Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Santiaguito - 08.03.2016 - photo Luis Gonzalez Reportero Noticiero Primera Linea DX / Twitter

Santiaguito - 08.03.2016 - photo Luis Gonzalez Reportero Noticiero Primera Linea DX / Twitter

Au Santiaguito, une petite explosion a provoqué un effondrement au dôme Caliente et généré des coulées pyroclastiques sur le flanc nord-est du volcan, ainsi qu’un panache de cendres grises qui a enveloppé  celui-ci. Les vents ont poussé les cendres vers un secteur SSE , et e.a. Quetzaltenango.

Source : Conred & Insivumeh

Tungurahua - 08.03.2016 / 13h56 - photo de José Luis Espinosa-Naranjo de  Ficoa-Park.

Tungurahua - 08.03.2016 / 13h56 - photo de José Luis Espinosa-Naranjo de Ficoa-Park.

Au Tungurahua, l’activité se maintient avec, au cours de la nuit du 7 au 8 mars, des explosions accompagnées de panaches allant jusqu’à 3.000 mètres au-dessus du cratère, de chutes de blocs incandescents sur tous les flancs, et de coulées pyroclastiques dans les quebradas ouest sur 1.200 à 1.500 mètres sous le cratère.

Dans la journée du 8 mars, un panache continu de gaz modérément chargé en cendres est rapporté surmontant le cratère de 1.000 mètres. Les cendres liées aux explosions  de la semaine affectent les cultures de maïs ; l’IGEPN a enregistré une accumulation de 7.700 g /m² dans le secteur de Choglontus depuis le 26.02.2016.

Source : IGEPN

Tungurahua - 08.03.2016 / 13h56 - les explosions et leurs panaches se succèdent - photo de José Luis Espinosa-Naranjo de Ficoa-Park.

Tungurahua - 08.03.2016 / 13h56 - les explosions et leurs panaches se succèdent - photo de José Luis Espinosa-Naranjo de Ficoa-Park.

A gauche, Cultures de maïs à Choglontus, à l’ouest du Tungurahua, affectées par les cendres – photo P. Espín Bedón OVT-IGEPN - à droite, aires de dispersions des cendrse pour le 08.03.2016 - un clic pour agrandir.A gauche, Cultures de maïs à Choglontus, à l’ouest du Tungurahua, affectées par les cendres – photo P. Espín Bedón OVT-IGEPN - à droite, aires de dispersions des cendrse pour le 08.03.2016 - un clic pour agrandir.

A gauche, Cultures de maïs à Choglontus, à l’ouest du Tungurahua, affectées par les cendres – photo P. Espín Bedón OVT-IGEPN - à droite, aires de dispersions des cendrse pour le 08.03.2016 - un clic pour agrandir.

Lokon - sismicité en 2016 - doc. VSI

Lokon - sismicité en 2016 - doc. VSI

En Indonésie, le VSI a relevé le niveau d’alerte de deux volcans :

Depuis 0h ce 8 mars, le niveau du Lokon est passé à III / Siaga, suite à une hausse de la sismicité : 3 séismes VT, 25 séismes volcaniques profonds et 138 superficiels ainsi que du trémor volcanique continu ont été enregistrés.

Makian - photo Ruska Hadian  / VSI - carte des risques et sismicité du 1 janvier au 6 mars 2016  / VSIMakian - photo Ruska Hadian  / VSI - carte des risques et sismicité du 1 janvier au 6 mars 2016  / VSI
Makian - photo Ruska Hadian  / VSI - carte des risques et sismicité du 1 janvier au 6 mars 2016  / VSI

Makian - photo Ruska Hadian / VSI - carte des risques et sismicité du 1 janvier au 6 mars 2016 / VSI

Le niveau d’alerte du Gunung Kie Besi sur l’île de Makian est passé le 7 mars à 10h locale à II / waspada, suite à une hausse de sa sismicité, sans autres changements externes visibles.  Ce stratovolcan qui forme une petite île, au sud de Ternate dans les Moluques, a vu le nombre de ses séismes volcaniques peu profonds augmenté depuis janvier.

Depuis fin février, des séismes LP et du trémor, liés aux mouvements de fluides sont enregistrés. Le trémor est devenu continu depuis le 7 mars.

Ces changements sont interprétés par les volcanologues  comme signes d’une intrusion magmatique, et d’une possible remontée de magma vers la surface. Il est recommandé de ne pas approcher à moins d’1,5 km. du cratère sommital.

Le volcan de Makian posséde un cratère sommital  large de 1.500 mètres, contenant un petit lac côté NE ; quatre cônes parasites ponctuent son flanc ouest, et deux vallées s’étendent du sommet jusqu’à la côte sur les côtés nord et est de l’île. Sa dernière éruption date de 1988 ; de VEI 3 , elle a causé de nombreux morts et dégâts.

Sinabung - 09.03.2016 / 7h43 - photo de Payung / Beidar Sinabung
Sinabung - 09.03.2016 / 7h43 - photo de Payung / Beidar Sinabung

Sinabung - 09.03.2016 / 7h43 - photo de Payung / Beidar Sinabung

Le Sinabung poursuit inlassablement son activité, avec hier un panache monté à 2.000 mètres

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Nyiragongo - 01/03/2016 - Opening of a new vent on the eastern part of the terrace (to the right of the lava lake) - OVG Goma pictures - a click to enlarge.
Nyiragongo - 01/03/2016 - Opening of a new vent on the eastern part of the terrace (to the right of the lava lake) - OVG Goma pictures - a click to enlarge.

Nyiragongo - 01/03/2016 - Opening of a new vent on the eastern part of the terrace (to the right of the lava lake) - OVG Goma pictures - a click to enlarge.

Since Sunday, February 28, 2016, the Nyiragongo volcano displays an intense activity inside its crater. The Goma Volcano Observatory has sent a team of scientists to investigate the situation.

Preliminary results of these observations are reporting " the appearance of a secondary lava lake " on the eastern part of the crater.

The photos, attached by the Observatory, shows a spatter cone, leaning against the wall of the crater on the first terrace, surrounded by darker recent lava flows. The situation of this secondary activity is in extension of the fracture that connects the Nyiragongo to the Baruta cone.

The Goma observatory indicates a weakening of this eastern part , where the collapse occurred, marked by rumblings perceived by residents near the volcano.

More news as soon as possible.


 

Nyiragongo - 01/03/2016 - Details on the active spatter cone and recent lava flows - photo OVG Goma

Nyiragongo - 01/03/2016 - Details on the active spatter cone and recent lava flows - photo OVG Goma

Location of Nyiragongo, the Baruta cone and the cone Shaheru on a 1977 document showing the lava flows towards Goma - according M.Krafft taken by Y.Pottier / in GVP

Location of Nyiragongo, the Baruta cone and the cone Shaheru on a 1977 document showing the lava flows towards Goma - according M.Krafft taken by Y.Pottier / in GVP

Sources :

- OVG Goma Rapport préliminaire des observations de l’activité du volcan Nyiragongo du 29 février au 2 mars 2016 - link

- OVG Goma – actualités – Volcan Nyiragongo : la situation actuelle.- link

- Global Volcanism Program - Nyiragongo

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Nyiragongo - 01.03.2016 - ouverture d'un évent sur la partie Est de la terrasse (à droite du lac de lave) - photos OVG Goma - un clic pour agrandir.
Nyiragongo - 01.03.2016 - ouverture d'un évent sur la partie Est de la terrasse (à droite du lac de lave) - photos OVG Goma - un clic pour agrandir.

Nyiragongo - 01.03.2016 - ouverture d'un évent sur la partie Est de la terrasse (à droite du lac de lave) - photos OVG Goma - un clic pour agrandir.

Depuis le dimanche 28 Février 2016, le volcan Nyiragongo affiche une activité intense à l’intérieur de son cratère. L’observatoire volcanologique de Goma y a dépêché une équipe des scientifiques pour s’enquérir de la situation.

Les résultats préliminaires de ces observations font état de " l’apparition d’un lac de lave secondaire "  sur la partie Est  du cratère.

Sur les photos jointes par l’Observatoire, on peut voir un spatter cone, adossé à la paroi du cratère sur la première terrasse, entouré de coulées de lave récentes plus foncées. La situation de cette activité secondaire est dans le prolongement de la fracture qui relie le Nyiragongo au cône Baruta.

L’observatoire de Goma signale une fragilisation de cette partie Est, où des effondrements se sont produits, marqués par des grondements perçus par les habitants à proximité du volcan.

D'autres nouvelles dès que possible.

Nyiragongo - 01.03.2016 - détail sur le spatter cone actif  et les coulées de lave récentes - photo OVG Goma

Nyiragongo - 01.03.2016 - détail sur le spatter cone actif et les coulées de lave récentes - photo OVG Goma

Localisation du Nyiragongo, du cône Baruta et du cône Shaheru sur un document de 1977, reprenant les coulées de lave en direction de Goma – d’après M.Krafft repris par Y.Pottier / in GVP

Localisation du Nyiragongo, du cône Baruta et du cône Shaheru sur un document de 1977, reprenant les coulées de lave en direction de Goma – d’après M.Krafft repris par Y.Pottier / in GVP

Sources :

- OVG Goma Rapport préliminaire des observations de l’activité du volcan Nyiragongo du 29 février au 2 mars 2016 - link

- OVG Goma – actualités – Volcan Nyiragongo : la situation actuelle.- link

- Global Volcanism Program - Nyiragongo

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Red Mountain - a cinder cone dug by an amphitheater - a click to enlarge - photo Americansouthwest

Red Mountain - a cinder cone dug by an amphitheater - a click to enlarge - photo Americansouthwest

After the Chiricahua hoodoos, another special structure of Arizona with Red Mountain.

As its name suggests, this cinder cone is characterized by a red color, but also by its amphitheater iron horse shape.

Located in the Cococino National Forest about thirty kilometers from Flagstaff, this cinder cone was formed 740,000 years ago in the volcanic field of San Francisco, active for 6 million years.

 

Red Mountain - the amphitheater - a click to enlarge - photo Americansouthwest

Red Mountain - the amphitheater - a click to enlarge - photo Americansouthwest

Digital model of Red Mountain, with details of the various structures - Doc.USGS

Digital model of Red Mountain, with details of the various structures - Doc.USGS

During the eruption, the Red Mountain grew up on a practically flat surface covered by a lava flow extruded at the base of the cone during the waning phase of the eruption.
This lava flow has rafted the ash of the western part of the cone.

The perfect cone has disappeared, and a large natural amphitheater widened in its northeast flank, presumably blown by one or more steam explosions shortly after the end of the eruption : the recently ejected ashes have cooled, but are remained for some time at about 300 ° C, the temperature above the boiling point of water. Rainwater seeped and circulated through hot ashes by creating a mineral cement which bound the ashes together, and formed a  "lid pressure cooker" . The overpressure of trapped waters resulted in steam explosions. Then the erosion of rains and winds expanded over the time this opening, as is suggested by the hoodoos wearing harder sombreros
, and the walls sculpted by the elements.

Red Mountain - ash compacted inside the amphitheater - photo Americansouthwest

Red Mountain - ash compacted inside the amphitheater - photo Americansouthwest

Red Mountain  - Weathered formation of fused cinders, mostly covered by lichen - amerSW

Red Mountain - Weathered formation of fused cinders, mostly covered by lichen - amerSW

Red Mountain - views of the amphitheater and the pinnacles and boulders along the western walls - pictures Americansouthwest
Red Mountain - views of the amphitheater and the pinnacles and boulders along the western walls - pictures Americansouthwest

Red Mountain - views of the amphitheater and the pinnacles and boulders along the western walls - pictures Americansouthwest

Red Mountain  - The boulder sombrero, capping each pinnacle, protects the underlying cinders from erosion. - photo USGS

Red Mountain - The boulder sombrero, capping each pinnacle, protects the underlying cinders from erosion. - photo USGS

Sources :

- USGS - Red Mountain Volcano—A Spectacular and Unusual Cinder Cone in Northern Arizona – link 1link 2

- Hiking Red Mountain Near Flagstaff, Arizona – link

- Summitpost – Red Mountain – link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Red Mountain - un cinder cone creusé par un amphithéâtre - un clic pour agrandir - photo Americansouthwest

Red Mountain - un cinder cone creusé par un amphithéâtre - un clic pour agrandir - photo Americansouthwest

Après les Chiricahua hoodoos, une autre structure spéciale en Arizona, avec Red Mountain.

Comme le laisse supposer son nom, ce cinder cone est caractérisé par une couleur rouge, mais aussi par son amphithéâtre en fer-à-cheval.

Situé dans la Cococino National Forest à une trentaine de kilomètres de Flagstaff, en Arizona, ce cinder cone a été formé il y a 740.000 ans dans le champ volcanique de San Francisco, actif pendant 6 millions d’années.

Red Mountain - l'amphithéâtre - un clic pour agrandir - photo Americansouthwest

Red Mountain - l'amphithéâtre - un clic pour agrandir - photo Americansouthwest

Modèle digital de Red Mountain , avec détails des différentes structures - Doc.USGS

Modèle digital de Red Mountain , avec détails des différentes structures - Doc.USGS

Au cours de l’éruption formatrice, Red Mountain a grandi sur une surface pratiquement plane, recouverte par une coulée de lave extrudée à la base du cône lors de la phase décroissante de l’éruption.

Cette coulée a emporté des cendres formant la partie ouest du cône.

Le cône idéal a disparu, et un grand amphithéâtre naturel s’est creusé dans son flanc nord-est, vraisemblablement soufflé par une ou plusieurs explosions de vapeur peu après la fin de l’éruption : les cendres récemment éjectée se sont refroidies, mais sont restées pendant un certain temps aux environs de 300°C, température supérieure à la température d’ébullition de l’eau. Les eaux de pluie se sont infiltrées et ont circulé au travers des cendres chaudes en créant un ciment minéral qui a lié les cendres entre elles, et formé une coiffe en "couvercle de cocotte-minute ". La surpression de l’eau ainsi piégée a entraîné des explosions de vapeur. Puis l’érosion des pluies et des vents a élargi au cours du temps cette ouverture, comme le laissent supposer les hoodoos coiffés de sombreros plus durs, et les parois sculptées par les éléments.

Red Mountain - cendres compactées à l'intérieur de l'amphithéâtre -  photo Americansouthwest

Red Mountain - cendres compactées à l'intérieur de l'amphithéâtre - photo Americansouthwest

Red Mountains - cendres fusionnées et érodées, recouvertes de lichens - photo Americansouthwest

Red Mountains - cendres fusionnées et érodées, recouvertes de lichens - photo Americansouthwest

Red Mountain - vues sur l'amphithéâtre et sur les pinnacles et boulders le long des parois ouest - photos Americansouthwest
Red Mountain - vues sur l'amphithéâtre et sur les pinnacles et boulders le long des parois ouest - photos Americansouthwest

Red Mountain - vues sur l'amphithéâtre et sur les pinnacles et boulders le long des parois ouest - photos Americansouthwest

Red Mountain - un "sombrero" de roches plus dures protège le pinnacle - photo USGS

Red Mountain - un "sombrero" de roches plus dures protège le pinnacle - photo USGS

Sources :

- USGS - Red Mountain Volcano—A Spectacular and Unusual Cinder Cone in Northern Arizona – link 1link 2

- Hiking Red Mountain Near Flagstaff, Arizona – link

- Summitpost – Red Mountain – link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #news

Les vacances approchent … comment occuper les enfants, tout en les intéressant aux sciences, et en particulier aux volcans ? Voici ce que propose l’OSI :

 

" Objectif Sciences International (OSI) est une association, reconnue en tant qu'ONG pour son rôle joué dans la qualité de l’éducation aux sciences pour tous dans un objectif de développement durable. OSI a obtenu le statut consultatif spécial auprès de l’ONU (Ecosoc) pour sa spécialité en organisation de vacances intelligentes et utiles depuis 1992.

Notre ONG propose ainsi des séjours de vacances scientifiques, pour les adultes, les enfants et les familles, ainsi que pour les personnes handicapés et les publics défavorisés. Ces séjours de vacances sont basés sur un modèle original d’éducation aux sciences par la pratique de la recherche participative. Notre objectif est de permettre aux participants de se rendre utiles sur des projets de recherche réelle, au service du développement durable, le tout dans le cadre de vacances où sciences riment avec plaisir."

Parole aux lecteurs : Vacances scientifiques Volcans par l'OSI.

Pour Pâques, l’OSI propose deux voyages dans les îles Eoliennes, du 27.03 au 03.04 et du 17.04 au 24.04, et un autre séjour du 18.09 au 28.09.2016.

 

Pour joindre cette ONG :

Emilie Delpech

Responsable du Programme de Recherche et d’Education MINEO

Objectif Sciences International

direction@osi-mineo.com

+41 79 298 43 88

+33 6  33 36 02 70

 

www.osi-mineo.org/-Objectifs-.html

http://www.objectif-sciences-international.org/

www.vacances-scientifiques.fr/

 

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
 Tungurahua - 03.04.2016 / 12:47 loc. - Photo Jose Luis Espinosa-Naranjo

Tungurahua - 03.04.2016 / 12:47 loc. - Photo Jose Luis Espinosa-Naranjo

Two explosions at Tungurahua, at 4:01 ET 4:40 March 4, 2016, discovered the inner cap and permit to release the stored energy, with increased of values ​​of seismic amplitude.

Inclinometers recorded a tangential inflation, and a vertical inflation of 3 cm on the southwest side, suggesting a new magmatic intrusion.

Tungurahua - 03/04/2016 sismo of explosions at 4:01 and 4:40, followed by tremor - and location of VT earthquakes 2-3 km beneath the summit - a click to enlarge Tungurahua - 03/04/2016 sismo of explosions at 4:01 and 4:40, followed by tremor - and location of VT earthquakes 2-3 km beneath the summit - a click to enlarge

Tungurahua - 03/04/2016 sismo of explosions at 4:01 and 4:40, followed by tremor - and location of VT earthquakes 2-3 km beneath the summit - a click to enlarge

Tungurahua - 03.04.2016 / 6:54 p.m. UTC - pyroclastic flow - webcam IGEPN

Tungurahua - 03.04.2016 / 6:54 p.m. UTC - pyroclastic flow - webcam IGEPN

The Observatory reported 28 small explosions on March 5; seismicity decreases slightly, as well as the emission tremor.
At 10:20, pyroclastic flows occurred in the ravines Achupashal and Romero, the largest went down the quebrada Romero for 1.5 km following a collapse of material accumulated in the crater and on its edges.

Tungurahua is cloudy, and ash plumes are visible during a thinning, with ash fall on the Jewish areas, Quero, Cusúa and Chacauco; due to rains, lahars are recorded in the ravines of Achupashal, Jewish, Pondoa, Mandur, Pingullo, Rea and Chontapamba.
During the night of 4.03, glow is visible in the crater and blocks fall to 1,200 meters on the flanks.


Sources: reports IGEPN
 

Tungurahua - the ash plume 03.05.2016 / 16:20 - photo Jose Luis Espinosa-Naranjo from Ficoa-Los Girasoles

Tungurahua - the ash plume 03.05.2016 / 16:20 - photo Jose Luis Espinosa-Naranjo from Ficoa-Los Girasoles

Tungurahua - strombolian activity 03.05.2016 / 9:47 p.m. - photo Jose Luis Espinosa-Naranjo from Patate

Tungurahua - strombolian activity 03.05.2016 / 9:47 p.m. - photo Jose Luis Espinosa-Naranjo from Patate

In the Kuril islands, the Tokyo VAAC placed the volcano Alaid in orange alert on 4 March.
A plume, possibly laden in ash, is observed drifting westward at a low altitude (4 km) and a variable thermal anomaly was spotted by satellites, up from today 0:55 (Mirova / Modis)


Sources:
- Tokyo VAAC
- Mirova

Alaid / Kuril islands - plumes images from Nasa Worlview EODIS on 3 and 5 March 2016
Alaid / Kuril islands - plumes images from Nasa Worlview EODIS on 3 and 5 March 2016

Alaid / Kuril islands - plumes images from Nasa Worlview EODIS on 3 and 5 March 2016

Alaid - Thermic anomaly of 03/06/2016 / 2:40 MODIS VRP / Mirova and rise from a few days - a click to enlargeAlaid - Thermic anomaly of 03/06/2016 / 2:40 MODIS VRP / Mirova and rise from a few days - a click to enlarge

Alaid - Thermic anomaly of 03/06/2016 / 2:40 MODIS VRP / Mirova and rise from a few days - a click to enlarge

The Alaid volcano seen from the ISS031-E-041959, 2012 - NASA International Space Station

The Alaid volcano seen from the ISS031-E-041959, 2012 - NASA International Space Station

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Tungurahua - 04.03.2016 / 12h47 loc. - photo José Luis Espinosa-Naranjo

Tungurahua - 04.03.2016 / 12h47 loc. - photo José Luis Espinosa-Naranjo

Deux explosions au Tungurahua, à 4h01 et 4h40 le 4 mars 2016, ont découvert le bouchon interne et permis une libération de l’énergie accumulée, avec une augmentation des valeurs de l’amplitude sismique. Les inclinomètres ont enregistré une inflation tangentielle, et verticale de 3 cm sur la paroi latérale sud-ouest, suggérant une nouvelle intrusion magmatique.

Tungurahua - 04.03.2016 sismo des explosions à 4h01 et 4h40 , suivies de trémor - et localisation des séismes VT à 2-3 km sous le sommet - un clic pour agrandir  - Doc. IGEPNTungurahua - 04.03.2016 sismo des explosions à 4h01 et 4h40 , suivies de trémor - et localisation des séismes VT à 2-3 km sous le sommet - un clic pour agrandir  - Doc. IGEPN

Tungurahua - 04.03.2016 sismo des explosions à 4h01 et 4h40 , suivies de trémor - et localisation des séismes VT à 2-3 km sous le sommet - un clic pour agrandir - Doc. IGEPN

Tungurahua - 04.03.2016 / 18h54 UTC - Coulée pyroclastique - webcam IGEPN

Tungurahua - 04.03.2016 / 18h54 UTC - Coulée pyroclastique - webcam IGEPN

L’observatoire rapporte 28 petites explosions le 5 mars ; la sismicité diminue un peu , de même que le trémor d’émission.

A 10h20, des coulées pyroclastiques se sont produites dans les quebradas Romero et Achupashal, la plus importante a descendu la quebrada Romero sur 1,5 km suite à un effondrement de matériaux accumulés dans le cratère et sur ses bords. Le Tungurahua est ennuagé, et des panaches de cendres sont visibles lors d’éclaircies, avec des chutes de cendres sur les secteurs de Juive, Quero, Cusua et Chacauco ; en raison des pluies, des lahars sont enregistrés dans les quebradas de Achupashal, Juive, Pondoa, Mandur, Pingullo, Rea et  Chontapamba.

A cours de la nuit du 4, de l’incandescence est visible dans le cratère et des blocs retombent sur 1200 mètres sur les flancs.

Sources : rapports de l'IGEPN

Tungurahua - panache de cendres le 05.03.2016 / 16h20 - photo José Luis Espinosa-Naranjo de Ficoa- Los Girasoles - JLEN

Tungurahua - panache de cendres le 05.03.2016 / 16h20 - photo José Luis Espinosa-Naranjo de Ficoa- Los Girasoles - JLEN

Tungurahua - activité strombolienne du 05.03.2016 / 21h47  - photo José Luis Espinosa-Naranjo de Patate

Tungurahua - activité strombolienne du 05.03.2016 / 21h47 - photo José Luis Espinosa-Naranjo de Patate

Dans les Kouriles, le VAAC Tokyo a placé le volcan Alaid en alerte orange le 4 mars.

Un panache, possiblement chargé en cendres, est observé dérivant vers l’ouest à une faible altitude (4 km) et une anomalie thermique variable est repérée par les satellites, en hausse aujourd’hui depuis 0h55 (Mirova / Modis)

Sources :

- VAAC Tokyo

- Mirova

Alaid  / Kouriles - panaches sur les images Nasa Worldview Eodis le 3 et le 5 mars
Alaid  / Kouriles - panaches sur les images Nasa Worldview Eodis le 3 et le 5 mars

Alaid / Kouriles - panaches sur les images Nasa Worldview Eodis le 3 et le 5 mars

Alaid - Anomalie thermique du 06.03.2016 /  2h40 par MODIS VRP / Mirova et montée en puissance depuis qq. jours - un clic pour agrandir
Alaid - Anomalie thermique du 06.03.2016 /  2h40 par MODIS VRP / Mirova et montée en puissance depuis qq. jours - un clic pour agrandir

Alaid - Anomalie thermique du 06.03.2016 / 2h40 par MODIS VRP / Mirova et montée en puissance depuis qq. jours - un clic pour agrandir

Le volcan Alaid vu de l' ISS031-E-041959, en 2012 - Nasa Station spatiale internationale

Le volcan Alaid vu de l' ISS031-E-041959, en 2012 - Nasa Station spatiale internationale

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
The Chiricahua mountains, with hoodoos in the foreground and the Turkey Creek caldera in the background - photo Ken Bosma

The Chiricahua mountains, with hoodoos in the foreground and the Turkey Creek caldera in the background - photo Ken Bosma

Called the " Land of the standing-up rocks "  by the Chiricahua Apaches and later "A wonderland of rocks" by the pioneers, the northwestern part of the Chiricahua mountains exposes towering rock spiers, massive stone columns and rocks of several hundred tons balanced on small pedestals.
 

Chiricahua National Monument - "balanced rock" - photo Sascha Brück

Chiricahua National Monument - "balanced rock" - photo Sascha Brück

To understand these formations, we need the help of paleo-geologists and redo the eruptive history of the region.

Before the eruption of the Turkey Creek caldera, there are 28 Ma, the northern Chiricahua mountains consist in raised masses of sedimentary rocks of Paleozoic and Mesozoic (gray and dark green on the cut / A), surrounded and covered by lavas and ashes from several active volcanic fields. These volcanoes have produced andesite, dacite and rhyolite of the Faraway Ranch formation (light green on the cut) and similar rocks north of the Chiricahua Nat. Monument area (in orange).

There are 27 Ma, a rhyolitic magma large body has accumulated in the area and raised the southern part. A massive explosive eruption, there are 26.9 Ma, pulverized the magma in pumice and ash, which covered much of southern Arizona and New Mexico, and filled Monument Valley.

Three major eruptions are involved, called lower, middle and upper members of the Canyon Rhyolite Tuff (in blue on the cup / B).
The pulverized mass of more than 500 cubic kilometers has created a circular depression / a caldera of 19 km in diameter.

nterpretive map and guide to the volcanic geology of Chiricahua National Monument and vicinity, Cochise County, Arizona. U.S. Geological Survey, - doc. Pallister, J.S., du Brey, E.A., and Hall, D.B.

nterpretive map and guide to the volcanic geology of Chiricahua National Monument and vicinity, Cochise County, Arizona. U.S. Geological Survey, - doc. Pallister, J.S., du Brey, E.A., and Hall, D.B.

Following the eruption of Rhyolite Canyon tuff, a dacitic magma (in red on the cut / C) raised the center of the caldera to form a circular valley. The dacitic magma also caused eruptions and lava flows formed.

At the end of this phase of rhyolitic magma caused other eruptions, characterized by ash, pumice and viscous lava flows (yellow on the cut / C) that has accumulated in the moat of the caldera.

Erosion by wind, water and ice has greatly shaped the landscape of Chiricahua over the past 26 Ma; the Turkey Creek caldera has been to such an extent that it no longer resembles to a volcano. The wall of the caldera has been cleared by the Pinery Canyon. Different areas that were in time valleys or basins have become mountains, following a "topography inversion"; older sedimentary rocks were eroded much faster than the rhyolite, harder.
There are the fairy chimneys, called Hoodoos in America, considered by Native Americans, like the petrified remains of ancient beings having done wrong.

 

Chiricahua National Monument - "Balanced boulder" covered with green lichen on the Echo Canyon Trail - photo American Southwest

Chiricahua National Monument - "Balanced boulder" covered with green lichen on the Echo Canyon Trail - photo American Southwest

Chiricahua National Monument - Pools in Echo Canyon - photo American Southwest

Chiricahua National Monument - Pools in Echo Canyon - photo American Southwest

Chiricahua National Monument - Standing Tall - photo 50stateorless

Chiricahua National Monument - Standing Tall - photo 50stateorless

The unique geology, geography and diverse ecology of the Chiricahua National Monument played a role in his incredible animal diversity.

In all, there are 71 species of mammals including the coati and small bears, 46 species of reptiles, 8 of amphibians, 171 species of birds including the elegant trogon, and countless insects.

 

Elegant trogon - photo GaryClark / Audubon field guide

Elegant trogon - photo GaryClark / Audubon field guide

For the record, in the years 1860-1870, the Chiricahua mountains have served as refuges for Chiricahua Apaches, led by celebrity leaders Cochise and Geronimo, who conducted the last major attack against the white invaders, before forced removal in 1886.

 

The Chiricahua mountains / doc.terraprints.com. Licensed under CC BY 2.5 via Commons - and the Chiricahua Nat map. Monument / NPS - a click  to enlarge.The Chiricahua mountains / doc.terraprints.com. Licensed under CC BY 2.5 via Commons - and the Chiricahua Nat map. Monument / NPS - a click  to enlarge.

The Chiricahua mountains / doc.terraprints.com. Licensed under CC BY 2.5 via Commons - and the Chiricahua Nat map. Monument / NPS - a click to enlarge.

Source : National Park Service – Chiricahua National Monument – link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Les Chiricahua mountains, avec les hoodoos en avant-plan et la Turkey Creek caldera en arrière-plan - photo Ken Bosma

Les Chiricahua mountains, avec les hoodoos en avant-plan et la Turkey Creek caldera en arrière-plan - photo Ken Bosma

Appelé le " Pays des roches levées " par les Apaches Chiricahua, puis plus tard " le merveilleux pays des roches » par les pionniers, la partie nord-ouest des Chiricahua mountains expose d’imposantes flèches rocheuses, de massives colonnes de pierre et des roches  de plusieurs centaines de tonnes en équilibre sur de petits piédestaux.

Chiricahua National Monument - "balanced rock" - photo Sascha Brück

Chiricahua National Monument - "balanced rock" - photo Sascha Brück

Pour comprendre ces formations, il faut l’aide des paléo-géologues et refaire l’histoire éruptive de la région.

Avant l’éruption de la caldeira Turkey Creek, il y a 28 Ma, le nord des montagnes Chiricahua consistait en masses surélevées de roches sédimentaires datant du Paléozoïque et du Mésozoïque (en gris et vert foncé sur la coupe / A ), entourées et recouvertes de laves et cendres provenant de plusieurs champs volcaniques actifs. Ces volcans ont produit des andésites, dacites et rhyolites de la formation Faraway Ranch (en vert clair sur la coupe) et des roches semblables au nord de la zone du Chiricahua Nat. Monument (en orange).

 

Il y a 27 Ma, un grand corps de magma rhyolitique s’est accumulé sous la zone et a soulevé la partie sud. Une gigantesque éruption explosive, il y a 26,9 Ma, a pulvérisé le magma en ponces et cendres, qui ont recouvert une bonne partie du sud de l’Arizona et du Nouveau Mexique, et rempli Monument Valley.

Trois éruptions majeures sont impliquées, appelées lower, middle et upper members of the Rhyolite Canyon Tuff (en bleu sur la coupe / B).

La masse pulvérisée de plus de 500 km³ a créé une dépression circulaire / caldeira de 19 kilomètres de diamètre.

Interprétation géologique de la formation du Chiricahua National Monument - doc. Pallister, J.S., du Brey, E.A., and Hall, D.B. - Interpretive map and guide to the volcanic geology of Chiricahua National Monument and vicinity, Cochise County, Arizona. U.S. Geological Survey,

Interprétation géologique de la formation du Chiricahua National Monument - doc. Pallister, J.S., du Brey, E.A., and Hall, D.B. - Interpretive map and guide to the volcanic geology of Chiricahua National Monument and vicinity, Cochise County, Arizona. U.S. Geological Survey,

Suivant l’éruption de Rhyolite Canyon tuff, du magma dacitique (en rouge sur la coupe / C) a soulevé le centre de la caldeira pour former une vallée circulaire. Le magma dacitique a provoqué aussi des éruptions, et formé des coulées de lave. A la fin de cette phase, du magma rhyolitique a provoqué d’autres éruptions, caractérisées par des cendres, des ponces, et des coulées de lave visqueuse (en jaune sur la coupe / C) qui sesont accumulées dans le fossé de la caldeira.

 

L’érosion par le vent, l’eau et la glace a fortement modelé la paysage de Chiricahua au cours des 26 Ma passés ; la Turkey Creek caldera l’a été à un tel point qu’elle ne ressemble plus à un volcan. La paroi de la caldeira a été effacée par le Pinery canyon. Différentes zones qui furent dans le temps des vallées ou des bassins, sont devenues des montagnes, suite à une " inversion de topographie " ; les anciennes roches sédimentaires ont été beaucoup plus rapidement érodées que la rhyolite, plus dure.

On y retrouve les cheminées de fée, appelée en Amérique Hoodoos, considérées par les Amérindiens, comme les restes pétrifiés d’êtres anciens ayant mal agi.

Chiricahua National Monument - " Balanced boulder" recouvert de lichen vert , sur l'Echo Canyon Trail - photo American Southwest

Chiricahua National Monument - " Balanced boulder" recouvert de lichen vert , sur l'Echo Canyon Trail - photo American Southwest

Chiricahua National Monument - Pools dans Echo Canyon - photo American Southwest

Chiricahua National Monument - Pools dans Echo Canyon - photo American Southwest

Chiricahua National Monument - Standing Tall  -  photo 50stateorless

Chiricahua National Monument - Standing Tall - photo 50stateorless

La géologie unique, l'emplacement géographique et l'écologie diversifiée du Chiricahua National Monument jouent tous un rôle dans sa diversité animale incroyable.

En tout, il y a 71 espèces de mammifères dont des coati et de petits ours, 46 espèces de reptiles, 8 d'amphibiens, 171 espèces d'oiseaux dont le Trogon élégant, et un nombre incalculable d'insectes.

Trogon élégant - photo GaryClark / Audubon field guide

Trogon élégant - photo GaryClark / Audubon field guide

Pour la petite histoire, dans les années 1860-1870, les Chiricahua mountains ont servi de refuges aux Apaches Chiricahua, conduits par les célèbres chefs Cochise et Géronimo, qui ont effectué la dernière grande attaque contre les envahisseurs blancs, avant d’être finalement battu en 1886.

Les Chiricahua mountains / doc.terraprints.com. Licensed under CC BY 2.5 via Commons - et la carte du Chiricahua Nat. Monument / NPS - un clic pour agrandir.Les Chiricahua mountains / doc.terraprints.com. Licensed under CC BY 2.5 via Commons - et la carte du Chiricahua Nat. Monument / NPS - un clic pour agrandir.

Les Chiricahua mountains / doc.terraprints.com. Licensed under CC BY 2.5 via Commons - et la carte du Chiricahua Nat. Monument / NPS - un clic pour agrandir.

Sources :

- National Park Service – Chiricahua National Monument – link

 

Lire la suite

Articles récents

Hébergé par Overblog