Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Dossiers

 

SiberianTraps08LARGE.jpg

Les trapps Sibériens du plateau de Putorana - doc. NHK Japan / Andy Saunders, Dépt. Geology Univ.Leicester UK.

 

La découverte des trapps sibériens est liée au développement des gisements de minerais de Noril ; les gisements de la région furent probablement exploités par les anciennes tribus, puis aux 16 et 17 ) siècles. La première étude systématique commença en 1919 et les dépôts de Noril découvert en 1926. La production de nickel y débuta en 1942, celle de cuivre en 1949.

 

Norilsk---Jesse-Allen-Nasa-EO.jpg

Image satellite en fausses couleurs : sols dénudés ou installations en rose et pourpre - zones de forêts boréales en vert - La rivière Norilskaya coupe la photo entre deux zones lacustres.

Jesse Allen, NASA Earth Observatory, using data obtained from the University of Maryland’s Global Land Cover Facility.

 

Les études géochimiques des trapps sibériens se sont focalisées sur d’épaisses séquences de laves et d’intrusions du district de Noril, où  des forages et affleurements étaient disponibles.

La plus grande superficie d’affleurements de roches volcaniques – laves basaltiques et tufs – fut retrouvée sur le craton Sibérien et la péninsule de Taimyr. Des vastes intrusions basaltiques sont aussi présentes à l’ouest de la plate-forme (bassin) sibérienne : dans la cuvette Yenesi-Khatanga et sous la mer de Kara.

 

The-Siberian-Traps-and-the-End-Permian-mass-3.jpgLocalisation des trapps et tufs Sibériens en vert - des intrusions basaltiques en rouge

La LIP'S sibérienne est cernée de .... - le craton Sibérien est délimité par .-.-.-

Doc. Dépt. Géologie de l'Univ. de Leicester / Andy Saunders.


 Au niveau du craton, l’éruption des basaltes s’est faite sur les sédiments datant du Paléozoïque, ou ont fait intrusion dans ceux-ci.  Dans le bassin ouest-sibérien, les basaltes surmontent le soubassement datant du Paléozoïque ou du Protérozoïque.

 

SiberianTraps13Large.jpgDes énormes strates de basalte superposées composent les trapps Sibériens - photo NHK Japan / Andy Saunders Univ. Leicester UK.


De grands volumes de lave basaltique ont recouvert une vaste partie de la Sibérie primitive dans la formation de ces trapps. Aujourd'hui, l'aire recouverte représente environ 2.000.000 km², soit une surface équivalente à celle de l'Europe occidentale, et on estime la surface recouverte à l'origine à 7.000.000 km². Le volume initial de lave est estimé entre 1.000.000 km³ et 4.000.000 km³.

L'aire couverte est contenue 50°et 75° de latitude nord et entre 60° et 120° de longitude est.

 

Extent_of_Siberian_traps_german.png                 Extension des trapps Sibériens - doc. Jo.Weber - Sibirien_topo2.png

 

Siberian trapp - Biot                                  Extension des trapps Sibériens - photo Biot

 

The-Siberian-Traps-and-the-End-Permian-mass-7.jpgSituation des trapps Sibérien à la fin du Permien -

 

La datation des basaltes affleurements et des intrusions du bassin ouest Sibérien, associés au volcanisme des trapps Sibérien, par la méthode Ar40/Ar39, indique une fourchette entre 248 et 250 Ma.

Par contre, des forages réalisés au sud de Chelyabinsk montre que la région située au sud-ouest de l'Oural et plus jeune de 7 Ma ... ce qui laisse supposer que le volcanisme a connu deux périodes en Sibérie.


Les trapps sibérien sont-ils liés à un panache mantellique ?

Nous savons que :

- 1. les volumes, émis ou en intrusion, furent énormes et ont requis une formidable source énergétique.

– 2. il est peu vraisemblable que les basaltes soient issus de fusion sous le craton sibérien, simplement trop épais pour permettre une fusion substantielle, qui si elle s’opérait, aurait une géochimie correspondante à une fusion sous très haute pression.

– 3. il n’y a pas d’évidence pour un soulèvement enregistré dans les roches sédimentaires de Noril et le craton adjacent. Ce serait plutôt un effondrement lithosphérique  qui aurait déclenché la formation des trapps.

La composition des basaltes de Noril, Putorana et l’ouest du bassin sibérien  correspond à une remontée du mélange fondu en profondeur.

 

EDGE.jpgDelamin.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Les premiers basaltes émis ont une composition semblable à ceux d’Hawaii. La séquence principale plus volumineuse inclue une fusion à faible profondeur et/ou extensive, en rapport avec l’extension crustale au niveau du bassin ouest sibérien. L’ascension rapide et la décompression du panache mantellique ont été aidé par une délamination de la lithosphère (Elkins-Tanton 2005).

 

La mise en place des trapps Sibériens serait une des causes de l'extinction massive du Permien, marquée par la disparition de 95% des espèces marines et 70% des espèces vivant sur les continents.

Il existe plusieurs mécanismes proposés pour expliquer l'extinction. Dans l'hypothèse de pics multiples, le plus haut serait dû à une évolution graduelle de l'environnement alors que le second serait dû à un événement catastrophique.

Les évolutions graduelles seraient des changements progressifs du niveau de la mer, l'anoxie, l'accroissement de l'aridité et une modification de la circulation des eaux dans les océans due à un changement climatique.

L'événement catastrophique pourrait être un ou plusieurs impacts de météorites, l'augmentation du volcanisme , ou la soudaine libération d'hydrates de méthane à partir des océans ou du pergélisol avec, comme conséquence, une baisse importante de la teneur en oxygène.

En janvier 2011, des géologues de l'Université de Calgary publient un article dans la revue Nature appuyant l'hypothèse du volcanisme sibérien.

 

Sources :

- The Siberian Traps - by Andy Saunders & Marc Reichow

- Le volcanisme de l'archipel de la Nouvelle Sibérie et ses implications concernat l'histoire tectonique de l'arctique - par Gilles Banzt - CNRS-Inist

- L'extinction du Permien, une énigme résolue ? - astronomie-astronautique.com - lien

- Regional uplift associeted with continental large igneous provinces: the role of the mantle plume and the lithosphere - by A.Saunders & others - lien 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Dossiers

Périodiquement durant l'histoire de la Terre, de vastes volumes de laves basaltiques se sont répandus sur les continents ou épanchés au fond des bassins océaniques.

 

LIpsMapRevised-June2006                 Position des LIP's Continentales et océaniques - date de leurs formations.


Les exemples célèbres des "Grandes Provinces Ignées" ou  "LIP's" (Larges Igneous Provinces), mises en place lors de ces gigantesques épisodes volcaniques, sont  

1. sur terre :

- les grands empilements continentaux de laves basaltiques (trapps) du Deccan en Inde,

- les empilements de Karoo en Afrique du sud,

- le plateau basaltique de Columbia river en Amérique du Nord

- les trapps de Sibérie en Russie

- les trapps d’Ethiopie

- le CAMP : la Province magmatique centre Atlantique.


2. et les plateaux océaniques d'Ontong Java, Kerguelen et des Caraïbes.

 

BryanFig1 550

Certains LIP’s sont encore intact, comme les trapps du Deccan, d’autres ont été démembré par les mouvements des plaques tectoniques, e.a. le CAMP dont on retrouve des parts au Brésil, ou en Afrique (Maroc).

 

Maroc - CAMP - Marzoli wiki

Coupe dans des coulées basaltiques témoins du CAMP en Afrique - moyen Atlas au Maroc - photo Marzoli.

 

Le CAMP consiste en vastes épanchements basaltiques produit durant le rifting et la dislocation de la Pangée durant le Mésozoïque ; la dislocation primordiale eut lieu au début du Jurassique  avec une série de dykes, sills et coulées basaltiques sur une vaste superficie actuellement située sous le centre de l’océan nord Atlantique.

 

CAMP.jpg

Par contraste avec la tectonique des plaques qui opère de façon continue et à l'échelle globale, la formation des Grandes Provinces Ignées est épisodique et localisées dans des régions particulières. Elles sont une manifestation d'un processus dynamique superposée au cycle de formation et destruction de la croûte océanique, et représentent un autre mode de fonctionnement du système convectif de la Terre, peut-être alternatif.

Les études géochronologiques ont démontré que les provinces concernées par l’inondation basaltique se sont formées en un temps assez court, de l’ordre d’un million d’années. Le ratio de production de telles quantités de magma au cours d’un intervalle de temps réduit implique un mécanisme autre que celui de rifting passif. D’autres modèles impliquent un panache mantellique apportant des matériaux en fusion depuis la frontière entre le cœur et le manteau, ou un reflux du manteau supérieur dans des zones où l’épaisseur de la plaque varie fortement.

Ni la phase d’activité initiale qui a produit les LIP’s (la tête du panache – plume head) , ni l’activité volcanique subséquente qui a produit des chaînes d’îles et les dorsales dans les bassins océaniques (la queue du panache – plume tail) ne peuvent être mis en ralation avec le cycle standard de « formation-action-destruction » décrit par la théorie de la tectonique des plaques.

 

Durant les périodes régies par le modèle de Wilson ( cycle des roches base sur la tectonique des plaques) , le concept tectonique avec ouverture et fermeture des océans, et convection mantellique avec des manteaux supérieur et inférieur séparés prévaut. Les panaches sont issus de façon prédominante de la base du manteau supérieur et la croissance des continenets est dominée par l’accrétion.

 

696px-Rockcycle2.jpg                 Cycle des roches - Légende ds. le sens inverse des aiguilles : 1 = magma; 2 = solidification/cristallisation; 3 = roches magmatiques et volcaniques; 4 = érosion; 5 = sédimentation; 6 = roches sédimentaires; 7 = subsidence et métamorphisme; 8 = roches métamorphiques; 9 = fusion. - Doc. Wondloper / ZeWrestler.

 

J.Tuzo Wilson développa sa théorie , appelée cycle de Wilson, durant les années 1950-1960

 

lipfig2.gif                      after Stein et Hoffman / Mantle plume and episodal crustal grouwth.

 

Par contre durant les périodes régies par le modèle MOMO

(Mantle overturn – major orogeny ; renversement du manteau et mécanisme de construction des montagnes - *), des accumulations de matériaux « froids » descendent depuis la zone des 660 km. en direction du manteau inférieur, tandis que des panaches multiples montent depuis la frontière cœur/manteau pour former les grandes provinces ignées à la surface, créant ainsi un retournement/boulversement majeur.

 

 

Biot681PhotoA.jpg

Comparaison entre les datations des extinctions de masse et les différentes LIP's. - Doc. White & Saunders 2005.

 

Bien que non explosifs, les gaz et la poussière libérés par une telle éruption ont eu un impact climatique équivalent aux éruptions de niveau 8  - éruption qualifiant les « supervolcans ». Ces inondations basaltiques, significativement assez importantes pour former ces vastes provinces ignées, ont été soupçonnées d'être la ou du moins une des causes des extinctions de masse du passé, dont les extinctions ultra-massives (extinction du Permien - 250 Ma) qui ont tué la majorité des espèces vivantes de l'époque ainsi que la plus connue bien que plus petite, extinction du Crétacé, qui a vu disparaître la plupart des dinosaures.

 

On ne peut s’imaginer la magnitude de tels évènements : le plateau Java Ontong dans le Pacifique ouest, est constitué de plus de 50 millions de kilomètres cubes de produits volcaniques et roches plutoniques, qui forment un plateau d’une épaisseur de 30 km. sur une surface équivalente à celle du tiers de l’australie. En comparaison, l’éruption du Laki en Islande a produit des flots de basalte représentant seulement 1% du volume de celui d’une province ignée typique… avec comme corrélatif la mort de 75% du cheptel et 25% de la population islandaise, sans compter l’influence sur le climat et la population de toute l’Europe occidentale.

 

World_geologic_provinces.jpg

Place des grandes provinces ignées  parmi les provinces géologiques du monde - doc. USGS.


  Shield
  Platform
  Orogen
  Basin
  Extended crust
Oceanic crust:
  0–20 Ma
  20–65 Ma
  >65 Ma

 

Dans les jours suivants, examens des différentes grandes provinces ignées.

 

(*) Orogeny – orogenèse = termes venant du grec oros – montagne et genesis- création, origine., qualifiant le mécanisme par lequel se sont construits les montagnes sur les continents.

 

Sources :

- Large igneous provinces -  by Millard F. Coffin, Institute for Geophysics. The University of Texas at Austin, 4412 Spicewood Springs Rd., Austin, Texas.

- Que sont les grandes provinces ignées ? - CNRS / INSU

- A plate tectonic rock cycle - Fichter, Lynn S. 1996

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 
Guatemala - Santa Maria :

Le 11 février à 13h15 locale, une phase d'effondrement a généré une coulée pyroclastique longue de 1.000 mètres et un panache co-ignimbritique montant à 600 mètres. (versant sud-ouest du Caliente)

Ce comportement du volcan entre, d'après l'Insivumeh, dans une phase d'activité éruptive cyclique depuis le 9 février : des phases d'une douzaine d'heures, marquées par des effondrements de petites dimensions alternent avec d'autres marquées par des effondrements plus importants mais moins nombreux.

Il n'est pas exclus que des effondrements et des coulées pyroclatiques plus importantes puissent se produire.

Source : Insivumeh rapport spécial 11.02.2011.

 

Santa-Maria---12.2007---4---T.Boeckel.jpgEruption du Santa Maria en décembre 2007  - avec l'aimable autorisation de Thorsten Boeckel

De bonnes photos du volcan sur A.L.P.E. - le site de Martin Rietze

 

Java - Bromo :

Le PVMBG rappelle que le statut du volcan Bromo, situé dans la caldeira du Tengger, est maintenu au niveau 3.

De fréquentes éruptions sont accompagnées de temps en temps d'un panache de cendres, dont certains montent à 800 m. de hauteur. Des bombes volcaniques ont été propulsées à 1.400 mètres du cratère. Il y a un risque de lahars en cas de fortes pluies.

De belles photos de Christophe Archambault - AFP peuvent être vues sur le site du "World Press photo contest".

Sources : Indahnesia. com - Worls Press.

 

Bromo-24.12.2010-C.Archambaud-AFP.jpg                                  Bromo - photo C.Archambault / AFP 24.12.2010

 

Japon - Shinmoe-dake / Kirishima :

Nouvelle éruption du Shinmoe-dake, le 11 février, à 11h36 locale ... c'est la 10° éruption depuis fin janvier, survenant ici après une interruption de sept jours.

Un panache est monté à plus de 2.500 mètres, accompagnant la chute de nombreuses bombes.

Source : Mainichi Daily News 12.02.2011

 

 

 

belle explosion à 2 min. 26

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques


Un puissant séisme de magnitude 6,8 sur l'échelle de Richter, à une profondeur de 28 km., a secoué le Chili vendredi 11.02, à 20h05 UTC, sans faire ni blessés, ni dégâts d'après les dernières nouvelles. Ce séisme suivi de plusieurs fortes répliques (voir carte) a provoqué la panique parmi la population de Concepcion et Maule, déjà touché par le tremblement de terre de 2010.

La région fut le théatre de destructions estimées à 30.000 millions de dollars il y a un an.

 

Chili-11.02.11-seisme-6-8.gif

         Legend with age and magnitude scale

 

Magnitude 6.8
Date-Time
Location 36.479°S, 73.000°W
Depth 28 km (17.4 miles) set by location program
Region OFFSHORE BIO-BIO, CHILE
Distances 45 km (30 miles) N of Concepcion, Bio-Bio, Chile
80 km (50 miles) SW of Cauquenes, Maule, Chile
85 km (55 miles) WNW of Chillan, Bio-Bio, Chile
395 km (245 miles) SSW of SANTIAGO, Region Metropolitana, Chile
Location Uncertainty horizontal +/- 15 km (9.3 miles); depth fixed by location program
Parameters NST=312, Nph=312, Dmin=518.7 km, Rmss=1.48 sec, Gp= 50°,
M-type="moment" magnitude from initial P wave (tsuboi method) (Mi/Mwp), Version=8
Source
  • USGS NEIC (WDCS-D)

 

Source : USGS Earthquake Hazards Program

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

Soleil-en-stereo---06.02.jpg

             Credit: NASA/Goddard Space Flight Center/Scientific Visualization Studio

 

Une première image de notre soleil sur 360° nous est fournie par la Nasa et le programme STP - Solar Terrestrial Probes - : la troisième mission de ce programme, lancée en 2006, s'appelle STEREO, pour Solar TErrestrial RElations Observatory.

Les satellites Stereo atteignirent leur orbite solaire au début 2007, et depuis ont été progressivement séparés.


391876main_Filament_both_ed.jpg

Photos prises le 26 septembre 2009 par les satellites jumeaux Stereo, alors éloignés de 120° .

Doc. Nasa Stereo.

 

Le 6 février 2011, les deux satellites Stereo-A et Stereo-B (appellé aussi "behind" et "ahead") se trouvaient positionné à 180° l'un de l'autre, permettant l'observation simultanée des deux hémisphères du soleil. Ils nous fourniront des images du globe entier durant les 8 ans à venir.

 

515170main_STEREOab-sun-orig_full.jpg

Une vue d'artiste des satellites Stereo A & B entourant le soleil pour étudier ses émissions.

 Credit: NASA

 

C'est aussi la confirmation d'une activité solaire "globale", suspectée depuis longtemps : les éruptions solaires affectent bien les deux hémisphères et les éjections de masse peuvent être étudiées entièrement.

nswp image1STEREO est un ajout important à la flotte existante de satellites météorologiques de détection, pouvant fournir des alertes plus précises concernant l'heure d'arrivée des éjections solaires dirigées vers la terre. Celles-ci sont susceptibles de perturber les satellites et les réseaux électriques et de communications.


Les observations depuis les satellites Stereo et SDO permettront à la NASA et au NOAA, travaillant en partenariat, de modéliser la trajectoire des tempêtes solaires et de prévoir avec un délai de 96 heures les perturbations magnétiques. 

 

Soleil-en-3D---Stereo---174607main_Image1.jpg 

Image reconstituée en 3D , utilisant diverses images prises en longueurs d'onde différentes par les satellites STEREO - Doc. Nasa.


 

Ndlr : Vous serez peut-être surpris de voir ce sujet abordé dans un "blog volcanique", mais notre vie sur la terre est conditionnée par celle de notre étoile depuis des milliards d'années... et risque d'être fortement influencée par celle-ci dans les années proches.

 

Sources :

- Nasa Stereo - l'étude du soleil en 3D

- Nasa little SDO sur Facebook : http://www.facebook.com/NASA.Little.SDO

 


Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

ethiopie-2007-394-copie.jpg

           Dallol - sculptures minérales et lacs de saumure chaude - © Bernard Duyck

 

Sur le site de Dallol, les dépôts de carnallite (*) ont intéressé diverses compagnies minières, depuis le début du 20° siècle, comme source de potasse utilisée comme fertilisant.

Dès les années 1900, la CMC italienne – Compagnia Mineraria Coloniale – s’est installée à Dallol, et plus particulièrement sur la montagne de Dallol, à toutes fins d’y éviter les inondations annuelles du site. Le transport de la potasse vers la côte s’est effectué dans un premier temps par les caravanes de dromadaires ; puis, à partir de 1917-18, c’est un chemin de fer type Deceanville (à faible écartement) qui a pris le relais en direction du port Erythréen de Mersa Fatma.

  ethiopie JM total 1092 copie-copie-1

         Traces d'une firme italienne (19..) sur une cuve rouillée à Dallol  - © Bernard Duyck


La mine ne fut plus opérationnelle à partir de 1929 suite à des tensions entre l’Ethiopie et l’Italie d’une part , et d’autre part d’une plus grande disponibilité des minerais en provenance des USA, de l’URSS et d’Allemagne. La mine fut totalement abandonnée en 1939, avant d’être sabotée par les troupes italiennes avant l’arrivée des Britanniques en 1941.

 

 

ethiopie-JM-total-1097-copie.jpg

Les maisons en briques de sel s'effondrent, délitées par les conditions régnant en hiver ...

j'ai bien essayé de limiter les dégâts lors de mon passage en 2007, mais en vain ! - © Bernard Duyck / J.M.Mestdagh

ethiopie 2007 488 copie

Mes connaissance limitées en mécanique n'ont pas été non plus d'un grand secours ... elles auront toujours fait rire notre guide ! - © Bernard Duyck / J.M.Mestdagh

 

ethiopie-2007-494-copie.jpg

             Dallol - Vestiges abandonnés en 1960 - © Bernard Duyck


Après la seconde guerre mondiale, la concession fut acquise , en 1949, par Dallol potash, magnesium ans sulphur mines, Ethiopian company ltd.

Une nouvelle compagnie Dallol co. Of Asmara y fut active entre 1951 et 1953.

Dès 1954, la compagnie américaine US Ralph M.Parsons s’y est intéressé : 300 puits de forage furent creusés pour déterminer la localisation des lits de potasse. Le dépôt de sylvite Muesley, situé à 5 km. à l’ouest de Dallol, fut estimé à plus de 80 millions de tonnes.

En 1997, Norsk Hydro A/S acquit les droits, mais l’exploitation ne fut pas possible suite à la guerre entre l’ethiopie et l’Erythrée, entre 1997 et 2000 ; la convention fut révoquée.

En décembre 2007, la compagnie indienne Sainik Coal Mining Pvt Ltd. signa un accord d’exploitation avec le ministère Ethiopien des mines et de l’énergie.Le projet d’une route reliant Dallol à Afdera, puis à Djibouti, fut conçu, suite aux conflits larvés avec l’Erythrée.

Depuis 2011, quatre compagnies sont actives sur l’aire de Dallol : Parsons, BHP Billiton, Sainik et la canadien Allana.


La concession d’Allana Potash inc. couvre 150 km² et est estimée en milliards de tonnes de Sylvinite (sylvite et halite) et Kainitite ( kainite, halite et un peu de sylvite) - (*) La société construit un camp de base près du village d’Hamedela (Ahmed Ela).

 

Dallol-Allana-pot.10.2010.jpg Les installations d'Allana, en octobre 2010, entourées de digues anti-inondations - doc. Allana

 

Analyst11.jpgFini les maisons en briques de sel, l'infrastructure nord-américaine utilise des véhicules modernes et des modules avec l'air conditionné - photos Allana.

Camp2.jpg

 

En espérant que ces exploitations ne troublent pas trop, ni le site, ni ses habitants proches, je me fait plus de soucis suite à la construction d'une route vers Afdera qui mettra Dallol "en communication directe et périannuelle" avec Addis Abeba ... ce qui ne manquera pas d'aboutir à un surpaturage de cette zone magique et à la destruction de ces merveilleuses évaporites.


ethiopie-scanner-BD-063-copie.jpg Dentelle minérale ultra-fragile ! ... dépôts fumerolliens, le moindre contact les détruit. - © Bernard Duyck 

 

A moins que le volcan n'en décide autrement, en phagocytant ou en pulvérisant le tout !

 

ethiopie-2007-492-copie.jpg                 Une jeep phagocytée par les sécrétions du volcan - © Bernard Duyck 

 

(*)  - Minéraux et leur composition chimique :

 

Mineral class

Mineral name

Chemical Composition

Chlorides

Halite

Sylvite

Carnallite

Langbeinite

Polyhalite

Kainite

NaCl

KCl

KMgCl3 * 6H2O

K2Mg2(SO4)3

K2CA2Mg(SO4)6 * H2O

KMg(SO4)Cl * 3H2O

Sulfates

Anhydrate

Gypsum

Kieserite

CaSO4

CaSO4 * 2H2O

MgSO4 * H2O

 

Carbonates

Dolomite

Calcite

Magnesite

CaMg(CO3)2

CaCO3

MgCO3

 

 

geology2 Allana

                Coupe géologique du sous-sol de Dallol avec la zone exploitable - doc .Allena.

 

Sources :

- Dallol, l'album 2007

- Allana Potash inc. - the Ethiopian project - 30.01.2011

- Carnallite - mindat.org - lien

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

A consulter : "Science Friday" , l'excellent blog de Kayla Iacovino, étudiante en volcanologie et pétrologie à l'Université de Cambridge et travaillant couramment sur l'Erebus.

 

Les gaz volcaniques chauds exhalés par le volcan ne concernent pas seulement le lac de lave, mais en s'infiltrant au travers fractures et fissures entourant le sommet, ils ont créé un système formé de grottes et de tours de glace.

 

SciFriBadge60.pngDeux photos pour se mettre en appétit ... le reste sur "Science Friday" !


 

Erebus-cave.jpg        Abstract Ice: Volcanic glass and ash mix with ice to form surreal patterns on ice cave walls.

                                Copyright : Kayla Iacovino / Science Friday.

 

Helo-cave-entrance---ice-tower---Science-Friday.jpg

                                          Ice tower outside the entrance to Helo Cave.

                                          Copyright : Kayla Iacovino / Science Friday.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Les îles Balleny s’étendent sur environ 160 km. entre 66°15 – 67°35 S et 162°30 et 165° E., à cheval sur le cercle polaire Antarctique.

 

Balleny_Islands.PNG

 

Elles sont recouvertes de glaces et habitées seulement par les pingouins et autres oiseaux pélagiques qui y nichent.

Elles doivent leur nom à un capitaine-baleinier anglais, John Balleny, qui fut le premier à les visiter en 1839.

 

Balleny_Islands.jpgMODIS Rapid Response Team à bord du satellite Terra - 12.2007 -  NASA Goddard Space Flight Center

 

Trois îles principales entourées d’îlets, composent l'archipel des Balleny: Young, Buckle et Sturge. 

 

Buckle-isl.-R.McLeod---NZ-Geographic.jpg                      Paysage des Balleny : Buckle island - photo R.Mc Leod / NZ Geographic.

 

Hotspots-copie.jpgBalleny-hot-spot.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A gauche, les points chauds du Pacifique sud : 2 : Balleny hotspot - 39 :Tasmantid hotspot - 22 : Lord Howe hotspot - 20 : Kerguelen hotspot.

A droite, Trace du point chaud sur la partie est de la plaque Australienne et la partie néozélandaise de la plaque Pacifique - le point chaud se trouve actuellement sous les îles Balleny (bas de la carte)

 

Macquarie-Ridge-Map.gif                               Macquarie ridge et Balleny islands - failles et zones de rift.


Ces îles, grossièrement alignées NO-SE ont une origine volcanique liée au point chaud Balleny. Une chaîne de volcans sous-marins s’étend des îles Balleny en direction du plateau est-Tasmanien, témoin du passage des plaques Australienne et Antarctique au dessus du point chaud des Balleny. Une signature du panache des Balleny, au niveau éléments traces et isotopes, indiquant une source mantellique avec un ratio U/Pb important, est enregistrée dans les basaltes Tasmanien du Cénozoïque.

 

Les îles Balleny : surface et hauteurs (Wikipedia) :

                                                                                                              

 Island/isle

Surface (km ²)

Highest collection (m)

Young group

Seal skirt

0,0

15

Pillar

0,0

51

Young island

225,4

Freeman peak 1340

Row island

1,7

183

Borradaile island

3,5

381

Beale Pinnacle

0,0

61

Buckle group

Buckle island

123,6

1238

Scott Cone

0,0

31

Eliza Cone

0,0

67

Chinstrap isle

0,0

 

Sabrina island

0,2

90

The monolith

0,1

79

Sturge group

Sturge island

437,4

Brown peak 1524

Balleny Iceland

791,9

 

 

Young island, la plus nordique, possède un sommet en plateau culminant à 1.340 mètres, Freaman peak; lors de sa découverte par le capitaine Balleny en 1839, celui-ci indique que de "la fumée" sort de Freaman peak.

 

Buckle island, l'île centrale et allongée sur 21 km., est bordé de falaises rocheuses descendant à pic dans la mer; des colonnes éruptives noires furent rapportées en 1839 et 1899, témoins des dernières périodes d'activité.

 

Sturge island, longue de 44 km. et complètement recouverte par les glaces, possède un sommet culminant à 1.167 m., Russel peak. Seule trace de l'activité volcanique: un rapport de l'U.S.Navy.

 

Aucune étude géologique n'a été faite de ces îles assez inaccessibles.

 

Les îles Balleny, outre leur représentativité en matière de faune et flore antarctique, présentent également des associations faunique non usuelles et un haut degré d'endémisme. La productivité des eaux froides est cruciale pour la reproduction des espèces d'oiseaux pélagiques et leurs prédateurs; la biodiversité des espèces macrobenthiques a été démontrée par une expédition en 2001.

L’île Sabrina, au sud de Buckle, ne peut être abordée sans autorisation car c’est un sanctuaire pour les manchots Adélie, les gorfous macaronis, et les manchots à jugulaire.

 

Manchot_Adelie_-_Adelie_Penguin.jpg          Manchot Adélie (Pygoscelis adeliae) occupé à couver. - photo Ehquionet / wiki

gorfou-macaroni-copie-1.jpg Gorfou macaroni ou gorfou doré ( Eudyptes chrysolophus) - photo Aceduline/ Ma planète.


 

Sources :

- Global Volcanism Program - Young - Buckle - Sturge.

- Intraplate volcanism in eastern Australia and New Zealand - by Wally Jonhson, Jan Kutson et Stuart Ross Taylor.

- Tasmanian tertiary basalts, the Balleny plume, and opening of the Tasman sea - by Ruth Lanyon, Rick Varne and Anthony J.Crawford.

- Le Gorfou macaroni - fiche

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Deception island est située au nord-est de la péninsule Graham et s'est édifiée le long de l'axe du centre d'expansion du rift Bransfield.

Le détroit de Bransfield abrite deux volcans sous-marins et trois volcans "terrestres" : les îles Penguin, Deception et Bridgeman.

Les seamounts sont composés de tholeiites et andésites; les volcans terrestres ont des laves alcaline à calco-alcaline.

 

Deception_Island_020701.jpg                             Deception island - photo Google auteur non spécifié.


L'île circulaire d'un diamètre de 12 km., a son centre percé d'une caldeira formée consécutivement à une éruption cataclysmique de VEI 6 qui expulsa 30 km³ de matériaux, et datée d'il y a 10.000 ans. La caldeira Port Foster, de 9 km. sur 6, est envahie par la mer qui est entrée par un passage de 230 m. appelé les poumons de Neptune (Neptune bellows). Ce passage permet aux navires "d'entrer dans le volcan".

De nombreux maars sont situés le long de la rive interne de la caldeira, certains occupés par des lacs de cratère, d'autres forment des baies abritant un port, dont Whalers bay.

Le rivage interne et externe est composé de poudre de roches ignées gris foncé à noire, faite de plagioclase basique, augite et magnétite. Les touristes fortunés qui fréquentent ces parages peuvent creuser le sable noir à la pelle pour confectionner une piscine "chaude" et y "faire une trempette exotique".


DeceptionIslandMap_lg.jpg

 

Le volcan fut très actif au 18° et 19° siècles; le 20°siècle eut deux courtes périodes d'activité : entre 1906-1910 et 1967-1970. Ces dernières furent responsables de l'abandon de l'industrie baleinière locale. Aujourd'hui, les géologues surveillent le plancher marin de la caldeira qui se soulève rapidement, en termes géologiques : 30 cm. par an.

 

Penguin island :

Cette île minuscule  - 1,4/1,7 km - abrite deux structures volcaniques : Deacon peak est un cône de scories basaltiques jeune, daté de 300 ans. Une éruption phréatomagmatique, datée de 1905, a formé un maar, dénommé Petrel crater, large de 300 m. er rempli par la glace. (datations par lichenométrie)

 

Penguin-isl---Oscar-Gonzalez-Ferran-un.-Chile.jpgPenguin-isl---Petrel-maar---Oscar-Gonzalez-Ferran-un.-Chile.jpg

 

 

 

 

 

 

Penguin island - à gauche, Deacon peak - à droite, Petrel crater - photos Oscar Gonzalvez-Ferran - Université du Chili.

 

 Le Mont Takahe est un grand volcan-bouclier situé à l’est du Marie Byrd Land  (voir carte dans l'article sur L'Erebus); ce volcan trachytique massif – 780 km³ - est surmonté d’une caldeira de 8 km. de diamètre, bombée en son centre par un dôme. Ses flancs sont parsemés de cônes de cendres et cônes de tuf.

 

Takahe---USNavy.jpgLe massif Takahe - on devine un bombement dans la caldeira sommitale - picture courtesy of U. S. Navy photo TMA 1718 F33 022. 


Sa morphologie jeune et conique correspond  à une datation de tephras retrouvés à la station de Byrd : 300.000 ans environ.

Cette datation permet une hypothèse concernant son histoire éruptive : les éruptions initiales furent sous-glaciaires, pour se transformer ensuite en activité alternativement sous-glaciaire et subaérienne, avec prédominance d’un hydrovolcanisme.

Un échantillonnage des roches fait en 1998-99 par la Nasa, dans le cadre d’une étude des niveaux de glace anciens, révèle la présence de hyaloclastite et de pillow lava, témoins d’activité volcanique subaquatique.

 

Cette brève revue des volcans du continent antarctique ne se veut pas exhaustive; vous trouverez d'autres renseignements sur différents volcans dans les pages très complètes du G.V.P.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Deception island - Penguin island - Takahe -

- Magmatic and phreatomagmatic volcanic activity at Mt. Takahe, West Antarctica, based on tephra layers in the Byrd ice core and field observations at Mt. Takahe - by J.M.Palais, Ph.Kyle, W.McIntosh, D.Seward.


Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

 

 

Kizimen-26.01.11---P.Shpilenok-KVERT.JPG

                Kizimen - coulée pyroclastique du 26.01.2011 - photo Shpilenok / KVERT.


Une activité sismique importante se poursuit au Kizimen qui durant tout le mois de janvier a vu se succéder coulées de lave et coulées pyroclastiques accompagnées de panaches de cendres.

Ce 7 janvier, un panache est monté à 4.000 mètres.

Le code aviation est toujours à l'orange, comme celui des volcans Shiveluch et Karimsky.

 

 

 

 

Sources :

- KVERT

- tsr.ch - vidéo

Lire la suite

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog