Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

Le comité s'occupant de la toponymie a proposé des noms le 15 juin, pour les nouvelles structures volcaniques du printemps ; celles-ci ont été acceptées par le Ministère de l'Education et de la Culture.

Les deux nouveaux cratères formés à Fimmvörduhals ont été baptisés respectivement "Magni" et "Modi", et le champ de lave "Godahraun".

Ces noms proviennent de la mythologie nordique : Magni et Modi sont les fils du dieu du tonnerre, Thor. Le comité responsable de la toponymie a voulu que les nouveaux noms choisis coïncident avec les noms de l'endroit préexistants.

La proximité de la vallée de Thorsmörk y est pour quelque chose.

D'après la mythologie nordique, Thor, fils d'Odin et de Jörd; il est l'époux de Sif, avec laquelle il eut pour fille Thrud. Avec sa maîtresse, Jarnsaxa, il eut deux garçons : Modi et Magni.

 

 

Godahraun dérive de Godaland, l'endroit où coula la lave.

 

04.04---cld100326_1348.jpg

 

Sources : Iceland review.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Malgré qu'il ressorte peu du paysage, le volcan TAAL, situé au sud de Manille, est l'un des plus actif des Philippines.

 

USGS - Chris Newhall

            Le lac Taal, avec Volcano island, et au fond le Mont Macolod.

             Photo C.Newhall/ Global Volcanism Program.


Il est formé d'une caldeira de 25 km sur 30, occupée par un lac de 267 km² et dont la surface n'est qu'à trois mètres au-dessus du niveau de la mer. Le lac Taal a pour profondeur maximale 160 mètres et recouvre divers centres éruptifs.

"Volcano island" est un îlot de 5 km. sur 6, siège de toutes les éruptions historiques : c'est un complexe volcanique composé de petits stratovolcans coalescents, de tuff rings et de cônes de scories, qui possède son propre lac de cratère, profond de 70 m.

 

07taa05f.png             Le Taal entouré de nombreux édifices volcaniques - carte GVP.

 

Ce volcan est un "tueur": ses éruptions comptent parmi les plus violentes et les plus meurtrières de tout l'archipel Philippin. La première éruption pour laquelle on dispose de témoignages date de 1572; elle fut suivie par plus d'une trentaine d'autres ... la dernière date de 1977, la période d'accalmie maximale étant de 62 ans.

Il s'agit le plus souvent d'éruptions de type strombolien, avec coulées de lave. Lors d'interaction avec les eaux du lac, de violentes explosions hydro-magmatiques se produisent, comme en septembre 1965 : cette date correspond à un tournant dans l'histoire de la volcanologie, car c'est la première fois que l'on observa et décrivit le phénomène de "déferlante basale" - un "base surge":

Base-surge-2----iles-Tonga-copie.jpgc'est une nuée très instable de cendres et gaz volcaniques, d'air et de vapeur, qui se dilate en rayonnant à grande vitesse à la base de la colonne éruptive; ce phénomène est comparable à l'anneau de souffle qui se forme à la base des champignons atomiques.

Base Surge - éruption phréatomagmatique

Iles Tonga 18.03.2009 - D.Stephenson.

 

base_surgesA4_small.jpgCarte de danger avec aire touchable par un base surge - celle-ci dépasse les limites du lac Taal et touche des zones habitées - carte Phivolcs.

 

Taal_Crater---Vulcan-point.JPG  Le cratère du Taal, vu de Vulcan Point - photo Wescameron / wikipedia.


Vulcan point est situé sur le bord du lac de cratère, situé sur Vulcano island, située dans la lac Taal, lui-même dans l'île de Luzon ... histoire de "poupées russes" : un lac situé sur une île, elle même dans un lac situé dans une île plus grande.

 

Taal---Binintiang-Malaki-cone-pyrocl.1707---K.Frederickson.jpgBinintiang Malaki, cône pyroclastique haut de 263 m., connecté à la partie NO. de volcano island par un isthme; il résulte de l'éruption de 1707. - photo Kurt Frederickson / Smithsonian.

 

Taal---cinder-cone-1968---K.Frederickson.jpgCinder cone fumant et coulée de lave datant de l'éruption de 1968; ces structures se sont construites à l'intérieur d'un cône de tuff, lui-même datant de l'éruption de 1966.   -  photo Kurt Frederickson / Smithsonian.

 

Situation actuelle : le volcan vient d'être placé en alerte niveau 2, par le Phivolcs depuis le 08.06.2010 - détails dans l'article annoncant cette alerte.


Sources :

- Phivolcs - Taal volcano

- Global Volcanism Program - Taal

- History of Taal's activity to 1911 - lien

- USGS - Philippines volcanoes and volcanics.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

 Les fortes pluies enregistrées ces derniers jours ont fait considérablement gonflé la rivière Svaöbaelisa, au sud du volcan et de son glacier;  des eaux boueuses ont recouvert les champs, malgré une digue érigée pour protéger les terres à Tholvaldseyri.

De fortes quantités de boues se sont accumulées dans le lit de la rivière, faisant diminuer son potentiel d'évacuation, et provoquant des débordements sur une route à proximité d'un pont.

... il n'y a plus de différence entre le tablier du pont et le niveau de la rivière.

 

Hazard-Assessment-Eyjafjallajokull-Myrdalsjokull-Abstract-2.jpgSur cette carte des risques prévisionnels de jökulhlaup, on voit au nord de l'Eyjafjallajökull, la langue glaciaire du Gigjökull, et son drainage en direction de la rivière Markarfljot, coulant dans la vallée de Thorsmörk - doc. IES.

 

14.04.10---jokuhllaup.jpg   La rivière Markarfljot, gonflée par le jökulhlaup, le 14.04.2010 - Vedur.is

 

D'autre part, l'eau qui s'est accumulé dans le cratère, y créant un lac de 300 mètres de diamètre, pourrait devenir une menace, vu les risques de débordement en direction de la langue glaciaire du Gigjökull. Cette eau pourrait être injectée en masse dans la rivière Markarfljot, courant dans la vallée de Thorsmörk; Les autorités ont fermé cette vallée à la circulation à cause du danger d'inondation subite, au moment où les touristes commencent à la fréquenter.

 

11.06.10-S.Brynjolfsson.jpg       Le lac de cratère de l'Eyjafjöll - 11.06.10 - S.Brynjolfsson / IMO.


L'eau du lac est troublée soit par la convection sous l'action de la chaleur, soit par une réalimentation, ou les deux.

 

Sources :

- IMO - Icelandic Met Office - rapport 11.06

- IES - Institute of Earth Sciences

- Iceland Review - 13.06.10

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
        Carte des volcans des Philippines et du sud-est asiatique.

Sulu Island Mindanao Central Philippines Luzon North of Luzon Southeast Asia Map of Volcanoes of the Philippines and Southeast Asia

Les grands triangles rouges : volcans avec éruptions à l'Holocène - petits triangles rouges : volcans avec éruptions possibles, mais incertaines à l'holocène et Pleistocène, et activité thermale. - Carte global Volcanism Program.

 

Débutons l'inventaire avec l'île de Luzon, où quatre volcans sont actifs :

    - le Pinatubo - dernière éruption : 1993

    - le Taal - dernière éruption 1977 - niveau d'alerte 2

       en ce moment.

    - le Mayon - dernière éruption : 2010

    - le Bulusan - dernière éruption : 2007.

 

LE PINATUBO était pratiquement inconnu avant son éruption cataclysmique de juin 1991. Pourtant il était actif depuis 1,1 Ma.

 

Géologie :

 Le Pinatubo est un volcan composite formé de dômes de lave imbriqués dans un stratovolcan andésitique et dacitique.  Il repose sur un socle composé à l'ouest de roches océaniques appelé complexe d'ophiolites de Zambales et à l'est de roches sédimentaires et volcaniques antérieures au Pinatubo et faisant essentiellement partie de la formation de Tarlac. Ses pieds sont noyés sous une masse de débris déposés par des nuées ardentes et des lahars . À l'est du sommet, ces dépôts datent du Pinatubo primitif formé entre un million d'années et environ 45.000 à 35.000 ans. À l'ouest et autour du sommet, ces dépôts datent du Pinatubo moderne formé depuis 35.000 ans dont l'histoire éruptive moderne compte au moins six grandes éruptions explosives dacitiques, interrompue par de longues périodes de dormance.

 

fig3a.jpgfig3b.jpg

 

L'éruption de 1991 :

Après 400 ans d'inactivité, le Pinatubo a produit une des plus importantes éruptions du 20° siècle; les prémices de l'activité se manifestèrent dès mars avec une augmentation de la sismicité et la montée du magma : deux petits blasts de vapeur, mais une intense émission de milliers de tonnes de gaz riches en dioxyde de soufre.


Pinatubo early eruption 1991 - T.J.Casadevall USGS         Première éruption de l'année 1991 - photo T.J.Casadevall / USGS.


Le 7 juin, le magma atteint la surface.

Le 12 juin,  une large explosion a lieu : des millions de m³ de magma riche en gaz  arrivent en surface.


124861main Pinatubo91 eruption from clark air base 06-12-91    L'éruption du 12 juin 1991, vue depuis la base américaine de Clark; la colonne    monte à 19 km.. - USGS


Le 15 juin, à 10 h.27, une colonne plinienne de gaz, cendres et ponces s'élève jusqu'à 40 km. de hauteur et s'étale sur plusieurs centaines de km. de diamètre, plongeant la région dans l'obscurité totale et faisant pleuvoir cendres et ponces rhyolitiques sur une surface de 300.000 km².

Quelques heures plus tard, le volcan émet une série de coulées pyroclastiques qui dévastent les vallées jusqu'à 15 km. de distance; les dépôts pyroclastiques sont hauts de 200 mètres.

 

15.06.91 - 5h.55 - R.La Pointe USAF15.06.1991 - La colonne éruptive aussi large que le volcan est le résultat d'un surge pyroclastique qui balaie radialement les flancs du Pinatubo.

Photo R.La Pointe - US Air Force depuis la base de Clark située à 25 km.

 

1991 - coulées pyroclastiques - GVP Les coulées pyroclastiques ont rempli les vallées adjacentes -  Doc. GVP.


La phase finale est marquée par l'effondrement du sommet avec formation d'une caldeira de 2 km. de diamètre.

Un typhon concomitant lessiva les cendres non consolidées, formant des lahars dévastateurs.

 

Cette éruption, d'un VEI - index d'explosivité volcanique - égal à 6, a expulsé 10 milliards de tonnes de magma et 20 millions de tonnes de SO2. Cendres et aérosols d'acide sulfurique ont fait le tour du globe, faisant chuter les températures d'environ 0,5°C. pendant 2-3 ans. (voir l'article : influence des volcans sur la température du globe). La destruction de la couche d'ozone en a été accélérée.

 

019014

La caldeira sommitale après l'éruption, photographiée en 1994. Un lac acide occupe le cratère et les deux îlots sont les restes d'un dôme de lave datant d'un épisode de 1992.

 

La collaboration entre volcanologues Philippins et américains de l'USGS a permis une étude du volcan préalablement à l'éruption et une évacuation d'une partie de la population locale ...  si l'on considère la taille de l'éruption et le risque énorme qu'elle représentait, les conséquences ont été minimes : 184 blessés, 883morts et 23 disparus, dus pour la plupart aux lahars des mois suivants. Par contre, les dégâts matériels ont été considérables : 650.000 personnes ont perdu leur travail, le région a été dévastée par les lahars, la base militaire de Clark a du être abandonnée augmentant les dommages collatéraux sur l'emploi local.

 

 

Sources :

- Global Volcanism Program : liste des volcans.

- USGS - Philippines volcanoes and volcanics.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

Taal_Volcano_satellite_image.gif

Photo satellite Aster en fausses couleurs du lac Taal et de Volcano island, avec son lac de cratère - crédit Nasa.

 

Les Coast guards signalent une forte odeur de soufre sur l'île, une décoloration ainsi qu'une hausse de la température des eaux du lac de cratère. Des émissions importantes de vapeur ont été constatées dans la zone.

 

Bien que le "U.K.Foreign and Commonwealth office" émette des doutes sur la capacité des services d'urgence et de secours Philippins à gérer un tel désastre potentiel, le gouvernement Philippin prend très au sérieux l'alerte volcanique : la coordination en cas de désastre de la province de Batangas prépare l'évacuation des sites menacés en cas d'éruption.

Le site d'évacuation permanent, la High School de Tagatay City à 10 km. du volcan, est prêt à accueillir 1.000 personnes.

Des moyens nautiques sont en standby pour évacuer Volcano island (250 bateaux motorisés et 4 rubber boats de l'armée); des camions sont prévus pour tranférer les évacués en 15 à 30 minutes vers Tagatay.

Le département de l'éducation a ordonné le transfert des écoles de Volcano island vers l'île principale, à Balete et ouvert toutes les écoles pour servir de centres d'évacuation.

 

Comme toujours dans ce cas, il faut attendre la réaction et l'évolution du volcan.

 

Sources :

- Inquirer.net

- Manilla Bulletin Publishing corporation

- GMA News.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

L'approche de la date anniversaire de l'éruption du Pinatubo, l'éruption la plus importante du 20° siècle, et l'instabilité actuelle du volcan Taal remettent la zone des Philippines sous les feux de la rampe.

 

Cette zone possède une tectonique plus que complexe et une approche par étapes s'impose.

La tectonique des îles Philippines est à placer dans le contexte général du "Cercle de feu du Pacifique" :



800px-Pacific_Ring_of_Fire.pngSituation des Philippines dans le cercle de feu - Ring of Fire - et la position des fossés océaniques (en bleu).

 

Rattacher l'archipel Philippin à une plaque tectonique, ou même un bloc, est une autre tâche !


672px-Philippine_Plate_map-fr.png

L'archipel Philippin ou plus exactement la zone mobile des Philippines - en grisé - et la complexité des plaques convergentes, divergentes ou transformantes du sud-est asiatique.


Les plaques en jeu sont la micro-plaque de la Sonde, partie de la plaque eurasiatique, et la plaque océanique des Philippines.

Il faut aller plus loin dans l'analyse et considérer le "Philippine Mobil Belt" - qu'on peut traduire par zone mobile des Philippines - aussi appelé "Taïwan-Luzon-Mindoro belt".

 

PhilippineMobileBelt007.jpg

 

Le "Philippine Mobile Belt"  - PMB - est une portion complexe de la frontière tectonique entre la plaque Eurasienne (portion Sunda) et la plaque océanique Philippine; elle inclue deux zones de subduction : la fosse de Manille à l'ouest (Manila trench) et la fosse des Philippines à l'est (Philippine trench), et un ensemble de failles dites des Philippines ( Phil. fault system).


Crustal-tickening-in-an-active-margin-setting-5-copie.jpg                                              Document Galgana & al.


A l'intérieur de cette zone, un certain nombre de blocs crustaux , ou de micro-plaques, sont soumis à des déformations massives.

 galgana_fig2.gifDéplacements au niveau de Luzon - Nord Philippines : sens et importance - Doc. Galgana & al.


Le PMB est interprété comme un collage d'un large échantillonnage de blocs de diverses origines qui se sont amalgamés avant le collision avec la plaque Eurasienne.

Pour Luzon, sept blocs principaux ont été identifiés (Sierra Madre oriental, Angat, Zambales, Central cordillera of Luzon, Bicol et Catanduanes islands).

Pour Mindanoa, six blocs principaux (Pacific cordillera, Surigao, Pujada peninsular, Central cordillera of Mindanoa, Daguma range et Zamboanga).

 

  

fig1.jpg

Modèle tectonique de l'arc Nord-Philippine établi sur des images satellites, des mesures GPS et des données sismiques - Doc. M.W.Hamburger

SUND : Bloc de la Sonde /plaque eurasienne - PHSP : Philippine sea plate.                 Ce modèle synthétise tous les documents antérieurs.

 

Articles suivants : petite revue des volcans Philippins actifs.

 

Sources :

- Modeling the Philippine Mobile Belt: Tectonic blocks in a deforming plate boundary zone  - Galgana, G. A.; Hamburger, M. W.; McCaffrey, R.; Bacolcol, T. C.; Aurelio, M. A. -  American Geophysical Union, Fall Meeting 2007, - lien

- Geological Sciences at Indiana - M.W.Hamburger  - lien

- Ifremer : à la découverte des grands fonds - les fosses océaniques

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

 

Taal_volcano_aerial.jpg

                   Volcano Island sur le lac Taal - photo aérienne Wikipedia.


En dépit des avertissements prodigués par les volcanologues, les touristes étrangers, principalement des Japonais et des sud-Coréens, continuent à venir sur Volcano island, île volcanique située dans le lac Taal, et même à louer des cheveaux pour progresser vers le cratère (coastguards)

Le capitaine Phaeton des Coastguards a prévenu les contrevenants d'une confiscation possible des embarcations et de la fermeture des installations nautiques en cas de violation constatée de l'interdiction.

Le nouveau règlement ne permet de conduire les touristes qu'à mi-distance de l'île, sans débarquement.

 

L'administrateur provincial a demandé à 6.000 résidents des villes de Talisay, San Nicolas, Agoncillo et Laurel, proches du volcan, de se préparer à une évacuation volontaire.

 

mapBatangas.jpg

 

Ces villes proches seraient, selon les cartes de risques établies par le Phivolcs, susceptibles d'être touchées en cas d'éruption accompagnée de déferlante basale (base surge).

 

Une analyse complète du volcan Taal sur ce blog dans la semaine... à suivre.

 

Sources :

- Phivolcs

- AFP , via The Strait times - 13.06.10

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Malgré quelques petits séismes superficiels au cours des derniers jours et une déflation continue du volcan durant les deux dernières semaines, l'Eyjafjöll continue à faire parler de lui.

Un survol du volcan, le 11 juin au matin, a permis aux scientifiques de l'IMO de voir qu'un lac s'était formé dans le cratère, causant une forte décharge de vapeur côté nord.

Le magma continue de dégazer localement; on peut voir des fumées plus brunes sur la rive ouest ou sud-ouest du cratère.

 

11.06.10---lac-de-cratere---S.Hjaltadottir-IMO.jpg

Le lac de cratère est visible sur la droite, ainsi que le dégazage magmatique à l'extrême centre droit - photo S.Hjaltadottir / IMO.

 

Six petits séismes superficiels et de magnitude faible ont eu lieu sous le Myrdalsjökull, sans signification volcanique.

 

12.06.10-8h00---seismes-IMO.png Carte des séismes des dernières 36 heures, sous le Myrdalsjökull (12.06.10 , 8  h.00 - IMO)

                           

 

Date Time Latitude Longitude Depth Magnitude Quality Location
Saturday
12.06.2010
00:32:46 63.669 -19.165 3.0 km 1.5 90.03 5.3 km NE of Goðabunga
Friday
11.06.2010
21:30:15 63.647 -19.643 1.1 km 1.1 32.0 8.7 km WSW of Básar
Friday
11.06.2010
15:36:45 63.642 -19.390 9.2 km -0.4 34.87 5.9 km SE of Básar
Friday
11.06.2010
15:05:27 63.597 -19.079 1.1 km 1.6 43.36 2.2 km NNE of Hábunga
Friday
11.06.2010
14:04:42 63.621 -19.100 1.9 km 0.9 87.82 4.6 km N of Hábunga
Friday
11.06.2010
07:13:45 63.662 -19.055 1.1 km 0.3 33.14 9.4 km NNE of Hábunga
Friday
11.06.2010
07:03:20 63.637 -19.067 1.1 km 1.8 90.01 6.5 km NNE of Hábunga
Friday
11.06.2010
07:03:05 63.578 -18.977 4.7 km 1.0 34.74 6.1 km E of Hábunga

 

 

i survived eyjafjallajokull tshirts mugs caps-p235672770418Les progrès de la photo numérique continuent de donner à certains des idées de marketing volcanique : sur zazzle.fr, quelques réalisations sont visibles ... du classique T-shirt, au tablier, au sac de courses, et même aux cravates !

 

Sources :

- IMO/IES

- zazzle.fr

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Pour avoir remarqué lors de mes voyages des implantations haut-perchées de lieux de cultes ou de pouvoir - château ou palais - je me suis intéressé aux supports...pour m'apercevoir que, dans pas mal de cas, il s'agissait de formations volcaniques.

 

Commençons par le site de Sigiriya, au Sri Lanka (ex-Ceylan), île situé à la pointe sud-est de la péninsule indienne.

 

Située sur son rocher, qui est en réalité un neck volcanique, la citadelle de Sigiriya domine la plaine.

Un neck - de l'anglais "cou" - est un piton rocheux formé par une colonne de lave solidifiée dans une ancienne cheminée volcanique, et mise en relief ultérieurement par l'érosion. Il s'agit d'une intrusion magmatique à prismation radiaire.

Le déchaussement érosif a laissé une énorme structure haute de 370 mètres au dessus elliptique.

 

Sigyria---C.Senanayake.jpgLa citadelle de Sigyriya (à gauche) et un des gros rochers utilisé par les mones bouddhistes - photo C.Senanayake.

 

Les restes archéologiques :

La région fut occupée, au mésolithique, durant 5.000 ans.

Durant le 3° siècle avant JC, des monastères bouddhistes furent établis dans les environs du rocher. Des inscriptions ont été trouvées à l'entrée de refuges creusés sous de gros blocs de pierre, qui en témoignent.

En 477, le prince Kasyapa, avide de pouvoir, destitua son père, le roi Dhatusena, avant de l'emmurer vivant et chassa son frère Mugalan. Il construisit une citadelle imprenable en haut du rocher, desservie par un escalier qui se faufile entre les pattes géantes d'un lion ... ce détail donne son autre nom au neck : "le rocher du Lion"

 

Sygiriya---le-rocher-du-lion.jpgSigiriya, le rocher du Lion et le vertigineux escalier d'accès au palais-forteresse.

Document Asiaexplorers.


Sigyria---Munir-Squires.jpgLes marches taillées dans le roc - ancien chemin d'accès - côtoyent l'escalier en fer rouillé utilisé depuis le 19°s. - photo Munir Squires.

 

Durant son règne, de 477 à 495, ce roi parricide fit construire défenses, palais et citernes, mais développa aussi un mécénat, invitant les plus grands artistes à sa cour : de cette période, datent de somptueux jardins situés au pied du rocher et la célèbre fresque des Demoiselles.

Il fut délogé par son frère Mulagan, revenu après 18 ans pour venger son père. Celui-ci déménagea la capitale à Anaradhapura, et le rocher retourna à son utilisation monastique jusqu'au13-14° siècle.

 

La fresque des Demoiselles :

Les fresques devaient couvrir une grande partie de la face ouest du rocher, couvrant 140 mètres de long sur 40 de haut. Des graffitis datant du 8°siècle parlent de 500 demoiselles peintes. Beaucoup d'entre elles ont disparus durant la dernière occupation monastique ... car elles troublaient la méditation des moines.

Le style des fresques est unique, bien qu'il soit classé comme faisant partie de la période "Anuradhapura " :   les lignes sont peintes  de façon à mettre en valeur les formes voluptueuses, et par touches faites avec plus de pression d'un côté.


Sigiriya---le-mur-miroir.jpgLes escaliers sont taillés àmême la paroi ; à mi-hauteur, le mur-miroir (rosé) qui fait face aux fresques des Demoiselles. - Document Asiaexplorers.

 

Une paroi fait face aux fresques; elle était si polie que le roi pouvait s'y voir durant la promenade... et que les Demoiselles peuvent toujours s'y mirer !


Sigiri_Frescos.jpg

 

 Sigyriya---les-Demoiselles.JPG

         "Les Demoiselles de Sigiriya" ... quelques figures parmi les 23 rescapées.

                                            Documents Wikipedia.

 

La semaine prochaine : un autre neck surmonté de ...


Sources :

- The story of Sigiriya

- Sigiriya, the fortress in the sky

- Sigiriya, Unesco world heritage site - travel guide

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Mythes et légendes.

 

Devils_Tower_CROP.jpg                        Devils Tower - Wyoming - document Wikipedia.


Devils Tower est un endroit sacré pour nombre de tribus indiennes depuis les temps préhistoriques. Ils avaient des liens géographiques et culturels avec ce monolithe avant que les premiers immigrants n’atteignent le Wyoming ; différents noms ont été donnés à l’endroit :

 « Aloft on a Rock » (Kiowa), « la maison de l'ours » (Cheyenne, Crow), « l'antre de l'ours » (Cheyenne, Crow), « l'abri de l'ours » (Cheyenne, Lakota), « la butte de l'abri de l'ours » (Lakota), « le tipi de l'ours » (Arapaho, Cheyenne), « le rocher arbre » (Kiowa) ou encore « l'abri du grizzly » (Lakota).


 Une légende commune aux tribus Kiowa, Arapaho, Crow, Cheyenne et Sioux, implique un groupe de jeunes filles poursuivies par un ours géant : l’histoire raconte l’aventure vécue par sept jeunes indiennes jouant dans la forêt. Tandis qu’elles batifolaient, un ours géant survint, et les filles s’enfuirent dans les bois, l’ours sur leurs talons. La situation était perdue : l’ours gagnait du terrain ; alors les filles grimpèrent sur un rocher et prièrent le Grand Esprit de les aider.

Immédiatement, le rocher se mit à grandir, faisant s’élever le groupe toujours plus haut dans les airs. L’ours affamé sauta sur le rocher s’élevant vers le ciel, mais glissa et laissa la marque de ses griffes sur le rocher.

Le rocher continua à croître, poussant les filles vers le ciel, où elles devinrent les sept étoiles de la Pléiade.

 

Devils-tower-legend---3.jpg                       La légende indienne de Devils Tower  - document Vintage Postcard.

 

Situé près de « Belle Fourche river », Devils Tower fut découvert au cours d’une expédition de l’USGS – déjà elle – en 1875. La première escalade eu lieu en juillet 1893. Devils Tower devint le premier « National Monument » sous Theodore Roosevelt (1906) et est depuis un lieu d’escalade reconnu et fréquenté.

De nombreux visiteurs, indiens ou non, ont signalé d’étranges phénomènes lumineux autour du sommet , ce que n’a pas manqué d’exploiter Steven Spielberg, qui a mis l’endroit en valeur dans son film « Rencontre du troisième type ».

 

Quel est l’origine de ce monolithe prismé ?


deto40.gifdeto50.gif

deto60

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1907, les scientifiques Darton et O’Hara le décrive comme un reste érodé d’un laccolithe : un laccolithe, du grec λάκκος « réservoir » et λίθος « pierre », est une grande masse de roches ignées faisant intrusion dans des roches deto70deto80.gifsédimentaires, sans atteindre la surface.

 

Les éléments en faveur de cette théorie sont :

1. La portion exposée de Devils Tower est le résultat d’une érosion récente. Au moment de l’intrusion, la tour était entourée et probablement recouverte de roches sédimentaires ; leur érosion a laissé en place les roches les plus dures.

2. La composition et la texture sont typiques de roches intrusives.

3. Il n’ya pas de traces de roches ignées extrusives à proximité, ce qui n’est pas en faveur de l’hypothèse « neck d’un volcan éteint ».

4. Les Missouri Buttes, situées au NO., ont la même composition que Devils Tower, et seraient dérivées d’un magma commun, celui d’un grand corps intrusif, type laccolithe.

5. Des forages, près d’un dôme au SO des Missouri Buttes, ont confirmé la nature intrusive des roches.

6. La structure en orgues volcaniques est commune à d’autres corps intrusifs formés à des profondeurs superficielles.

 

devils-tower-02-500.jpg                                          Vue aérienne - document Sacred Earth.


L'intrusion magmatique est datée de 65 millions d'années.

La roche trachytique grise qui forme les colonnades est un porphyre phonolitique, contenant 61% d'oxyde de silice.


Analysis of Phonolite Porphyry From Devils Tower

SiO 61.09%
H2O 2.21%
Al203 18.71
TiO2 .18
Fe203 1.91
SO3 Trace
FeO .63
Cl .12
MgO .08
MnO Trace
CaO 1.58
BaO      .05
Na2O 8.68

99.86%
K2O 4.63

 

L'environnement du laccolithe, au moment du refroidissement du magma, a permis un processus lent et la formation de colonnes régulières (hexa- et pentagonales), très longues et de gros diamètre (2,5 m. à la base).

 

devils_tower_national_monument.jpg                        Devils Tower - Orgues monumentales - document NPS.


Sources :

   - USGS geological bulletin - origin of Devil Tower

   - Photovolcanica - article sur Devil Tower

   - National Park Service - geologic formations

   - A report on the geology of Devils Tower N.M. par W.Effinger

        NPS Publications - 1934

- Cours de l’ULB : structure des corps ignés.  

- Akta Lakota museum & cultural center - the legend of Devil's Tower

Lire la suite

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog