Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques
White terraces - photo C. Spencer, 1880.

White terraces - photo C. Spencer, 1880.

Avant l’éruption du Tarawera :

Le centre volcanique Okataina, à dominance rhyolitique, est entouré d’ignimbrites extensives et de couches de matériaux pyroclastiques produits au cours de multiples éruptions formatrices de caldeira. De nombreux dômes de laves et cratères forment une ligne nord-est / sud-ouest appartenant aux complexes volcaniques Haroharo et Tarawera.

La caldeira Haroharo, de 16 km sur 26, s’est progressivement formée entre il y a 300.000 ans et 50.000 ans. Les dômes de lave occupent une partie de cette caldeira.

Le complexe Tarawera, au sud du centre Okataina, est constitué de 11 dômes de lave rhyolitique et des coulées associées. Leur datation s’échelonne entre il y a 15.000 et 800 ans.

Le Centre volcanique Okataina et la fissure éruptive du Tarawera 1886 - un clic pour agrandir - doc. http://users.skynet.be/etna/NZ/Tarawera.htmLe Centre volcanique Okataina et la fissure éruptive du Tarawera 1886 - un clic pour agrandir - doc. http://users.skynet.be/etna/NZ/Tarawera.htm
Le Centre volcanique Okataina et la fissure éruptive du Tarawera 1886 - un clic pour agrandir - doc. http://users.skynet.be/etna/NZ/Tarawera.htm

Le Centre volcanique Okataina et la fissure éruptive du Tarawera 1886 - un clic pour agrandir - doc. http://users.skynet.be/etna/NZ/Tarawera.htm

White terraces ... avant leur destruction - photo NZ holiday homes

White terraces ... avant leur destruction - photo NZ holiday homes

L’éruption du Tarawera en 1886 :

Depuis l’an 1310, époque à laquelle s’est produite l’éruption Kaharoa de VEI 5, le Mont Tarawera était " calme " …

Le 1° juin 1886, les eaux du lac Rotomahana sont troublées d’étranges vagues. Le prêtre Maori local a interprété le phénomène comme l’apparition d’un esprit -canoë représentant le présage d’un futur horrible évènement … interprétation légendaire véhiculée par les touristes de l’époque.

A 0h30 le 10 juin, les habitants locaux sont réveillés par de violents tremblements marquant le début de l’éruption. La phase initiale  est de type phréatomagmatique, résultante de la montée d’un magma basaltique – et différent du magma rhyolitique d’autres éruptions – et de sa rencontre avec les eaux souterraines à une profondeur de 300 mètres sous la surface. A 1h30, le flanc du dôme Wahanga explose, ouvrant une fissure. L’ouverture par étapes et l’élargissement de la fissure éruptive résultent en une série de 13 cratères au travers du complexe de dômes Tarawera.

L'éruption du Tarawera du 10 juin 1886 - doc.Waimangu.co.nz

L'éruption du Tarawera du 10 juin 1886 - doc.Waimangu.co.nz

La phase principale plinienne génère une colonne éruptive d’environ 30 kilomètres de haut, d’après l’analyse des dépôts, et pourrait avoir cessé au bout de quatre heures. Une étude des dépôts proches de la fissure corrobore les témoignages faisant état de de plusieurs colonnes éruptives plus petites alimentant la colonne plinienne principale. On pense aujourd’hui  que les évents de 4 cratères , situés dans une zone comprise entre le cône de tuff Ruawahia et la portion sud-ouest du dôme Tarawera, ont contribué à l’établissement de la colonne plinienne. Au cours de cette phase plinienne, des évents plus faibles situés dans la section nord-est de la fissure ont eu une activité  strombolienne.

A la fin de la phase plinienne, une brève phase phréatomagmatique  a pris place, peut-être à la suite d’un nouvel effondrement du sommet de la colonne magmatique dans les eaux souterraines.

Cette éruption, qualifiée par le GVP de VEI 5, a ouvert un rift de 17 km de long à travers le sommet de la montagne, au travers du lac Rotomahana et jusque dans la vallée de Waimangu. Un mélange de vapeur et de roche finement fragmentée, connue sous le nom de " Boue de Roromahana ", formé par les éruptions phréatiques / phréatomagmatiques massives , s’est propagé comme un base surge sur 4 à 6 km, causant destruction et morts. Bien que certains décès soient causés directement par ce surge, la plupart fut attribué à l’effondrement des toits sous l’accumulation de cendres humides. Des villages furent détruits et à la place du site des Pink & White terraces, un cratère profond de plus de 100 mètres s’est ouvert.

Des éruptions de vapeur continuèrent durant plusieurs mois dans ce cratère, mais en quinze années, un nouveau lac Rotomahana s’est formé, plus grand que le précédent. La chaîne de cratères dans la zone de Waimangu est devenu le siège de nouvelles structures géothermales, et de la source chaude la plus importante de Nouvelle-Zélande, Frying Pan lake.

La fissure éruptive du Tarawera - photo C.Lindberg

La fissure éruptive du Tarawera - photo C.Lindberg

Le Mont Tarawera - photo Gerald Viabloga

Le Mont Tarawera - photo Gerald Viabloga

Waimangu - fumerolles actives dans la zone géothermale - photo Antony Van Eeten

Waimangu - fumerolles actives dans la zone géothermale - photo Antony Van Eeten

Sources :

- GNS - Okataina Volcanic Centre/ Mt Tarawera Volcano

- Te Ara – Historic volcanic activity – Tarawera

- Global Volcanism Program – Okataina

http://volcano.si.edu/volcano.cfm?vn=241050

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
 Turrialba - 05/02/2016 - photo Cpt L.Calvachi / Ovsicori

Turrialba - 05/02/2016 - photo Cpt L.Calvachi / Ovsicori

In Turrialba, eruptive activity continues with an average of three episodes per hour.

The eruption of May 4, at 4:04 p.m., generated an increased tremor, lasting an hour later. Meanwhile, three other eruptions were recorded, respectively at 16.35, 4:59 p.m. and 4:51 p.m.. The winds on the summit trained ashes eastward and southward, affecting monitoring instruments, seismometers and webcams.
Degassing continued meanwhile.

Sources: RSN & Ovsicori / Costa Rica

 

Turrialba 05.04.2016 / 7:43 - degassing - photo Ovsicori

Turrialba 05.04.2016 / 7:43 - degassing - photo Ovsicori

In Villarica / Chile, fumerolienne activity increased this May 4 . SERNAGEOMIN signals no change in the volcano alert levels.
 

Villarica - strong fumaroles on 05/04/2016 - photo Araucanía Al DÍA

Villarica - strong fumaroles on 05/04/2016 - photo Araucanía Al DÍA

In the South Sandwich Islands, Landsat 8 reveals on 24.04 and 01.05.2016 an eruptive plume at Mount Sourabaya, a cone in Bristol island. The eruption would be of Strombolian type.

The last eruption took place in Bristol Island in January 1956 on the west side.

Sources:
- Landsat 8 & Mirova
- wulkanyswiata.blogspot

- volcanoplanet. blog
- Global Volcanism Program - Bristol island
 

  Bristol island - thermal anomaly - Doc. Mirova Modis 05/05/2016

Bristol island - thermal anomaly - Doc. Mirova Modis 05/05/2016

Bristol island - the Sourabaya cone - tectonic south of Ushuaia - island map - a click to enlarge Bristol island - the Sourabaya cone - tectonic south of Ushuaia - island map - a click to enlarge
Bristol island - the Sourabaya cone - tectonic south of Ushuaia - island map - a click to enlarge

Bristol island - the Sourabaya cone - tectonic south of Ushuaia - island map - a click to enlarge

In Hawaii, thermal images show over the last 24 hours , a glow in the crater of Pu'u O'o and at the skylights of the lava tube located on its NE flank.

A small lava flow is indicated by the Observatory on 4 May starting at 3:15. The tiltmeters recorded an inflation followed by a sudden deflation, after the start of the lava flow. Seismicity remains low at Pu'u O'o.

Source: HVO

Pu'u O'o - Thermal webcam of 05/05/2016 / 8:44 loc. - Doc HVO

Pu'u O'o - Thermal webcam of 05/05/2016 / 8:44 loc. - Doc HVO

Activity of Sinabung / Sumatra in images ...  equal to itself!
 

Sinabung - 04.05.2016 / 4:48 p.m. - photo Firdaus Surbakti / Beidar Sinabung

Sinabung - 04.05.2016 / 4:48 p.m. - photo Firdaus Surbakti / Beidar Sinabung

 Sinabung - 04.05.2016 / 8:53 p.m. - photo Firdaus Surbakti / Beidar Sinabung

Sinabung - 04.05.2016 / 8:53 p.m. - photo Firdaus Surbakti / Beidar Sinabung

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Turrialba - 02.05.2016 - photo Cpt L.Calvachi / Ovsicori

Turrialba - 02.05.2016 - photo Cpt L.Calvachi / Ovsicori

Au Turrialba, l’activité éruptive se maintient avec une moyenne de trois épisodes par heure. L’éruption du 4 mai, à 16h04, a généré une augmentation du trémor, persistant une heure plus tard. Entretemps, trois autres éruptions étaient enregistrées, respectivement à 16h35, 16h51 et 16h59. Les vents soufflant sur le sommet ont entraînés les cendres vers l’est et le sud, touchant les instruments de surveillance, sismomètres et webcams.

Le dégazage s'est poursuivi entretemps.

Sources : RSN & Ovsicori / Costa Rica

Turrialba 04.05.2016 / 7h43 - dégazage - photo Ovsicori

Turrialba 04.05.2016 / 7h43 - dégazage - photo Ovsicori

Au Villarica / Chili, l’activité fumerolienne a augmenté ce 4 mai. Le Sernageomin ne signale pas de changement des niveaux d’alerte du volcan.

Villarica - fortes fumerolles le 04.05.2016  -  photo Araucanía Al DÍA

Villarica - fortes fumerolles le 04.05.2016 - photo Araucanía Al DÍA

Dans les îles Sandwich du sud, des images Landsat 8 des 24.04 et 01.05.2016 révèle un panache éruptif au Mont Sourabaya , un cône de l’île Bristol. L’éruption serait de type strombolien.

La dernière éruption a eu lieu à l’île Bristol en janvier 1956 sur le versant ouest.

Sources :

- Landsat 8 & Mirova

- wulkanyswiata.blogspot

- Global Volcanism Program – Bristol island

Bristol island - anomalie thermique - doc. Mirova Modis 05.05.2016

Bristol island - anomalie thermique - doc. Mirova Modis 05.05.2016

Bristol island - le cône Sourabaya - tectonique au sud d'Ushuaïa - carte de l'île - un clic pour agrandir Bristol island - le cône Sourabaya - tectonique au sud d'Ushuaïa - carte de l'île - un clic pour agrandir
Bristol island - le cône Sourabaya - tectonique au sud d'Ushuaïa - carte de l'île - un clic pour agrandir

Bristol island - le cône Sourabaya - tectonique au sud d'Ushuaïa - carte de l'île - un clic pour agrandir

A Hawaii, les images thermiques montrent au cours des derni ères 24 heures, une incandescence dans le cratère du Pu’u O’o et au niveau des skylights du tunnel de lave situés sur son flanc NE.

Une petite coulée est signalée par l’observatoire ce 4 mai démarrant à 3h15. Le tiltmètres a enregistré une inflation suivie d’une brusque déflation, après le début de la coulée de lave. La sismicité demeure basse au Pu’u O’o.

Source : HVO

Pu'u O'o - webcam thermique du 05.05.2016 / 8h44 loc. - doc HVO

Pu'u O'o - webcam thermique du 05.05.2016 / 8h44 loc. - doc HVO

L’activité en images au Sinabung  … égale à elle-même !

Sinabung - 04.05.2016 / 16h48  - photo Firdaus Surbakti / Beidar Sinabung

Sinabung - 04.05.2016 / 16h48 - photo Firdaus Surbakti / Beidar Sinabung

Sinabung - 04.05.2016 / 20h53  - photo Firdaus Surbakti / Beidar Sinabung

Sinabung - 04.05.2016 / 20h53 - photo Firdaus Surbakti / Beidar Sinabung

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

The sinter terraces along Lake Rotomahana near Rotorua in New Zealand, were considered as the eighth wonder of the world and visited by many tourists in the 1880s, at a time when travel was still a still unattainable myth for most of people.

We have little visual evidence of the Pink and White Terraces, known in Maori Otukapuarangi (
fountain of the clouded sky) and Te Tarata (the tattooed rock) ... separate by 800 meters, they were formed by two large geysers there are thousands of years, in a group of forty geysers along the Lake Rotomahana. They suddenly disappeared in June 1886, when Mount Tarawera erupted.
 

Charles Blomfield - 1897 - Rotomahana - White terraces - doc. nz museums

Charles Blomfield - 1897 - Rotomahana - White terraces - doc. nz museums

The paintings of Charles Blomfield (5 January 1848-15 March 1926), an English emigrated to New Zealand, and a few photo remain the only evidence of such splendor.

The white terraces descend over 40 meters to the lake ... facing north, the light gives them a white appearance. The pink terraces are about two-thirds of the way to the lake, facing southeast. The sun reaches less, which left them with a pink appearance, similar to that of the rainbow trout.

 

Charles Blomfield - 1890 - Pink Terraces of Otukapuarangi - doc. nz museums

Charles Blomfield - 1890 - Pink Terraces of Otukapuarangi - doc. nz museums

Charles Blomfield - Pink Terraces - doc. Pin It

Charles Blomfield - Pink Terraces - doc. Pin It

Blomfield has traveled much in New Zealand, with friends or alone, camping in the bush, carrying his painting and camping equipment. In December 1875, he reached the Lake Rotomahana and managed to paint some paintings without getting caught by the Maori, reluctant to find strangers on the roads leading to terraces. He returned a few years later, and pays a lump sum for him to stay as long as he wants. He painted for six weeks many aspects of the various terraces.

When in 1886 Mount Tarawera explodes, the villages of Te Ariki, Moura, and Te Wairoa are destroyed and the terraces are swallowed. (Details on this eruption tomorrow ) In their place, a deep crater redraw the contours of Lake Rotomahana.

When he learns the eruption, Blomfield has a broken heart and decided to return there to see the destruction of the terraces ... but realizing the value taken by the paintings of the site, he refused to sell them, and produces many copies for the sale. The original price would then tripled.

In 2011, part of the White Terraces is discovered by a team of scientists at 60 meters deep ... discovery challenged by many.
But this is another story !

Sources:
- International Business time - Archaeology mystery: Did the pink and white terraces of Lake Rotomahana really disappear?
- MNN - New Zealand's '8th Wonder of the World' rediscovered

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

Les terrasses de "sinter" en bordure du lac Rotomahana, près de Rotorua en Nouvelle-Zélande, furent considérées comme la huitième merveille du monde, et visitées par de nombreux touristes dans les années 1880, à une période où cette destination restait un mythe encore inaccessible pour beaucoup.

Nous avons peu de témoignages visuels des Pink and White Terraces, appelées en maori  Otukapuarangi (Fontaine du ciel nuageux) et Te Tarata (la roche tatouée) … séparée de 800 mètres, elles furent formées par deux grands geysers il y a des milliers d’années, appartenant à un groupe d’une quarantaine de geysers bordant le lac Rotomahana. Elles disparurent subitement en juin 1886 lorsque le Mont Tarawera entra en éruption.

Blomfield Charles - 1897 - Rotomahana - White terraces - doc. Nz museums

Blomfield Charles - 1897 - Rotomahana - White terraces - doc. Nz museums

Les peintures de Charles Blomfield (5 January 1848–15 March 1926), un anglais émigré en Nouvelle-Zélande, et quelques photographies, restent les seuls témoignages de ces splendeurs. Les terrasses blanches descendent sur 40 mètres vers le lac … faisant face au nord, la lumière leur donne une apparence blanche. Les terrasses roses se trouvent à peu près aux deux-tiers de la route menant au lac, et font face au sud-est. Le soleil les atteint moins, ce qui leur a laissé un aspect rosé, proche de celui de la truite arc-en-ciel.

Blomfield Charles - 1890 - Pink Terraces of Otukapuarangi, - doc. Nz museums

Blomfield Charles - 1890 - Pink Terraces of Otukapuarangi, - doc. Nz museums

Blomfield Charles - Pink Terraces - doc. Pin It

Blomfield Charles - Pink Terraces - doc. Pin It

Blomfield a voyagé beaucoup en Nouvelle-Zélande, accompagné d’amis ou seul, campant dans la brousse, transportant son matériel de peinture et de camping. En décembre 1875, il atteint le lac Rotomahana et réussit à peindre quelques toiles sans se faire attraper par les maoris, peu enclins à trouver des étrangers sur les chemins menant aux terrasses. Il y revient quelques années plus tard, et paye une somme forfaitaire lui permettant de rester aussi longtemps qu’il le désire. Il a peint durant six semaines de nombreux aspects des différentes terrasses.

Lorsqu’en 1886, le Mont Tarawera explose, les villages de Te Ariki, Moura, et Te Wairoa sont détruits et les terrasses sont englouties. (demain les détails sur cette éruption) A leur place, un profond cratère redessine les contours du lac Rotomahana.

Lorsqu’il apprend l’éruption, Blomfield a le cœur brisé et décide de retourner sur place pour visualiser la destruction des terrasses …mais réalisant la valeur prise par ses peintures du site, il refuse de les vendre, et réalise beaucoup de copies destinées à la vente. Le prix des originaux auraient alors triplé.

En 2011, une partie des White Terraces est découverte par un team de scientifiques à 60 mètres de profondeur … découverte contestée par beaucoup.

Mais ceci est une autre histoire !

 

Sources :

- International Business time  - Archaeology mystery: Did the pink and white terraces of Lake Rotomahana really disappear?

- MNN - New Zealand's '8th Wonder of the World' rediscovered

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Santiaguito - 05/02/2016 - photo David Pinto / Stereo100Noticias

Santiaguito - 05/02/2016 - photo David Pinto / Stereo100Noticias

Santiaguito continues its activity in Guatemala, with two loud explosions in 24 hours, accompanied by pyroclastic flows from the edge of Caliente crater to the gullies to the east and west,  and a plume rising to 4,500 meters asl before moving west and southwest 40 km.

Sources: INSIVUMEH and Conred

In Costa Rica, Turrialba experienced this May 2, 2016, between 4:40 and 7:10, seven explosions ... before the summit was covered with clouds.

These explosions are qualified small, there were accompanied by moderate ash plumes rising from 500 to 1,000 meters above the crater. The ashes were scattered on the southwest sector.

Turrialba - 02.05.2016 / 6:29 - photo Jeannette Solano.via Ovsicori

Turrialba - 02.05.2016 / 6:29 - photo Jeannette Solano.via Ovsicori

Turrialba - 02.05.2016 / 7h - photo Ovsicori

Turrialba - 02.05.2016 / 7h - photo Ovsicori

 Turrialba 02.05.2016 / 11:15 - photo E.Hernadez from the viewpoint of the volcano / via Ovsicori

Turrialba 02.05.2016 / 11:15 - photo E.Hernadez from the viewpoint of the volcano / via Ovsicori

Note that Ovsicori reported a moderate phreatic explosion on May 1 at 14h37 at Rincon de la Vieja. The seismic signal associated with the explosion was recorded during 11 minutes

Sources: Ovsicori and RSN

In Sinabung, activity continues again and again, only documented but no news of the observatory.

 

Sinabung - 02.05.2016 / 8:12 and 8:15 loc - Photos Endrolewa
Sinabung - 02.05.2016 / 8:12 and 8:15 loc - Photos Endrolewa

Sinabung - 02.05.2016 / 8:12 and 8:15 loc - Photos Endrolewa

Sinabung - 05/02/2016 - eruption seen by schoolchildren from the other side - photo Endrolewa.

Sinabung - 05/02/2016 - eruption seen by schoolchildren from the other side - photo Endrolewa.

A video of the activity of Sakurajima April 30, 2016

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Santiaguito - 02.05.2016 - photo David Pinto / Stereo100Noticias

Santiaguito - 02.05.2016 - photo David Pinto / Stereo100Noticias

Le Santiaguito poursuit son activité, avec deux fortes explosions en 24 heures, accompagnées de coulées pyroclastiques depuis le bord du cratère Caliente vers les ravines est et ouest. Et d’un panache montant à 4.500 mètres asl avant de se déplacer vers l’ouest et le sud-ouest sur 40 km.

Sources : Insivumeh et Conred

Au Costa Rica, le Turrialba a connu ce 2 mai 2016, entre 04h40 et 7h10, sept explosions … avant que le sommet ne soit couvert de nuages. Ces explosions qualifiées de petites se sont accompagnées de panaches de cendres modérés montant entre 500 et 1.000 mètres au-dessus du cratère. Les cendres se sont dispersées sur un secteur sud-ouest.

Turrialba - 02.05.2016 / 6h29  - photo Jeannette Solano.via Ovsicori

Turrialba - 02.05.2016 / 6h29 - photo Jeannette Solano.via Ovsicori

Turrialba - 02.05.2016 / 6h59 - photo Ovsicori

Turrialba - 02.05.2016 / 6h59 - photo Ovsicori

Turrialba 02.05.2016 / 11h15 - photo E.Hernadez depuis le mirador du volcan / via Ovsicori

Turrialba 02.05.2016 / 11h15 - photo E.Hernadez depuis le mirador du volcan / via Ovsicori

A noter que l’Ovsicori signale une explosion phréatique modérée le 1 mai vers 14h37 au Rincon de la Vieja. Le signal sismique associé à l’explosion fut enregistré durant 11 minutes

Sources : Ovsicori et RSN

Au Sinabung, l’activité se poursuit encore et encore, uniquement documentée mais sans nouvelles de l’observatoire.

Sinabung - 02.05.2016 / 8h12 et 8h15 loc - photos Endrolewa
Sinabung - 02.05.2016 / 8h12 et 8h15 loc - photos Endrolewa

Sinabung - 02.05.2016 / 8h12 et 8h15 loc - photos Endrolewa

Sinabung - 02.05.2016 - l'éruption vue par des écoliers de l'autre versant - photo Endrolewa.

Sinabung - 02.05.2016 - l'éruption vue par des écoliers de l'autre versant - photo Endrolewa.

Une vidéo de l’activité du Sakurajima le 30 avril 2016

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #actu

The underwater volcanoes of the arc of the Mariana ... a natural laboratory for the study of ocean acidification and its impacts on species and ecosystems.

The underwater volcanoes produce places characterized by a chronically low pH, due to large amounts of magmatic gases released, including carbon dioxide and sulfur dioxyde.

 Location of the island of Maug in Northern Mariana volcanic arc.

Location of the island of Maug in Northern Mariana volcanic arc.

In the Northern Mariana arc, the island of Maug is a great research site.
Three small emerged islands are surrounding a large submerged caldera, with an average depth of 200 meters, capping a submarine volcano whose central lava dome rises to twenty meters below the surface.

The inner walls of the caldera exposed lava flows and pyroclastic deposits intersected by radial dikes.
Vents release CO2 directly into a shallow coral reef ecosystem.

 

Caldera Maug island - bathymetry conducted by NOAA

Caldera Maug island - bathymetry conducted by NOAA

Maug island - bathymetry of NOAA.

Maug island - bathymetry of NOAA.

The results of an expedition in May 2014, in collaboration between NOAA and the CRED / Coral Reef Ecosystem Division, show that the pH created around the vents has an impact on health and the distribution of coral species, which grow only very little on the central dome, where the vents are located.
 

Maug island - vent releasing bubbles of carbon dioxide - Doc. NOAA Ocean acidification

Maug island - vent releasing bubbles of carbon dioxide - Doc. NOAA Ocean acidification

Maug island - gas sampling in the caldera - NOAA expedition 2014

Maug island - gas sampling in the caldera - NOAA expedition 2014

Maug island - coral cover, peripheral distribution and absence in the caldera - a click to enlarge - Doc. NOAA Pacific Islands Fisheries Science Center Blog http://www.pifsc.noaa.gov/Maug island - coral cover, peripheral distribution and absence in the caldera - a click to enlarge - Doc. NOAA Pacific Islands Fisheries Science Center Blog http://www.pifsc.noaa.gov/

Maug island - coral cover, peripheral distribution and absence in the caldera - a click to enlarge - Doc. NOAA Pacific Islands Fisheries Science Center Blog http://www.pifsc.noaa.gov/

Another natural laboratory is located in the seamount Eifuku Northwest, where there is liquid carbon dioxide vents, because of the pressure exerted at a depth of 1,600 meters.

It is the only submarine volcano located on a volcanic arc where this phenomenon is known, Its production is also the highest of the underwater hydrothermal sites in the world.

Champagne vent field on the seamount Eifuku NW emits carbon dioxide liquid droplets in a geothermal vent area of a  ​​"white smoking" - Image courtesy of Submarine Ring of Fire 2014 - Ironman, NOAA / PMEL, NSF.

Champagne vent field on the seamount Eifuku NW emits carbon dioxide liquid droplets in a geothermal vent area of a ​​"white smoking" - Image courtesy of Submarine Ring of Fire 2014 - Ironman, NOAA / PMEL, NSF.

It houses a carpet of microorganisms and a high biomass of chemosynthetic molds ... only the shell of these molds is two times thinner than those of conspecifics localized elsewhere. She is so thin that it is translucent when backlit ; more ... when a mold of Eifuku dies, its shell dissolves so quickly that she left before the body of the mold is eaten by scavengers or rots.
 

Drops of liquid carbon dioxide out of adjacent fractures in white smoking chimneys on the Champagne field  / Eifuku seamount - Image courtesy of the NOAA Vents Program

Drops of liquid carbon dioxide out of adjacent fractures in white smoking chimneys on the Champagne field / Eifuku seamount - Image courtesy of the NOAA Vents Program

Sources :

- NOAA – Ocean acidification - link

- NOAA Ocean Explorer – NW Eifuku - link

- Seamount of the Mariana arc – NOAA Ocean Explorer - link

- Global Volcanism Program - Maug islands - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Les volcans sous-marins de l’arc des Mariannes … un laboratoire naturel pour l’étude de l’acidification des océans et de son impact sur les espèces et les écosystèmes.

Les volcans sous-marins produisent des endroits caractérisés par un pH chroniquement bas, dus aux grandes quantités de gaz magmatiques relâchés, dont les dioxydes de carbone et de soufre.

Localisation de l'île de Maug dans le nord de l'arc volcanique des Mariannes.

Localisation de l'île de Maug dans le nord de l'arc volcanique des Mariannes.

Dans le nord de l’arc des Mariannes, l’île de Maug est un excellent site de recherche.

Trois petites îles émergées entourant une grande caldeira immergée, d’une profondeur moyenne de 200 mètres, coiffant un volcan sous-marin dont le dôme de lave central culmine à une vingtaine de mètres seulement sous la surface. Les parois internes de la caldeira exposent des coulées de lave et des dépôts pyroclastiques recoupés de dykes radiaux.

Des évents relâchent du CO2 directement dans un écosystème de récif corallien peu profond.

Caldeira de Maug island - bathymétrie réalisée par le NOAA

Caldeira de Maug island - bathymétrie réalisée par le NOAA

Maug island - bathymétrie du NOAA.

Maug island - bathymétrie du NOAA.

Les résultats d’une expédition en mai 2014, en collaboration entre le NOAA et le CRED / Coral Reef Ecosystem Division montrent  que le pH créé autour des évents a un impact sur la santé et la distribution des espèces de coraux, qui ne se développent  que très peu sur le dôme central, où des évents sont situés.

Maug island - évent relâchant des bulles de dioxyde de carbone - doc. NOAA Ocean acidification

Maug island - évent relâchant des bulles de dioxyde de carbone - doc. NOAA Ocean acidification

Maug island - échantillonnage des gaz dans la caldeira - NOAA expé 2014

Maug island - échantillonnage des gaz dans la caldeira - NOAA expé 2014

Maug island - couverture coralienne, distribution périphérique et absence dans la caldeira - un clic pour agrandir - doc. NOAA Pacific Islands Fisheries Science Center Blog http://www.pifsc.noaa.gov/Maug island - couverture coralienne, distribution périphérique et absence dans la caldeira - un clic pour agrandir - doc. NOAA Pacific Islands Fisheries Science Center Blog http://www.pifsc.noaa.gov/

Maug island - couverture coralienne, distribution périphérique et absence dans la caldeira - un clic pour agrandir - doc. NOAA Pacific Islands Fisheries Science Center Blog http://www.pifsc.noaa.gov/

Un autre laboratoire naturel est situé au seamount Eifuku Nord-ouest, où l’on trouve des évents de dioxyde de carbone liquide, à cause de la pression exercée à une profondeur de 1.600 mètres.

C’est le seul volcan sous-marin situé sur un arc volcanique où ce phénomène est connu, Sa production est aussi la plus élevée des sites hydrothermaux sous-marins au monde.

Le champ d’évents Champagne sur le seamount Eifuku NW émet des gouttelettes de dioxyde de carbone liquide dans une zone d’évents géothermaux de " fumeurs blancs " -  Image courtesy of Submarine Ring of Fire 2014 - Ironman, NOAA/PMEL, NSF.

Le champ d’évents Champagne sur le seamount Eifuku NW émet des gouttelettes de dioxyde de carbone liquide dans une zone d’évents géothermaux de " fumeurs blancs " - Image courtesy of Submarine Ring of Fire 2014 - Ironman, NOAA/PMEL, NSF.

Il abrite des tapis de microorganismes  et une importante biomasse de moules chimiosynthétiques … seulement la coquille de ces moules est deux fois moins épaisse que celles des individus de même espèce localisées ailleurs. Elle est si mince qu’elle est translucide en cas d’éclairage arrière ; de plus quand une moule meurt à Eifuku, sa coquille se dissout si rapidement qu’elle est partie avant que le corps de la moule soit mangée par un charognard ou ne pourrisse.

Des gouttes de dioxyde de carbone liquide sortent de fractures adjacentes à des cheminées de fumeurs blancs sur le Champagne vent field / Eifuku seamount -  Image courtesy of the NOAA Vents Program

Des gouttes de dioxyde de carbone liquide sortent de fractures adjacentes à des cheminées de fumeurs blancs sur le Champagne vent field / Eifuku seamount - Image courtesy of the NOAA Vents Program

Sources :

- NOAA – Ocean acidification - link

- NOAA Ocean Explorer – NW Eifuku - link

- Seamount of the Mariana arc – NOAA Ocean Explorer - link

- Global Volcanism Program - Maug islands - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

After an increase in tremor on the morning of April 28, the Turrialba issued a plume of gas, vapor and aerosols.

Seismicity remained at a high level, mainly characterized by the tremor, associated with the movement of internal fluids all the day of April 29.

 Turrialba - gas and steam plume 28.04.2016 / 8:45 - webcam OVSICORI

Turrialba - gas and steam plume 28.04.2016 / 8:45 - webcam OVSICORI

 Turrialba - seismicity 28/04/2016 - Doc. Ovsicori

Turrialba - seismicity 28/04/2016 - Doc. Ovsicori

During the morning of 30 April, (report 30.04 / 5:10 / RSN) ash emanated from one of the active crater emission points. The ashes are scattered to the Central Valley

At 8h, the ash outlet is maintained, continuously and passively. At this time, the RSN recognizes 5 h. of emanation of ash, and the first drop is  report on Santa Cruz. Two points of emission are distinguished, one emitting ash, the other gases and water vapor. The amount of emitted ash fell around 11:15 am, but the tremor maintaining .

Around 4:50 p.m., we see only a light ash outlet and the RSN reports a decrease in tremor

 

Turrialba - 60 hours of seismic monitoring, including 12 hours of tremor - Doc. Ovsicori

Turrialba - 60 hours of seismic monitoring, including 12 hours of tremor - Doc. Ovsicori

Turrialba - emissions 30.04.2016 / 5:03 - RSN webcam

Turrialba - emissions 30.04.2016 / 5:03 - RSN webcam

Turrialba - emissions 30.04.2016 / 5:35 - RSN webcam

Turrialba - emissions 30.04.2016 / 5:35 - RSN webcam

Turrialba - emissions 30.04.2016 / 7:52 - RSN webcam

Turrialba - emissions 30.04.2016 / 7:52 - RSN webcam

Turrialba - emissions 30.04.2016 / 4:37 pm - RSN webcam

Turrialba - emissions 30.04.2016 / 4:37 pm - RSN webcam

Sources :

- Rapports du Red Sismologica Nacional / RSN / Dr. Maurice M.Mora

- Rapports de l’Ovsicori

Lire la suite

Articles récents

Hébergé par Overblog