Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

 

Canlaon---skyscrapercity.jpg

                         Le volcan Canlaon - photo Skyscraper city.


Phivolcs.gif

Le volcan composite CANLAON (qui s'écrit aussi Kanlaon) occupe une partie du nord de l'île de Negros, et la partage avec deux volcans voisins beaucoup moins actifs le Silay et le Mandalagan.

 

Du haut de ses 2435 m d'altitude, il est le point culminant de l'île, et ses 30 km de diamètre à la base font de lui un édifice imposant. Sa forme, allongée du Sud Ouest au Nord Est, trahie une histoire volcanique complexe, marquée par la migration de différents centres d'activité. Le dernier de ces points, portant la plus haute altitude, se trouve à l'extrêmité Sud du complexe. L'étude de la stratigraphie de l'édifice montre qu'il est à l'origine de la plus volumineuse avalanche de débris qu'ais connu l'archipel Philippin, cette dernière ayant parcouru 33 km vers le Sud Ouest. Toutefois, puisque la cicactrice d'avalanche n'est que difficilement visible dans la topographie actuelle de l'édifice, on peut en déduire qu'elle est déjà relativement ancienne.

 

6a00e398b1142000050100a8028de4000e-500pi.jpg                         Le Canlaon - photo Kiotoobserver.com.

 

Canlaon-2003---Nasa-Landsat----Univ.Hawaii.jpg    Le Canlaon vu de l'espace - Nasa Landsat 2003 - Hawaii Univ. / GVP.

 

Le sommet du Canlaon possède une caldeira allongée de 2 km. de large contenant un lac de cratère, située vers le nord, et un évent actif plus petit mais plus haut, le Lugud crater au sud.

 

Les éruptions historiques du volcan, enregistrées depuis 1866, a consisté principalement en explosions phréatiques, accompagnées de chutes de cendres mineures à proximité du volcan.

Ce genre d'éruption peut être soudaine et inattendue : le 10 août 1996, une éruption phréatique brutale tua 3 personnes.

Deux groupes étaient sur le sommet à ce moment, dont un groupe de 17 étudiants d'une Université belge. Caroline Verlinde, une des belges, raconte : "nous quittions le cratère quand l'éruption a débuté ... soudainement, il a éjecté cendres et bombes; j'ai couru vers un abre pour me mettre à l'abri et j'ai vu mes compagnons touchés par des pierres qui tombaient ". Elle ajoute que le guide Philippin lui a confié que les fumées émises par le cratère étaient "juste ordinaires". Une PDZ - Permanent Danger Zone - de 4 km. est maintenue depuis, à cause de l'imprévisibilité des explosions.

 

La dernière manifestation du volcan, en alerte 1 à ce moment, est datée du 3 juin 2006, aven émission de cendres et vapeur. L'activité retomba fin juillet.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Kanlaon

- Activolans - Canlaon

- Mt Kanla-on climbing guide - lien

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Bulusan---Bantayan-beach-in-Gubat---Skyscrapercity.jpg

   Le Bulusan, vu de Bantayan beach à Gubat - photo Skyscrapercity.

 

Le volcan BULUSAN, le volcan le plus au sud-est de l'île de Luzon, s'élève excentriquement dans la caldeira dacitique à rhyolitique d'IROSIN, d'un diamètre de 11 km. et formée il y a 36.000 ans.

 

Bulusan - C.Newhall GVP        Le sommet dénudé du Bulusan, vu de l'ouest - Photo C.Newhall / GVP.


Le Bulusan est situé à l'extrême SE. de l'arc volcanique Bicol. Ce stratovolcan, haut de 1.565 m., a un cratère sommital large de 300 m. et profond de 50 m. Trois autres petits cratères sont localisés sur son flanc SE. 

Le Bulusan est flanqué de nombreux dômes de lave et cônes intracladeiriques, dont le Mont Jormajan, un dôme de lave situé sur le côté SO. et le Sharp Peak au NE.

Son système hydrothermal consiste en une solfatare sommitale et quatre sources chaudes sur ses flancs : San Benon, Mapaso, San Vicente et Masacrot springs, qui déchargent une eau de pH neutre  à une température inférieure à 65°C.

Son activité est principalement de type phréatique et strombolien. Son histoire éruptive récente indique que les principaux dangers liés au volcan dans cette région sont des coulées de boues et des chutes de tephras. Une zone de 4 km. autour du sommet est considérée comme zone de "danger permanent".

 

bulusan pf hazards small

  Zone de risques liés aux coulées pyroclastiques et surges - Doc. Phivolcs.

 

Ses dernières éruptions datent de 2006-2007; après 11 années de repos, une éruption sommitale eu lieu le 21.03.2006, suivie d'une dizaine d'autres jusqu'au 28 juin. Ces éruptions résultent de la rencontre de petits volumes de magma avec une zone proche du sommet saturée en eau.


Bulusan 31.05.06 - Phivolcs

 Un épisode éruptif du Bulusan, daté du 31.05.2006 - Document Phivolcs.

 

Des éruptions explosives, accompagnées de chutes de cendres, s'inscrivent dans une période octobre 2006-mai 2007. Le 31 juillet 2007, un panache de cendres est éjecté à 6,6 km.

 

Bulusan---Mt-Jormajan---C.Newhall-USGS.jpg              Le dôme de lave Jormajan - photo C.Newhall USGS/GVP.

 

La caldeira d'Irosin, plus de 13.000 hectares de terres, est habitée.

 

Bulusan-dans-Irosin-caldeira---C.Newhall-USGS.jpg

  La caldeira d'Irosin dominée par le Bulusan - Photo C.Newhall USGS/GVP.


La répartition des terres est la suivante :

- 16 % : zones protégées (volcans) et forêts

- 1% : aires habitées, bien souvent proches des édifices volcaniques

- 83% : zones dédiées à l'agriculture, principalement riz et noix de coco.

 

map-caldeira-d-Irosin---Phivolcs-Dost.jpg   La caldeira d'Irosin. Son côté nord a été "mangé" par le complexe Bulusan.

                                Document Phivolcs-Dost / Irosin.gov

 

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Bulusan

- Phivolcs - Bulusan volcano

- Volcano Live- John Seach - Bulusan volcano

- Caldeira d'Irosin - Irosin.gov.ph

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le volcan MAYON, situé à l'est de l'île de Luzon, constitue l'un des meilleurs exemples de stratovolcan conique symétrique. Il côtoie la fosse des Philippines, qui fait frontière entre la plaque océanique Philippine en subduction sous le "Philippine Mobile Belt" (voir article sur la Tectonique des Philippines).

 

Mayon_Volcano-_Luzon_Islands-_Philippines---wallpaper.jpg

Le volcan Mayon et la ville de Legazpi sur le golfe d'Albay - Wallpaper.


Légende locale :

Ici vivait un homme nommé Magayon, qui avait pour nièce une princesse d'une extrême beauté; de nature jalouse, il était possessif au point que personne n'aurait songer approcher sa nièce de crainte de subir son courroux. Un brave serviteur fut amené à escalader la fenêtre de sa chambre, et à lui proposer de fuir avec lui "afin de vivre heureux". L'oncle Magayon n'en fut pas content et les tourtereaux implorèrent l'aide des dieux pour se protéger de sa vengeance.

Brutalement, un glissement de terrain emporta l'oncle colérique ... depuis ce jour, on dit que les colères de Magayon se manifestent par des explosions accompagnées de poussières, de lave et de gaz.

 

Mensurations : altitude: 2.462 m. - couvrant entre 250 et 314 km² - diamètre du cône : 14-20 km. pour un diamètre de cratère sommital de seulement 200 m. (Phivolcs)
Ses pentes accusent une déclivité de 35-40°.
Activité volcanique :
Le début d'activité du Mayon devrait remonter, d'après des études géochronologiques, à moins 25.000 ans.
Les éruptions historiques de ce stratovolcan basaltique à andésitique datent de 1616; l'activité est strombolienne à plinienne, avec un cycle commençant par des éruptions basaltiques suivies à plus long terme par des coulées de lave andésitique, en provenance  principalement du conduit central. Coulées pyroclastiques et lahars ont couramment dévalés ses flancs le long d'une quarantaine de ravines pour dévaster les zones peuplées plus basses.
On compte au moins 45 éruptions historiques dont la dernière remonte à fin 2009-début 2010. Les plus violentes eurent lieu en 1814 (VEI = 4) et 1875, tuant respectivement 1.200 et 1.500 personnes.
Les grandes éruptions du 20°siècle ont eu lieu en 1928, 1968 et 1984, où une explosion détruisit le côté sud-est du cratère et créa une gorge large et profonde de 250 mètres, courant sur près de 3,5 km., qui canalisa les coulées pyroclastiques.

Pyroclastic_flows_at_Mayon_Volcano.jpg     Coulées pyroclastiques de l'éruption de 1984. - photo USGS.

Le volcan est sous surveillance active de trois structures : l'observatoire Santo Domingo et Lignon Hill, situés respectivement à 7 km. à l'est, et 12 km. près de l'aéroport de Legazpi. L'observatoire Mayon resthouse est situé au NE. à une altitude de 760m.
La principale difficulté rencontrée par les autorités est de convaincre les paysans locaux de quitter la zone en cas de risques d'éruption.

--Mayon---18.12.09-AFP-Getty-im.-C.Sayat.jpg    Les paysans continuent leurs tâches pendant l'éruption  - 18.12.2009
                photo C.Sayat / Getty images.                MAyon-Noel-D.Amaranto-AP.jpgNoël 2009, cérémonies catholiques sur fond d'éruption - D.Amaranto / AP.

31.12.09-AP-B.Marquez.jpg

         Veille de l'an, 31.12.2009 - photo Bullit Marquez / AP.

 

L'éruption de fin 2009-début 2010 peut se suivre sur ce blog en suivant ce lien , du 18.12.09 au 02.01.10.

Premiers signes d'une possible éruption dès le 11.07.09


Sources :

- Global Volcanism Program - Mayon

- Phivolcs - Mayon

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Quelques nouvelles de la planète-volcan, grâce à l'indispensable "Global Volcanism Program":

 

Colombie - Nevado del Huila : alerte orange

Depuis le 13 juin, un changement est observé dans l'activité sismique du volcan, avec une augmentation du niveau énergétique des séismes localisés à un niveau superficiel; sur une semaine, 1096 séismes ont été enregistrés : 19 en relation avec des fragmentations rocheuses, 1077 concernant la dynamique des fluides et le "plomberie" du volcan,  43 à du trémor de faible magnitude.

Source : Ingeominas bulletin 15.06.10

 

Nevado-del-huila--12.04.2010.jpg            L'activité du Nevado del Huila, le 12.04.2010 - photo Ingeominas

 

 

Equateur - Tungurahua

Malgré la couverture nuageuse, des panaches de cendres et vapeur sont montés à 5,5 - 8 km., avec des retombées journalières de cendres  sur le grand ouest du volcan, entre le 9 et le 15 juin.

Des blocs incandescents ont été éjectés et ont roulés sur les flancs sur 1 km.

Source : IGEPN

 

 Tungurahua-2673- 30.05.2010 Bigben

         Superbe cliché de l'activité nocturne du Tungurahua, le 30 mai 2010.

Avec l'aimable autorisation de Benjamin Bernard, travaillant à l'observatoire du Tungurahua 

 

Papouasie - Nouvelle-Guinée : Manam.

Le satellite EO-1 Ali a enregistré un panache mixte : des nuages blancs pourraient provenir du volcan (vapeur d'eau) ou être indépendant de celui-ci; ils sont associés à un léger paanche bleu-gris, certainement volcanique celui-là, dérivant sur le mer de Bismarck.

Source : Nasa Earth Observatory


manam EO-1 Ali 2010.06.16NASA Earth Observatory image created by Jesse Allen, using EO-1 ALI data provided courtesy of the NASA EO-1 team. Caption by Michon Scott.  Instrument : EO-1 - ALI - 16.06.2010

 

Papouasie - Nouvelle-Guinée : Ulawun

Durant la période du 9 au 16.06, une alternance de panaches blancs à gris a été émise, montant à 8-900 m.

De fines retombées de cendres ont affectés les flancs ouest du volcan; des bruits de roulement et de l'incandescence nocturne repérés les 9,10 et 13 juin.

Sources : Rabaul volcano observatory et Nasa Earth observatory.

 

ulawun_ali_2010.06.10-EO-1-Ali.jpgNASA Earth Observatory image created by Jesse Allen, using EO-1 ALI data provided courtesy of the NASA EO-1 team and the United States Geological Survey. Caption by Michon Scott.

Instrument: EO-1 - ALI  - 10.06.2010.

 

map_papua_new_guinea_volcanoes.gif

 

Divers :

- Kouriles - Tiatia :l'anomalie thermique persiste

- Iles Mariannes - Sarigan : l'éruption sous-marine a cessé.

- Guatémala - Pacaya : activité fumerollienne le 09-10.06

- Chili - Melimoyu : l'alerte a été relevée à "green-2" le 08.06, suite à une augmentation de la sismicité à une profondeur située entre 2 et 14 km.

- et "last but not least" : le trio Kamchatkien est toujours en code aviation orange avec une mention spéciale pour le Shiveluch sur "Rianovosti", qui signale un panache à 4 km. et une douzaine d'épisodes de trémor au cours des dernières 24 heures. (17.06.2010 - 07 h.34)

Sans autre nouvelles du KVERT, muet depuis une semaine, les Klyuchevskoy et Karimsky étaient classés en code orange le 10.06, le Bezymianny en code jaune.

 

Shiveluch---Rianovosti-Y.Demyanchuk.jpg                 Le panache du Shiveluch  -  Photo Y.Demyanchuk / KVERT .

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

Le comité s'occupant de la toponymie a proposé des noms le 15 juin, pour les nouvelles structures volcaniques du printemps ; celles-ci ont été acceptées par le Ministère de l'Education et de la Culture.

Les deux nouveaux cratères formés à Fimmvörduhals ont été baptisés respectivement "Magni" et "Modi", et le champ de lave "Godahraun".

Ces noms proviennent de la mythologie nordique : Magni et Modi sont les fils du dieu du tonnerre, Thor. Le comité responsable de la toponymie a voulu que les nouveaux noms choisis coïncident avec les noms de l'endroit préexistants.

La proximité de la vallée de Thorsmörk y est pour quelque chose.

D'après la mythologie nordique, Thor, fils d'Odin et de Jörd; il est l'époux de Sif, avec laquelle il eut pour fille Thrud. Avec sa maîtresse, Jarnsaxa, il eut deux garçons : Modi et Magni.

 

 

Godahraun dérive de Godaland, l'endroit où coula la lave.

 

04.04---cld100326_1348.jpg

 

Sources : Iceland review.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Malgré qu'il ressorte peu du paysage, le volcan TAAL, situé au sud de Manille, est l'un des plus actif des Philippines.

 

USGS - Chris Newhall

            Le lac Taal, avec Volcano island, et au fond le Mont Macolod.

             Photo C.Newhall/ Global Volcanism Program.


Il est formé d'une caldeira de 25 km sur 30, occupée par un lac de 267 km² et dont la surface n'est qu'à trois mètres au-dessus du niveau de la mer. Le lac Taal a pour profondeur maximale 160 mètres et recouvre divers centres éruptifs.

"Volcano island" est un îlot de 5 km. sur 6, siège de toutes les éruptions historiques : c'est un complexe volcanique composé de petits stratovolcans coalescents, de tuff rings et de cônes de scories, qui possède son propre lac de cratère, profond de 70 m.

 

07taa05f.png             Le Taal entouré de nombreux édifices volcaniques - carte GVP.

 

Ce volcan est un "tueur": ses éruptions comptent parmi les plus violentes et les plus meurtrières de tout l'archipel Philippin. La première éruption pour laquelle on dispose de témoignages date de 1572; elle fut suivie par plus d'une trentaine d'autres ... la dernière date de 1977, la période d'accalmie maximale étant de 62 ans.

Il s'agit le plus souvent d'éruptions de type strombolien, avec coulées de lave. Lors d'interaction avec les eaux du lac, de violentes explosions hydro-magmatiques se produisent, comme en septembre 1965 : cette date correspond à un tournant dans l'histoire de la volcanologie, car c'est la première fois que l'on observa et décrivit le phénomène de "déferlante basale" - un "base surge":

Base-surge-2----iles-Tonga-copie.jpgc'est une nuée très instable de cendres et gaz volcaniques, d'air et de vapeur, qui se dilate en rayonnant à grande vitesse à la base de la colonne éruptive; ce phénomène est comparable à l'anneau de souffle qui se forme à la base des champignons atomiques.

Base Surge - éruption phréatomagmatique

Iles Tonga 18.03.2009 - D.Stephenson.

 

base_surgesA4_small.jpgCarte de danger avec aire touchable par un base surge - celle-ci dépasse les limites du lac Taal et touche des zones habitées - carte Phivolcs.

 

Taal_Crater---Vulcan-point.JPG  Le cratère du Taal, vu de Vulcan Point - photo Wescameron / wikipedia.


Vulcan point est situé sur le bord du lac de cratère, situé sur Vulcano island, située dans la lac Taal, lui-même dans l'île de Luzon ... histoire de "poupées russes" : un lac situé sur une île, elle même dans un lac situé dans une île plus grande.

 

Taal---Binintiang-Malaki-cone-pyrocl.1707---K.Frederickson.jpgBinintiang Malaki, cône pyroclastique haut de 263 m., connecté à la partie NO. de volcano island par un isthme; il résulte de l'éruption de 1707. - photo Kurt Frederickson / Smithsonian.

 

Taal---cinder-cone-1968---K.Frederickson.jpgCinder cone fumant et coulée de lave datant de l'éruption de 1968; ces structures se sont construites à l'intérieur d'un cône de tuff, lui-même datant de l'éruption de 1966.   -  photo Kurt Frederickson / Smithsonian.

 

Situation actuelle : le volcan vient d'être placé en alerte niveau 2, par le Phivolcs depuis le 08.06.2010 - détails dans l'article annoncant cette alerte.


Sources :

- Phivolcs - Taal volcano

- Global Volcanism Program - Taal

- History of Taal's activity to 1911 - lien

- USGS - Philippines volcanoes and volcanics.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

 Les fortes pluies enregistrées ces derniers jours ont fait considérablement gonflé la rivière Svaöbaelisa, au sud du volcan et de son glacier;  des eaux boueuses ont recouvert les champs, malgré une digue érigée pour protéger les terres à Tholvaldseyri.

De fortes quantités de boues se sont accumulées dans le lit de la rivière, faisant diminuer son potentiel d'évacuation, et provoquant des débordements sur une route à proximité d'un pont.

... il n'y a plus de différence entre le tablier du pont et le niveau de la rivière.

 

Hazard-Assessment-Eyjafjallajokull-Myrdalsjokull-Abstract-2.jpgSur cette carte des risques prévisionnels de jökulhlaup, on voit au nord de l'Eyjafjallajökull, la langue glaciaire du Gigjökull, et son drainage en direction de la rivière Markarfljot, coulant dans la vallée de Thorsmörk - doc. IES.

 

14.04.10---jokuhllaup.jpg   La rivière Markarfljot, gonflée par le jökulhlaup, le 14.04.2010 - Vedur.is

 

D'autre part, l'eau qui s'est accumulé dans le cratère, y créant un lac de 300 mètres de diamètre, pourrait devenir une menace, vu les risques de débordement en direction de la langue glaciaire du Gigjökull. Cette eau pourrait être injectée en masse dans la rivière Markarfljot, courant dans la vallée de Thorsmörk; Les autorités ont fermé cette vallée à la circulation à cause du danger d'inondation subite, au moment où les touristes commencent à la fréquenter.

 

11.06.10-S.Brynjolfsson.jpg       Le lac de cratère de l'Eyjafjöll - 11.06.10 - S.Brynjolfsson / IMO.


L'eau du lac est troublée soit par la convection sous l'action de la chaleur, soit par une réalimentation, ou les deux.

 

Sources :

- IMO - Icelandic Met Office - rapport 11.06

- IES - Institute of Earth Sciences

- Iceland Review - 13.06.10

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
        Carte des volcans des Philippines et du sud-est asiatique.

Sulu Island Mindanao Central Philippines Luzon North of Luzon Southeast Asia Map of Volcanoes of the Philippines and Southeast Asia

Les grands triangles rouges : volcans avec éruptions à l'Holocène - petits triangles rouges : volcans avec éruptions possibles, mais incertaines à l'holocène et Pleistocène, et activité thermale. - Carte global Volcanism Program.

 

Débutons l'inventaire avec l'île de Luzon, où quatre volcans sont actifs :

    - le Pinatubo - dernière éruption : 1993

    - le Taal - dernière éruption 1977 - niveau d'alerte 2

       en ce moment.

    - le Mayon - dernière éruption : 2010

    - le Bulusan - dernière éruption : 2007.

 

LE PINATUBO était pratiquement inconnu avant son éruption cataclysmique de juin 1991. Pourtant il était actif depuis 1,1 Ma.

 

Géologie :

 Le Pinatubo est un volcan composite formé de dômes de lave imbriqués dans un stratovolcan andésitique et dacitique.  Il repose sur un socle composé à l'ouest de roches océaniques appelé complexe d'ophiolites de Zambales et à l'est de roches sédimentaires et volcaniques antérieures au Pinatubo et faisant essentiellement partie de la formation de Tarlac. Ses pieds sont noyés sous une masse de débris déposés par des nuées ardentes et des lahars . À l'est du sommet, ces dépôts datent du Pinatubo primitif formé entre un million d'années et environ 45.000 à 35.000 ans. À l'ouest et autour du sommet, ces dépôts datent du Pinatubo moderne formé depuis 35.000 ans dont l'histoire éruptive moderne compte au moins six grandes éruptions explosives dacitiques, interrompue par de longues périodes de dormance.

 

fig3a.jpgfig3b.jpg

 

L'éruption de 1991 :

Après 400 ans d'inactivité, le Pinatubo a produit une des plus importantes éruptions du 20° siècle; les prémices de l'activité se manifestèrent dès mars avec une augmentation de la sismicité et la montée du magma : deux petits blasts de vapeur, mais une intense émission de milliers de tonnes de gaz riches en dioxyde de soufre.


Pinatubo early eruption 1991 - T.J.Casadevall USGS         Première éruption de l'année 1991 - photo T.J.Casadevall / USGS.


Le 7 juin, le magma atteint la surface.

Le 12 juin,  une large explosion a lieu : des millions de m³ de magma riche en gaz  arrivent en surface.


124861main Pinatubo91 eruption from clark air base 06-12-91    L'éruption du 12 juin 1991, vue depuis la base américaine de Clark; la colonne    monte à 19 km.. - USGS


Le 15 juin, à 10 h.27, une colonne plinienne de gaz, cendres et ponces s'élève jusqu'à 40 km. de hauteur et s'étale sur plusieurs centaines de km. de diamètre, plongeant la région dans l'obscurité totale et faisant pleuvoir cendres et ponces rhyolitiques sur une surface de 300.000 km².

Quelques heures plus tard, le volcan émet une série de coulées pyroclastiques qui dévastent les vallées jusqu'à 15 km. de distance; les dépôts pyroclastiques sont hauts de 200 mètres.

 

15.06.91 - 5h.55 - R.La Pointe USAF15.06.1991 - La colonne éruptive aussi large que le volcan est le résultat d'un surge pyroclastique qui balaie radialement les flancs du Pinatubo.

Photo R.La Pointe - US Air Force depuis la base de Clark située à 25 km.

 

1991 - coulées pyroclastiques - GVP Les coulées pyroclastiques ont rempli les vallées adjacentes -  Doc. GVP.


La phase finale est marquée par l'effondrement du sommet avec formation d'une caldeira de 2 km. de diamètre.

Un typhon concomitant lessiva les cendres non consolidées, formant des lahars dévastateurs.

 

Cette éruption, d'un VEI - index d'explosivité volcanique - égal à 6, a expulsé 10 milliards de tonnes de magma et 20 millions de tonnes de SO2. Cendres et aérosols d'acide sulfurique ont fait le tour du globe, faisant chuter les températures d'environ 0,5°C. pendant 2-3 ans. (voir l'article : influence des volcans sur la température du globe). La destruction de la couche d'ozone en a été accélérée.

 

019014

La caldeira sommitale après l'éruption, photographiée en 1994. Un lac acide occupe le cratère et les deux îlots sont les restes d'un dôme de lave datant d'un épisode de 1992.

 

La collaboration entre volcanologues Philippins et américains de l'USGS a permis une étude du volcan préalablement à l'éruption et une évacuation d'une partie de la population locale ...  si l'on considère la taille de l'éruption et le risque énorme qu'elle représentait, les conséquences ont été minimes : 184 blessés, 883morts et 23 disparus, dus pour la plupart aux lahars des mois suivants. Par contre, les dégâts matériels ont été considérables : 650.000 personnes ont perdu leur travail, le région a été dévastée par les lahars, la base militaire de Clark a du être abandonnée augmentant les dommages collatéraux sur l'emploi local.

 

 

Sources :

- Global Volcanism Program : liste des volcans.

- USGS - Philippines volcanoes and volcanics.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

Taal_Volcano_satellite_image.gif

Photo satellite Aster en fausses couleurs du lac Taal et de Volcano island, avec son lac de cratère - crédit Nasa.

 

Les Coast guards signalent une forte odeur de soufre sur l'île, une décoloration ainsi qu'une hausse de la température des eaux du lac de cratère. Des émissions importantes de vapeur ont été constatées dans la zone.

 

Bien que le "U.K.Foreign and Commonwealth office" émette des doutes sur la capacité des services d'urgence et de secours Philippins à gérer un tel désastre potentiel, le gouvernement Philippin prend très au sérieux l'alerte volcanique : la coordination en cas de désastre de la province de Batangas prépare l'évacuation des sites menacés en cas d'éruption.

Le site d'évacuation permanent, la High School de Tagatay City à 10 km. du volcan, est prêt à accueillir 1.000 personnes.

Des moyens nautiques sont en standby pour évacuer Volcano island (250 bateaux motorisés et 4 rubber boats de l'armée); des camions sont prévus pour tranférer les évacués en 15 à 30 minutes vers Tagatay.

Le département de l'éducation a ordonné le transfert des écoles de Volcano island vers l'île principale, à Balete et ouvert toutes les écoles pour servir de centres d'évacuation.

 

Comme toujours dans ce cas, il faut attendre la réaction et l'évolution du volcan.

 

Sources :

- Inquirer.net

- Manilla Bulletin Publishing corporation

- GMA News.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

L'approche de la date anniversaire de l'éruption du Pinatubo, l'éruption la plus importante du 20° siècle, et l'instabilité actuelle du volcan Taal remettent la zone des Philippines sous les feux de la rampe.

 

Cette zone possède une tectonique plus que complexe et une approche par étapes s'impose.

La tectonique des îles Philippines est à placer dans le contexte général du "Cercle de feu du Pacifique" :



800px-Pacific_Ring_of_Fire.pngSituation des Philippines dans le cercle de feu - Ring of Fire - et la position des fossés océaniques (en bleu).

 

Rattacher l'archipel Philippin à une plaque tectonique, ou même un bloc, est une autre tâche !


672px-Philippine_Plate_map-fr.png

L'archipel Philippin ou plus exactement la zone mobile des Philippines - en grisé - et la complexité des plaques convergentes, divergentes ou transformantes du sud-est asiatique.


Les plaques en jeu sont la micro-plaque de la Sonde, partie de la plaque eurasiatique, et la plaque océanique des Philippines.

Il faut aller plus loin dans l'analyse et considérer le "Philippine Mobil Belt" - qu'on peut traduire par zone mobile des Philippines - aussi appelé "Taïwan-Luzon-Mindoro belt".

 

PhilippineMobileBelt007.jpg

 

Le "Philippine Mobile Belt"  - PMB - est une portion complexe de la frontière tectonique entre la plaque Eurasienne (portion Sunda) et la plaque océanique Philippine; elle inclue deux zones de subduction : la fosse de Manille à l'ouest (Manila trench) et la fosse des Philippines à l'est (Philippine trench), et un ensemble de failles dites des Philippines ( Phil. fault system).


Crustal-tickening-in-an-active-margin-setting-5-copie.jpg                                              Document Galgana & al.


A l'intérieur de cette zone, un certain nombre de blocs crustaux , ou de micro-plaques, sont soumis à des déformations massives.

 galgana_fig2.gifDéplacements au niveau de Luzon - Nord Philippines : sens et importance - Doc. Galgana & al.


Le PMB est interprété comme un collage d'un large échantillonnage de blocs de diverses origines qui se sont amalgamés avant le collision avec la plaque Eurasienne.

Pour Luzon, sept blocs principaux ont été identifiés (Sierra Madre oriental, Angat, Zambales, Central cordillera of Luzon, Bicol et Catanduanes islands).

Pour Mindanoa, six blocs principaux (Pacific cordillera, Surigao, Pujada peninsular, Central cordillera of Mindanoa, Daguma range et Zamboanga).

 

  

fig1.jpg

Modèle tectonique de l'arc Nord-Philippine établi sur des images satellites, des mesures GPS et des données sismiques - Doc. M.W.Hamburger

SUND : Bloc de la Sonde /plaque eurasienne - PHSP : Philippine sea plate.                 Ce modèle synthétise tous les documents antérieurs.

 

Articles suivants : petite revue des volcans Philippins actifs.

 

Sources :

- Modeling the Philippine Mobile Belt: Tectonic blocks in a deforming plate boundary zone  - Galgana, G. A.; Hamburger, M. W.; McCaffrey, R.; Bacolcol, T. C.; Aurelio, M. A. -  American Geophysical Union, Fall Meeting 2007, - lien

- Geological Sciences at Indiana - M.W.Hamburger  - lien

- Ifremer : à la découverte des grands fonds - les fosses océaniques

Lire la suite

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog