaries - M.Krafft & F.D.de Larouzière - ed. Delachaux and Niestlé
- BRGM - The volcanoes of the Massif Central - by P. Nehlig & al.
- Massif du Mezenc Gerbier, and surrounding areas - by Alexandre Aubry

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Arlempdes (prononcez Arlandes),commune de la Haute-Loire, dans la région auvergnate, est connue surtout pour son château éponyme assis sur un dyke volcanique … son bourg est classé parmi les plus jolis villages de France, encaissé au fond de la vallée de la Loire, à une trentaine de kilomètres de ses sources, sous le Mont Gerbier de Jonc.

Le paysage est dominé par des coulées basaltiques, parfois agrémentées d’orgues, qui lui ont valu son nom: en Celte, la région s’appelle "la vallée des éboulis", vraisemblablement en référence à ces orgues volcaniques effondrées, et fracturées en centaines de morceaux.

Arlempdes - formations prismées - un clic sur la photo pour l'agrandir  - photo ©  Michel Lecouteur / 2017

Arlempdes - formations prismées - un clic sur la photo pour l'agrandir - photo © Michel Lecouteur / 2017

Arlempdes - à gauche, surmontant la paroi basaltique, les ruines du château; à droite, la chapelle Saint-Jacques, en tuff rouge  - photo ©  Michel Lecouteur / 2017

Arlempdes - à gauche, surmontant la paroi basaltique, les ruines du château; à droite, la chapelle Saint-Jacques, en tuff rouge - photo © Michel Lecouteur / 2017

Le volcanisme producteur de dykes serait à rattacher à celui du bassin du Puy et au volcanisme basaltique du Devès, qui a affecté la zone entre La Loire et l'Allier, du Pliocène supérieur (vers 3 Ma) au début du Pléistocène moyen (vers 0,6 Ma).

Age en Ma des principaux ensembles volcaniques du Massif central Français - Modifié d’après Maury et Varet, 1980

Age en Ma des principaux ensembles volcaniques du Massif central Français - Modifié d’après Maury et Varet, 1980

Evolution Plio-quaternaire du bassin du Puy - la localisation d'Arlempdes : étoile rouge. - d'après A. de Goër

Evolution Plio-quaternaire du bassin du Puy - la localisation d'Arlempdes : étoile rouge. - d'après A. de Goër

Coupe du Devès - croquis in " Le volcanisme en Auvergne" -  Ed Chamina

Coupe du Devès - croquis in " Le volcanisme en Auvergne" - Ed Chamina

Le plateau basaltique du Devès, couvre 600 kilomètres carrés Le volcanisme y est fondamentalement de type fissural et strombolien, on a pu y dénombrer plus de 230 cônes de scories, ou reste d'anciennes bouches éruptives appelées "gardes" dans la région, et de 58 maars, des cratères d'explosions phréatomagmatiques. Les cônes de scories sont formés de basalte à olivine et d'ankaramite avec de nombreux nodules de lherzolites à spinelle, arrachés au manteau supérieur, à 40-50 kilomètres de profondeur.

La marge nord-est de ce plateau couvre le comblement sédimentaire du graben du Puy-en-Velay; comblement qui est composé de deux séquences bien différentes : une séquence inférieure, gréseuse puis marno-calcaire, paléogène et une séquence supérieure, fluvio-lacustre, villafranchienne. Cette dernière a enregistré le début des éruptions basaltiques du Devès.

L’étalement des coulées formant le plateau masque la structuration du substratum; néanmoins, les alignements constitués par les cônes de scories, les orientations des dykes (N140 à N160) et les évidences de fissures éruptives, témoignent de la distension et de la fracturation synchrones du volcanisme. Les nombreuses datations géochronologiques sur l'ensemble du plateau montrent statistiquement deux paroxysmes éruptifs nets à 1 et 2 Ma; la durée des évènements éruptifs dans cet ensemble ne dépasse pas 3 Ma.

(Les volcans du Massif Central, Pierre NEHLIG et al., août 2003)

Arlempdes - le château - photos ©  Michel Lecouteur / 2017
Arlempdes - le château - photos ©  Michel Lecouteur / 2017

Arlempdes - le château - photos © Michel Lecouteur / 2017

Le site domine une boucle de la Loire et sert de "verrou" entre plusieurs vallées. C’est ce qui lui a valu d’être choisi, depuis l’antiquité, comme site militaire et religieux.

Les Romains installèrent un camp sur une colline avoisinante au temps de la Guerre des Gaules, au 1° siècle avant JC : le camp d’Antoune, partiellement bordé de falaises basaltiques.

Au haut Moyen-âge, le dyke d’Arlempdes est habité. La chapelle Saint-Jacques, construite en tuff rouge, date dans sa configuration actuelle du 12° siècle, mais a été construite sur un édifice plus ancien. Le château est construit du 13° au 16° siècle, avec de nombreux remaniements, en s’adaptant à la morphologie du dyke; ses remparts sont naturellement prolongés par la roche volcanique, et son ascension est quasi impossible.

Jusqu’au 16° siècle, il sera possédé par divers seigneurs locaux, dont la famille de Monlaur, puissante dans le sud de l’Auvergne. Il passera,par le biais de mariage à Diane de Poitiers, qui fit construire le logis seigneurial. La forteresse servit ensuite de garnison aux troupes royales, sous la direction de seigneurs locaux, parmi lesquels on trouve au 18° siècle, la famille de Goÿs de Mézeyrac.

Arlempdes - Mur constitués de morceaux de colonnes basaltiques prismées - photo ©  Michel Lecouteur / 2017

Arlempdes - Mur constitués de morceaux de colonnes basaltiques prismées - photo © Michel Lecouteur / 2017

Perdant son intérêt stratégique, il est abandonné, tombe en ruines et sert de carrière aux habitants du coin.

En 1963, une association, regroupant des descendants de Goÿs de Mézeyrac et des passionnés, rachète la ruine et entreprend de la restaurer.

 

Sources :

- Merci à Michel Lecouteur pour le partage de ses récentes photos.

- L'évolution Plio-Quaternaire du bassin du Puy (Massif Central, France) rythmes morphosédimentaires et volcanisme -  par E. Defive, A. Gauthier et JF. Pastre.

- Guide des volcans d'Europe et des Canaries - M.Krafft & F.D.de Larouzière - éd. Delachaux et Niestlé

- BRGM - Les volcans du Massif Central - par P. Nehlig & al.

- Massif du Mezenc Gerbier, et régions environnantes - par Alexandre Aubry

Lire la suite

Articles récents

Hébergé par Overblog