Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

Le volcan Eyjafjöll est calme aujourd'hui ... c'est le moment de comparer, grâce à une aquarelle d'une part et des photos d'autre part, les similitudes entre les érutions de 1821-23 et 2010.

 

eyjafjallajokull_1822.jpg

 

Cette aquarelle est attribuée à Eric Brunn et conservée à la Librairie Royale de Copenhagen; cette peinture, de 21 cm sur 37,5, illustre l'éruption de 1822, dans une période estivale : le volcan, à la surface noircie par les cendres, présente des fissures dans les bancs de glace qui contrastent avec l'environnement noirci. Deux panaches distincts, l'un blanc, l'autre foncé, s'échappent du volcan avant de se disperser sous l'action des vents.

 

Une aqurelle de 2010 à la facture plus moderne illustre ce même phénomène :

 

vignirjohaquarell_copy.jpg

                  Références malheureusement incertaines - Vignir Joha.

 

19.04-20h30---E.B.Jonsdottir.JPG

 

Cette photo de E.B.Jonsdottir / IMO, prise le 19.04.2010 à 20 h.30, illustre bien cette dualité de panache sur fond de glacier noirci par les cendres de l'éruption. Un panache blanc de vapeur d'eau, du au phénomène éruptif phréatique se mêle au panache gris-brun, chargé en poussières volcaniques, accompagnant un épisode de type strombolien. A noter, les crevasses dans le glacier qui présentent une coupe grisée tranchant sur le surface noire... le contraste est moins fort que celui présenté sur l'aquarelle de Brunn.

 

Sources :

- Iceland Review

- Icelandic Met Office

- Institute of Earth sciences - The eruption of Eyjafjöll in 1821-23

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

Une tranquille montagne située à la frontière sinno-coréenne cause des inquiétudes aux volcanologues chinois, qui ont installé, depuis 1990, un observatoire volcanologique sur le Mont Baekdu.

 

Beaktu---heaven-lake---wiki.jpg   La caldeira sommitale du Baekdu et le "lac du ciel" - document wikipedia.


L’activité sismique y est fréquente et cette année, un séisme de magnitude 6,9, à proximité du Mont Beakdu, a ému les volcanologues chinois et coréens, qui craignent une affectation de la chambre magmatique du volcan ; la topographie – le volcan subit une inflation annuelle de 3 mm - et les émissions récentes de gaz volcaniques au niveau de la caldeira posent problème.

Les autorités se concertent sur les mesures à prendre en cas d’éruption, et la concertation concerne aussi professeurs et écoliers chinois, coréens et nippons.

 

En absence d'autres sources, et devant la désinformation courante de la part de ces pays totalitaires, il convient de prendre ces informations avec les précautions d'usage.

Les informations ci-dessous sont par contre émanantes d'une source sure : le Smithsonian institute.

 

800px-Baekdu Mountain Winter - Farm wiki                   Le cratère en hiver - photo Farm/wikipedia.


Korea_paektu-san_locmap.pngAppelé Baekdu-san, en coréen, signifiant « montagne à tête blanche », et Changbai Shan, par les chinois, signifiant « montagne toujours blanche » , les volcanologues le nomment Baitoushan, Baekdu, P’aektu-san ou Bai Yun Feng.

Ce stratovolcan massif est relativement peu connu ; cette structure rhyolitique et trachitique, de 60 km. de diamètre, s’est construite sur le volcan-bouclier Changbaishan.

Une caldeira, de 5 km. de large et 850 m. de profondeur, est occupée par un lac de cratère, appelé lac Tianchi, « le lac du ciel ». D’une profondeur moyenne de 213 mètres, ce lac est couvert de glace de mi-octobre à mi-juin ; il alimente, par une cascade de 70 mètres, les rivières Songhua, Tumen et Yalu.

La présence de ce lac cause des inquiétudes : en cas d’éruption, il pourrait se vider brutalement causant des dommages et des pertes humaines, une importante population habitant les flancs du volcan.

Divers cônes de cendres satellites sont alignés sur une ligne N-NE.

Sa naissance remonte à 2.160 avant JC.

Son histoire éruptive est marquée par une grande éruption vers l’an 1.000 : de VEI =7 , elle a formé l’actuelle caldeira, dégagé 9,6.1010 m³ de tephras , certains atteignant le nord du Japon.  Des éruptions mineures ont suivi, dans le courant du 15°siècle. Sa dernière manifestation date de 1903.

 

800px-Changbai_hotspring-copie-1.JPGActivité fumerollienne et sources chaudes sur les flancs du Beakdu. Wikipedia.

 

Sources :

- Arirang - Korean's global TV - a volcanic eruption possible at Mount Baekdu

- Global volcanism Program - Changbaishan

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Après avoir examiné l'alternance entre siège du pouvoir temporel et religieux au neck de Sigyria, au Sri Lanka, passons au Myanmar où le Mont Popa - "le mont des fleurs" - et le Taung Kalat se partagent le même nom, et à l'établissement en hauteur, plus près du ciel, de lieu de culte animiste puis mixte bouddhiste-animiste.


En effet ce volcan est proche d'une ancienne cheminée volcanique andésitique, haute de 737 mètres, et abritant un monastère bouddhiste.

 

Le monastère de Taung Kalat :

 

Mt_Popa---Birmanie---wiki.jpg

     Le monastère bouddhiste occupe tout le dessus du neck volcanique

                                                Document wikipedia.


Le Mont Popa est considéré comme le refuge des 37 Grands Nats (esprits) de Birmanie. De nombreux pélerins s'y rendent pour les vénérer, particulièrement au moment de la pleine lune de Nayon (Mai/Juin) et de celle de Nadaw (Novembre/Décembre). Ils y accèdent par 777 marches d'un escalier recouvert de plusieurs volées de toit.

 

Nats-du-Mont-Popa---Voyage-Birmanie.jpg     Quelques Nats du monastère Taung Kalat - photo Voyage Birmanie.


Ils sont en quelque sorte des gardiens qui veillent sur la vie des humains, dès lors que ceux ci leur procurent prières et offrandes, bref il faut se mettre les nats "dans la poche" pour éviter les mauvaises aventures. La religion des nats, animiste, précédait le bouddhisme et elle a survécu de façon quelque peu superstitieuse. De nombreux endroits accueillent des statues des nats, mais le Mont Popa, ce joli neck volcanique, est l’endroit préféré pour les prières et les offrandes et les pélerins sont nombreux et assidus.

Avant la « bouddhisation » des nats par le roi Anawrahta (†1077), des milliers d'animaux leur étaient sacrifiés durant les cérémonies. Aujourd'hui, les superstitions birmanes proscrivent de porter du noir ou du rouge sur le Mont Popa, comme de jurer et d'y apporter de la viande, particulièrement du porc, sous peine d'offenser les nats.


Le mont Popa est une oasis au milieu de l'aridité du centre de la Birmanie. Il possède plus de 200 ruisseaux, qui alimentent la riche végétation poussant sur les cendres volcaniques fertiles. La faune comporte de nombreux singes qui causent pas mal de problèmes d'entretien en ce lieu sacré : qui craint de devoir marcher déchaussé dans les excréments des macaques, agressifs de surcroît, s'abstiendra de la visite et se contentera de la vue ... du bas !

 

Le Mont Popa :

 

Cet important cône composite dépasse la plaine de plus de 1150 m.Il est composé de diverses coulées basaltiques à basalto-andésitiques, de dépôts pyroclastiques et de scories d'éruption stromboliennes superposées.

 

Mount_Popa-2-wiki.JPGLe "volcanique" Mont Popa  et le neck du Taung Kalat (à gauche)  - doc.Wagaung.

A l'avant-plan, le lit d'une rivière asséchée.


Au sommet, une caldeira en fer à cheval, large de 1,6 km. et profonde de 850 mètres, est ouverte vers le NO.

Au nord de cette brèche, des dépôts d'avalanche de débris s'étendent sur 27 km².

La dernière éruption serait datée, selon les légendes locales, de 442 avant JC.

 

Nous sommes en gros ici dans une tectonique de failles, liée au déplacement du sous-continent indien, glissant contre le bloc de la Sonde le long de la faille Sagaing


sagaing-JGRnov2003-6.jpg            La faille Sagaing - mesures GPS déplacement de 32 mm/an N-NE.

                   Doc. C.Vigny & al - Journal of geophysical research.

 

sagaing-JGRnov2003-3.jpg

Cette propension à placer les lieux de culte en hauteur se rencontre dans diverses civilisations et sur divers continents ... besoin d'élévation, de surnaturel.

D'autres exemples, dès la semaine prochaine ...

 

 

Sources :

- Global volcanism Program - Popa

- Journal of geophysical research - Present-day crustal deformation around Sagaing fault, Myanmar
Christophe Vigny,1 Anne Socquet,1 Claude Rangin,1 Nicolas Chamot-Rooke,1
Manuel Pubellier,1 Marie-Noe¨lle Bouin,2 Guillaume Bertrand,1,3 and M. Becker4

- Birmanie - Bouddhisme et culte des esprits.

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Un séisme de magnitude 5,5 -profondeur : 15,7 km.- a ébranlé une région proche d'Ottawa au Canada, à 17 h.41 UTC.

Il a été ressenti à Toronto, Boston, Cleveland et Chicago.

 

neic_xwa7_s.jpg                  Les séismes dans la région durant les vingt dernières années - Doc. USGS

 

                   

Magnitude 5.5
Date-Time
Location 45.866°N, 75.457°W
Depth 15.7 km (9.8 miles) set by location program
Region ONTARIO-QUEBEC BORDER REGION, CANADA
Distances
  • 39 km (24 miles) N (356°) from Cumberland, Ontario, Canada
  • 45 km (28 miles) NNE (21°) from Gatineau, Qu�bec, Canada
  • 52 km (32 miles) NNE (26°) from Hull, Qu�bec, Canada
  • 53 km (33 miles) NNE (21°) from OTTAWA, Ontario, Canada
Location Uncertainty horizontal +/- 2.3 km (1.4 miles); depth fixed by location program
Parameters NST=283, Nph=283, Dmin=149 km, Rmss=0.91 sec, Gp= 25°,
M-type=body wave magnitude (Mb), Version=7
Source
  • USGS NEIC (WDCS-D)

 

Pourquoi un séisme dans cette région ?

 

Il y a 175 millions d'années, le graben "Ottawa-Bonnechere" s'est formé lors de l'effondrement entre deux zones de failles majeures: faille Mattawa et faille Petawawa.

Ces anciennes failles sont réactivées occasionnellement aujourd'hui, lors du relachement du stress sous forme de séismes.


 

Rifting-Ottawa-Bonnechere-graben-copie.jpg

 Le rifting Ottawa-Bonnechere et les failles majeures. -doc. Natural Resources Canada.

 

Par une évaluation historique des séismes de la région et l'étude de la géologie locale, les sismologues ont pu établir des cartes d'intensité des mouvements du sol; ces cartes sont utiles pour définir les normes sismiques de construction.

 

earthquake

                                                  Doc. Natural Resources Canada.

 

Les séismes importants dans la zone datent de :

- 1935 : Tenniskaming, au NO. d'Ottawa - magnitude 6,2

- 1944 : Cornwall, à l'est d'Ottawa - magnitude 5,6.

 

 

Sources :

- Natural Resources Canada

- Ottawa earthquake activity -  Why Ottawa ?

- USGS Earthquake Hazards Program

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

De superbes photos d'éruptions islandaises couplées à des aurores boréales ont été récemment publiées, de même que des photos de la Nasa sur les éruptions solaires ... quel est le lien entre elles ?

 

volcanoaurora2_shs_big---1991-Hekla.jpg   Eruption et aurore boréale concomittante - Hekla 1991 - S.Stefnisson.

 

 

Une aurore polaire est un phénomène lumineux caractérisé par des voiles colorés dans le ciel nocturne, le vert étant la teinte prédominante.

Les aurores sont qualifiée de boréale dans l'hémisphère nord, et d'australe dans l'hémisphère sud. Elles se produisent principalement dans une zone annulaire proche des pôles, entre 65 et 75° de latitude, et à des altitudes de 80 à 1.000 km.

 

ISS023-E-58455----29.05.10.jpg

Aurore australe capturée par des astronautes de la station spatiale internationale, due à une éjection coronale solaire massive du 24.05.2010.

(Astronaut photograph ISS023-E-58455 was acquired on May 29, 2010, with a Nikon D3 digital camera, and is provided by the ISS Crew Earth Observations experiment and Image Science & Analysis Laboratory, Johnson Space Center. The image was taken by the Expedition 23 crew.) Caption by William L. Stefanov, NASA-JSC.


Elles sont provoquées par l'interaction entre des particules chargées électriquement du vent solaire et de la haute atmosphère.

Le vent solaire est un flux de plasma constitué essentiellement d'ions et électrons éjectés dans la haute atmosphère solaire. La vitesse du vent solaire varie entre 400 et 800 km/sec., soit 1.440.000 à 2.880.000 km/heure !

Ce plasma est composé, comme la couronne solaire, de 73% d'hydrogène et 25%d'hélium. La quantité de matière perdue par le soleil, sous forme de vent solaire, est colossale : 1 milliard de kilos par seconde.

 

vent-solaire.jpg                   Document Science et Vie.

 

 

vent-solaire.png

 

 

ionosphere.jpgCes particules hautement énergétiques ejectées par le soleil entre en collision avec le bouclier de protection terrestre, la magnétosphère; les particules sont captées et canalisées par les lignes du champ magnétique terrestre vers le queue de la magnétosphère ... elles aboutissent dans les cornets polaires, où elles ionisent les atomes présents dans notre ionosphère. L'excitation des atomes s'accompagne de libération d'énergie, sous forme de photon, particule élémentaire constitutive de la lumière visible. En fonction de la nature de l'atome ionisé, oxygène, hydrogène ou azote, on aura production d'une lumière qui varie du rouge au vert.

L'étude scpectrographique de la lumière émise montre la présence de l'oxygène (raie verte à 557 nm636 nm) entre 120 et 180 km d'altitude, de l'azote et de ses composés et de l'hydrogène (656 nm) lors des et doublet rouge à 630 et aurores à protons. Aux plus basses latitudes, la couleur observée le plus fréquemment est le rouge (altitudes de 90 à 100 km).


Bear lake Alaska - image du jour 2007 Aurore boréale - Bear lake - Alaska 2007 -photo by Senior Airman Joshua Strang

USAF.

 

L'ionisation résultant de cet afflux de particules provoque la formation de nuages ionisés qui réfléchissent les ondes radios.

Ce phénomène ne fut vraiment expliqué qu'en 2008, par la Nasa grâce à la mission "Themis". On a localisé la source de ces phénomènes dans des explosions d'énergie magnétique, provoquées par des "reconnexions" entre les cordes magnétiques reliant la terre au soleil.

 

Le soleil possède un cycle fluctuent d'ativité de 11 ans; lors des périodes d'intense activité, se produisent des tempêtes solaires pouvant causer de graves perturbations des activités humaines : sondes et satellites sont soumis à de grandes doses de radiations , avec perturbations des transmissions radios et télévisuelles, des courants induits peuvent amener une corrosion accélérée au niveau des pipelines ou provoquer des pannes d'électricité gigantesque par surchauffe des transformateurs électriques.

 

CME_stereo_2010143_200915.jpg

NASA images courtesy the Solar Terrestrial Relations Observatory Team. Caption by Holli Riebeek. Instrument: STEREO 23.05.2010 / 20 h.09.

On peut voir une décharge de particules ionisées s'éloignant du soleil  - la surface solaire est représentée par le cercle blanc; un disque noir couvrant le soleil et sa couronne permet une observation meilleure et sans danger.

 

Sources :

- Nasa Earth Observatory

- Le devenir du vent solaire : l'aurore boréale

- articles sur les éruptions solaires sur ce blog :

  lien 1 - lien 2

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

L'Italie a un nouveau volcan : le nouveau venu vient s'ajouter à la liste des volcans italiens, qui sont maintenant au nombre de 29.

Ce volcan ne possède pas encore de nom; c'est une structure considérée comme éteinte depuis 0,67 à 1 million d'années, localisée dans le sud de la mer Thyrrhénienne , au large de Capo Vatiano sur la côte Calabraise ( * sur la carte tectonique).


 

Tectonique-mediterranee--zones-div.-Nv.jpg                       *  = Situation approximative du nouveau volcan

 

De taille moyenne, il dépasse de 120 mètres le niveau marin et couvre une aire de 15 km²; il est localisé sur la faille responsable du séisme de Messine en 1908 ... ce qui jette une lumière nouvelle sur le modèle géodynamique de la région, et sur la formation des îles Eoliennes.

 

On attend de plus amples informations dans un futur article de l'INGV, en collaboration avec l'Université de Calabre, dans le "Journal of geophysical research".

 

Source : Ansa.it - 21.06.2010

 

     *     *     *     *     *     *     *     *     *     *     *     *     *     *     *

 

Collapsus à l'Etna :

L'Etna a émis un panache brun de poussières le 19 juin 2010, dérivant vers le NE. ; il correspond à une série d'effondrements du bord du cratère, au niveau de la structure sud-est au sommet du volcan, qui ont duré une trentaine de minutes.

La caméra thermique de la Montagnola a enregistré une anomalie - 180°C - signifiant que les matériaux d'effondrement étaient "chauds".

Le volcanologue Boris Behncke relate cet évènement : il était à cet endroit dangereux, le 18 juin, en compagnie d'une équipe de la télévision PBS et de géologues; durant leur visite, il a remarqué une forte émission de vapeur et de dioxyde de soufre.

Le puit s'est élargi progressivement depuis le 6.11.2009, pour doubler maintenant en diamètre.

 

Etna---19.06.10-effondrement.jpg

               Photo webcam Schiena dell'Asino - 19.06.2010 - 04:40 GMT - Doc.INGV

 

Etna_Summitmap.jpg

                         Schéma de situation des cratères sommitaux de l'Etna  - doc. GVP


Sources :

- INGV-Catania

- Communication du Dr.Boris Behncke

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

 

Une étude publiée dans le "Journal of Geophysical research" par des chercheurs allemands - Université de Hambourg - montre que les cendres volcaniques pourraient amener une prolifération d'algues marines capable d'influer positivement sur le climat.

La croissance des algues a comme facteur limitatif, la concentration en fer de l'environnement... les sels de fer présents dans les cendres volcaniques pourraient favoriser le développement du plancton, avec comme corollaire une plus grande capture du dioxyde de carbone et une réduction de la concentration de ce gaz à effet de serre dans l'atmosphère.

 

La démonstration a été basée sur une prolifération massive d'algues dans le golfe d'Alaska en 2008, à mettre en liaison avec l'éruption du volcan Kasatochi dans l'archipel des Aléoutiennes. Une balise a enregistré en 2008 une baisse de la concentration en CO2 dans le golfe d'Alaska.

A titre indicatif, le taux de fer mesuré lors de l'éruption de l'Eyjafjöll : 9,75 à 9,93 % de FeO, mesurés sur des cendres le 15.04.10 (IES).

Cette éruption du Kasatochi fut importante : VEI - volcanic explosivity index - de 4, et un panache allant à une altitude supérieure à 10,4 km., créant des annulations multiples de vols aériens. Un nuage contenant une quantité estimée à 1,5 mégatonne de SO2 a été enregistré par le satellite Aura de la Nasa.

A titre de comparaison, le taux de cendres relâchées par unité de temps par la dernière éruption de l'Eyjafjöll a été 10 fois inférieur... mais les scientifiques rappellent qu'il convient d'étudier l'impact possible de cette éruption sur le climat global, étant donné que l'éruption s'est étendue sur plus d'un mois.

  Kasatochi copie

       Le cratère sommital du Kasatochi - photo Dan rogers  1961 AVO/USGS.


Le Kasatochi se présente comme une petite île inhabitée, large de 2,7 km. et longue de 3,3km., coincée entre les îles aléoutiennes Atka et Adak. Ce volcan, qui ne dépasse des eaux que de 314 m, est excentré par rapport à l'alignement d'édifices volcaniques qui constitue l'arc volcanique principale des aléoutiennes. Il fait partie d'une ride volcanique sous-marine perpendiculaire à l'arc volcanique principal, et dont il constitue la pointe nord.


Aléoutiennes  L'arc des Aléoutiennes, avec le volcan Kasatochi décentré - Document GVP.


Son sommet est ouvert par un large cratère empli d'un lac dont le niveau ne se trouvait, avant l'éruption de 2008, qu'à une soixantaine de mètres au-dessus des eaux de la Mer de Bering. Sa première éruption historique s'est produite en 1760, et fait partie de l'Alaska Maritime National Wildlife Refuge, dans lequel il est un site privilégié pour l'étude les oiseaux marins de l'île.

(description "Activolcans")

 

L'éruption de 2008 a fortement modifié et la taille de l'île, l'augmentant de 200 mètres en certains endroits, et la taille du cratère sommital.

 

Kasatochi éruption 2008

                    document John Eichelberger / USGS.

 

Kasatochi - SO²

            Nuage de SO2 repéré par le satellite Aura de la Nasa, le 08.08.2008.

 

Pour l'anecdote, deux biologistes, qui passaient l'été sur l'île pour observer les oiseaux marins, furent évacués par bateau à peine quelques heures avant l'éruption.

 

Sources : 

-  "Nach dem Vulkan explodieren die Algen", Die Welt - 19/05/2010

- Activolcans - Kasatochi

- Global Volcanism Program - Kasatochi

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Une dernière réunion de LAVE-Belgique, avant les vacances, s'est tenue à Mouscron, le 19 juin.

Nous étions 17 passionnés, dont 2 nordistes, et quelques sympathisants pour partager en toute convivialité des photos de volcan. Trois continents ont été mis à l'honneur : L'Europe avec l'Etna et Lanzarote, l'Afrique avec l'Ethiopie et l'Amérique du nord avec la Snake river plain et le Yellowstone.

 

Rémi Gaudfrin nous a présenté l'éruption effusive de l'Etna en 2006 : C'est le 14 juillet 2006, qu'il s'est réveillé. Tout a commencé par l'apparition d'une fracture au pied du cratère sud-est, située dans l'alignement de l'éruption de 2004. Deux bouches effusives localisées respectivement à 3000 et 3050 mètres d'altitude ont alors déversé de la lave, avant qu'un cône ne se forme et ne dégaze bruyamment en crachant de la lave et des débris. Le lendemain, le débit  de lave rejeté par les bouches effusives était en moyenne de 5 mètres cube par seconde, et la coulée prenait lentement – à la vitesse de 50 centimètres à l'heure - le chemin de la Valle del Bove.

 

etna_coulee---INGV-14.07.2006.jpg                          Coulée effusive du 14.07.2006 - document INGV


Seconde île volcanique européenne : Lanzarote, présentée par Jean-Michel Mestdagh, qui en revient.

De superbes vues sur le volcan Corona et ses productions, dont le tunnel de lave "La Cueva de los Verdes" datée de 4.000 ans, le parc national de Timanfaya ... images minérales entrecoupées de photos de cactées aux fleurs colorées.

 

Lanzarote CuevaDeLosVerdes - G.Keller                             Lanzarote - Cueva de los Verdes - ph. Keller.

 

Philippe Thiran nous a parlé de l'Ethiopie, sur un montage de Thierry Sluys, du Dallol et ses geysérites colorées, son geyser jaune, son exploitation du sel, et de l'Erta Ale, volcan-bouclier au deux pit craters, dont son célèbre lac de lave bien actif en ce début d'année. Rencontre également avec les éthiopiens lors de cérémonies religieuses à Lalibella.

 

ethiopie-2007-449-copie.jpg                                     Le site géothermal de Dallol - © B.Duyck

 

J'ai eu ensuite le plaisir de partager les photos prises, par Jean-Michel Mestdagh et moi-même, lors d'un voyage en amérique du Nord, et des commentaires sur le volcanisme varié de la Snake River plain et du Yellowstone, lié à un point chaud intraplaque. Nous sommes ainsi passé des sites désertiques comme "Crater of the Moon", aux buttes rhyolitiques, aux anneaux de tuff, pour finir au Yellowstone, ses geysers et sources chaudes colorées par les thermophiles.

 

Geysers_8901-copie-copie-1.jpg           Yellowstone National Park - White Dome geysersur fond d'orage.

                                - © B.Duyck 2009

 

-cid_16E5993C-24DA-4E99-8C1A-8B864B00C849-lan.jpgLes organisateurs de la réunion, Jean-Michel et Bernard - photo Sylvie Chereau.

 

Vous pouvez retrouver des articles sur l'Erta Ale, le Dallol, la Snake River plain et le Yellowstone sur ce blog, en cliquant sur les liens ou en recherche via l'onglet de droite.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

 

Le volcan RAGANG, aussi appelé Mount Piapayungan, et Blue Mountain, est un stratovolcan situé sur l'île de Mindanao, au sud de l'archipel Philippin. Il termine une chaine de jeunes cônes volcaniques au sud-est du lac Lanao, sur l'arc central de Mindanao, principalement basaltique.

Haut de 2..815 m. et d'une base de 32 km. de diamètre, cet imposant édifice n'a plus connu d'éruption depuis 1873. Les épisodes de 1915-16 sont considérés comme "incertains".

 

Ragang - Space Shuttle 1985

Peu de photos de ce volcan, mis à part cette vision aérienne du Space shuttle prise en 1985 - Crédit Nasa.

Le Ragang est situé au centre droit; les volcans Makaturing et Latukan sont à gauche de la photo, au SO. du Ragang.

 

Notez que beaucoup d'éruptions historiques ont été attribuée au Ragang, alors qu'elles émanaient de ses voisins.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Ragang

 

Ceci clôture notre escapade sur les Philippines, archipel qui mérite une visite tant pour ses volcans que pour ses habitants, "sculpteurs de montagne".

 

Rice_Terraces_Banaue.jpg

Les rizières en terrasses de Banaue, 10.360 km² sur les flancs de la Montagne Ifugao, établies depuis 2.000 ans - photo Magalhaës /wikipedia.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Selon le Phivolcs, 15 séismes volcaniques ont été répertoriés durant les dernières 24 heures au Taal.

L'inflation du volcan se poursuit, signe d'un accroissement de l'activité. Le niveau d'alerte est maintenu.

 

Taal lake,volcano island, Mt Macolod                       Le lac Taal et Volcano island - document wikipedia.

 

Le conseil provincial de coordination en cas de désastres rappelle que le volcan est interdit pour tous ... y compris les médias ! Toute personne désireuse de jeter un oeil au volcan devra être accompagnée d'une personne autorisée, policier, coast guard ou représentant du comité provincial.

Ceci après qu'un journaliste soit tombé jeudi dans le cratère;  Joshua Garcia, reporter auprès de Global News Network, était arrivé avec son caméraman à Talisay vers 10 h. jeudi. Ils ont été escortés jusqu'à Volcano island par les coast guards, mais Garcia s'est éloigné en direction du cratère ... où il est tombé. Il a pu avertir son compagnon par téléphone. Au bout de six heures, il a pu être ressorti du cratère. Souffrant de contusions multiples, il a été conduit vers l'hopital de Talisay pour y être examiné.

 

Source : Inquirer.net - volcano monitor

Lire la suite

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog